Wilaya de Batna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batna (homonymie).

35° 47′ 00″ N 6° 03′ 00″ E / 35.7833, 6.05

Wilaya de Batna (05)
Siège de la wilaya
Siège de la wilaya
Localisation de la Wilaya de Batna
Localisation de la Wilaya de Batna
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Chef-lieu Batna
Daïras 12
Communes 61
Président d'APW Guettaï Brahim (FLN)[1]
2002-2007
Wali Hocine Mazouz[2]
Code wilaya 05
Wilaya depuis 1962
Budget 1,626 milliard de DA[3]
Démographie
Population 1 119 791 hab. (2008[4])
Densité 92 hab./km2
Rang 5e
Géographie
Superficie 1 219 200 ha = 12 192 km2
Rang 17e
Liens
Site web wilaya-batna.gov.dz

La wilaya de Batna (en arabe : ولاية باتنة) est une wilaya située au nord-est de l'Algérie, dans la région des Aurès, dont le chef-lieu est la ville éponyme de Batna.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La wilaya de Batna est située au nord-est de l'Algérie, dans la région des Aurès. Elle est délimitée :

Wilayas limitrophes de la wilaya de Batna
Wilaya de Sétif Wilaya de Mila Wilaya d'Oum-El-Bouaghi
Wilaya de M'Sila wilaya de Batna Wilaya de Khenchela
Wilaya de Biskra

Transports[modifier | modifier le code]

Le réseau routier de wilaya de Batna est passé de 495 km à l’indépendance à 3,500 km en 2012, dont 850 km de routes nationales.

La voie ferrée des Hauts-plateaux traverse la wilaya de Batna sur une distance de 200 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Histoire des Aurès, Algérie et Aurès.
Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Le mausolée de Madracen date de 300 ans avant J.C. Il s'agit d'un monument numide et du plus ancien mausolée de l'Algérie[5].

Des écrits romains[Lesquels ?] nous révèlent une partie de l'histoire des Aurès. Les Aurès étaient habités par les Libyens, les Gétules (Zénètes). La population des Aurès était appelée les Numides. Plusieurs conquérants se sont fondus dans la population[évasif] comme les Romains, les Vandales, les Byzantins et les Arabes. Plusieurs royaumes étaient établis avant l'arrivée des Romains dans la région des Aurès. Sous Massinissa, les Aurès faisaient partie du royaume de la Numidie.

Plusieurs révoltes berbères eurent lieu contre les Romains : Tacfarinas s'est révolté contre les Romains. Faraxen[6], venant du Djudjura, attaque la Numidie romaine[7], avec l'aide de cinq tribus, les Quinquegentiani et les Babares et les tribus originaires des Aurès, du sud et du Hodna. Il est capturé à Lambèse, à 10 km de Batna, comme l'indiquent des inscriptions sur place[Lesquelles ?].

Les Vandales et les Byzantins vont influencer la région. Plusieurs révoltes sont recensées par les historiens dans la région des Aurès[Lesquels ?]. Les musulmans arrivent pour islamiser la région[Quand ?]. Koceila et Dihya vont s'imposer dans la région et dans tout l'est de l'Afrique du Nord.

Au VIIe siècle, d'après Ibn Khaldoun, les Aurès étaient principalement habités des Aurébas tribu de Koceila, des Zénètes Djerawa tribu de la reine Kahina et des Houaras[8].

L'unité politique et administrative de la Berbérie Orientale et Centrale est en grande partie réalisée par Kusayla qui s'était converti à l'islam. Un conflit éclate entre ce chef berbère et le chef des armées omeyyades[Quand ?]. Kairouan est prise par Koceila, ce dernier s'est reconverti au christianisme. Oqba Ibn Nafaa tue Koceila. Dihya, dite la Kahina, prend la tête de la résistance. Issue de la tribu des Djerawa, une tribu zénète implantée dans les Aurès comme le furent plusieurs rois (agellid, pluriel igelliden) berbères de Numidie a été élue ou nommée à cette charge par le conseil de la confédération des tribus. Dihya tue Oqba Ibn Nafaa selon Ibn Khaldoun. Elle venge Koceila.

Dihya procéda ainsi à la réunification de nombreuses tribus de l'Afrique du Nord orientale et du Sud. Dihya défait par deux fois la grande armée des Omeyyades grâce à l'apport des cavaliers des Banou Ifren. Elle règne sur tout l'Ifriqiya pendant cinq ans, avant d'être vaincue dans la dernière bataille contre les Omeyyades. Elle a été la seule femme de l'histoire à combattre l'empire omeyyade. Les Omeyyades demandent, en contrepartie, aux Zénètes de fournir 12 000 hommes de combat pour conquérir l'Andalousie, sans cela la guerre continue. L'intervention de Musa ben Nusayr règlera le problème en nommant un aurassien Tariq ibn Ziyad (Zénète de la tribu des Nefzaouas) à la tête de l'armée Zénètes et des autres berbères.

Après la défaite de la Kahina, la population des Aurès a adhéré aux principes de l'Islam. le commandant Musa ben Nusayr augmenta son contingent militaire en intégrant des Berbères des Aurès nouvellement convertis pour convertir les autres populations sous la direction du berbère Nefzaoua Tariq ibn Ziyad.

Plusieurs conflits entre les Berbères et les autres dynasties arabes (Omeyades, Fatimides, Abbassides) sont signalés par les historiens dans la région des Aurès comme Al Bakri et Ibn Khaldoun. Abu Yezid de la tribu des Banou Ifren renversera les Fatimides avec l'aide des tribus Zénètes des Aurès. Mais, il sera vaincu par les Zirides alliés au premier temps aux Fatimides.

Les Hilaliens gagnent la bataille contre les Berbères. Il y aura un arrangement entre les deux parties. Les Hilaliens venus avec leurs familles vont vivre avec les Berbères avec parfois des tensions entre les deux. Il s'ensuit une période d'unification avec la dynastie des Almohades (dynastie berbère). Les Hafsides(dynastie berbère) prennent toute la région jusqu'à l'arrivée des Ottomans.

Au XIXe siècle la région est semi-conquise par les Français. Plusieurs révoltes (Ahmed Bey, les Zaatchas, les mouvements nationalistes algériens, etc.) vont se soulever contre l'occupation française jusqu'au déclenchement de la Guerre d'Algérie. Les Aurès seront les territoires qui abriteront plus de 20 000 maquisards. Le cœur de la révolution algérienne tient aux hommes et aux femmes des Aurès qui ont tant sacrifié pour que l'Algérie soit libre et indépendante. L'Armée française subira la plus grande défaite après l'Indochine dans le sol des Aurès[évasif].

Organisation de la wilaya[modifier | modifier le code]

Organisation territoriale de la wilaya.

Daïras de la wilaya de Batna[modifier | modifier le code]

La wilaya de Batna compte 21 daïras.

Article détaillé : Daïras de la wilaya de Batna.

Communes de la wilaya de Batna[modifier | modifier le code]

La wilaya de Batna compte 61 communes.

Article détaillé : Communes de la wilaya de Batna.

Population[modifier | modifier le code]

la wilaya occupe le 5e rang avec une population de 1 128 030 habitants en 2008[9]. La wilaya et plus largement la région des Aurès, est principalement peuplée de berbères chaouis, souvent trilingues parlant chaoui, arabe algérien et français.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la wilaya de Batna en 2008 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,49 
80 ans et +
0,48 
1,21 
70 à 79 ans
1,23 
1,77 
60 à 69 ans
1,8 
3,43 
50 à 59 ans
3,37 
5,04 
40 à 49 ans
5,25 
6,80 
30 à 39 ans
6,88 
10,74 
20 à 29 ans
10,39 
11,29 
10 à 19 ans
10,84 
9,69 
0 à 9 ans
9,25 
0,02 
nd
0,03 

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La wilaya de Batna dispose d’un hôpital universitaire au chef-lieu de wilaya, appuyé par une dizaine d’hôpitaux, 17 polycliniques et 17 centres de santé.

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Université Hadj Lakhdar, capacité 60 000 étudiants (2011).

