William Alexander Hammond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

William Alexander Hammond (28 août 18285 janvier 1900) est un médecin militaire et un neurologue[1] américain.

Durant la Guerre civile, comme 11e chirurgien général de l'armée américaine (1862–1864), il a fait des réformes importantes et créé le Musée médical de l'armée[2].

Il a été, aux États-Unis, le premier médecin à exercer exclusivement la neurologie, l'auteur du premier traité de cette discipline et l'un des fondateurs de l'association de neurologie[3],[4],[5].

W. A. Hammond
W. A. Hammond, gravure de H. B. Hall

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Annapolis dans le Maryland, Hammond grandit à Harrisburg en Pennsylvanie. Il reçoit son doctorat en médecine de l'université de New York à l'âge de vingt ans[4].

Première carrière dans l'armée[modifier | modifier le code]

Hammond est un homme de haute stature ; il est corpulent et de physique imposant[6] ; il aura le maintien militaire et de la facilité pour s'exprimer en public[7].

Il fait sa résidence et quelques mois de pratique privée, puis il devient assistant-chirurgien dans l'armée américaine en 1849 ; il y restera jusqu'en 1860. Il est d'abord affecté dans l'ouest, entre autres comme directeur médical de Fort Riley[7]. Il prend part aux guerres contre les Sioux. Ses expériences de plusieurs années sur un régime composé uniquement de blanc d’œuf et de gomme naturelle lui valent un prix de l'Association médicale américaine en 1857[8].

Tombé malade, il fait un voyage en Europe pour se remettre, et pour étudier les hôpitaux militaires[9]. À son retour, un intérêt commun pour les poisons agissant sur le système nerveux (dont le venin de serpent) le lie à Silas Weir Mitchell ; il publie avec lui une étude dans The American Journal of the Medical Sciences en 1859[10].

En 1860 il accepte une chaire d'anatomie et de physiologie à l'université du Maryland à Baltimore et quitte l'armée.

La guerre civile[modifier | modifier le code]

L'ascension[modifier | modifier le code]

Mais l'année suivante la guerre se déclare. Après quelque temps à l'infirmerie de Baltimore[11], Hammond reprend du service le 28 mai 1861 ; c'est un mois et demi après le début des hostilités. Il doit, selon les règles d'alors, recommencer au bas de l'échelle. Ses réformes sont si opportunes qu'il fait de l'ombre[12] à Clement Finley, le 10e « surgeon general », qui l'envoie inspecter en Virginie-Occidentale les campements et les hôpitaux sous le général William Rosecrans. Il y rencontre Jonathan Letterman, qui créera le « système Letterman », amélioration décisive du sort des blessés sur le champ de bataille.

Hammond arrive dans un climat d'intrigues, d'animosités, de luttes d'influences (dans l'armée et au Congrès), de guerre intestine[13]. Il n'est pas un intrigant (ni même un homme très flexible, selon tous les contemporains), mais la situation lui offrira de grandes possibilités d'avancement. Quand le « surgeon general », Clement Finley, après à peine onze mois de service, est limogé au terme d'une discussion orageuse avec le Secrétaire à la Guerre Edwin M. Stanton, Lincoln, contre l'avis de Stanton et les règles de promotion[12], nomme Hammond à sa place, le 25 avril 1862, avec le grade de brigadier-général. Hammond a 34 ans et moins d'un an s'est écoulé depuis son retour dans l'armée.

Le « surgeon general »[modifier | modifier le code]

Hammond se lance dans les réformes. On relève les critères d'entrée pour les professionnels de la santé[14],[15]. Les hôpitaux doivent tenir des dossiers beaucoup plus complets. Le musée national de santé et de médecine (National Museum of Health and Medicine) est fondé[16]. Hammond fonde l'hôpital Satterlee (il aura 4 500 lits dans des centaines de tentes)[17]. Il suggère qu'il y ait à Washington pour les militaires un corps médical permanent, un hôpital général permanent ; on devait centraliser les médicaments à Washington[18]. On ne devait plus devenir soldat avant vingt ans[15]. Il porte toujours une grande attention à la ventilation des hôpitaux[19]. Il transfère avec succès la responsabilité des trains de blessés des sociétés privées au gouvernement fédéral ; il supervise la réalisation des wagons sanitaires. Ses réformes au ministère de la Guerre sont aussi décisives que celles, appuyées par lui[20], de Jonathan Letterman sur le front. Il fait tester à fond les ambulances de ce dernier avant leur adoption pour tout le pays[21]. Dans les nouveaux hôpitaux, construits sur le modèle de l'hôpital pavillonnaire[22], la mortalité baisse de façon importante, et, en général, les initiatives de Hammond s'avéreront opportunes[23] . Mais elles suscitent des protestations, et il a des ennemis[24].

