Wilaya d'Aïn Témouchent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 18′ 00″ N 1° 08′ 00″ O / 35.3, -1.13333

Wilaya d'Aïn Témouchent (46)
Localisation de la Wilaya d'Aïn Témouchent
Localisation de la Wilaya d'Aïn Témouchent
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Chef-lieu Aïn Témouchent
Daïras 8
Communes 28
Président d'APW Sid-Ahmed Belgherras (RND)
2002-2007
Wali Nouria Yamina Zerhouni[1]
Code wilaya 46
Wilaya depuis 1984
Budget 347 millions de DA[2]
Démographie
Population 371 239 hab. (2008[3])
Densité 156 hab./km2
Rang 39e
Géographie
Superficie 237 689 ha = 2 376,89 km2
Rang 40e
Liens
Site web Site officiel
Organisation territoriale de la wilaya.

La wilaya d'Aïn Témouchent (en arabe : ولاية عين تموشنت), située à l'ouest de l'Algérie entre les wilayas d'Oran, Tlemcen et Sidi-Bel-Abbès, est une collectivité publique territoriale et une circonscription administrative de l'état algérien dont le chef-lieu est la ville d'Aïn Témouchent. Elle est créée par une loi du 4 février 1984[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la wilaya est d'environ 2 377 km2. Elle est située en Oranie, et limitée à l'est par la wilaya d'Oran, au sud-est par la wilaya de Sidi-Bel-Abbès, au sud-ouest par celle de Tlemcen, et au nord-ouest par la mer Méditerranée qui la borde sur une distance de 80 km environ.

Daïras[modifier | modifier le code]

Daïras 1. Aïn El Arbaa • 2. Ain Kihal • 3. Aïn Témouchent • 4. Beni Saf • 5. El Amria • 6. El Malah • 7. Hammam Bou Hadjar • 8. Oulhaça El Gheraba.

La wilaya d'Aïn Témouchent compte 8 daïras :

Communes[modifier | modifier le code]

Communes

La wilaya d'Aïn Témouchent compte 28 communes[5]

Population[modifier | modifier le code]

La population est estimée à 384565 habitants, au 31 décembre 2010[5].

Pyramide des âges (2008[6])[modifier | modifier le code]

Après une diminution sensible des naissances à partir de 1985, la tendance s'inverse depuis 2005.

Hommes Classe d’âge Femmes
177 
Âge ND
159 
618 
85 et +
957 
1 059 
80-84
1 245 
1 921 
75-79
2 300 
3 286 
70-74
3 407 
4 112 
65-69
4 158 
4 788 
60-64
4 861 
7 154 
55-59
6 641 
8 862 
50-54
8 444 
10 377 
45-49
9 985 
13 035 
40-44
13 035 
14 625 
35-39
14 407 
16 542 
30-34
16 226 
18 482 
25-29
18 083 
17 830 
20-24
17 205 
16 284 
15-19
16 018 
15 716 
10-14
15 252 
14 738 
5-9
14 072 
17 996 
0-4
17 181 

Santé[modifier | modifier le code]

Le secteur de la santé dans cette wilaya est administré par une Direction de la Santé et de la Population (DSP) faisant partie des 48 DSPs Wilayales en Algérie.

Cette DSP prend en charge les hôpitaux et autres structures sanitaires, ainsi que le personnel de la santé, dans les deux secteurs public et privé.

Les structures hospitalières dans cette wilaya font partie des hôpitaux en Algérie qui sont rattachés au Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière en Algérie[7].

