Wikipédia:Oracle/semaine 8 2009

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Semaines : 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52  | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 



Sommaire

recherche image[modifier | modifier le code]

Bonjour à tous, je cherche un tableau qui pour moi est la peinture de l'équilibre et de la précision il s'agit d'une toile bien connue mais que je ne retrouve plus une vierge à l'enfant ou icône ancienne vraisemblablement primitif italien la toile est remarquable par le fait qu'elle est toute en tons jaunes discrets mais clairs une femme à auréole tenant un jeune enfant dans les bras arrière fond sobre et aéré, peut être un extérieur ou une vaste salle la femme serait presque de face la tête un peu inclinée vers l'enfant l'auréole entoure la tête mais ne la surplombe pas (il me semble qu'une partie de l'auréole disparaît derrière la tête de la vierge l'ensemble est dessiné à traits fins quoique nets la tête de la femme serait un peu de profil droit Je vous serais gré de m'indiquer si ma description vous permet de reconnaître ce tableau qui me semblait faire partie des plus connus sur ce thème, du fait que je le rencontrais assez fréquemment...mais que, malheureusement, je ne vois plus nulle part. Bien à vous? Francis MARTIN --Francis MARTIN 16 février 2009 à 03:37 (CET)

Voir aussi Wikipédia:Oracle/semaine_7_2009#recherche_image -- Xofc [me contacter] 16 février 2009 à 05:28 (CET)
Voir aussi Wikipédia:Le Bistro multimédia/semaine 7 2009#recherche image.
Voir aussi Wikipédia:Le Bistro multimédia/semaine 8 2009#recherche d'image. -- Asclepias (d) 16 février 2009 à 18:11 (CET)

Bonsoir asclépias je réponds ici car je n'ai pas trouvé d'autre adresse j'ai bien sur cherché partout et je m'étonne vraiment de ne pas retrouver ce tableau qui me semble si connu et si beau que j'aimerais m'en servir comme illustration de la réussite en peinture dans mon prochain documentaire. j'ai écrit à l'institut de france, au louvre, etc... pas de réponse c'est à croire que ce tableau n'existe que dans mon imagination peut être le retrouverai je tout de même mais là, j'avoue que je ne sais plus comment faire Et pourtant, elle a une auréole ! Bien, à par cela je me demande comment te contacter autrement merci pour ton aide et à bientot francis --Francis MARTIN 16 février 2009 à 21:16 (CET)
en wikipédien: --Francisdenis (d)

voir ici aussi [1].--Doalex (d) 16 février 2009 à 22:41 (CET)
Pour contacter les utilisateurs vous devez intervenir sur leur page de discussion en cliquant sur + placé à côté de modifier, vous écrivez un titre et vous tapez votre texte, mais évitez de passer par envoyer un message à cet utilisateur, cette procédure est limitée à des cas spécifiques, et tant que vous restez sur un sujet évoqué dans l'oracle ou le bistro vous pouvez continuer à dialoguer dans les pages correspondantes en cliquant sur (modifier) situé à droite de chaque titre.Et puisqu'un parrain s'est proposé pour vous aider n'hésitez pas à faire appel à lui, comme il vous l'indique. --Doalex (d) 17 février 2009 à 12:23 (CET)

merci à tous

22 MAI 1794[modifier | modifier le code]

Bonjour, intrigué par le nom d'une rue nommée comme le titre, j'ai trouvé la réponse sous WP. Voulant en savoir plus, j'ai continué sur Gogole. Au hasard de mes lectures je suis arrivé sur une article concernant la bataille de Fontenoy. On peut lire ceci par exemple : " on avoit encore placé fix canons de feize livres de balle au deçà de l'Efcaut.". La lettre "f" étant de nos jour remplacée par le "s" n'est pas un "f" dans l'ouvrage mais un signe approchant (sans la barre horizontale). Comment s'appelait ce signe et pourquoi est il devenu un "s"? peut être se prononçait-il "s". Accessoirement quand a t'on remplacé 'on avoit' par 'on avait' et pourquoi ? --Kkbs (d) 16 février 2009 à 07:25 (CET)

Voir S long.
Pour avoit, ça se prononçait avouè ; tous les oi se prononçaient ouè ­— et le r était roulé (accent qui est de nos jours rustique, ou bien conservé dans de grandes familles nobles).
Avec la prononciation, l’orthographe a évolué, quelque part au XVIIIe, XIXe siècle. rv1729 16 février 2009 à 07:56 (CET)
  • Merci pour cette réponse rapide Bonne journée --Kkbs (d) 16 février 2009 à 12:34 (CET)
Autre hypothèse, un problème d'élocution. Ainsi dans Vol 714 pour Sydney, l'ignoble Allan Thompson s'exprime comme suit : « Impoffible, boff : v'ai perdu mon dentier ! (...) Fi, fi, boff, v'ai tout fait pour les empêfer de f'enfuir!... Ah! ouife ! f'est comme fi v'avais effayé de fouffler dans une contrebaffe!... » (page 51, bandes 2 à 4). Félix Potuit (d) 16 février 2009 à 15:00 (CET)

Concernant la dette[modifier | modifier le code]

Bonjour,

Aujourd'hui alors que je regardais une émission matinale, le sujet était la dette des Etats... Bien qu'intéressant, une question se pose à moi sur la nature des créanciers... En effet, soit des Etat sont créanciers (mais j'en doute) soit il existe d'autres types d'acteurs (qui ?)...

Autre question bête dans le cadre d'une deuxième solution, comment évalue-t-on la solvabilité d'un débiteur Etat ? -- (laissé par 92.103.128.50 (d · c · b) le 16 février 2009 à 16:04

Il semble y avoir un bel article 'dette publique' -- Xofc [me contacter] 16 février 2009 à 16:57 (CET)
1-Les créanciers des Etats. Il va de soi qu'il ne faut pas confondre (confusion commune en France, et sciemment entretenue) État et pays. L'État français n'est pas la France, c'est à dire le territoire sur lequel il exerce sa souveraineté. Quand on dit la "dette de la France", cela ne signifie donc rien : il faudrait dire la "dette des administrations publiques française". Qui finance ces administrations publiques ? Ce sont absolument tous les prêteurs possibles. En pratique, les investisseurs dits institutionnels occupent la place la plus importante : fond de pension, assurance, fond commun de placement, etc. La dette publique des "grands" Etats, comme la France, est considéré comme l'actif le moins risqué, et, pour cette raison, c'est également celui qui rapporte le moins. Autrement dit, l'achat de titres de la dette publique renvoie à une stratégie de placement sans risque. Ce type de stratégie de placement est privilégié par les fonds de pension et les assurances qui sont soumis à des contraintes en termes de prise de risque. Pour cette raison, ils sont de grands acheteurs de dette publique. Concrètement, dans le cas de la France, 58% de la dette est acheté par des étrangers, dont le Trésors publics ne nous dit rien, et 42% par des acteurs français se répartissant ainsi : 60% pour des contrats d'assurance, 20% par des établissements de crédit, 17% via des OPCVM (comme des SICAV).
2- Comment évaluer la solvabilité d'un État ? Il n'y a pas de moyen simple de le faire. Les États, comme tous les emprunteurs importants, sont néanmoins évalués par des agences de notation. L'État français a par exemple une notation AAA, c'est à dire sans risque. L'élément le plus essentiel est le rapport entre la dette publique et le PIB du pays. En effet, l'État paye ses dettes grâce aux recettes qu'il obtient par des prélèvements obligatoires pour l'essentiel. Or la capacité qu'a un État à prélever des ressources sur une économie sera d'autant plus grande que cette économie sera importante. Plus le pays produira de la richesse, plus il sera simple à l'État de prélever des impôts qui lui permettront de rembourser ses dettes. Concrètement on évalue donc le rapport entre la dette de l'État et la production économique annuelle, mesuré par le PIB. Ce rapport est de 67% pour la France (et à peu près autant pour les Etats-Unis ou l'Allemagne) : la dette de l'Etat représente 67% de la production de richesse annuelle en France. Quant à savoir à partir de quel taux d'endettement par rapport au PIB un Etat n'est plus solvable, il n'y a pas de réponse claire. L'endettement public japonais, par exemple, est de 180% du PIB. Or personne ne croit que l'Etat japonais va faire faillite. In fine, la dette publique renvoie, en effet, à la souveraineté. Plus cette souveraineté sera assurée, plus l'Etat inspirera confiance aux prêteurs. La puissance de l'Etat américain est telle que, même si il accroit son endettement de 10 point de % (ce qu'il va sans doute faire cette année et l'année prochaine), il trouvera toujours sans problème des créanciers. Si il s'agissait de la Grèce ou d'un pays du tiers monde, il n'en irait pas de la même façon. gede (dg) 16 février 2009 à 21:27 (CET)

Cigarette[modifier | modifier le code]

Bonjour, Mon petit ami,m'a annoncé, que dorenavant il fumait, et il me dit je cite : " je stresse beaucoup en ce moment et cela me detend en plus le fait de ne pas te voir me rend triste et puis, si tu veux je ne fumerai pas quand on est ensemble" Je l'ai très mal pris, cela me degoute de l'imaginer avec une clope "au bec", mon pere est fumeur et je deteste ça ! Je voudrai qu'il arrete avant que cela ne devienne une vraie drogue pour lui, je veux le preserver de ça. Cela me rend tres triste, je n'arrive plus à penser à autre chose.
Avez-vous des idées ?

