Les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Wilhelm Meister)
Aller à : navigation, rechercher
Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister
Image illustrative de l'article Les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister
Page de titre et dos de l’édition originale avec reliures d’époque.

Auteur Johann Wolfgang von Goethe
Genre Roman d'apprentissage
Version originale
Titre original Wilhelm Meisters Lehrjahre
Éditeur original Johann Friedrich Unger
Langue originale Allemand
Pays d'origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Lieu de parution original Berlin
Date de parution originale 1795-96
Version française
Traducteur Charles-Louis de Sevelinges
Lieu de parution Paris
Éditeur François Louis
Date de parution 1802

Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister est un roman d'apprentissage écrit par Goethe en 1795-96 : un héros chemine et doit faire son apprentissage de la vie tout en déjouant les différents obstacles qui se dressent devant lui.

C'est à propos de ce roman que fut forgé par l'universitaire Karl Morgenstern le terme de Bildungsroman (roman de formation[1].)

Synopsis[modifier | modifier le code]

Wilhelm Meister est un jeune marchand qui se croit une vocation d’acteur dramatique, vocation qui se serait éveillée en lui le jour où ses parents auraient fait l’acquisition d’un théâtre de marionnettes. Il se fait engager dans une troupe errante et découvre le monde, l’amour, les sociétés. Pour lui, la littérature et le théâtre peuvent changer la société car ils permettent d’approcher la réalité et l’idéal qui sont deux pôles indissociables.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Ce roman se caractérise par ses analyses de Shakespeare et, plus particulièrement d’Hamlet. Wilhelm est en effet amené à le lire à l'initiative de Jarno (chapitre 8, livre III)[2], et interprétera le rôle d’Hamlet au livre V, chapitre V. L’œuvre introduit également une réflexion sur la franc-maçonnerie : Wilhelm découvrant, à la fin du roman, que toute sa vie fut l’objet de l’attention d’une confrérie secrète.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Pernot, article « Roman de formation », in Paul Aron, Denis Saint-Jacques et Alain Viala (dir.), Le Dictionnaire du littéraire, PUF, Quadrige, 2002, p.547.
  2. « N'avez-vous donc jamais vu une pièce de Shakespeare, lui dit Jarno en le prenant à part. [...] Je vous en prêterai quelques volumes. », Gallimard, Pléiade, 1954, p. 530-531

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :