William Cockerill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

William Cockerill

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de William Cockerill.

Naissance 1757 ou 1759
Décès 1832
Aix-la-Chapelle
Nationalité Anglais et Français
Pays de résidence Belgique
Profession
Activité principale
Autres activités
Descendants

William Cockerill (1757 ou 1759 - 1832) fut un homme d'affaires britannique qui s'installa sur le territoire de l'actuelle Belgique, à l'époque encore un territoire français. En utilisant des inventions britanniques (alors non couvertes par des brevets en France), il fonda une des plus grandes compagnies européennes actives dans le textile, les machines à vapeur, les mines de fer, les armes, la construction métallique, les locomotives, …

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en 1757 ou 1759 dans le Lancashire, en Angleterre[1],[note 1]. Il a commencé comme forgeron, puis comme ingénieur en mécanique mais il a rencontré peu de succès dans son pays natal[2]. En 1794, il se rend à Saint-Pétersbourg, en Russie après avoir été recommandé pour son habileté à Catherine II. Après la mort de l'impératrice, Paul Ier de Russie, mécontent de ses services, l'envoie en prison[1]. Il s'échappe en Suède, où il travaille à la construction d'écluses[1].

Ayant entendu parler de l'industrie lainière à Liège et Verviers, il y voit une opportunité de réussir en apportant sa connaissance des méthodes de mécanisation dans cette industrie, méthodes qu'il avait été amené à connaître en Angleterre. Mais il se rend tout d'abord à Hambourg, et y rencontre un consul anglais, le sollicitant pour obtenir une pension de retour dans son pays d'origine en contrepartie de la non-divulgation de conceptions de machines dont l'industrie anglaise a encore l'usage exclusif. N'obtenant pas de réponse, après 6 mois d'attente, il se rend tout d'abord à Amsterdam, puis à la province de Liège[2].

En 1797, il s'établit à Verviers en Belgique. En 1799, il commence la fabrication de machines pour le filage et le cardage de la laine[2] à Verviers pour les fabricants de tissu Iwan Simonis et François Biolley[1],[3]. Il fait venir sa famille d'Angleterre et s'installe en Belgique[2]. Il fait venir un autre mécanicien anglais en 1802, James Holden[4]. Celui-ci est tout d'abord son assistant puis crée une autre entreprise[1].

En 1807, il déménage à Liège et y crée une usine de construction de machines, avec ses trois fils[5]. En 1813, il importe une machine à vapeur de Watt[1].

À partir de 1807, l'Europe est privé de produits industriels britanniques en raison du blocus continental instauré par Napoléon Ier. Les machines Cockerill deviennent célèbres, et 50 % de ces machines sont exportées vers la France[1], où elles sont très demandées mêmes si elles restent perfectibles[6]. L'introduction de ces machines modifie profondément la logique de développement, nécessitant des capacités d'investissements élevées, renforçant l'importance des banques et défavorisant les entreprises familiales[7]. Selon le manufacturier sedanais Guillaume Ternaux, la mécanisation par des machines Cockerill apporte une économie de 5,5 à 7 % des frais de main-d’œuvre, mais elle nécessite un capital initial pouvant représenter 4/5 du revenu annuel[8].

William Cockerill devient un citoyen français. Il a fait fortune et, en 1813, il prend sa retraite, en passant l'entreprise à ses fils[2]. Vers 1817, William Cockerill, et ses fils James et John, disposent des plus importantes usines d'Europe, à Seraing, à côté de Liège. Les innovations de Cockerill pour la mécanisation du textile font la prospérité de la ville de Liège pendant plus d'un siècle. La ville est la première hors de Grande-Bretagne à entrer dans la révolution industrielle.

Il décède en 1832 dans le château de Berensberg à Aix-la-Chapelle, et repose au cimetière de Spa[9].

Descendance[modifier | modifier le code]

John Cockerill (1790 - 1840) est à l'origine d'un groupe sidérurgique européen, qui fait désormais partie du groupe ArcelorMittal. William Cockerill repose au cimetière de Spa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Divergences des différentes sources sur son année de naissance.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Day et McNeil 2003, p. 180-181.
  2. a, b, c, d et e Chambers et Chambers 1840, p. 165-166.
  3. Linters 1986, p. 34.
  4. Linters 1986, p. 36.
  5. Goodwin 1887, p. 200.
  6. Lambert-Dansette 2000, p. 191.
  7. Léon 1978, p. 138-139.
  8. Gayot 1998, p. 426.
  9. Site www.sparealites.be

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William O. Henderson, The Industrial Revolution on the Continent: Germany, France, Russia 1800-1914, Taylor & Francis,‎ 2006 (lire en ligne).
  • (en) Lance Day et Ian McNeil, Biographical Dictionary of the History of Technology, Routledge,‎ 2003, « Cockerill, William », p. 280-281.
  • Jean Lambert-Dansette, Histoire de l'entreprise et des chefs d'entreprise en France, Éditions L'Harmattan,‎ 2000 (lire en ligne), p. 191.
  • Gérard Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), éditions de l'École des hautes études en sciences sociales,‎ 1998, 578 p. (ISBN 2-7132-1241-3), p. 426.
  • Adriaan Linters, Industria: architecture industrielle en Belgique, Mauad Editora Ltda,‎ 1986 (lire en ligne).
  • Pierre Léon, La domination du capitalisme : 1840-1914, Éditions Armand Colin,‎ 1978, 624 p..
  • Biographie générale des belges morts ou vivants : hommes politiques, membres des assemblées délibérantes, ecclésiastiques, militaires, savants, artistes et gens de lettres, Deroovers,‎ 1850 (lire en ligne), « Cockerill (John) », p. 53-54.
  • (en) Robert Chambers et William Chambers, Chambers's Edinburgh journal, vol. 8, W. Orr,‎ 1840, « The Cockerills », p. 165–166.
  • (en) Robert Chambers et William Chambers, Chambers's Edinburgh journal, vol. 3, Orr and Smith,‎ 1835, « William Cockerill », p. 64.

Sources complémentaires sur le web[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]