Merci beaucoup .
(question de IP 194.214.167.66 posée en semaine 7 2009)

La cigarette n'est pas le diable ! Malgré les campagnes de certains lobby, le tabac reste un produit relativement inoffensif (pas plus que l'alcool ou la malbouffe, sûrement moins que l'héroïne ou le crack). Et si ça le destresse, tant mieux ! Ça peut lui éviter de faire des bêtises... --Serged/ 16 février 2009 à 18:20 (CET)
Fumeurs réguliers en 2005.jpg
En tant que non fumeur, je comprend bien ton problème. Je pense honnêtement que la meilleure chose à faire est d'en parler avec lui (si ce n'est déjà fait). Il faut que tu lui fasse comprendre que ça te dégoutte qu'il se soit mis à fumuer, et également tu peux lui sortir tous les arguments contre la cigarette (ça c'est pas difficile à trouver). Après avise en fonction de sa réaction, mais s'il t'aime vraiment il devrait faire un effort...Enfin ce que j'en dis moi...C'est juste un conseil, tu fais bien ce que tu veux. Bon courage.--Deva (d)
<>énorme troll</>Comme le montre ce petit graphique, si vous êtes fidèle et patiente, il ne vous reste qu'à attendre 25/30 ans. Le tabac a, en effet, pour propriété de supprimer ses consommateurs, soit en les tuant, soit en menaçant de les tuer -ce qui poussent certains de ses consommateurs, mais pas tous, à cesser de le consommer. Ainsi, la tabagie baisse dès 35 ans et chute drastiquement à partir de 55 ans. Arrivé à cet âge, il y a 50% de chance qu'il ait cessé de fumer. Le défaut, c'est que c'est peut être tout simplement parce qu'il aura cessé de vivre. <>énorme troll</> Plus sérieusement : je doute que l'on puisse convaincre, par des arguments rationnels, quelqu'un de cesser une pratique de cet ordre. Mais si on essaye pas, on est certain de ne rien obtenir. Bref : du courage et de l'obstination... gede (dg) 16 février 2009 à 22:49 (CET)
Et pour les plus de 65 ans, il reste à peine 10 % de fumeurs et apparemment, ils sont tous exterminés après 75 ans. Pour arrêter, une condition me paraît indispensable : la volonté. S'il peut dire "j'arrête, c'était ma dernière cigarette", il y a beaucoup de probabilités pour qu'il y arrive. Si ça se traduit par "je vais essayer d'arrêter", les chances s'amenuisent sérieusement (situations vécues). Bon courage. Père Igor (d) 16 février 2009 à 23:31 (CET)
Les jeunes se fichent des effets à long terme.
Un cancer ? Dans 30 ans ? La belle affaire.
Parlez lui des effets immédiats : haleine de chacal, dents jaunes, souffle court — oui, on inhale énormément de monoxyde de carbone, qui se fixe sur les globules rouges et les rend immédiatement inutilisables : ça n’est pas un effet d’encrassement à long terme, c’est instantané.
Bon, et aussi respectez son libre arbitre et ses choix. Ce qui ne vous empêche pas de le plaquer si vous trouvez plus mignon et non fumeur... rv1729 17 février 2009 à 01:03 (CET)
J'ai 55 ans (enfin dans 1 mois), je fume et je me porte bien. J'ai des amis de plus de 70 ans qui fument et sont en pleine forme. Il ne faut pas généraliser ! Par contre je connais très peu de personnes de plus de 70 ans qui mangent des MacDos. Comme quoi le MacDo est plus dangereux que le tabac... --Serged/ 17 février 2009 à 08:24 (CET)
Oui, il y aussi des conducteurs exécrables qui n’ont jamais d’accident. Les deux principaux facteurs de risque pour le cancer sont les UV et le tabac, c’est purement factuel.
Dites-lui que fumer rend impuissant. En général, ce genre d'argument percute beaucoup plus que le coup du cancer dans 30 ans, chez les hommes jeunes. --Milena (Parle avec moi) 17 février 2009 à 10:41 (CET)
Laisser les autres développer cet argument, mais ne l'utiliser pas vous même ! menacer votre petit amis d'impuissance est une agression terrible. L'haleine de chacal et le souffle court suffiront (ou pas...) gem (d) 17 février 2009 à 11:46 (CET)
VOUS avez un problème, apparemment avec la cigarette (mais il y a certainement autre chose !), problème manifestement en lien avec votre père ; un problème assez grave, de votre point de vue, pour vous empécher de dormir. Or c'est VOTRE problème, pas celui de votre petit ami, il ne peut rien directement pour vous et même s'il arrêtait de fumer ça ressortirait de façon plus sournoise ; qu'il fume ou pas n'est pas important en soi, c'est ce que ça révèle qui vous perturbe.
Résolvez votre problème et cette histoire de cigarette se résoudra "comme par magie", bien qu'il n'y ait rien de magique là dedans.
Vous pouvez par exemple vous demander (et aux autres, aussi), pourquoi, profondément, vous détester autant le fait que votre père soit "fumeur" ; d'ailleurs EST-il fumeur ? s'agit-il d'un état, un truc caractéristique, profond, et grave ; ou d'une action, un truc partagé par d'autres, transitoire, et de peu de conséquence ?
que représente l'image de votre petit amis "la clope au bec" pour vous (j'ai en magasin plusieurs interprétations possibles, par conséquent il ne ne semble pas adéquat de vous en faire la liste ; à vous de trouver la votre) ?
etc.
gem (d) 17 février 2009 à 11:46 (CET)
Voilà, c'est bien ce que je disais, les arguments contre le tabac ne manquent pas ^^ ! Pour répondre à Serged, je trouve que le McDo est quand même moins adictif que la cigarette...Et si peu de personnes de plus de 70 ans mangent au McDO c'est parce qu'il y a 70 ans, cette culture n'était pas "rentrée dans les meurs". Alors qu'aujourd'hui il semble tout naturel d'aller "bouffer" au McDo. --Deva (d)
Dites-lui que vous avez commencé à boire à cause du stress que vous cause son stress.(Smiley: triste)--Doalex (d) 17 février 2009 à 11:56 (CET)
@Deva : C'était une plaisanterie, sur la relativité des statistiques... Mais le tabac n'empêche pas de devenir président de la République (voir la photo illustrant l'article). --Serged/ 17 février 2009 à 13:56 (CET)
VOUS avez un problème (...) OK, mais plusieurs choses à dire : par essence l'homme n'a pas un besoin physiologique de fumer, donc le fait de devoir fumer pour compenser autre chose est la manifestation d'un problème aussi... D'autre part il est tout à fait concevable qu'avoir soudain la sensation d'embrasser un cendrier n'est forcément très agréable, surtout quand on était habituée à mieux. Que le fumeur ait choisit, OK on ne va pas (ou pas tout de suite) le forcer à changer, mais lorsqu'on est à deux (ou 3, ou plus), on partage la fumée (et ca imprègne tous les tissus même quand le fumeur s'arrète), donc forcément ca gêne plus qu'il n'y paraît. donc partant de là, je crois que la source du problème est clairement identifiée. Pour le reste, pas mieux que Deva (d), (ab)user de patience, de dialogue (d'ailleurs celui que vous avez choisi, vous l'avez entre autre choisi parce qu'il ne vous dérangeait pas non?)... Bonne chance Mitch-mitch (d) 17 février 2009 à 14:21 (CET)
Mademoiselle ne se plaint pas encore d'embrasser un cendrier, ni même de cette perspective, elle a parlé de deux choses précises (1) dégout de l'image de Monsieur clope au bec, (2) détestation du fait que son propre père était fumeur. Deux trucs qui relèvent de sa subjectivité à elle, et non des désagréments objectifs du tabagisme (sensation, santé, etc.) J'ai fait une réponse adaptée.
Bien entendu, ça n'ôte rien à ce qui a été écrit sur les raisons objectives de ne pas fumer, moyens d'y parvenir, etc.
Monsieur a évidemment ses raisons pour opter pour la solution "fumer" parmi les innombrables pratiques compensatrices possibles (sport, fréquentation d'une autre, sucreries, méditation, ...), mais vu qu'on ne sait absolument rien, que dire ? Même si, effectivement, c'est un élément important dans la perspective de le faire cesser.
gem (d) 17 février 2009 à 18:57 (CET)
Comparaison McDo/tabac ? Peut-être moins improbable que cela ne parait à première vue... Voyez Super Size Me et les chiffres dans Obésité avec son joli histogramme (55 000 décès en France, 1992) et Tabagisme (64 000 décès en France, année inconnue car source illisible sauf à être membre...). Reste à savoir ce qu'on jugulera le plus vite : la bouffe ou la fumée... parce que Jouvence n'est pas encore pour demain. Ne ratez pas non plus ceci. Bien à vous, --Égoïté (d) 17 février 2009 à 14:41 (CET)

Je voudrais ajouter à la réflexion de Serged, en date d'aujourd'hui, à propos de Georges POMPIDOU président de la République : ...mais l'a empêché d'atteindre son espérance de vie ; il est décédé d'un cancer à l'âge de 63 ans!!--79.144.252.189 (d) 17 février 2009 à 17:34 (CET)

Je n'avais pas mal pris la comparaison McDo/clope, aucune inquiétude Serged (d) ^^ (je ne suis pas là pour me faire des ennemis). Mais pour en revenir au problème, le mieux pour arrêter la cigarette c'est de ne jamais commencer ! Je pense aussi qu'il faudrait essayer de comprendre ce qui pousse les gens à commencer à fumer, parlez avec votre petit ami pour savoir ce qui précisément le fait stresser, et essayez de voir s'il n'existe pas une solution moins dangereuse à son (ou votre si on suit la théorie de Gem (d)) problème...--Deva (d)
Ce qui "pousse" les gens à fumer.. Comme s'il y avait une force irrésistible... Ca m'a toujours fait marrer ça: la mode étant à la proscription de la cigarette, on se met à considérer les fumeurs comme des malades, et donc à ne voir dans les causes du phénomène que des trucs forcément très graves: traumatismes, problemes psy, etc etc etc... Alors que ce mettre à fumer est aussi naturel que manger une tartine de nutella au petit déjeuner: l'immense majorité des gens doivent commencer dans leur jeunesse avant tout pour se donner un genre ou une image face au groupe, mais aussi pour la simple et somme toutes excellente raison que les premières cigarettes donnent une sensation extrèmement agréable. .: Guil :. causer 18 février 2009 à 10:11 (CET)
Moi,je fume parce que je trouve ça agréable. Et l'avantage du tabac sur la femme, c'est que le tabac ne nous casse pas les oreilles avec son téléphone portable. ;-) Félix Potuit (d) 18 février 2009 à 15:58 (CET)
Tu ne préfère pas la pipe ? OK je sors gem (d) 18 février 2009 à 18:40 (CET)