Économie[modifier | modifier le code]

Ressources naturelles et gisements[modifier | modifier le code]

La wilaya dispose de ressources minières telles que des mines d'agrégats dolomite et de marbre, ainsi que des sites de production de plâtre Gypse[11].

Agriculture et pêche[modifier | modifier le code]

La wilaya est à vocation agro-pastorale, la céréaliculture est la principale spéculation effectuée dans la wilaya et dont la superficie représente 38,08 % de la superficie agricole de la wilaya[11]. L’apiculture et l’aviculture sont combinées à l’élevage d'ovins[11].

L’abricotier est surtout présente dans la région de N'Gaous[12] et l'olivier et le pommier dans la région d'Arris[11]. Un centre pour la pêche continentale est prévu à proximité du barrage de Koudiet Lemdouar de Timgad sur un espace de 2 000 m2[13]. La production d’abricots est évaluée à 500 000 quintaux pour la récolte de 2011, tandis que la production d’olivier à plus de 186 000 quintaux pour la même année.

La surface agricole exploitée est passée de 70 000 hectares en 1962, à 422 000 ha en 2011. Durant la même période, les superficies irriguées sont passées de 1 500 ha à 50 000 ha et les vergers de 700 ha à 21 000 ha. Le secteur de l’agriculture emploie 12 000 personnes dans la wilaya. Elle dispose du barrage de Barrage de Koudiet Lamdaouar d'une capacité de 70 millions m3.

Tourisme[modifier | modifier le code]

alternative textuelle
Tombes romaines à Timgad
Grottes de Maafa
Grottes troglodytes de Maafa avec vue sur la grotte et sur le reste de l'habitation construite à même la paroi
Ancien village d'Ait Mimoune (Ouled Mimoune)

Thermalisme[modifier | modifier le code]

La wilaya de Batna dispose de huit sources thermales d'eau chaude[21] :

  • Le hammam Guedjima à Gosbat est réputé pour son eau chaude, dont la température avoisine les 40,8°C. C'est l'un des plus chauds d'Algérie[22]. Malgré ses 150 visiteurs quotidiens, il souffre d'un déficit de promotion et d'investissement pour se développer. Un tiers de sa capacité d'eau est exploitée, le reste étant utilisé pour l'arrosage des cultures agricoles.
  • La source thermale d'Aïn El Hammam (Kechbi) dans la commune d'Ouled Si Slimane d'une température de 32 °C et d'un débit de 12 litres par seconde[23].
  • La source thermale de Saïda dans la daïra de N'Gaous d'une température de 63 °C et d'un débit de 18 litres par seconde. C'est l'une des plus chaudes d'Algérie[23].
  • La source thermale Chabora à Kimmel dont la température et le débit des eaux sont à l'étude[23].
  • La source thermale de Kesrou à Fesdis.
  • Le hammam El Bouzani près d'Ouled Fadel
  • La source thermale Oughendja à Timgad
  • Le hammam Ouled Aïcha à Tighanimine

Ces sources sont pour la plupart sous-exploitées. La direction du tourisme de la wilaya a entrepris des actions pour les moderniser et sortir du contexte de l'exploitation traditionnelle à l'horizon 2010[21],[23]. Des pistes viennent d'être construites pour permettre aux visiteurs d'atteindre ces stations thermales, situées pour la plupart en altitude et très peu accessibles[24].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La forêt de KIMMEL entre la wilaya de Batna et Khenchela.

La wilaya est au cœur de la chaîne de montagnes des Aurès. Ainsi, la wilaya compte de nombreux monts (ou djebel en arabe) parmi les plus hauts du pays dont le Chélia, situé à la limite de la wilaya de Khenchela et d'une altitude de 2 328 mètres, qui est le plus haut sommet enneigé d'Algérie et également le djebel Lazreg (1 937 m), et le djebel Mahmel (2 321 m).

Le Parc national de Belzma dispose d'une cèdreraie, la végétation y est dense et diversifiée. La faune et la flore de ce milieu typique de l'étage subalpin et de l'étage alpin contrastent nettement avec le sud de l'Aurès, dont la géographie s'apparente plutôt à celle des Rocheuses aux États-Unis[25],[26],[27].

