Wilhelm Abraham Teller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wilhelm Abraham Teller, né en 1734 et mort en 1804, fut un théologien protestant allemand, adepte du rationalisme théologique issu des Lumières allemandes (Aufklärung).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Leipzig, il professa la théologie à Helmstedt, mais la grande hétérodoxie de ses méthodes rendit sa position intolérable. Il alla alors s'établir en 1769 à Berlin, où il devint membre du consistoire, premier pasteur de la paroisse luthérienne de Saint-Pierre et membre de l'Académie de Berlin. Son enseignement consistait à expliquer par des allégories. Ses écrits présentent un rationalisme qui tend à supprimer le merveilleux pour se rapprocher du déisme.

Disciples[modifier | modifier le code]

Le Dr Ockel, lui-même prédicateur et écrivain luthérien, s'affirma dans ses nombreux écrits comme l'un de ses principaux disciples.

Œuvre[modifier | modifier le code]

On a de lui :

  • Lehrbuch des christlichen Glaubens (Doctrine de la foi chrétienne), 1764 ;
  • Wörterbuch des Neuen Testamentes zur Erklärung der christlichen Lehre (Dictionnaire du Nouveau-Testament), 1772. L'objet de cet ouvrage était de forger un langage nouveau pour le Nouveau Testament : ce lexique mit Teller parmi les rationalistes les plus avancés de son temps.
  • Anleitung zur Religion überhaupt und zum Allgemeinen des Christenthums besonders; für die Jugend höherer und gebildeter Stünde aller Religions parteien (Morale pour tous les états), 1787 ;
  • La plus ancienne Théodicée ou Explication des 3 premiers chapitres de la Genèse, 1802.

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Abraham Teller » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)