Assistante Sociale[modifier | modifier le code]

Bonjour, je suis en seconde, j'ai redoublée mon année, je souhaitais devenir journaliste, passer en L, malheureusement mes langues ne sont pas du tout au point, il est claire que si je ne les ameliorent pas je ne pourrai pas passer cependant, plusieurs choses m'ont fait changer d'avis. Meme si je suis toujours aussi litteraire, et que mon prof de français et d'histoire sont pour, mon passage en L, je souhaite devenir assistante sociale,et là en revanche, je crois qu'il faut aller en STG communication. STG gestion n'est pas vraiment possible avec ma moyenne en mathematiques ^^ . Je voudrai alors savoir dans quelles matieres faut-il avoir la moyenne, ainsi que le chemin qui mene à ce domaine et le salaire. Aussi, je voudrai savoir, si il est vrai qu'une assistante sociale qui travaille à l'armée, a une retraite beaucoup plus jeune, et de combien ?

Merci de me donner ces informations.

Bon, ben... pour vous aider, il faudrait au moins savoir où vous comptez faire vos études et où vous espérez trouver du travail. Pour mémoire, les législations et salaires diffèrent selon les pays. Comparez le Burkina Faso avec le Canada et vous comprendrez. Bien à vous, --Égoïté (d) 16 février 2009 à 17:51 (CET)
« C'est dommage, Mademoiselle, que vous soyez si peu avancée en mathématiques spéciales, je crains que vous ne puissiez présenter le doctorat total » S.M. | D.S.M. (4) 16 février 2009 à 23:32 (CET)
Mais j’ai mal aux dents ! rv1729

Pourquoi aller en STG? Tu peux très bien continuer en L! Pour être assistance sociale, il faut faire une formation pendant 3 ans dans l'une des écoles agréées par l'État. Les conditions d'admission sont : 1- Soit être titulaires d'un des diplômes ci-dessous : - Baccalauréat ou titres admis en équivalence (les élèves de classe terminale peuvent s'inscrire à la sélection sous réserve de l'obtention du baccalauréat), - Diplôme d'accès aux études universitaires (DAEU), - Diplômes d'État ou certificats d'aptitude au travail social ou paramédical figurant dans une liste arrêtée par le ministère, 2- Soit avoir passé avec succès les épreuves de l'examen de niveau permettant l'accès aux formations d'assistant de service social, d'éducateur spécialisé et d'éducateur de jeunes enfants. Cet examen est organisé par les directions régionales des affaires sanitaires et sociales (DRASS).

Sinon, après le bac, tu peux aller en IUT préparer pendant 2 ans le diplôme universitaire de technologie carrières sociales, option assistance sociale. puis tu fais une troisième année pour obtenir le Diplôme d'État d'assistant de service social.

Le salaire moyen d'une assistance sociale débutante est de 1220 euros pour 35 h hebdo. En fin de carrière, ça tourne autour de 2440 euros. --Guil2027 (d) 17 février 2009 à 23:50 (CET)

Saint-Saulge -F 58 Nièvre : ajout personnalités[modifier | modifier le code]

Bonjour à vous,

Sur la page encyclopédique wikipédia de SAINT-SAULGE (F 58) ne serait-il pas possible d'ajouter :

d'une part, que le médecin résistant docteur L.HELION y a été assassiné en 1944 ;

d'autre part, que le docteur L.HELION a été remplacé par le médecin docteur Salomon BASKIN (1902 +1978) réfugié en Espagne au début de la 2de guerre mondiale tandis que son épouse, Ratnieva BASKIN née à Kovel en Ukraine (1903 +1942), ainsi que leurs deux enfants nés à Nancy (F 54), Jacqueline BASKIN (1932 +1942) et Michel BASKIN (1937 +1942) ont été déportés les 15 et 26 août 1942 en partance de Bordeaux (F 33), décédés à leur arrivée à Auschwitz -P ;

MERCI de contribuer à ne pas oublier...

Brigitte Shekhinah

Image de bienvenue Nous te remercions pour ta suggestion. Lorsque tu penses qu'un article devrait être amélioré, n'hésite pas à faire toi-même les changements nécessaires. Wikipédia est une encyclopédie basée sur un système wiki, que n'importe qui peut éditer en suivant le lien Modifier situé en haut de chaque page. La communauté des utilisateurs de Wikipédia t'encourage à être audacieux. Ne t'inquiète pas pour les erreurs que tu pourrais commettre de bonne foi, elles seront probablement détectées et corrigées très rapidement par d'autres contributeurs. Si tu n'es pas sûr de la manière de modifier une page, tu peux lire Comment modifier une page ou t'entrainer dans le bac à sable. Les nouveaux arrivants sont toujours les bienvenus. Bien que cela ne soit pas obligatoire, tu pourrais trouver des avantages à te créer un compte utilisateur. Bienvenue parmi les éditeurs de Wikipédia !
Ne surtout pas se gêner pour contribuer! Et si possible placer 1 ou 2 références... Mitch-mitch (d) 17 février 2009 à 09:11 (CET)

Définition du mot "rue"[modifier | modifier le code]

Bonjour,

à la recherche de la définition du mot "rue", je suis étonnée de ne pas voir mentionnée, comme différence avec les "avenues", que ces dernières sont, normalement, bordée d'arbres, alors que les rues ne le sont pas et, ceci, quelle que soit la largeur de l'artère.

C'est pourtant ce que j'avais appris dans mon enfance et que j'ai toujours constaté, au cours de ma vie, dans les différentes villes où j'ai habité.

L'un d'entre vous pourrait-il me confirmer ou m'infirmer cette définition que j'ai gardée en mémoire?

Très sincèrement "Merci" pour vos réponses qui me soulageront d'un doute.

Pascale

Bonjour Pascale. Au plan urbanistique, l'avenue est effectivement (et en principe) bordée d'arbres à la différence de la rue. En néerlandais, la définition de laan (avenue) présente la même caractéristique. Bien à vous, --Égoïté (d) 17 février 2009 à 12:12 (CET)
(conflit d'édition) Bonjour Pascale. Tu as partiellement raison. Si je prends le Petit Larousse 2008, j'y vois pour avenue : « 1. Grande voie urbaine. 2. Large allée, voie plantée d'arbres qui conduit à une demeure ». Ce que confirme le nouveau Petit Robert 2008 : « Voie plantée d'arbres qui conduit à une habitation. Large voie urbaine. » Cordialement. Père Igor (d) 17 février 2009 à 12:14 (CET)
vide les manèges et remplit les abattoirs en 3 lettres ? S.M. | D.S.M. (4) 17 février 2009 à 12:50 (CET)
C'est relatif. Une rue peut être "promotionnée" en avenue. Ainsi dans ma ville, une "rue de Bagneux" est devenue du jour au lendemain "Avenue Henri Ginoux", sans que des travaux importants justifient cette promotion (ni même la poussée soudaine d'arbres). D'ailleurs on remarque que Google Maps la nomme tout au long de son parcours "rue Henri Ginoux", "avenue Henri Ginoux" et "rue de Bagneux"; alors qu'en réalité elle n'a qu'un seul nom.
Pour les arbres, c'est la différence entre "avenue" et "boulevard". --Serged/ 17 février 2009 à 13:50 (CET)
En principe, un boulevard occupe l'emplacement d'anciennes enceintes. Ce qui est bien sûr contradictoire, à Paris, avec l'axe Saint-Michel - Palais - Sébastopol - Strasbourg qui traverse le coeur de la ville... Quant aux avenues, en effet elles sont en principe bordées d'arbres. Mais une exception est, toujours à Paris, l'avenue de l'Opéra pour laquelle Garnier n'a pas voulu d'arbres, afin qu'on puisse admirer son œuvre le mieux possible. Et il y a bien sûr des rues bordées d'arbres (rue des Pyrénées, par exemple). Bref, aucune règle absolue, mais des usages et des choix politiques... Seudo (d) 21 février 2009 à 12:16 (CET)

Suite du film La Mélodie du bonheur[modifier | modifier le code]

Bonjour. Je me souviens jadis (vers 1970) avoir vu une suite de La Mélodie du bonheur (film, 1965), où la famille Trapp chante dans les locaux de l'immigration américaine et obtient ainsi le droit d'émigrer aux USA. Quelqu'un saurait-il le titre de ce film ? Merci Philippe Nusbaumer (d) 17 février 2009 à 12:38 (CET)

Il existe bien 2 films basés sur la famille Trapp mais qui sont antérieurs au film de Robert Wise et qui sont cités ici La Mélodie du bonheur (comédie musicale)#1956, Allemagne/Autriche, film, le second la famille Trapp en Amérique date de 1958, ces 2 films sont répertoriés ici [2] et là [3].--Doalex (d) 17 février 2009 à 15:14 (CET)

Qui est M.Monopoly?[modifier | modifier le code]

Salut les Pythies ! La question qui me tarabuste aujourd'hui porte sur M.Monopoly. Vous savez, sur les billets de Monopoly, il y a un monsieur dessiné, avec une bouille ronde, une moustache en guidon et un haut-de-forme. J'ai entendu dire qu'il était inspiré d'un riche industriel américain, mais 1) son nom m'échappe 2) j'ignore si c'est vrai ou si c'est une légende urbaine 3) je me demande si cette "information" pourrait figurer sur l'article...

