Wilhelm Gustloff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Wilhelm Gustloff (paquebot)

Wilhelm Gustloff, né le 30 janvier 1895 à Schwerin (Allemagne), est un militant nazi allemand actif en Suisse, mort le 4 février 1936 à Davos, abattu par un étudiant antinazi issu d'une famille juive.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilhelm Gustloff reçoit une formation d'employé de banque. Souffrant d'une maladie pulmonaire, il n'est pas mobilisé durant la Première Guerre mondiale ; venu en 1917 à Davos pour se soigner, il s'y installe ensuite définitivement, y travaillant dans les services météorologiques.

Membre du Deutschvölkischer Schutz- und Trutzbund à partir de 1921, il adhère au parti nazi en 1929 et devient Landesgruppenleiter (« dirigeant de groupe territorial ») pour la Suisse dans le cadre de la NSDAP-Auslandsorganisation (« Organisation extérieure du NSDAP »).

Après l'arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne, Gustloff renforce son implantation avec des « bases » (Berne, Glaris, Lausanne et Zuoz dans le canton des Grisons) et des « groupes locaux » (Bâle, Davos, Lugano, Zürich), dont le nombre augmente assez vite. Il se livre à une propagande antisémite notoire, diffusant les Protocoles des Sages de Sion.

Ses activités proallemandes et antisémites aboutissent à des interpellations au Parlement dès décembre 1933, sans résultat ; mais en 1935, Gustloff est tout de même sérieusement menacé d'expulsion du territoire suisse après la publication d'un ouvrage Der Reichsdeutsche, dans lequel il reconnait avoir prêté serment d'obéissance à Hitler. Les Allemands essayant de lui fournir une immunité diplomatique, il s'ensuit des débats qui permettent de surseoir à cette expulsion.

Parti pour Berlin pour l'anniversaire de l'avènement de Hitler (30 janvier), il est assassiné dans son appartement le 4 février 1936, peu après son retour à Davos, par un étudiant yougoslave, David Frankfurter, fils d'un rabbin, qui souhaitait par ce geste « réveiller son peuple ». À la fin de l'année, Frankfurter est condamné à 18 ans de prison (il sera libéré en 1945).

Le paquebot Wilhelm-Gustloff

Adolf Hitler décide d'honorer Wilhelm Gustloff, martyre de la cause du national-socialisme, en donnant son nom à un paquebot en cours de finition dans les chantiers navals de Hambourg. Le lancement du Wilhelm Gustloff a lieu en présence de Hitler et de la veuve de Gustloff (le navire finira torpillé en janvier 1945 en mer Baltique, avec plus de 5 000 personnes à bord, une des plus grandes catastrophes maritimes de l'histoire).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En allemand
  • Peter Bollier, 4. Februar 1936: das Attentat auf Wilhelm Gustloff, dans Roland Aergerter (dir.), Politische Attentate des 20. Jahrhunderts, Zurich, NZZ Verlag, 1999
  • Emil Ludwig, Peter O. Chotjewitz et Helmut Kreuzer (Hrsg.), Der Mord in Davos, Herbstein, 1986

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]