Économie[modifier | modifier le code]

La région est principalement à vocation agricole étant donné qu'elle dispose de grandes superficies de terre arables. La superficie agricole totale (S.A.T) est de 203 582 ha dont 180 184 ha représentent la superficie agricole utile (S.A.U) soit 89 % de la S.A.T ; il y a trois unités d'aménagement :

  • Les plaines intérieures avec 56 % de la S.A.U
  • Les plateaux côtiers avec 14 % de la S.A.U
  • Les zones de montagnes avec 30 % de la S.A.U

L'occupation du sol est répartie entre les céréales (75 % de la S.A.U), les légumes secs (6,5 % de la S.A.U), les fourrages (5,75 % de la S.A.U), les vignes (6 % de la S.A.U) et l'arboriculture (3 % de la S.A.U).

Le secteur public agricole compte 04 fermes pilotes, 1815 E.A.C (Exploitation Agricole Collective) et 985 E.A.I (Exploitation Agricole Individuelle) occupant 132 745 ha soit 65 % des terres agricoles ; pour le secteur privé, on dénombre 4827 propriétés privées pour 53 595 ha soit 26 % du total.

Ce secteur emploie plus de 19 000 personnes, soit 36 % de la population active.

Le vignoble qui occupait 60 000 hectares en 1962 s'est considérablement réduit après l'arrachage des vignes décidé dans les années 1970, ce qui a déséquilibré la vocation économique de la Wilaya; La culture des céréales que l'on a substitué au vignoble, n'est jamais arrivé à faire vivre le fellah (paysan) avec les rendements, jugés dérisoires, ne dépassant guère les 15 quintaux à l'hectare sur une terre qui ne lui est pas adapté.

Aujourd'hui, on assiste à la reconstitution d'un potentiel viticole, ceci pour répondre aux faibles précipitations et à la nature pédologique des sols; Cette reconversion du vignoble, décidée par les services de la Wilaya (préfecture) n'a toujours pas donné de résultats probants, et la sécheresse chronique qui frappe la région (plus de 2 décennies) provoque chaque année une baisse de la production. La pluviométrie à chuté de 460 à 300 millimètres en 20 ans.

Autre phénomène inquiétant, chaque année, de moins en moins de terres sont emblavées (c'est-à-dire ensemencer une terre en blé ou en toute autre culture); les raisons en sont que la plupart des fellahs des secteurs publics et privés ont laissé leur terres en jachère et que les engrais sont trop chers ou bien indisponibles. La sécheresse est aussi mise en cause. S'ajoutent à cela le non-respect et la non maîtrise des techniques culturales par les fellahs déjà endettés auprès des banques. Enfin il a été enregistré l'apparition du jujubier sauvage qui a pris des proportions alarmantes dans la région de la M'leta.

Malgré tout, ce potentiel agricole offre de grandes possibilités s'il y avait une meilleure exploitation des cultures existantes, l'introduction de nouvelles cultures adaptées au climat de la région et la mobilisation des eaux superficielles pour la construction de petit barrages et retenues collinaires.

En ce qui concerne la pêche, celle-ci devrait être appelée à devenir plus présente dans l'activité économique de la Wilaya étant donné l'existence d'un potentiel halieutique considérable estimé à 45 000 tonnes par an sur les 2 260 km2 que forme la zone de pêche témouchentoise et d'une infrastructure portuaire composée de 2 ports de pêche.

Le nombre de marins est estimé à 3500. Actuellement, la profession continue à travailler dans des conditions difficiles et avec des moyens traditionnels. Les difficultés invoqués par les armateurs sont nombreuses; en particulier, le problème des pièces de rechange et la vétusté des équipements se posent avec acuité. À cause de ces problèmes, les navires pêchent dans une zone restreinte et par voie de conséquence surexploitée; De plus, l'absence d'une station de communication au niveau des deux ports constitue un handicap important.