En vous remerciant, 62.161.46.2 (d) 17 février 2009 à 14:13 (CET)

Il me semble que la réponse y figure bien voir Monopoly#Notes et John Pierpont Morgan#Anecdotes. --Doalex (d) 17 février 2009 à 20:03 (CET)
Woua! L'info y était, mais était super bien cachée... Merci ! 62.161.46.2 (d) 18 février 2009 à 09:59 (CET)
Il est bien écrit également que le dessin a été modifié depuis et que celui que l'on voit dans les versions récentes est plus sympathique mais si l'on se fie à l'actualité du jour on pourrait trouver un personnage analogue (joues rondes, pas de chapeau mais une moustache) à qui on confierait ses sous voir ici [4].--Doalex (d) 18 février 2009 à 14:48 (CET)

une question[modifier | modifier le code]

bonjour je suis le 22/10/1973 en algérie et j'ai pas de chance dans ma vie , j'aimerai bien avoir un marié et des enfants et désoler pour cette questions car je me trouve plus dans cette vie.

Bonjour. Nous avons le pouvoir de chercher et trouver des réponses dans le passé mais pas dans l'avenir... Désolée donc de ne pas vous répondre avec précision. Pensez toutefois qu'à 35 ans, votre vie est loin d'être achevée et que plein de bonnes choses peuvent encore survenir. Gardez espoir ! --Égoïté (d) 17 février 2009 à 14:45 (CET)
On peut quand même remarquer que vous êtes né sous le signe de la balance alors que Pluto se trouvait dans la maison du bélier et que des éleveurs de mauvaise foi criaient au loup dans la bergerie... Ce qui fit évidemment désordre, même si le lien avec les problèmes que vous rencontrez actuellement ne peut être formellement établi. S.M. | D.S.M. (4) 17 février 2009 à 15:42 (CET)
Boule de cristal L'Oracle n'est pas devin. Comme indiqué en haut de sa page, il ne considère que les questions d'ordre encyclopédique. Compatissant néanmoins aux incertitudes humaines, il espère que vous survivrez à ces tergiversations.
Pour conclure. --Milena (Parle avec moi) 17 février 2009 à 16:39 (CET)
Mais quelle était la question, d'ailleurs ?
Si c'est celle de la chance, la réponse est nette : cette personne a beaucoup de chance, au contraire, elle aurait pu naitre dans des endroits et des époques bien pire, voire ne pas naitre du tout.
Si c'est avoir UN marié, dans l'hypothèse où nous avons affaire à une femme[réf. nécessaire], c'est facile : en Chine et en Inde ils en manquent et elle ne devrait pas avoir de mal à en trouver...
Enfin, l'encyclopédie peut quand même rappeler qu'une vie réussie ne passe pas forcément par mariage + enfants, selon des opinions maintenant solidement établies
gem (d) 17 février 2009 à 16:57 (CET)
Et halte à l'hétérocentrisme ! S.M. | D.S.M. (4) 17 février 2009 à 17:03 (CET)

Ecogeste/éclairage : durée d'allumage des lampes à incandescence ou tubes luminescents[modifier | modifier le code]

Cher Wikipédia,

Tout d'abord, vous avez toute mon admiration pour l'étendue de votre savoir et pour votre enthousiasme à nous éclairer. Soyez-en globalement et sincèrement remerciés et félicités !

Justement, à propos d'éclairage, j'aurais voulu quelques précisions que l'article en question ne donne pas :

  • En quoi consistent les "lampes à décharge"?
  • Ensuite, ne serait-il pas possible de chiffrer quelque peu les termes "cycles d'allumage courts" ou bien le "très peu de temps" pendant lequel on laisse les lampes allumées ?

Autrement formulé : pendant combien d'heures de telles lampes doivent-elles rester allumées pour être sûr d'une utilisation économique ?

Je pense que ces informations pourraient aider les consommateurs à consommer moins.

Grand merci d'avance et meilleures salutations,

Zinnia-Wat

Pour les lampes "à décharge" : voir l'article Lampe fluorescente et Tube fluorescent (appelé à tort néon). Pour ce qui est de la durée d'un cycle, c'est difficile à évaluer, il faut considérer plusieurs choses :
  • ces lampes supportent mal l'allumage et donc les jour-nuit-jour-nuit de Jacqouille
  • ces lampes, à puissance lumineuse émise égale consomment 3 fois moins qu'une incandescente classique
  • ces lampes coûtent plus cher à l'achat.
Il faudrait évaluer le prix Pallumaged'un allumage de lampe. Peut on dire que, si une lampe à 100€ dure 100 allumages, 1 allumage coûte 1€? si c'est la cas on devrait pouvoir écrire 2 équations Prix = f(temps d'allumage, nb d'allumages) pour chaque type d'ampoule et comparer.. Enfin je pense Mitch-mitch (d) 17 février 2009 à 16:13 (CET)

Ford Focus[modifier | modifier le code]

Bonjour à tous,

voilà j ai acheté depuis peu une ford Focus RS de 2003.Mon problème est le suivant, le turbo s est mit en sécurité donc ne fonctionne plus, la cause,l ancien propriétaire a fait augmenter la pression de ce dernier. Je l ai donc emmené chez Ford qui ont appelé Ford Paris pour avoir les ingénieurs pour connaitre les données d origine de la pression turbo. Ces derniers ont refusés, pour cause de sécurité,donc ma question est la suivante:auriez vous s il vous plait, les données de la pression d origine du turbo? dans l attente d une réponse, veuillez agréer messieurs, l expression de mes sentiments les plus distingués.
IP 86.72.72.249 à 18:02

Titre[modifier | modifier le code]

bonjour

comment remet-on l'image qui est bloque depuis longtemps?

MERCI

D'autres détails peut-être ? --Doalex (d) 17 février 2009 à 20:12 (CET)

La Création d'Adam (Michel-Ange)[modifier | modifier le code]

bonjour, j'ai participé à un concours de création de logo en utilisant le doigt de Dieu extrait de La Création d'Adam (Michel-Ange). La photo est en noir et blanc (donc elle a subi un traitement par rapport à l'original) et je l'ai un peu modifiée encore sur Photoshop (rendu crayon noir). Ce logo a été refusé au concours ! Je pensais que les œuvres du patrimoine culturel étaient libres de droit (après 70 ans). Pouvez-vous me renseigner sur ce sujet, ou m'indiquer des liens vers des sites traitant de ceci. merci d'avance, Bien cordialment, Ghilaine Coulon

michel-ange@adam.barre

Logo de courriel Comme indiqué dans son en-tête, l'Oracle ne répond pas par courriel. Votre adresse a donc été effacée, d'autant qu'elle risquait d'être exploitée à des fins commerciales par le biais d'aspirateurs d'adresses (en savoir plus). Supprimé également votre numéro de téléphone
Ben, c'est leur concours, ils font ce qu'il veulent, après tout, non ? Vu la quantité d'utilisation de cette œuvre, si elle était bloquée par les droits ça se saurait (une chtit requete "michel ange publicité création adam" vous en montre). C'est même tellement utilisé qu'il n'est pas du tout improbable que ça soit déjà pris par quelqu'un. Le problème de droit n'est donc pas celui des (inexistant) ayant-droit de Michel Ange, mais plutôt du droit des marques. Des fois que San Marco ou autre ferait un procès... Si vous étiez Picasso ou Warhol ils auraient peut-être réagit autrement, mais voilà, vous ne l'êtes pas, n'est-ce pas...gem (d) 17 février 2009 à 20:59 (CET)
Eh, c'est triste, mais ce n'est pas parce qu'on copie un génie qu'on est soi-même un génie. Et l'utilisation de cette œuvre de Michel-Ange sent un peu le réchauffé. Comme quoi il ne suffit pas d'avoir une bonne idée, il faut aussi être le premier à l'avoir. Créateur de logo, foutu métier. Morburre (d) 17 février 2009 à 22:28 (CET)

transsexualisme et incarcération ?[modifier | modifier le code]

bonjour à toutes les pythies de l'oracle,

J'ai découvert l'oracle il y a environ deux mois et en remontant l'historique j'en suis déjà à S19/07, depuis je vais de découvertes en découvertes (faut des "s" ou pas à découvertes?), c'est fou ce que l'on peut apprendre en sautant d'un lien à l'autre.

Ma question: Existe-t-il une loi déterminant où doit être incarcérer un(e) prisonnier(e) transsexuel(le) ? J'ai fait une recherche sur google (mon ami) mais tout ce que j'ai réussi à trouver c'est des avis personnels mais aucunes décisions officielles.

Je suis d'accord que dans le cas d'un(e) transsexuel(le) complètement opéré(e) la question est relativement simple mais qu'en est il d'une personne ayant tous les attributs féminins en apparence mais gardant un sexe masculin et inversement ?

