William Bruce (architecte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir William Bruce et Bruce.
William Bruce
Image illustrative de l'article William Bruce (architecte)
Sir William Bruce peint par John Michael Wright vers 1664
Présentation
Naissance circa 1630
Blairhall, Fife (Écosse)
Décès 1er janvier 1710 (à 79 ans)
Nationalité Écosse Écosse

Sir William Bruce (circa 1630 – 1er janvier 1710), 1er baronnet, est un gentleman et architecte écossais, « le fondateur de fait de l'architecture classique en Écosse » selon l'historien britannique de l'architecture Howard Colvin (en)[1]. Comme personnage clé dans l'introduction du palladianisme en Écosse, il a été comparé aux pionniers anglais de l'architecture Inigo Jones et Christopher Wren[2], et à ses contemporains, qui introduisirent le style français dans l'architecture domestique anglaise Hugh May (en) et Sir Roger Pratt[1].

Bruce était un marchand à Rotterdam durant les années 1650 et joua un rôle dans la restauration de Charles II en 1659. Il transporta des messages entre le roi exilé et le Général Monck, et sa loyauté au roi fut récompensée par de lucratives charges officielles, dont celle de Surveillant général des travaux royaux en Écosse, dans les faits, « architecte du roi ». Parmi ses clients réguliers (patrons) se trouvait John Maitland, l'homme le plus puissant en Écosse à cette époque. Bruce s'éleva alors dans la société écossaise, devenant membre du Parlement et siégeant brièvement au Conseil privé d'Écosse.

En dépit de son manque d'expertise technique, Bruce devint l'architecte le plus important de son temps en Écosse. Il travailla avec des maçons et des bâtisseurs compétents, à qui il transmit un vocabulaire classique ; ainsi son influence dépassa de loin les cercles aristocratiques. Aux débuts des années 1660, il remodela nombre de demeures de campagne dont le Thirlestane Castle (en) pour le duc de Lauderdale et Hopetoun House. Parmi son travail le plus significatif figure sa propre demeure de style palladien à Kinross, construite sur la propriété du loch Leven qu'il avait achetée en 1675. En tant qu'architecte du roi, il supervisa la reconstruction du palais royal de Holyrood dans les années 1670, qui a donné au palais son apparence actuelle. Après la mort de Charles II, Bruce perdit les faveurs politiques dont il jouissait et plus tard, à la suite de l'accession au trône de Guillaume III et de Marie II, il fut même emprisonné plus d'une fois, suspecté d'être jacobite. Cependant, il réussit à continuer son travail architectural, fournissant souvent ses services à ses sympathies jacobites.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en)Colvin, Howard, A Biographical Dictionary of British Architects, 1600–1840, 3e éd. (New Haven/Londres : Yale University Press) 1995, pp 172-76.

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Colvin, p.172–176
  2. Fenwick, p.xv

Lien externe[modifier | modifier le code]