Wilhelm Gustloff (paquebot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

55° 04′ N 17° 25′ E / 55.07, 17.41 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Wilhelm Gustloff
Wilhelm Gustloff
Image illustrative de l'article Wilhelm Gustloff (paquebot)
Le Wilhelm Gustloff à Dantzig (Gdansk) en 1939.

Type Paquebot transformé en navire-hôpital
Histoire
Lancement [1]
Mise en service [2]
Statut Torpillé le
Caractéristiques techniques
Longueur 208,5 mètres[1]
Maître-bau 23,5 m
Tonnage 25 484 GRT
Propulsion 2 moteurs Diesel 8 cylindres MAN, 2 hélices
Puissance 9 500 ch
Vitesse 15,5 nœuds
Ponts 8
Autres caractéristiques
Passagers 1 463 en traversée commerciale
Équipage 417
Chantier naval Blohm & Voss, Hambourg
Armateur Hamburg-South America Line
Coût 25 millions de Reichmarks[1]

Le Wilhelm Gustloff est un navire de croisière prestigieux de grandes dimensions lancé à Hambourg par la marine allemande le , qui porte le nom d'un responsable national-socialiste assassiné l'année précédente. Transportant plus d'un millier de soldats et d'officiers allemands ainsi que plusieurs milliers de réfugiés de Prusse-Orientale fuyant la progression de l'Armée rouge, il est torpillé par un sous-marin de la marine soviétique le . Selon des études récentes (Heinz Schön), son naufrage provoqua la mort d'au moins 5 300 personnes, une source allemande annonçant quant à elle le chiffre d'environ 9 343 personnes, ce qui en ferait la plus grande catastrophe maritime de tous les temps.

Baptême nazi[modifier | modifier le code]

Maquette du Wilhelm Gustloff

Wilhelm Gustloff était un activiste du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) en Suisse (Landesgruppenleiter), à l'antisémitisme exacerbé. Né le à Schwerin (dans le Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale), il fut assassiné à Davos le par David Frankfurter, étudiant juif qui rêvait par ce geste de « réveiller son peuple ».

Adolf Hitler décide de baptiser de son nom un paquebot en cours de finition dans les chantiers navals de Hambourg. Le lancement du navire a lieu en présence d'Hitler et d'Hedwig Gustloff, veuve de Gustloff.

Un paquebot prestigieux[modifier | modifier le code]

Lancé le , le Wilhelm Gustloff est un paquebot prestigieux de la Kraft durch Freude (« la force par la joie »), organisation de loisirs créée par le dirigeant national-socialiste Robert Ley afin de concilier la classe ouvrière au régime.

Le navire fait 208 mètres sur 24, il a un tonnage de 26 000 tonnes et est conçu pour transporter un total de 1 865 personnes. Étant utilisé par la Kraft durch Freude, il ne comporte pas de classe de luxe, ce qui est un fait rare pour l'armement des navires de croisière de l'époque.

Le Wilhelm Gustloff sert à de nombreuses croisières à la fin des années 1930. Il est réquisitionné le 22 septembre 1939 pour être transformé en navire-hôpital de la marine de guerre. Lors de la campagne de Norvège au printemps 1940, il est utilisé pour rapatrier les blessés. Le 20 novembre 1940, l'ancien paquebot est mis à quai au port de Gotenhafen, dans le district de Dantzig-Prusse-Occidentale (aujourd'hui Gdynia, en Pologne), afin d'y servir de caserne flottante pour la seconde division-école de sous-mariniers.

Une fin tragique[modifier | modifier le code]

Il est réquisitionné comme navire-hôpital en 1940.

La fuite face aux Russes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Début 1945, la progression des troupes soviétiques et la défaite de l'Allemagne semblent inéluctables. La Prusse-Orientale accueille de nombreux civils et militaires fuyant l'offensive de l'Armée rouge.

