William D'Avenant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
William D'Avenant

Sir William D'Avenant (28 février 1606 à Oxford - 7 avril 1668 à Londres), parfois aussi épelé Davenant en anglais, est un poète et dramaturge anglais, dont les œuvres sont caractéristiques de la littérature de la Restauration anglaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils de Jane Shepherd D'Avenant et de John D'Avenant, le propriétaire de la Crown Tavern ("auberge de la Couronne") et le maire de la ville. William eut le privilège d'avoir pour parrain William Shakespeare, lequel séjournait fréquemment à l'auberge à l'occasion de ses trajets entre Londres et Stratford-upon-Avon. La rumeur prétendait même que William D'Avenant aurait été le fils biologique du grand écrivain. Cette hypothèse, cependant, semble tirer sa source d'une remarque attribuée à Davenant par Samuel Butler : « Il lui semblait [à D'Avenant] qu'il écrivait avec le même esprit qu'avait Shakespeare, et semblait satisfait d'être appelé son fils. »

Davenant fréquenta le Lincoln College d'Oxford pendant un certain temps vers 1620, mais quitta l'institution avant d'y acquérir un diplôme.

À la suite de la mort de Ben Jonson en 1637, D'Avenant fut nommé Poète Lauréat en 1638. Il soutint ensuite le roi Charles Ier d'Angleterre au cours de la Première révolution anglaise. Déclaré coupable de haute trahison en 1641, un retournement de situation le fit finalement adouber par le roi deux ans plus tard, peu après la bataille de Gloucester. Il fut fait chevalier en 1643. Davenant fut alors envoyé comme émissaire en France en 1645, et se fit catholique, puis nommé trésorier de la colonie de Virginie en 1649 par Charles II.

L'année suivante, il fut promu lieutenant-gouverneur du Maryland, mais fut capturé en mer, emprisonné et condamné à mort par le régime d'Oliver Cromwell. Il fut emprisonné pendant toute l'année 1651 dans la tour de Londres, ce qui lui fournit l'occasion d'écrire son épopée, Gondibert. Libéré en 1652, il ne fut amnistié qu'en 1654. On lui doit ensuite plusieurs pièces de théâtre, dont Le Siège de Rhodes en 1656.

Après avoir souffert de la syphilis pendant près de quatre décennies, D'Avenant mourut à Londres le 7 avril 1668. Il est enterré dans le Coin des Poètes à l'abbaye de Westminster, où son épitaphe contient les mots « O rare Sir William Davenant ». Son fils Charles D'Avenant (1656-1714) s'est fait un nom par plusieurs ouvrages de politique, de poésie et d'économie.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • The Tragedy of Albovine (1629)
  • The Wits (1636)
  • The Unfortunate Lovers (1643)
  • The Platonick Lovers (1643)
  • Love and Honour (1649)
  • Gondibert (1650)
  • The Siege of Rhodes (1656)
Précédé par:
Ben Jonson
Poète Lauréat britannique Suivi par:
John Dryden
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.