La chute[modifier | modifier le code]

Hammond se rend encore plus impopulaire quand il interdit, le 4 mai 1863, l'usage du calomel (du chlorure mercureux), qu'il ne trouve ni sûr ni efficace (on lui donnera plus tard raison) ; de plus, il trouve dangereux de faire vomir par le calomel, pour le « purger de ses humeurs mauvaises », un patient déjà affaibli[25],[26]. S'ensuit une « Rébellion du calomel »[27], la plupart de ses collègues pensant ne pouvoir s'en passer et y voyant une restriction à leur liberté de pratique. Le caractère de Hammond à cette époque n'est pas tel qu'il puisse se sortir de cette sorte de difficultés[28] et ses relations avec le Secrétaire à la Guerre Stanton, sont tendues. Hammond est écarté le 3 septembre 1863[29], envoyé en longue tournée d'inspection, et Joseph K. Barnes, médecin personnel et ami de Stanton[30], assure l'intérim.

Hammond exige ou bien de reprendre son poste ou d'être jugé par une cour martiale. Une cour martiale le trouve coupable d'« irrégularités » dans l'achat de fournitures médicales (Stanton a contrefait des documents)[31],[32]. Il est renvoyé le 18 août 1864[7],[29].

Après l'armée : le premier neurologue américain[modifier | modifier le code]

Hammond s'établit à New York. Il n'a plus guère que sa renommée, qui est grande[33]. Il devient professeur de maladies nerveuses et mentales à l'hôpital Bellevue en 1867 et, en 1874, à l'université de New York. Il enseigne de même à l'université du Vermont et guide des doctorants à New York. Dans les années 1870, premier médecin américain à le faire, il limite sa pratique aux cas de neurologie ; dès cette époque, il emploie le lithium (mais à des doses beaucoup trop fortes) pour traiter la manie[34].

En 1871 il publie son œuvre maîtresse, Treatise on diseases of the nervous system, traduite en français par Frédéric Labadie-Lagrave, en espagnol et en italien[35]. Au début de 1872 il traverse les États-Unis jusqu'à San Francisco pour aller voir Letterman, qui allait mourir peu après[12],[36]. En 1874, il fonde avec Silas Weir Mitchell et plusieurs autres l'American Neurological Association (Association américaine de neurologie)[37].

Finalement, en 1878, le Congrès autorise sa réhabilitation, mais sans compensation[7],[38].

En plus des soins donnés à sa clientèle, il publie de nombreux livres et articles, faisant preuve d'une impressionnante capacité de travail[39]. Autant il apparaît fougueux au cours de sa carrière dans l'armée, autant on le voit maintenant parmi les (vigoureux) sceptiques[40], les modérés[41] et les partisans de la liberté contre la contrainte[42] ; mais il ne cesse jamais d'être un réformateur. Dans ses temps libres, Hammond est romancier et vulgarisateur scientifique ; on a de lui une courte biographie de l'historien Polydore Virgile.

Il revient à Washington en 1888 et y fonde un hôpital[43] pour patients de maladies nerveuses et mentales[4]. C'est dans cette ville qu'il meurt, le 5 janvier 1900, de défaillance cardiaque. Il est enterré avec tous les honneurs militaires au cimetière national d'Arlington[44].

Publications[modifier | modifier le code]

Listes de publications[modifier | modifier le code]

  • L'ouvrage de Bonnie Ellen Blustein cité dans la bibliographie comprend une copieuse liste des œuvres de Hammond.

Publications choisies[modifier | modifier le code]

Médecine[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Allocution[modifier | modifier le code]

  • (1880) « Our friends who have passed away », dans Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 18, no 106, 15 mars 1880
    Nos amis décédés. « Portons un toast à ceux qui ne sont plus là » : le Hammond jovial et candide.

Articles dans le Popular Science Monthly[modifier | modifier le code]

Sur Wikisource

Histoire[modifier | modifier le code]

  • (1868) « Introduction », Polydori Virgilii De rerum inventoribus, Agathynian Club,‎ 1868, v — xvi (lire en ligne)
    Brève biographie de Polydore Virgile (le texte est en anglais) ; Hammond l'a datée de 1867.

