Wikipédia:Pastiches/Jean François Moufot

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Notez ! Cette page ou cette section contient des propos humoristiques qui ne prétendent pas avoir une valeur encyclopédique, ni respecter la neutralité du point de vue !

Jean François Moufot (13 mars 1784 - 4 avril 1842) était un mathématicien et philosophe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean François Moufot, fils de pêcheur, est né en 1784 en Normandie. En tant que fils unique, il était très souvent renfermé sur lui-même et n'avait pas beaucoup d'amis. Il ne faisait rien d'autre que lire des livres, se promener dans les dunes et regarder vers la mer. Même plus tard dans sa vie, il resta ainsi. En 1803 il alla étudier à l'École Polytechnique. Il arrêta prématurément ses études pour se plonger dans la philosophie et ne fut donc pas diplômé.

Moufot a été, à sa façon, très important pour les mathématiciens, par sa manière philosophique d'appréhender les mathématiques. Il a par là même été influencé par le travail philosophique de son compatriote René Descartes qui vécut deux siècles auparavant. Déjà pendant sa jeunesse, Moufot était fasciné par la simplicité des postulats d'Euclide, et surtout par le fait que d'une simple et logique hypothèse, un complet développement de connaissance pouvait être formulé. De cette fascination est née une grande inspiration qui reste très perceptible dans les deux thèses de Moufot.

La première thèse de Moufot est basé sur le fait que, lorsqu'un carré quelconque est dessiné autour d'un simple triangle, toutes les longueurs des côtés du carré sont identiques. La deuxième thèse de Moufot est que lorsqu'un carré quelconque est dessiné autour d'un cercle, le centre du cercle se trouve à l'intérieur du carré. Si quelqu'un, après avoir lu ces thèses, lui déclare que ceci est logique, Moufot répondrait de façon rigoureuse « tu crois... ».

Moufot essayait comme la plupart des autres mathématiciens de démontrer que le 5e postulat d'Euclide était superflu parce qu'il découlait des quatre premiers. Finalement ses études ont débouché sur la notion que le 5e postulat ne donne des possibilités que pour une géométrie complète. De par là même, Moufot fut l'un des premiers qui parvint à cette notion, mais hélas il abandonna cette étude avant d'en faire une publication. L'honneur de cette trouvaille revint à Lobachevsky, Bolyai et Gauss qui, 10 à 20 ans après Moufot publièrent leurs découvertes sur 'la géométrie non Euclidienne', comme ils la nommaient à cette époque.

Moufot s'est marié en 1805, mais sa femme est décédée quelques années plus tard après la naissance de leur fille. Sa fille a été élevée par la suite par les parents de Moufot en Normandie. Moufot ne s'est a priori jamais remarié. Jean François Moufot est décédé le 4 avril 1842 à Paris. Un livre sur sa vie et son travail a été écrit, par un auteur anonyme au XIXe siècle, sous le titre « Le monde fascinant de J.F. Moufot ».