Afin que ce créneau puisse être porteur, ce secteur doit impérativement s'adapter aux nouvelles données économiques et aux avancées technologiques.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme de la région se caractérise essentiellement par une vocation balnéaire et thermale; En effet sa façade côtière longue de 80 km est un pôle touristique de dimension nationale et même internationale pour peu que des investissements et des aménagements adéquats soient réalisés. Dans cette optique, il a été procédé à l'identification et à la délimitation de sites touristiques potentiels: six (06) zones d'expansion touristique (Z.E.T) ont été identifiés; Ce sont les zones de Rachgoun (commune d'Oulhaça El Gherraba), Sidi Djelloul (commune de Sidi Ben Adda), Terga (commune de Terga), Sassel (commune de Ouled Boudjemâa), Sbiaat (commune de Messaid) et Bouzedjar (commune de Bouzedjar)

Plusieurs projets de complexes touristiques au niveau de ces zones ont été mis en chantier durant l'année 1999; sur les 3 projets retenus, un seul a été mis en service au niveau de la plage " La Marmite" (voir plus bas), les deux autres sont actuellement en cours de réalisation.

Les complexes touristiques opérationnels sont au nombre de deux  ; il s'agit du complexe "Syphax" situé au niveau de la plage de Rachgoun : il est composé de 34 bungalows d'une capacité de 120 lits, d'un restaurant de 400 couverts, d'une aire de jeux ... et du complexe "En Nabil" situé au niveau de la plage La Marmite (plage située à proximité de Beni Saf) : celui-ci a été réalisé à 70 %. Une fois les travaux achevés il comprendra pas moins de 150 bungalows, d'une discothèque en plein air, d'une piscine, d'un centre commercial .... 30 bungalows ont été mis en service durant la saison estivale 99.

Il existe aussi 14 centres de vacances et 11 camps de toile sur les 15 plages autorisées à la baignade que compte la Wilaya; le nombre d'estivants qui visitent ces plages est estimé entre 03 et 04 millions[réf. nécessaire] à chaque saison estivale.

En ce qui concerne le thermalisme, il existe des sources d'une haute valeur thérapeutique au niveau de la ville de Hammam Bouhadjar; un complexe comprenant des thermes (hammam), un centre de thalasso-thérapie pour les malades du rhumatisme, un hôtel de 30 chambres, 52 bungalows et un cinéma a été bâti au milieu des années 1970, mais devant la demande sans cesse croissante des touristes qui viennent de tous les coins de l'Algérie et spécialement de l'Ouest, de nouvelles structures doivent être réalisées pour augmenter la capacité d'accueil actuelle.

Concernant le secteur de l'hôtellerie, celui-ci commence tout juste à se développer; Sur les cinq projets d'hôtels totalisant 540 lits, un hôtel a été livré en 1998; il s'agit de l'hôtel "Bel Air" à Ain Temouchent d'une capacité de 128 lits, les quatre autres restants accusaient à cette date un taux d'avancement de 70 %.

Parmi les hôtels déjà existants se trouvent l'hôtel du complexe de Hammam Bouhadjar qui possède trois étoiles et l'hôtel "Siga" de Beni Saf.

À l'embouchure de la Tafna, au lieu de Takembrit, se trouvent les ruines de l'antique Siga, qui aurait été, avant Cirta (Constantine), la capitale du roi massaesyle Syphax. D'autres cités antiques ont existé dans la wilaya, notamment à Aïn Témouchent (Albulae), Sidi-Djelloul (Camarata), Hammam Bou Hadjar (Dracones).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Installation des walis » sur le site du ministère de l'Intérieur et des collectivités locales.
  2. Budget primitif (2008) - http://temouchent-info.com/le-budget-primitif-de-lannee-2008-adopte-338
  3. « Population résidente des ménages ordinaires et collectifs selon la wilaya de résidence et le sexe et le taux d’accroissement annuel moyen (1998-2008) ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  4. Loi 84-09 du 4 février 1984 relative à l'organisation territoriale du pays; JO N°6 du 7 février 1984, p.110 ;accès en ligne
  5. a et b Site officiel de la wilaya d'Aïn Témouchent
  6. Statistiques ONS 2008
  7. http://www.sante.dz

Liens externes[modifier | modifier le code]