Par avance merci pour votre travail et vos réponses? Thomicard (d) 17 février 2009 à 22:05 (CET)

Je pense que tout dépend comment l'état civil le ou la reconnaît.--Guil2027 (d) 17 février 2009 à 23:59 (CET)
Voilà: la justice étant l'administration, elle ne peut se baser que sur l'état civil. Il y a eu une histoire récemment en Italie je crois sur le sujet: un gars en prison qui avait changé de sexe et allait donc être transféré dans une prison pour femme. L'histoire avait fait les choux gras car le gars avait été incarcéré pour viol et que des détenues de la prison pour femme, dont beaucoup avaient elles-mêmes été victimes de viol dans leur vie, refusaient catégoriquement cette nouvelle voisine, changement de sexe ou pas. Du coup l'administration pénitentiaire était bien embêtée. Bref tout ça pour dire que dans ce genre d'affaire, les choses restent encore assez floues et délicates... .: Guil :. causer 18 février 2009 à 09:40 (CET)
donc en fait du point de vue de la loi la seule chose prise en compte est l'état civil.
Je trouve ça limite étant donné (si j'ai bien compris) qu'en France la modification de l'état civil n'est possible que si la personne à subit une opération de changement de sexe (ce qui est déjà difficile pour un MTF et encore plus si ce n'est impossible pour un FTM).
Je vois mal une detenue avec un penis dans une prison pour femme, ou un détenu avec un vagin dans une prison pour homme.
Pour résumé : la seule solution dans un pays "développé" est de mettre ces personnes à l'isolement, c'est bien dommage.
En tous cas merci pour avoir cherché une réponse à ma question.
Thomicard (d) 18 février 2009 à 21:26 (CET)
PS : comment on fait pour ne pas avoir à taper les ":" à chaque passage à la ligne pour garder un alignement "décalé" pour répondre au message précédent ?
On peut éventuellement utiliser les balises <br> comme ici ->
Elles simulent le retour à la ligne. En passant (d) 19 février 2009 à 13:47 (CET)

la relance[modifier | modifier le code]

bonsoir oracle je suis toujours étonné de vos connaissances et suis trés heureux de vous rencontrer qq fois le soir ;j'ai regardé une émission sur la relance, pouvez vous me donner les vraies différences entre la relance par la consommation et l'investissement.est ce que la meilleure est l'investissement ? merci encore et bonne soirée.

Nous sommes face à une crise de demande. Cela signifie que la production économique baisse parce que la demande baisse. Le but d'une politique de relance est d'accroître la demande, pour stimuler la production économique. Au niveau macroéconomique, la demande se compose de trois composantes : la consommation des ménages, l'investissement des entreprises et les dépenses du gouvernement. Une politique de relance vise à agir sur ces trois leviers. L'investissement des entreprises est surtout sensible au taux d'intérêt. Ceux-ci sont fixés par la Banque centrale européenne à Francfort. Le gouvernement ne peut donc pas agir sur cette politique monétaire. Reste alors deux choses, qui renvoient à ce que l'on appelle la politique budgétaire.
1) Le gouvernement peut lui même directement dépenser de l'argent, en s'endettant, de préférence en investissant dans des projets qui permettront à plus long terme d'accroître la compétitivité de la France. C'est cela que l'on appelle, dans les médias, "la relance par l'investissement".
2) Le gouvernement peut stimuler la consommation des ménages, soit en leur distribuant des revenus supplémentaires (en augmentant les minimas sociaux, par exemple, comme le minimum vieillesse), soit en diminuant les impôts qui pèsent sur les ménages, ce qui augmentant leur revenu disponible doit les pousser à consommer (par exemple en baissant la TVA). Là aussi, cela implique que l'État accroisse son endettement : soit parce qu'il augmente ses dépenses (cas où il distribue des revenus supplémentaires), soit parce qu'il diminue ses recettes (cas où il baisse les impôts). C'est cela que l'on appelle la politique de relance par la consommation.
La politique de relance par la consommation a pour elle qu'elle provoque des effets presque immédiats. Dès que les ménages voit leur revenu disponible augmenter, ils vont consommer. Or, dans une crise comme celle que nous connaissons, il faut agir immédiatement. D'autre part, la part des biens de consommation qui sont importés est plus faible que la part des biens de production qui le sont : augmenter la consommation de bien de consommation dégrade moins la balance commerciale que ne le fait une relance par un accroissement des investissements. Toutefois, la politique de relance par la consommation a un défaut important : rien ne garantit que les ménages vont consommer davantage. En effet, en période de récession, les ménages ont tendance à accroitre leur épargne, particulièrement lorsque leur endettement est élevé, comme c'est le cas dans cette crise. Dans tous les cas, une partie de l'argent qui est donné aux ménages est perdu pour la relance puisqu'il n'est pas consommé mais épargné. Par ailleurs, en cas de baisse de la TVA, les distributeurs peuvent se contenter d'accroître leur marge, sans répercuter la baisse.
La politique de relance par l'accroissement des investissements publics a pour premier avantage qu'elle permet d'accroître la compétitivité de l'économie sur le long terme. Le but premier est, bien sûr, de relancer l'activité économique tout de suite en accroissant la demande. Mais, cela permet également d'augmenter sur le long terme les performances de l'économie, si les investissement publics sont choisis avec intelligence. D'autre part, la totalité des sommes que l'État dépense en plus accroit la demande globale : aucune partie de cette somme supplémentaire n'est épargné, à la différence de l'argent distribué au ménage, qui l'est partiellement. Toutefois, le défaut principal de cette politique est qu'il faut généralement beaucoup de temps à l'État pour mettre en œuvre ses projets d'investissement. L'effet de relance prend donc du temps, presque un an. Or, comme je l'ai déjà souligné, la relance doit être immédiate pour être vraiment efficace.
En conclusion, je dirai que cette opposition est un faux problème. Le vrai problème est plutôt celle de l'importance de la politique de relance. Pour être efficace, une politique de relance doit en effet répondre à deux critères : être rapide et être importante. 26 milliards est ainsi une somme très insuffisante : cela représente moins d'un point de PIB, c'est à dire bien moins que la chute de la demande globale. La manière dont est dépensée la somme est, en fait, d'une importance seconde. Ce qui compte, c'est que cette somme soit adaptée à la dimension du problème. Celle qu'a choisi d'injecter le gouvernement français ne l'est pas -à mon sens. gede (dg) 18 février 2009 à 00:51 (CET)
On a plein de liens bleu à consulter. Par contre on manque de ref, tout cela est trop chaud pour être correctement analysé.
qq remarques
on peut reprocher à un petit plan de ne pas suffire (petit plan, petits effets...), mais il n'y a pas de raison de penser que ça marche en tout ou rien, et qu'il faut faire énorme dès le départ sous peine que rien ne se passe.
La manière dont on dépense l'argent est tout sauf secondaire. Le gouvernement peut l'orienter, et il y a des domaines où l'effet sera mauvais (bâtiment neuf) et d'autres où il sera bon (rénovation pour économie d'énergie) gem (d) 18 février 2009 à 11:33 (CET)

Que voila une bonne explication des différentes possibilités, si elle est réellement juste. Maintenant est il aussi possible dans un contexte d'endettement aussi important que celui qui existe en France, de mettre plus que les 26 milliards proposé. Est ce que le chiffre de l'endettement de la France cité est juste ou est ce un chiffre manipulé au grès des discours (gouvernement, partis ou syndicats). Qui croire ? Ne faudra t'il pas aussi un jour accepter que l'on ne fera pas comme profession ce que l'on aura voulu apprendre? Si on fait un grand projet de relance dans le bâtiment (ou ailleurs), où trouvera t'on la main d'œuvre nécessaire ? Auprès de nos jeunes diplômés cherchant du travail ou bien par l'arrivée de main d'œuvre étrangères. La situation est frustrante je sais, mais à la guerre comme à la guerre. Il s'agit bien d'une guerre économique, non ? --Kkbs (d) 18 février 2009 à 07:26 (CET)

