Wild Sky Wilderness

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wild Sky Wilderness
Catégorie UICN Ib (zone de nature sauvage)
Emplacement Washington Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville proche Skykomish
Coordonnées 47° 48′ 00″ N 121° 24′ 00″ O / 47.8, -121.447° 48′ 00″ Nord 121° 24′ 00″ Ouest / 47.8, -121.4  
Superficie 431 km2
Création 2008
Administration Service des forêts des États-Unis

La Wild Sky Wilderness est une aire sauvage de 431 km2 située dans l’État de Washington au nord-ouest des États-Unis. Elle est située à mi-chemin entre le parc national des North Cascades et le parc national du Mont Rainier dans la forêt nationale du Mont Baker-Snoqualmie au sein de la chaine des Cascades. Elle est située à proximité de la Henry M. Jackson Wilderness.

Il s'agit de la première aire sauvage à avoir été créée dans l'état depuis 1984.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création de l’aire sauvage nécessita plusieurs tentatives suite aux blocages de certains élus. Ce n’est que le , après un long cheminement, que la loi de proclamation sera finalement signée par le président américain George W. Bush[1],[2],[3],[4].

Terres privées[modifier | modifier le code]

Une partie des terrains de la réserve appartiennent à des propriétaires privés. Environ 8 km2 de la zone appartenaient ainsi à des privés lorsqu’elle fut pour la première fois proposée à la création. Depuis 2003, des organismes comme le Wilderness Land Trust et le Cascade Land Conservancy ont racheté un tiers de ces terrains et les efforts continuent.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Mixed bag for state's Democrats », The Seattle Times (consulté le 2 janvier 2007)
  2. (en) « Wild Sky Passes Senate », Everett Herald (consulté le 10 avril 2008)
  3. (en) « House approves Wild Sky wilderness in Washington state », The Seattle Times (consulté le 29 avril 2008)
  4. (en)« Bush signs Wild Sky wilderness bill », The Seattle Times (consulté le 8 mai 2008)