Fiction[modifier | modifier le code]

Éponymie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bonnie Ellen Blustein, Preserve your love for science: Life of William A. Hammond, American neurologist, New York, Cambridge University Press, 1991, 304 p. 
Extraits sur Google Livres. Comprend une copieuse liste des œuvres de Hammond. Voir aussi Notes on sources, p. 266
  • Frank R. Freemon, « William Alexander Hammond: the centenary of his death », dans J Hist Neurosci. 2001 Dec;10(3):293-9. PMID 11770195
  • Frank R. Freemon, Gangrene and glory : Medical care during the American Civil War, Urbana, University of Illinois Press,‎ 2001, 254 p. (ISBN 9780252070105)
  • John T. Greenwood, Hammond and Letterman: A tale of two men who changed army medicine, Institute of Land Warfare,‎ 2003 (lire en ligne)
    Hammond et Letterman, l'histoire de deux hommes qui ont changé la médecine militaire
  • (en) James M. Phalen, « William Alexander Hammond », Army Medical Bulletin, no 52,‎ avril 1940, p. 42-46 (lire en ligne)
  • James Evelyn Pilcher, « Brigadier general William Alexander Hammond, surgeon general of the United States Army, 1862–1864 », dans The surgeon generals of the army of the United States of America; a series of biographical sketches of the senior officers of the military medical service from the American revolution to the Philippine pacification, Carlisle. Pa., The Association of military surgeons, 1905, vi+114 p. 
    Basé principalement sur le témoignage du général Smith, assistant et ami de Hammond