L'histoire de la main d'oeuvre est un faux problème à mon avis. Le manque de main d'oeuvre est lié à des salaires trop bas principalement, une forme d'entente déloyale entre les entrepreneurs qui refusent de rentrer en compétition sur le marché du travail non-qualifié. L'immigration légale de travailleurs ne peut pas faire de mal à l'économie de toutes manières. Par ailleurs, on parle beaucoup de bâtiment et de grands travaux, mais l'État peut aussi investir dans la recherche, dans l'équipement des hopitaux, etc. Arnaudus (d) 18 février 2009 à 10:05 (CET)
Arnaudus, les entrepreneurs sont bien trop nombreux et divisé pour organiser une telle "entente déloyale" sur le marché du travail non-qualifié. S'ils n'offrent pas plus c'est parce qu'ils ont de bonne raisons de le faire, de leur point de vue, probablement qu'ils trouvent (à tort ou à raison, mais probablement d'expérience, donc à raison) qu'ils ne gagnerait pas leur croute ou que ça serait trop d'emmerde pour le gain. J'ai une expérience personnelle qui résume bien, je crois, le problème : pour un boulot personnel, j'avais calculé que j'avais financièrement intérêt à le faire moi même, quitte à y perdre mon salaire (environ 3 SMIC), plutôt que d'embaucher un smicard pour faire le boulot (a fortiori s'il fallait que je paye plus que le SMIC, ou une entreprise !). Dans le même genre, les nounous ne gagnent pas le SMIC (mais 28,125% du SMIC), sans quoi ce métier n'existerait quasiment pas... Je comprend qu'on trouve que le smicard ne gagne pas assez (en net), n'empêche qu'il coute (en brut + charges + emmerdes + impôts sur ce qu'il faut gagner pour le payer) quand même largement trop cher pour la valeur ajoutée de son travail. Les métiers du bâtiment (et d'autres : nettoyage, etc.) sont relativement mal payés et ça ne date pas d'aujourd'hui, ce qui expliquent pourquoi ils ont toujours été fait par des immigrés (ce qui était positif en période de plein emploi, en revanche aujourd'hui c'est incompréhensible). Relativement à d'autre métiers, voire à l'inactivité. Pour que les gens y aillent, y'a pas trente six solution, y'en a qu'une : augmenter le salaire relatif, mais sans augmenter le cout du travail, et sans que ça détruise ailleurs ce qu'on peut gagner là, ce qui complique quand même l'équation.
Cela dit je crois qu'on exagère le problème avec des chiffres délirants d'emplois non pourvus faute de main d'œuvre dans certains secteurs. gem (d) 18 février 2009 à 12:27 (CET)
J'ajouterai que la demande baisse parce qu'elle était financée sur un endettement excessif, c'est à dire gagée par une production future qui ne peut pas avoir lieu. Autrement dit : on n'a pas une baisse anormale de consommation, qui pourrait être compensée et n'aurait aucune raison de durer, mais au contraire un retour à une consommation normale après un épisode de consommation excessive. L'économie était en "surchauffe", c'est à dire qu'elle avait trop de capacité de production, au moins dans certains domaines (le bâtiment par exemple). Vouloir à tout force maintenir cet état anormal ne peut pas être une solution, c'est plutôt un problème supplémentaire, un pousse-au-crime. Dans ces conditions, je ne parie pas un kopek sur le succès de ces politiques, et si elles sont massives (USA) leur échec sera encore plus patent que si elles sont rikiki (France). Le revenu distribué peut être englouti dans le remboursement des prêts qui existent déjà et la constitution de réserve d'épargne par ceux qui le peuvent, du fait des inquiétudes sur l'avenir ; l'effet sur la consommation serait alors maigre. Pire encore : en économie mondialisé, ce maigre effet se diffuse dans le monde entier, ce qui n'est pas tolérable par le pays financeur ; donc, soit il ferme ses frontières, les gains de la mondialisation sont effacé d'un coup, et la crise s'aggrave ; soit il a payé pour le roi de Prusse, et c'est lui qui concentre la crise chez lui (sans que ça profite beaucoup aux autres, d'ailleurs : le jour de la catastrophe, les exportateurs de bien de consommation prenne le choc en pleine tronche, comme la Chine le vit aujourd'hui)... Les USA se préparent à nous rejouer au niveau mondial la pièce que la France a joué en Europe en 1981, et on sait comment ça a fini.
Enfin, les projets publics ont trop souvent la caractéristique d'avoir une mauvaise rentabilité, et encore, quand ce n'est pas une rentabilité négative (les fameux "éléphants blancs") ; mais on ne peut pas tout financer, ce qui est mis dans les projets publics est autant qui peut manquer pour les projet privés (peut : le pire n'est pas sur, mais il est possible) : la dépense publique détournerait alors d'autant plus d'argent des bons projets qu'elle sera plus massive, avec un effet négatif à long terme dans tous les compartiment du jeu.
Cela dit, rappelons quand même le problème de l'endettement français n'est pas si grave en soi, ce qui est grave c'est ce à quoi il sert, à savoir des dépenses de fonctionnement ; on pourrait supporter bien pire s'il y avait des actifs derrière.
Rappelons aussi que quand l'état français dépense 100, il en récupère mécaniquement 50 immédiatement (peu ou prou), ce qui limite les dégâts. De plus la crise à ceci de bons que les taux d'intérêt baisse énormément, réduisant de façon notable la charge de la dette (quand on doit 1000 milliards, -1% sur le taux ça se voit, même quand ça ne porte que sur une fraction de l'endettement --celle qui arrive à échéance).
Enfin, il faut rester raisonnable : une récession de 1% ce n'est pas la mort du petit cheval. Les médias adorent les catastrophes et font des gros plan sur les victimes, mais pour 90% des gens rien ne change.
Au fond du fond, le problème de la relance n'est pas économique, il est psychologique. Si le moral s'effondre se sera la déroute, quoique fasse le le gouvernement.
gem (d) 18 février 2009 à 11:33 (CET)
Ouaip, une recession de 1 % ce n'est pas la mort du petit cheval, mais ça peut donner 200 000 chômeurs de plus, en France. Je pense que ceux là ne seront pas complètement d'accord avec vous. Curtane, le 18.2.2009
Ah oui, j'oubliais : les médias font des gros plans sur les victimes parce que les gens adorent. Pas forcément par perversité, aussi par compassion, des fois.
Moi je pense qu'on peut les laisser penser eux-même, sans chercher à imaginer ce qu'ils peuvent penser. Et surtout sans se comporter comme si on était soi-même à leur place alors qu'on ne l'est pas.
En plus, c'est une très vieille histoire, celle de Charybde et Scylla ; se préoccuper des victimes n'aide pas à les éviter, il n'est même pas impossible que ça contribue à en augmenter le nombre, voire à mettre tous le monde dans la même merde. Nous avons d'ailleurs un beau graphique dans chômage en France où on serait bien en peine de voir la moindre efficacité des politiques française de lutte contre le chômage, tellement nous collons à la moyenne des pays comparables ... sauf entre 1982 et 1987 (forte hausse !). De quoi relativiser la politique et ses effets. gem (d) 18 février 2009 à 16:04 (CET)

datation[modifier | modifier le code]

bonjour, je vis au Canada et mon fils vient d'apprendre a l'ecole la datation. A mon epoque le XXe siecle par example commencait a la date 1900 jusqu'en 1999. Est-ce que cela a-t'il change???? Il a appris que le XXe siecle maintenant commence en 1901 jusqu'en 2001. Est-ce vrai??? Est-ce que l'enseignement de la datation a change dans le systeme scolaire?? Merci de me repondre. Sandrine

… hum ! Bonjour Sandrine, en fait, cela n'a pas changé, il n'y a pas d'an "0", donc entre "0 et 1", c'est l'an "1". Le premier siècle (donc cent ans) est entre l'an 1 et l'an 100, le deuxième commence à 101 et ainsi de suite. Cordialement, — Hautbois [canqueter] 18 février 2009 à 07:02 (CET) (au risque de l'être moi-même, on vous a mal(-)appris Mort de rire)
Ou vous avez mal retenu. rv1729
et aussi que lors du passage à l'an 2000, il y a eu un joyeux amalgame (par certains journalistes peu au fait de ces choses) avec l'entrée dans le XXIe siècle qui a semé la pagaille dans la tête de pas mal de gens. Cobra Bubbles Dire et médire 18 février 2009 à 10:50 (CET)
Les plus bêtes (mais aussi les plus cohérents, pour finir) ayant été jusqu'à affirmer joyeusement que nous entrions dans le 2e millénaire. rv1729 18 février 2009 à 11:15 (CET)
Bref : ce que votre fils a appris est juste et l'a toujours été, rien n'a changé, simplement vous aviez tort de croire que le XX s avait commencé en 1900. gem (d) 18 février 2009 à 12:31 (CET)
Notez que, dans un ordre d'idée différent, certains historiens considérent le XX siècle comme la période allant de 1901 (mort de la Reine Victoria) ou 1914 (première guerre mondiale) à 1989 (chute du mur de Berlin) ou 1991 (fin du bloc soviètique). Avec cette datation historique le XXI siècle a commencé depuis le 11 septembre 2001. OK ca fait pas toujours 100 ans pour un siècle mais un peu d'histoire ne fait pas mal. --Cornild (d) 18 février 2009 à 15:55 (CET)
Le plus marrant c’est que de 1991 à 2001 on est dans l’entre-deux-siècles. rv1729 18 février 2009 à 15:59 (CET)

Bonjour,quelqu'un pourrait-il me rappeler l'expression latine traduisant (dans mon souvenir et en substance)le nom de "soleil invaincu" donné au jour de la naissance de jésus? cela pourrait être "invicit solis" ou quelque chose comme ça.J'y pense car la question posée sur la datation me rappelle une discussion au cours de laquelle quelqu'un m'aurait dit qu'il y aurait une incertitude sur le jour de la naissance de jésus (réputé être le 25 décembre). Voilà le lien : le zéro n'existe pas dans la numération romaine. Le calendrier romain commence donc le premier janvier de l'an I.Les romains ont basé ce calendrier sur le jour de la naissance de Jésus. Ainsi on se demande s'il convient de considérer que jésus est né le premier janvier de l'an 1. le nom de "soleil invaincu" donné par les romains à ce jour viendrait de ce que Jésus serait né à une période intermédiaire de l'hiver.Bien à vous,Francis MARTIN213.169.166.31 (d) 18 février 2009 à 19:31 (CET)

Sol Invictus. Pour le 25 décembre, voir Noël, pour le premier de l'an, voir Jour de l'anHautbois [canqueter] 18 février 2009 à 20:18 (CET)

merci hautbois francis martin213.169.166.31 (d) 19 février 2009 à 05:32 (CET)

bonjour . le soleil invaincu est une tradition, divinité solaire apparue dans l'empire romain au 3è siècle,reprenant le mythe d'appollon et le culte de mithra; l'empereur aurélien en fit une fête du 25 décembre (jour suivant le solstice d'hiver). la religion chrétienne reprit cette tradition en faisant du 25 décembre la fête de noel. Je ne manque pas d'apprécier le rapprochement avec le "christ en gloire" que j'ai relevé dans vos pages ,jésus disant "je suis la résurrection et la vie". enfin sous "vierge à l'enfant j'ai noté l'"annonciation" : l'ange gabriel annonce à marie qu'elle portera le fils de dieu. marie répond qu'elle ne le pourrait car elle n' a pas connu d'homme et gabriel dit : dieu est tout verbe et te couvrira de l'ombre de sa vertu; Marie accepte :en substance elle dirait "qu'il en soit ainsi",parallèle de "que la lumière soit".Dieu est trois,le sait et historiquement le réalise(le père,le fils et le saint esprit)le tableau illustrant ce propos représente la vierge à l'enfant,jésus tendant à marie une sphère surmontée d'une croix.ce doit être simplement un symbole chrétien,il est cependant facile de noter la ressemblance avec le symbole féminin (inversé).Bien à vous,francis martin213.169.166.31 (d) 19 février 2009 à 06:09 (CET)

rebonjour je viens d'écouter michel cassé avec alain weinstein,le premier disant que pour la science physique le vide quantique est plein d'énergie,donnant à l'origine lumière et matière. francis martin 213.169.166.31 (d) 19 février 2009 à 06:31 (CET)

le solstice d'hiver est la plus longue nuit de l'année; "soleil invaincu",fête du jour suivant (25 décembre) signifie le début du rallongement de la durée du jour. On remarque que c'est le jour de la naissance de jésus, "la résurrection et la vie".Francis MARTIN (d) 19 février 2009 à 10:04 (CET)