C'est alors qu'a lieu l'opération Hannibal employant quatre grands navires de transport pour évacuer la population. Plusieurs milliers d'entre eux prennent place à bord du Wilhelm Gustloff qui lève l'ancre au matin du , dans l'espoir de rejoindre les ports de Flensbourg et de Kiel, encore libres de toute occupation. Une liste officielle dresse le nombre de 4 958 personnes à bord, comprenant membres d'équipage, soldats et réfugiés civils[3]. Dans les faits, ce nombre est très supérieur. Il dépasse les 8 000 personnes et de récentes recherches (Heinz Schön) avancent le chiffre de 10 050 personnes[4]. L'unique certitude est que plus de 4 000 enfants et adolescents s'y trouvaient alors.[réf. nécessaire].

Cependant, la mer Baltique est alors peu sûre, car de nombreux sous-marins de la marine soviétique y patrouillent afin de couler tout navire allemand qu'ils pourraient croiser. Dès le début du voyage du Wilhelm Gustloff, trois sous-marins sont signalés, mais ils sont jugés sans danger pour le paquebot.

Le naufrage[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Au soir du 30 janvier, le Wilhelm Gustloff, escorté d'une seule vedette lance-torpille, reçoit un message d'une formation de dragueurs en approche lui demandant de naviguer avec les feux de position allumés pour éviter tout risque de collision entre les navires, ordre que le capitaine Petersen exécute immédiatement. Mais un quatrième sous-marin se trouvait alors en patrouille à proximité, le long de la côte basse de Poméranie orientale, le S13.

Alexandre Marinesko, le capitaine du sous-marin, fait armer quatre torpilles, dénommées « Pour la mère-patrie », « Pour le peuple soviétique », « Pour Leningrad » et « Pour Staline ». La dernière fait long feu et doit être retirée du tube puis désamorcée en catastrophe, tandis que les trois premières touchent le paquebot, qui coule en moins de 50 minutes.

Les torpilles frappent le flanc bâbord du paquebot allemand. La première pulvérise le compartiment de l'équipage à l'avant. La seconde explose juste en dessous de la piscine, où des dizaines d'auxiliaires féminines de l'armée ont trouvé refuge. La troisième atteint la salle des machines, plongeant instantanément le bâtiment dans le noir.

Pendant ce temps, une grande panique règne à bord du navire bondé, où les canots de sauvetage sont en sous-nombre et assaillis. L'un des rescapés, le mécanicien Johann Smrczek, fera le récit des événements. Ayant rejoint le pont supérieur aménagé pour les blessés du front oriental, il y a « pris conscience du drame qui se déroulait en bas. À travers les vitres blindées, je ne pouvais les entendre crier. Mais les gens étaient serrés comme des sardines et le pont inférieur était déjà à moitié couvert d'eau. Et j'ai vu des éclairs, des coups de feu. Les officiers tuaient leur propre famille[5]. »

Seuls 996 rescapés sont secourus par des navires accourus à la rescousse et groupés autour du croiseur lourd Admiral Hipper, laissant derrière eux plusieurs milliers de victimes.

Des catastrophes oubliées[modifier | modifier le code]

D'autres navires de transport subiront le même sort dans la fuite de la Prusse-Orientale ou à partir de la baie de Lübeck :

Du fait de son contexte, une Seconde Guerre mondiale sanguinaire entachée de nombreux drames, ces catastrophes resteront longtemps quasi ignorées. De plus, la découverte de l'horreur de la Shoah à la même époque a occulté toute référence à la souffrance des Allemands. Ce n'est que bien plus tard que des chercheurs et des auteurs se sont penchés sur cette tragédie[6].

Au cinéma[modifier | modifier le code]

  • Nacht fiel über Gotenhafen, un film de Frank Wisbar de 1959

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Ship Specifications », sur wilhelmgustloff.com.
  2. (en) « The 'Official' Maiden Voyage of the Wilhelm Gustloff », sur Wilhelm Gustloff Museum.
  3. (en) « Wreck Artifacts from the Wilhelm Gustloff », sur Wilhelm Gustloff Museum.
  4. Heinz Schön, Die Gustloff-Katastrophe, 2002.
  5. Le Torpillage du « Wilhelm Gustloff », par Gabriel Vital-Durand, article d'herodote.net, référence francophone de la vulgarisation historique sur le net
  6. L'activité de groupuscules d'extrême-droite en Allemagne a également joué en faveur du rappel de certaines de ces catastrophes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]