Wilaya d'Oum El Bouaghi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 53′ 00″ N 7° 07′ 00″ E / 35.88333333, 7.11666667

Wilaya de Oum El Bouaghi (04)
Versant méridional de l'Atlas tellien.
Versant méridional de l'Atlas tellien.
Localisation de la Wilaya d'Oum El Bouaghi
Localisation de la Wilaya d'Oum El Bouaghi
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Chef-lieu Oum el Bouaghi
Daïras 12
Communes 29
Wali Mohamed-Salah Menaa[1]
Code wilaya 04
Wilaya depuis 1974
Démographie
Population 621 612 hab. (2008[2])
Densité 81 hab./km2
Rang 28e
Géographie
Superficie 763 800 ha = 7 638 km2
Rang 23e

La wilaya d'Oum El Bouaghi (en arabe : ولاية أم البواقي) est une wilaya algérienne, issue du découpage administratif de 1974 alors qu'elle dépendait de l'ancien département de Constantine.

Son chef-lieu, Oum El Bouaghi (ex Canrobert), était un petit village avant son choix comme siège de Wilaya : il ne fallait pas choisir entre les deux villes de Aïn Beïda et Aïn Mlila.

Historiquement, elle fait partie de la région dite Chaouia avec la Wilaya de Batna et la Wilaya de Khenchela. Contrairement à ces deux dernières qui constituent les montagnes de l'Aurès, la wilaya d'Oum El Bouaghi est au coeur de la culture chaouia de plaine.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Wilayas limitrophes de la wilaya d'Oum El Bouaghi
Constantine, Guelma
Mila wilaya d'Oum El Bouaghi Tébessa, Souk Ahras
Batna, Khenchela

Relief[modifier | modifier le code]

La wilaya est située au contact du Tell et des Aurès :

  • au nord de la wilaya, on distingue les versants méridionaux du Tell.
  • au centre, la haute plaine, l'altitude varie de 700 mètres à 900 mètres et parsemées de petits massifs montagneux isolés qui se dressent au-dessus comme le djebel Sidi Rgheiss (1 635 mètres d'altitude), le djebel Rherour (1 273 mètres, djebel Amama 1 337 mètres), ceux-ci forment la partie est de l'Aurès.
  • au sud, elle est jalonnée par des dépressions endoréiques (Garet) ou Sebkha (lac salé). Les Garets sont moins salées que les Sebkhas[3],[4].

Le point culminant de la wilaya est le Djebel Guerioun, 1 729 mètres d'altitude près de Aïn M'lila. La majorité des oueds sont endoréiques; ils coulent en direction des lacs salés et non vers la mer Méditerranée, sauf l'oued Settara et les affluents du Rummel[3],[4].

Sols[modifier | modifier le code]

Les montagnes telliennes au nord de la wilaya sont calcaires ainsi que les Horsts. Sur les piémonts de ces montagnes, de beaux sols limoneux de couleur saumon se sont formés grâce à l'apport de l'érosion des montagnes environnantes et de son épandage sur les hautes plaines. Ils se dégradent à mesure que l'on se rapproche des lacs salés. Les massifs montagneux sont parfois recouverts de forêts de pins d'Alep issus de reboisements.

L'érosion est très forte dans cette région ; la combinaison sols nus et pluviométrie violente sur une courte durée érode rapidement les sols qui à terme forment des badlands (ravinements).

Climat[modifier | modifier le code]

La wilaya d'Oum-El-Bouaghi est située dans un couloir entre l'Atlas tellien au nord, l'Atlas saharien dont les Aurès au sud. Le facteur vent est omniprésent parfois de manière violente (effet venturi). Cela s'explique par la quasi absence de la végétation arbustive.

Les influences méditerranéennes douces en hiver et rafraîchissantes en été sont arrêtées par la barrière montagneuse tellienne, les influences chaudes du Sahara sont bloquées par l'Atlas saharien et le massif des Aurès en hiver. C'est la raison pour laquelle les hivers sont rigoureux. En revanche, l'été est régi par une stabilité atmosphérique engendrée par la remontée des hautes pressions tropicales venues du Sahara. La continentalité participe également au maintien du temps chaud et sec.

La pluviométrie est irrégulière, les pluies sont issues des perturbations venues du nord-ouest ou des dépressions méditerranéennes, celles-ci butent sur les chaînons telliens au nord. Au contact de la montagne, la masse d'air s'élève et s'assèche : cela engendre un effet de foehn sur la wilaya d'Oum el Bouaghi, il ne tombe plus alors que 350 à 400 mm /an de précipitations. C'est l'une des régions les plus arrosées en juillet de toute l'Algérie avec une moyenne de 9 mm de précipitations pour ce mois à Oum el Bouaghi et 19 mm à Meskiana.

