Wilhelm Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wilhelm Michel (1877-1942) est un écrivain allemand de la première moitié du XXe siècle. Il était un spécialiste du poète Friedrich Hölderlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilhelm[1] Michel naît le 9 août 1877, à Metz, une ville de garnison animée du Reichsland Elsaß-Lothringen[2]. Il grandit à Frankenstein dans le Palatinat, et étudie la philologie et le droit à Würzburg et à Munich. En 1901, Wilhelm Michel s’installe à Munich, comme écrivain et critique littéraire.

À partir de 1906, il devient un collaborateur régulier de la revue Die Weltbühne. Il collaborera à cette revue jusqu'en 1930. En 1925, il reçoit le Prix Georg-Büchner. En février 1933, il s’oppose à Carl von Ossietzky sur la mise en scène de la pièce de théâtre de Bertolt Brecht, Sainte Jeanne des Abattoirs[3].

Wilhelm Michel décéda le 16 avril 1942, à Darmstadt, en Allemagne.

Son œuvre est aujourd’hui largement tombée dans l’oubli[4].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Apollon und Dionysos. Dualistische Streifzüge 1904.
  • Rainer Maria Rilke 1905.
  • Der Zuschauer. Gedichte 1907.
  • Friedrich Hölderlin 1912.
  • Der Mensch versagt 1920.
  • Hölderlins abendländische Wendung 1923.
  • Hölderlin und der deutsche Geist 1924.
  • Das Leiden am Ich 1930.
  • Das Leben Friedrich Hölderlins 1940.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guilelmus Michel, avec la forme latinisée de Wilhelm [1].
  2. L’Express, n° 2937, du 18 au 24 octobre 2007, dossier « Metz en 1900 »
  3. Wilhelm Michel: Antworten, Darmstadt. In: Die Weltbühne. 7/02/1933. (pp. 230 et suiv.).
  4. Michel, Wilhelm sur Katalog der Deutschen Nationalbibliothek.

Sources[modifier | modifier le code]