L'année devrait commencer le 25 décembre, date à laquelle les jours commencent à rallongerFrancis MARTIN (d) 19 février 2009 à 10:22 (CET)

Une année solaire dure 365,25 jours et il y a donc une variation de 7 jours environ par 20 000 ans.Francis MARTIN (d) 19 février 2009 à 10:46 (CET)

… hum ! date des solstices d'hiver : 21 ou 22 décembre, parfois 20 ou 23, mais jamais le 25. On vous aura mal appris (bis)Hautbois [canqueter] 19 février 2009 à 10:38 (CET)

depuis la création du calendrier grégorien vers 1520Francis MARTIN (d) 19 février 2009 à 10:49 (CET)

voyez svp l'article sol invictus ci dessus dans lequel on dit qu'au 3è siècle ce nom fut donné au jour suivant le solstice d'hiver , 25 décembreFrancis MARTIN (d) 19 février 2009 à 10:53 (CET)

cf également calendriers julien et grégorien. Bien à vous hautboisFrancis MARTIN (d) 19 février 2009 à 10:54 (CET)

cela me fait penser qu'il y a bien un jour de décalage sur 1000 ans environ entre les calendriers julien et grégorien portant le solstice d'hiver du 23 décembre (environ) pour le calendrier grégorien (an 1500 environ) au 24 décembre pour le calendrier julien créé, remarquons-le,vers 45 avant jésus. je note premièrement que le décalage serait d'un jour de moins (du 24 au 23),ce qui voudrait dire que la révolution de la terre autour du soleil serait de plus en plus rapide ? j'ai du mal à y croire. Je vais creuser la questionFrancis MARTIN (d) 19 février 2009 à 11:56 (CET)

voir Année (astronomie)gem (d) 19 février 2009 à 12:13 (CET)

merci gem; cependant je ne sais pas pourquoi les modifications n'apparaissent pas toujours : j'ai trouvé la tienne dans le texte des modificationsFrancis MARTIN (d) 19 février 2009 à 12:28 (CET)

si je comprends bien,la terre tourne, autour du soleil, plus ou moins vite car les orbites ne sont pas tout à fait circulaires--Francis MARTIN (d) 19 février 2009 à 12:52 (CET)

gem, je vous ai adressé un message sur votre page de discussion. A bientôt, si vous le voulez bien.--Francis MARTIN (d) 19 février 2009 à 13:09 (CET)

Avenir ???[modifier | modifier le code]

Bonjour à tous, Mes questions :

  • 1. Ne risque t'on pas que l'un ou plusieurs pays d'Europe finissent par être en faillite comme cela a été le cas pour l'Argentine il y a quelques années?
  • 2. Comment cela se traduit sur la situation des particuliers? --Kkbs (d) 18 février 2009 à 07:35 (CET)
Hum, en Argentine ça s’est traduit par la misère, et même la famine dans le nord du pays.
Ah oui, la mesure la plus spectaculaire a été le corralito : interdiction de retirer son argent de la banque. En cas de panique bancaire où les épargnants iraient retirer leur argent en masse, je suis certain que notre gouvernement en ferait autant. rv1729 18 février 2009 à 08:29 (CET)
Je me souviens que les habitants avaient mis en place une économie parallèle basée sur creditos qui remplacait la monnaie locale très fortement dévaluée. En gros des "acheteurs" récupéraient une montre pour 1000 creditos, la livre de viande côutait 10 creditos etc. Tout ca pour dire qu'on en était revenu à un système de troc évolué avec une monnaie qui ne valait rien ailleurs que dans la ville mais qui permettait de continuer les échanges... Mitch-mitch (d) 18 février 2009 à 09:15 (CET)
C’est l’État qui a mis ça en place, les fonctionnaires étaient partiellement payés en bons utilisables dans certains magasins pour l'achat de denrées de première nécessité. J’ai lu que dans certains bleds du nord, les magistrats, les flics, les enseignants mettaient tout en commun pour acheter à manger aux plus démunis. rv1729 18 février 2009 à 11:13 (CET)
Le risque de faillite, avec liquidation totale etc., est nul. Le risque de banqueroute existe mais il est faible, et il est rare qu'on fasse une banqueroute totale. Si jamais ça arrivait l'impact direct serait subi par ceux que l'état paye : les fonctionnaires, les fournisseurs de l'état, ceux dont le train de vie dépend de l'épargne investie en titre de l'état concerné (généralement indirectement : assurance-vie, fonds de pension, SICAV, etc. ), notamment les retraités ; indirectement, par ceux qui dépendent des dépenses de cette première ligne de gens, ce qui veut dire à peu près tout le monde. Comme l'état a toujours la possibilité de choisir qui il sacrifie (et quand, comment, etc.) les modalités pratiques et donc l'impact sur les gens peuvent varier dans de grandes proportions mais dans l'ensemble on peut sans trop s'avancer dire que ça serait la grosse m.... Avec une joli foire d'empoigne politique en toile de fond, pour le choix des victimes et des repêchés. gem (d) 18 février 2009 à 12:55 (CET)
Je voudrais simplement rajouter qu'en cas de "vraie" faillite déclarée pour l'Etat, les allocations familiales, les remboursements maladie, les retraites (Cram et complémentaires) en prendrait un sacré coup. Et les collectivités locales, qu'en serait-il de leurs finances, puisque à ce jour, elles augmentent allègrement les impôts, pour elles, la crise n'existe pas. Curtane, le 18.2.2009
Effectivement. Un effet collatéral de la banqueroute est qu'il n'est plus possible d'emprunter avec la garantie du banqueroutier. La Sécu explose en vol, prise en ciseau entre l'effondrement de ses revenus (crise => macache pour les "charges") + l'impossibilité d'emprunter, et la hausse de ses charges (remboursement aux assurés) ; sans parler de son propre paquet de dettes. La situation des mutuelles est similaire, même si leur situation de départ est saine elles peuvent craquer et en tout cas elle devront revoir à la baisse leurs prestations. Tout le système de santé est financièrement asphyxié, au détriment de la santé publique. Les assureurs privés aussi ont une part trop grande de leur patrimoine propre investie en titre d'état pour facilement passer le cap, il faut s'attendre à des morts, donc à une méga crise financière.
Mais encore une fois on est dans le scénario catastrophe, qui est facilement évitable moyennant des ajustements pas agréables mais pas très graves non plus. Inutile de jouer à se faire peur. gem (d) 18 février 2009 à 15:07 (CET)
A noter aussi que dans le cas particulier de la France, l'Etat peut combler ses dettes à priori assez facilement puisqu'il possède des biens et en particulier des sociétés telles qu'EdF, la Poste etc. Alors bien sûr il faut trouver acquéreur, et à quel prix? mais ca permet de limiter considérablement la casse en cas de coup dur. Mitch-mitch (d)
Désolé de te décevoir, mais tout cela n'est pas du tout à la hauteur de problème, quoique pas négligeable. Le patrimoine de l'État français est globalement négatif : - 650 milliards fin 2007 ( http://www.performance-publique.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/Comptes/2007/Synthese.pdf ), on doit en être vers - 750 milliards fin 2008 en tenant compte du déficit et des dépréciation d'actifs. Et encore, sans tenir compte de ce que l'état doit à ses retraités, soit plus de 1000 milliards, ni ce qu'il souhaite versé aux régimes de retraites subventionnés (SNCF, RATP, etc.), pour presque 250 milliards. Tout bien pesé l'état a donc un patrimoine négatif de 2000 milliards.
C'est beaucoup, cependant c'est mangeable, ça ne fait que 7 ans de revenu de l'état, sans forcer ni vendre la peau de la croissance ni revoir à la baisse les engagements, ce qui reste possible. Pas encore de quoi faire peur à un créancier et ça explique que l'état français reste à la notation maximale des agences de notation.
Inutile de jouer à se faire peur, donc. La facture sera douloureuse, mais supportable.
Le gros des avoirs publics est dans les mains des collectivités territoriales (routes, bâtiments scolaires, ...) ou d'établissements publics formellement autonomes (RFF par exemple), et tout cela, pour l'essentiel, sert à assurer une fonction précise (loger les classes, faire rouler les trains, etc.), fonction qui ne rapporte pas un sou, ce qui fait que ces actifs ne valent pas grand chose sur le marché, à moins de renoncer purement et simplement à ces fonctions ET de trouver un autre usage, lucratif, des biens qui leur sont allouées (ce qui n'est pas si évident). gem (d) 18 février 2009 à 14:49 (CET)
Attention ! Il ne faut pas confondre ce qu'on appelle communément l'État et ce que l'on appelle en comptabilité nationale l'État : ce dernier a un périmètre bien plus restreint. L'État (en sens commun) est constitué, en langage de compta nat, de l'État (au sens technique, c'est à dire les administrations publiques centrales dotées de la souveraineté), plus les administrations publiques locales (mairie, région, etc.), plus les administrations de sécu. La dette publique est bien sûr la dette de l'État au sens large : toutes les administrations publiques. Mitch-mitch a donc raison : ce solde de patrimoine est bien positif [5] : il représente à peu près 25% du PIB. Le solde patrimoine qui est négatif est celui du seul "État", au sens technique, comprendre la partie des administrations publiques centrales dotées de la souveraineté, sans la sécu et les administrations locales et les ODAC[6]. Or, encore une fois, ce périmètre là n'est pas celui utilisé quand on parle de "dette publique" : l'"Etat" (au sens technique) n'est qu'une partie des administrations publique. gede (dg) 18 février 2009 à 15:28 (CET)
Attention !! Faut être précis quand on cause. Mitch-Mitch parle de l'État, je précise pour l'État. En compta nat l'État c'est l'État, et le truc que tu proposes (à tort !) d'appeler l'État c'est les "administrations publiques" (APU pour l'INSEE : [7]). L'État français unitaire au sens LouisXIVien ou Napoléonien est mort, aujourd'hui les collectivités territoriales ont une autonomie consacrée dans la constitution. Nous ne sommes pas fédéralisé mais ça peut venir, les tendances centrifuges sont naturelles et fortes.
Maintenant, si tu veux qu'on cause APU, dette publique française, et Patrimoine des administrations publiques françaises, c'est possible (faut juste pas appeler ça l'État !), mais on a déjà les articles ad hoc, pas si mal faits il me semble (quoiqu'on puisse faire des MàJ). C'est positif, effectivement édit, à la menue condition près d'admettre que l'état ne doit absolument rien à ses retraités et à ceux des régimes spéciaux, ce qui est façon polie de leur dire qu'ils peuvent aller se brosser pour leur pension ; heureusement pour eux que l'état n'est pas cohérent et qu'il paye quand même un truc dont par ailleurs il affirme comptablement qu'il ne le doit pas... Par contre si on réintègre cette dette d'environ 1300 milliards selon les propres dire de l'état, alors le patrimoine public est bel et bien négatif, d'environ 600 milliards fin d'édit. Sauf, comme dit plus haut, que ça comprend surtout des trucs dont on ne sait pas trop comment se passer : routes et rails, établissements scolaires, bases militaires et armes, mairies, ... par conséquent les vendre serait plus un problème (nouveaux frais de loyers, etc.) qu'une solution.édit Note par ailleurs que lors des décentralisation, le transfert de l'État vers les collectivités a été fait gratis pro déo, ce qui donne la mesure de la valeur que l'état lui-même accordait à ce patrimoine : en fait, ce n'est que des charges... fin d'édit. A moins de tenir un raisonnement de type "subprime" : je peux bien m'endetter de 100 000, puisque je suis propriétaire d'une maison qui en vaut 150 000, il m'en reste donc 50 000 ; ouais, sauf que le jour où il faut rembourser, ça peut te mettre à la rue, surtout si ce jour là ta maison n'en vaut plus que 90 000... gem (d) 18 février 2009 à 18:13 (CET)
Quand on parle de la dette publique, ou de la dette de l'Etat en langage commun, on parle de la dette des administrations, de toutes les administrations. Ce n'est pas moi qui propose de le faire : c'est sur elle que se fondent tous les économistes quand ils raisonnent sur la dette publique, ou tous les prêteurs quand ils se demandent si un État est solvable. C'est elle dont on parle dans les médias. C'est la seule qui importe. C'est cette dette qui représente 65% du PIB. D'ailleurs, si on ne prend que la définition restreinte, technique de « l'État », celle de la compta nat, la dette financière brute n'est plus que de 35% du PIB : as-tu jamais vu une seule fois mentionné ce nombre ? Moi, jamais : il n'a aucune signification économique. Et le solde de patrimoine de « l'État » non plus. Et c'est dommage, s'il avait du sens, nous aurions une des dettes de « l'État » les plus faibles du monde... Pas de problème pour financer la relance... Bref, quand on parle de la dette publique, on ne devrait pas utiliser le terme de la dette de "l'État", mais celui de la dette des administrations publiques. J'en suis d'accord. Mais, c'est ce que tout le monde fait, à part les comptables nationaux français. Et on ne peut pas prendre la définition que l'on préfère en fonction des circonstances. Il ne faut prendre que la seule qui ait un sens économique. Alors voilà les chiffres : dette publique financière brute : 64% ; dette financière nette : 40% ; solde de patrimoine : 25% du PIB, en positif. gede (dg) 18 février 2009 à 18:47 (CET)
Ici on est sur une encyclopédie, pas dans les média. Je sais que tout le monde à un peu tendance à la métonymie État / administrations publiques, et pourvu qu'on sache de quoi on cause ce n'est pas gênant. Mais il vaut quand même mieux être précis. La séparation des patrimoines est constitutionnellement consacrée, et c'est loin d'être neutre : l'État est bel et bien seul pour supporter sa merde, il ne peut pas compter sur les collectivités, qui ont l'essentiel du patrimoine.
Tu veux un chiffre qui a un sens économique ? d'accord, mais alors il faut réintégrer les charges de retraites que tout le monde a bien l'intention de payer, et qui ont un poids économique certain ; il y en a pour grosso modo 2/3 du PIB, en négatif. Ton solde économiquement significatif est donc négatif de 40 % du PIB, environ.
Ce qui, encore une fois, n'est pas un drame. Il est permis d'avoir des dettes nettes, quand on a des revenus. Faut juste pas se prendre pour un roi du pétrole édit et pas bouffer la grenouille /fin d'édit... gem (d) 18 février 2009 à 19:40 (CET)
« On est sur une encyclopédie, pas dans les média. » : précisément, c'est pour cela que j'utilise la définition conventionnelle chez les économistes, quand on traite de la dette publique. Quant à la question des engagements implicites, cf l'article sur la dette publique, où la question est traitée encyclopédiquement. gede (dg) 18 février 2009 à 20:43 (CET)
refsou. Quant au second point, c'est toi qui a voulu qu'on cause dette qui ait un sens économique, alors ne vient pas nous dire que les engagements de retraites, implicite ou pas, n'en font pas partie. Accessoirement, la partie "implicite" ne concerne que les gens pas encore à la retraite, en revanche (et ça, manifestement, n'est pas pas clair dans dette publique, va falloir corriger) les montants qu'on s'est d'ores et déjà engagé à payer à chaque personne déjà retraitée jusqu'à la fin de ses jours, matérialisé par un papier officiel, est tout ce qu'il y a de plus explicite. Même si ce n'est pas une dette négociable et qu'elle a un caractère aléatoire, ou plutôt probabiliste vu les grands nombres : ça n'introduit qu'une incertitude (au demeurant assez faible) sur son montant, pas sur sa réalité. gem (d) 19 février 2009 à 11:19 (CET)

