Wilhelmine de Prusse (1774-1837)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wilhelmine de Prusse.

Wilhelmine de Prusse

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Wilhelmine de Prusse (jeune)

Titre

Reine consort de Hollande

6 décembre 181312 octobre 1837
(23 ans, 10 mois et 6 jours)

Prédécesseur Hortense de Beauharnais
Successeur Anne de Russie
Biographie
Dynastie Maison de Hohenzollern
Nom de naissance Frederica Louisa Wilhelmina
Naissance 18 novembre 1774
Potsdam (Prusse)
Décès 12 octobre 1837 (à 62 ans)
La Haye (Pays-Bas)
Père Frédéric-Guillaume II de Prusse
Mère Frédérique-Louise
Conjoint Guillaume Ier des Pays-Bas
Enfants Guillaume IIRed crown.png
Frédéric d'Orange-Nassau
Pauline d'Orange-Nassau
Marianne d'Orange-Nassau


Wilhelmine de Prusse (Nom complet en néerlandais: Frederica Louisa Wilhelmina; en allemand: Friederike Luise Wilhelmine) (18 novembre 1774, Potsdam - 12 octobre 1837, La Haye) est née princesse de Prusse et est devenue reine consort des Pays-Bas par son mariage avec le roi Guillaume Ier des Pays-Bas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilhelmine est née à Potsdam en Allemagne le 18 novembre 1774. Elle est la quatrième enfant du roi Frédéric-Guillaume II de Prusse et la reine Frédérique-Louise.

Elle reçoit une éducation assez sévère dominée par l'influence de son grand-oncle Frédéric le Grand qui meurt en 1786 .

Le 1er octobre 1791, elle épouse à Berlin son cousin utérin Guillaume d'Orange-Nassau, fils du stathouder, Guillaume V, prince d'Orange,et de ... Wilhelmine de Prusse, sa tante et homonyme.

Bien que le mariage fut arrangé entre les familles de Prusse et d'Orange pour sceller une nouvelle fois leur alliance, le mariage fut heureux. Le jeune couple s'installe dans le Palais Noordeinde à La Haye où naît leur fils aîné. Les autres enfants naîtront à Berlin pendant l'exil consécutif à l'invasion du pays par les troupes révolutionnaires Françaises.

Guillaume et Wilhelmine ont six enfants :

  • un enfant mort-né en 1806

Exil et restauration[modifier | modifier le code]

Guillaume Ier (1819)
Le royaume uni des Pays-Bas (1815/1830): 1.Provinces unies, 2.Limbourg, 3.Belgique, 4-5. Luxembourg

En 1795, les français envahissent les Provinces-Unies et la famille princière se voit contrainte à l'exil.

Elle se réfugie d'abord en Angleterre, puis en 1796 en Prusse à Berlin dans la famille de Wilhelmine.

Pendant cet exil, Wilhelmine met régulièrement au monde des enfants mais en 1806, s'échappant en Pologne alors que les français s'approchent de Berlin, elle met au monde un enfant mort-né.

La défaite de Napoléon à Leipzig inaugure la fin de son empire et le départ des troupes françaises.

Face aux désirs d'annexion des anciennes Provinces-Unies par l'Angleterre et de la Prusse, le comte Leopold de Limburg Stirum, ouvernuer de La Haye forme avec deux autres aristocrates un triumvirat, proclame la création de la principauté souveraine des Pays-Bas unis et offre la couronne à Guillaume, fils du dernier statthouder.

Guillaume retrouve sa patrie le 30 novembre 1813 mais refuse le titre de roi et se contente de celui de "prince souverain".

En 1814, l'empire français ayant été écrasé, le Congrès de Vienne qui remodèle l'Europe, décide la création ex-nihilo d'un état-tampon au nord de la France et crée le Royaume des Pays-Bas unissant unilatéralement les feues Provinces-unies calvinistes aux anciens Pays-Bas autrichiens et à l'ex-Principauté épiscopale de Liège catholiques et en grande partie francophones (actuelle Belgique). Il confie cet état au prince Guillaume d'Orange-Nassau.

De plus, le Luxembourg, promu au rang de grand-duché est donné à Guillaume et à ses héritiers "à titre personnel", la forteresse de Luxembourg-ville, la plus puissante d'Europe, reçoit cependant une garnison prussienne.

Cependant le débarquement de l'ex-empereur des Français l'amène à s'auto-proclamer roi des Pays-Bas le 16 mars 1815 après s'être vu garantir par la constitution de larges pouvoirs.

Après les Cent-jours qui ont vu le roi de Louis XVIII de France de nouveau en exil à Gand et la défaite de Napoléon à Waterloo, Guillaume est définitvement un roi constitutionnel aux pouvoir étendus et Wilhelmine devient reine consort.

Pour mieux asseoir l'indépendance de son pays, Guillaume Ier marie dès 1816 son héritier à Anna Pavlovna de Russie, soeur du tsar Alexandre Ier. Les autres enfants épouseront comme leur père des memebres de la Maison royale de Prusse.

Une reine timide et artiste[modifier | modifier le code]

Wilhelmine a un tempérament effacé et reste en retrait des affaires politiques de son pays. Elle n'est pas très populaire car souvent perçue comme cherchant à isoler la famille royale.

Dans la partie belge du royaume des Pays-Bas, elle est souvent critiquée pour ses tenues vestimentaires de style allemand.

Elle a cependant quelques affinités pour le domaine des arts. Elle assiste à des expositions, soutient la sauvegarde des musées et supporte les artistes.

Elle-même entreprend des études en art, et devient membre honoraire de l'Académie Royale des Beaux-Arts.

Au début de 1820, son état de santé se dégrade, et à partir de 1829, elle fait peu d'apparitions publiques.

En 1830, conséquemment au mouvement révolutionnaire Français qui a mis fin à la monarchie des Bourbon, la Belgique fait sécession et soutenue par l'Angleterre et la France de Louis-Philippe, proclame son indépendance et s'érige en royaume. Désavoué par ses pairs, Guillaume Ier opte pour une politique plus conservatrice qui lui aliène une partie de l'opinion.

Wilhelmine, qui se tient à l'écart de la vie publique, s'éteint en 1837 au Palais Noordeinde à La Haye. Elle est inhumée dans la crypte royale de la Nouvelle Église de Delft.

Le roi abdique trois ans plus tard en faveur de son fils aîné Guillaume II des Pays-Bas, s'exile en Prusse pour pouvoir épouser sa maîtresse Henriette d'Oultremont, une dame Belge et catholique.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]