Wilhelm Küchelbecker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wilhelm Küchelbecker

alt=Description de l'image Kuhelbekker.jpg.
Activités poète
Naissance 21 juin 1797
Saint-Pétersbourg
Décès 23 août 1846
Tobolsk
Genres poésie

Wilhelm Karlovitch Küchelbecker ou Küchelbeker (en russe : Вильге́льм Ка́рлович Кюхельбе́кер), né le 21 juin 1797 à Saint-Pétersbourg, mort le 23 août 1846 à Tobolsk, est un poète et écrivain russe, ami d'Alexandre Pouchkine et un décembriste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesses[modifier | modifier le code]

Wilhelm Küchelbecker est issu d'une famille allemande installée à Saint-Pétersbourg. Son père Karl Heinrich Küchelbecker est né en Saxe à Bautzen, et sa mère, née Lohmann, est une Allemande de la Baltique, née à Segewold en Livonie. Il passe son enfance dans une famille et un environnement familial germanophone dans le domaine familial donné par Paul Ier à Awwinorm dans le Wierland.

Il commence ses études en 1808 dans une école privée allemande de Werro, puis les poursuit à partir de 1811 dans le tout nouveau lycée de Tsarskoïe Selo, où il se lie avec Alexandre Pouchkine, qui lui trouve le surnom de Kioukhlia et avec Anton Delvig. Il a la réputation d'être gauche et maladroit[1].

Il enseigne les Lettres et le latin de 1817 à 1820 à la prestigieuse pension noble de Saint-Pétersbourg, où il a Mikhaïl Glinka comme élève[2].

L'insurgé[modifier | modifier le code]

Küchelbecker adhère à la « Société du Nord » en novembre 1825[3]. Lors de l’insurrection décabriste, le 14 décembre 1825, il fait partie du complot visant à assassiner le jeune frère du l'empereur, le grand-duc Michel. Après l'échec du soulèvement des décembristes, il prend la fuite à l'étranger. Identifié et arrêté à Varsovie le 19 janvier 1826, il est transféré à Pétersbourg. Il est condamné de première catégorie et le tribunal lui inflige une peine de vingt ans de travaux forcés. Le 27 juillet 1826, il est transféré à la forteresse de Priozersk, puis sa peine est réduite à quinze ans, le 22 août 1826. Il est incarcéré, le 30 avril 1827, à la forteresse de Schlusselbourg, et transféré par décret de Nicolas Ier, le 12 octobre 1827, à la forteresse de Dünaburg en Livonie ; le 15 avril 1831, un nouveau transfert le mène à Revel puis le 31 octobre 1831 à Sveaborg. Le 20 janvier 1836, il rejoint son frère, Mikhaïl Küchelbecker, également décabriste, à Bargouzine[4].

Il meurt de tuberculose à Tobolsk.

Postérité littéraire[modifier | modifier le code]

L'écrivain soviétique Iouri Tynianov a mis en scène Wilhelm Küchelbecker ainsi que ses amis Alexandre Pouchkine et Alexandre Griboïedov dans trois romans historiques, Le Disgracié (Кюхля), consacré à Küchelbecker, La Mort du Vazir-Moukhtar, consacré à Griboïedov et La Jeunesse de Pouchkine[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Wilhelm Küchelbecker[6] sont peu nombreuses :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Markowicz 2011, p. 514
  2. Sa sœur, Justine, était l'épouse du cousin germain du père de Glinka
  3. Markowicz 2011, p. 514
  4. www.kostyor.ru
  5. Ces trois romans sont parus aux éditions Gallimard dans des traductions de Lily Denis.
  6. Markowicz 2011, p. 514
  7. Dans son ouvrage Le Soleil d'Alexandre, André Markowicz donne la traduction d'une dizaine de poèmes de Küchelbecker.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]