Le climat est de type semi-aride continental syrien ; les hivers sont froids avec des épisodes neigeux parfois importants, les étés sont très chauds et secs du fait de l'éloignement de la mer avec une particularité, des orages peuvent se former grâce à des gouttes froides en altitude ou des débordements orageux en provenance des Aurès par marais barométrique, ils sont accompagnés de grêle et de fortes précipitations brèves et locales qui peuvent se manifester de manière violente même en juillet et début août, ce qui en fait une particularité locale car toute l'Algérie est soumise à une aridité estivale continue.

En conséquence, les étés sont trop chauds et secs et les hivers trop froids ; ici, la végétation ne trouve pas des conditions favorables pour sa croissance, la couverture végétale est xérophile (adaptée à l'aridité), l'arbre est absent, seules les plantes steppiques s'y adaptent bien. En revanche, les cultures de blé et de l'orge peuvent se faire sans irrigation sur ces vastes hautes plaines.

Zones humides[modifier | modifier le code]

La wilaya de Oum-El-Bouaghi compte plusieurs zones humides dont trois principales Sebkhas ou Chotts. Elles sont situées principalement dans la daïra d'Oum El Bouaghi. Ces zones humides sont d'importance mondiale[3],[4]. Les zones humides de Oum-El-Bouaghi forment une zone humide protégée par la Convention de Ramsar.

Histoire[modifier | modifier le code]

D’après les fouilles archéologiques et les études historiques, la région abrite des restes d’animaux disparus et les traces des premiers hommes ainsi que d’autres intérêts archéologiques, en plus des vestiges de la période romaine visibles à Sigus, Ksar Sbahi et Dhalaa.

La wilaya est peuplée par les Chaouis dits des Plaines.

Organisation de la wilaya[modifier | modifier le code]

Les communes de la wilaya d'Oum El Bouaghi selon leurs code ONS

Daïras[modifier | modifier le code]

La wilaya d'Oum El Bouaghi est composée de douze daïras.

Communes[modifier | modifier le code]

La wilaya d'Oum El Bouaghi possède 29 communes.

Urbanisation[modifier | modifier le code]

Maison traditionnelle chaouie

La wilaya est une zone rurale caractérisée par un habitat dispersé où des groupements de maisons (mechtas) paraissent assez denses.

La maison traditionnelle qui est la maison traditionnelle Chaoui se compose d'une cour intérieure (houche) entourée de 3 ou 4 constructions : la cuisine, la pièce originelle du père et de la mère, une autre pour les enfants mariés et les invités, une pièce rudimentaire où l'on cuit le pain, enfin les dépendances pour les animaux domestiques mais qui ne communiquent pas avec la cour centrale. Depuis, la maison des hautes plaines s'est modernisée ; c'est la maison à étages qui prévaut avec garages ou commerces au rez-de-chaussée.

La localisation des agglomérations se concentre généralement sur les piémonts du Tell comme Aïn M'lila, Aïn Kercha, Souk Naamane, Ksar Sbahi, ces villes se sont développées, grâce à des nappes phréatiques et aux sols riches limoneux descendus de ces massifs.

D'autres agglomérations plus importantes se sont développées aux pieds des horsts (massifs isolés) comme Oum el Bouaghi ou Aïn Béïda, elles bénéficient de l'axe routier entre Tebessa et Constantine.

Santé[modifier | modifier le code]

Le secteur de la santé dans cette wilaya est administré par une Direction de la Santé et de la Population (DSP) faisant partie des 48 DSPs Wilayales en Algérie.

Cette DSP prend en charge les hôpitaux et autres structures sanitaires, ainsi que le personnel de la santé, dans les deux secteurs public et privé.

Les structures hospitalières dans cette wilaya font partie des hôpitaux en Algérie qui sont rattachés au Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière en Algérie[5].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La wilaya abrite des nombreux sites et monuments : vestiges romains à Ksar Sbahi et Dhalaa, mausolées berbères ainsi que d'autres sites touristiques.

Musique[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Chaoui (musique).

La wilaya d'Oum El Bouaghi compte de nombreux artistes reconnus parmi lesquels le chantre de la chanson Chaoui, Aïssa Djermouni natif de Ain Beida. En août 2009, l'ENTV (la télévision publique algérienne), a diffusé une série en son honneur qui retrace sa vie[6], il est également le premier artiste du monde arabe à s'être produit à l'Olympia, en 1937.

La wilaya a engendré d'autres artistes chanteurs Chaouis telle que la chanteuse Yamina plus connue sous le nom de Cheba Yamina et Djamel Sabri, chanteur d’expression amazigh.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]