Le Parc animalier de Djerma ou Zoo de Seriana près de Batna sert de porte d'entrée au Parc national de Belzma, les deux parcs se chevauchant[28].

Les Aurès sont un véritable château d'eau naturel. Sur la seule Wilaya de Batna près d'un milliard deux cent millions de mètres cubes d'eau sont captés chaque année et ce chiffre ne correspond même pas à la moitié du volume d'eau disponible[29]. Plusieurs sources d'eau froide sont exploitées à Batna (Batna Waters) dont la plus célèbre est l'Eau minérale Batna. Son exploitation a été rachetée par le Groupe Attia[30]

Phot graphie de M'doukel avec sa palmeraie et son fameux Ksour
Photographie prise des hauteurs de la commune de M'doukel avec vue sur la palmeraie et de ses ksour

Sites classés à l'UNESCO[modifier | modifier le code]

Le Medracen (Imedghacen), sépulture des rois Numides[31].
  • Timgad (thamugadi sous l'Empire romain), la plus grande ville romaine après Rome, est l'un des seuls sites romains à avoir conservé ses édifices et ses pierres d'origine. Il a été déclaré partie du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1962[32].
  • Le Parc des Aurès, avec les établissements oasiens[Quoi ?] des gorges du Ghoufi et d'El Kantara, est sur la liste d'attente pour un classement au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le 30 décembre 2002 en compagnie de cinq autres sites algériens[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brahim Guettaï nouveau P/APW.
  2. « Installation des walis » sur le site du ministère de l'Intérieur et des collectivités locales.
  3. El Watan :: Régions
  4. « Population résidente des ménages ordinaires et collectifs selon la wilaya de résidence et le sexe et le taux d’accroissement annuel moyen (1998-2008) ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  5. Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique, historique
  6. Comptes rendus des séances - Académie des inscriptions & belles-lettres publié par Ernest Émile Antoine Desjardins
  7. Mentions de l'insurrection du Faraxen
  8. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères
  9. El Watan
  10. Wilaya de Batna — Population résidente par age et par sexe. Consulté le 10 novembre 2011.
  11. a, b, c et d (fr) Présentation de la Wilaya de Batna sur le site ANDI.
  12. (fr) Il était une fois l’abricot de N’gaous… El Watan, Consulté le 22 février 2011
  13. (fr) Pêche : Un centre pour la pêche continentale à Batna Consulté le 22 février 2011
  14. L. Renier, Mélanges d’épigraphie, p. 185
  15. http://www.batnainfo.com/?p=332
  16. m-culture.gov.dz
  17. http://www.parks.it/world/DZ/Findex.html
  18. http://www.dgf.org.dz/zones_humides/fdr/chottelhodna.pdf
  19. http://www.sante-dz.org/tourismeinfo/batna.htm
  20. http://www.lemaghrebdz.com/lire.php?id=20413
  21. a et b http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2006/02/01/article.php?sid=33845&cid=21
  22. http://bibdigital.rjb.csic.es/Imagenes/P0063_06/P0063_06_0702.pdf
  23. a, b, c et d http://www.liberte-algerie.com/edit_archive.php?id=117400
  24. http://bakha.bloguez.com/bakha/621129/Batna-Ouverture-de-4-pistes-touristiques-
  25. http://www.scribd.com/doc/15786661/-Batna-Info-Mai-2009
  26. http://www.batnainfo.com/
  27. http://www.memoireonline.com/07/08/1345/m_inventaire-floristique-faunisitique-parc-belezma-batna2.html
  28. http://www.wzd.cz/zoo/AF/DZ/dz_djerma.htm
  29. http://top.trytop.com/thread5156.html
  30. http://www.agroligne.com/contenu/privatisation-secteur-eaux-minerales
  31. Souvenirs d'une exploration scientifique dans le nord de l'Afrique, Jules-René Bourguignat
  32. http://whc.unesco.org/fr/list/194
  33. a et b http://whc.unesco.org/fr/listesindicatives/state=dz

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]