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La « neurologie » comprenait alors beaucoup de ce que nous appelons maintenant « psychiatrie ».
  2. (en) « About NMHM — Our Story » (consulté le 2013-04-13), site du National Museum of Health and Medicine
  3. Freemon, PMID 11770195
  4. a, b, c et d (en) « Reynolds Historical Library: Hammond, William Alexander » (consulté le 2012-04-15) On y fait référence aux bibliographes Garrison et Morton, 4542
  5. G. E. Scott et J. F. Toole, « 1860 — Neurology was there », dans Arch Neurol., 1998 décembre;55(12):1584-5. Résumé : PMID 9865808
  6. Il mesure 1,88 m, ce qui est rare à l'époque ; il aura jusqu'à 110 kg
  7. a, b, c et d Phalen
  8. Liste des publications, 1857
  9. Mai–août 1858 Blustein, p.  49 sur Google Livres
  10. Numéro de juillet. L'étude porte sur deux poisons pour empoisonner les flèches, le corroval et le vao. Brown-Séquard reprochera simplement aux auteurs d'avoir donné à ces poisons le nom générique de « curares » : Journal de la physiologie de l'homme et des animaux, t. 2, 1859, p. 707-709
  11. Il y soigne des soldats du Massachusetts se portant à la défense de Washington, sur lesquels des émeutiers avaient tiré ; c'est l'événement maintenant appelé émeute de Baltimore ; Phalen
  12. a, b et c Greenwood 2003
  13. Sur cette partie de la vie de Hammond jusqu'à son renvoi voir : Frank R. Freemon, Gangrene and glory, p. 142 sur Google Livres
  14. en:Medical Corps (United States Army)
  15. a et b The medical department of the United States Army sur Google Livres. The medical times and gazette, 1 (1863-01-24) (Recension du rapport du surgeon general pour l'année se terminant le 30 juin 1862)
  16. « [Les musées médicaux] étaient au cœur de l'enseignement médical durant le XIXe siècle. » Jonathan Reinarz, « The age of museum medicine: the rise and fall of the medical museum at Birmingham's School of Medicine », dans Soc Hist Med (décembre 2005) 18 (3): 419-437. DOI:10.1093/shm/hki050 Consulté le 26 avril 2012
  17. Photographie : Frank R. Freemon, Gangrene and glory, p. 88 sur Google Livres C'est aussi à Philadelphie que fut construit le « U. S. Army Hospital for diseases and injuries of the nervous system » (Ibid., p. 89 sur Google Livres)
  18. Mais pas pour l'armée du Potomac, où se trouvait Letterman. Gangrene and glory, p. 84 sur Google Livres
  19. Frank R. Freemon, Gangrene and glory, p. 89 sur Google Livres et p. 38
  20. Frank R. Freemon, Gangrene and glory, p. 87 sur Google Livres
  21. « An ambulance system » sur Google Livres, dans American medical times, vol. 8 (1864-01-02)
  22. Pilcher, p. 52 (« pavilion system »)
  23. Pilcher résume (p. 55) ainsi la contribution de Hammond : « He recommended the formation of a permanent hospital corps, the establishment of an army medical school, the autonomy of the medical department in construction of buildings and transportation of supplies, and the institution of a military medical laboratory. »
  24. Par exemple chez les fournisseurs de l'armée exclus par Hammond parce le prix, la qualité ou la quantité de leurs produits étaient contestables. « Circular in behalf of the surgeon-general, 1863 » sur Google Livres, dans American Medical Times vol. 8, (1864-01-02)
  25. Le tartre stibié (tartar emetic) sera interdit du même coup : Caring for the Men
  26. Frank R. Freemon
  27. Pour une brève histoire de cet épisode, voir : (en) Jose Llinas, « Only victim of the Calomel Rebellion », dans Gainesville Sun, 5 juin 1987, p. 11. Également, l'extrait du livre de Steve Herman, Lieutenant Colonel Samuel Cohen: Call Sign Band-Aid Six, p. 169-172 sur Google Livres
  28. Un assistant-chirurgien, témoin d'une inspection de Hammond, déclara n'avoir jamais vu « un individu plus arrogant ni plus pompeux ». Freemon, qui raconte la chose (Frank R. Freemon, Gangrene and glory, p. 143 sur Google Livres), rappelle aussi que plus tard dans sa vie Hammond se trouva moins imbu de lui-même que quand il était assistant-chirurgien. (Hammond 1880 : p. 542)
  29. a et b Dossier officiel, reproduit dans Frank R. Freemon, Gangrene and glory, p. 162 sur Google Livres
  30. Frank R. Freemon, Gangrene and glory p. 142 sur Google Livres.
  31. « He used false data », Steve Herman, Lieutenant Colonel Samuel Cohen: Call Sign Band-Aid Six, p. 171 sur Google Livres
  32. « [T]rumped-up charges » (en) « Reynolds Historical Library: Hammond, William Alexander » (consulté le 2012-04-15)
  33. Les coûts de sa défense en cour martiale l'avaient mis dans une position financière difficile ; Phalen
  34. Hammond, A Treatise on diseases of the nervous system sur Google Livres, p. 381 : « I have used the bromide of lithium in cases of acute mania[...] The doses should be large[...] » Commentaire dans un bulletin de l'OMS, p. 516 : « it is difficult to determine in retrospect whether it was the lithium or the bromide that was the critical agent. »
  35. En français Traité des maladies du système nerveux disponible sur Gallica. Pour les autres langues, voir la bibliographie de Blustein sur Google Livres
  36. Bennett A. Clements, Memoir of Jonathan Letterman sur Google Livres, 1883
  37. Histoire de l'American Neurological Association : Histoire de l'American Neurological Association
  38. La loi [traduction] « fut votée à la Chambre à l'unanimité et au Sénat à l'unanimité moins une voix ». Appletons' cyclopaedia of American biography, vol. 3, p.69 sur Google Livres
  39. La seule liste de ses articles dans des revues scientifiques occupe neuf pages dans Blustein sur Google Livres, à raison de plus de vingt articles par page.
  40. 1871b ; Hammond offre un prix si le paranormal se manifeste 1879b
  41. Popular Science Monthly, 1887
  42. 1879a ; Popular Science Monthly 1890
  43. Appelé « sanatorium » à l'époque
  44. Section 1, tombe 465. Site du cimetière : (en) « William Alexander Hammond » (consulté le 2012-04-14)
  45. Frank R. Freemon, Gangrene and glory, p. 163 sur Google Livres
  46. Voir la recension no 67
  47. Tracy J. Putnam, « Athetosis », dans Yale J Biol. Med., 11 (5): 459–465 (mai 1939). PMC 2602263. PMID 21433835. Lire en ligne
  48. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19892141
  49. Hammond et Xantus de Vesey n'ont pas été les seuls « chirurgiens-ornithologistes » : Edgar Erskine Hume, Ornithologists of the United States Army Medical Corps: Thirty-six biographies. Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1942, 583 p. 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]