utilisation éventuelle de photos éditées sur wikipédia[modifier | modifier le code]

Bonjour,

Et un grand bravo pour la philosophie de conception de wikipédia.Désireux d'éditer un mini-quide sur les champignons (tirage limité à deux départements français), puis-je utiliser les photos que vous publier (10 environ) et sous quelles conditions.

Cordialement

PS: Wikipédia devrait être reconnue d'utilité mondiale.

Bonjour. Les illustrations de WP viennent de Commons où vous trouverez toutes les conditions d'utilisation. Bien à vous, --Égoïté (d) 18 février 2009 à 14:15 (CET)
Plus précisément ici --Serged/ 18 février 2009 à 14:58 (CET)

Congés paternité et administration publique[modifier | modifier le code]

Bonjour,

Agent contractuel dans une administration territoriale (contrat de droit public) j'ai la chance d'être un futur papa...

Lorsque j'ai annoncé la nouvelle à mon DRH celui-ci m'a gentiment félicité puis m'a dit que le congés relatifs à la naissance d'un enfant était de 11 jours consécutifs.

Content de ce bonus j'en parle autour de moi et j'entend souvent parlé de 11+3 jours...


Qu'en est-il exactement ? de quelle texte relève cet élément ? Existe-t-il des statuts dérogatoires ?

Vous remerciant par avance...

Tu es fonctionnaire, tu as droit à 3 jours consécutifs au moment de la naissance (la naissance doit avoir lieu pendant un de ces 3 jours), puis 11 jours consécutifs à prendre ensuite (je ne me souviens plus du délai). Tu peux choisir également de prendre les 3 jours et 11 jours consécutivement soit 14 jours d'affilée. Cobra Bubbles Dire et médire 18 février 2009 à 17:37 (CET)
Bien entendu si tu es un enseignant chercheur mâle (et, circonstance aggravante, que tu enseignes en PCEM1) si tu prends ces 3 jours personne n’est prévu pour te remplacer, et tu fous les étudiants et les collègues dans la merde. Tu n’as pas droit aux 11 jours consécutifs, mais à une décharge d’enseignement de 12 heures dans l’année, à toi de te démerder pour répartir ça dans ton emploi du temps. Si tu es enseignant chercheur femelle, tu prends tout ton service d'enseignement le semestre où tu n'accouches pas, et puis tu fais de la biblio entre les biberons ou les tétées de façon à soumettre au moins un papier au bout de l'année. rv1729 19 février 2009 à 06:32 (CET)
Pour des questions pareilles, service public et autre moteurs de recherche sont plus performant que nous.
Les 3 jours c'est le congé de naissance qui existe depuis longtemps ; le congé de paternité est très récent, c'est les 11 jours calendaires consécutifs gem (d) 19 février 2009 à 15:29 (CET)
Les trois jours, tu les prends au moment de la naissance, qui arrive... quand elle arrive. Les onze jours sont à prendre en fonction d'une demande que tu dois faire, par écrit, par voie hiérarchique, auprès de ton autorité de tutelle. Cela suppose que tu doit les demander avec un certain délai (disons un mois, mais il doit y avoir un délai administratif bien précis, vérifie cela.) En pratique, arrange-toi pour prévenir le plus tôt possible, mais une naissance prématurée peut venir mettre le foutoir dans les prévisions des médecins. Dans ce cas-là, discute avec ton supérieur immédiat (qui de toute façon n'a ni à refuser, ni à accepter, mais seulement à transmettre tes demandes dans ce domaine), et téléphone à ton administration de tutelle (secrétariat du grand boulamatari dont tu dépends, services juridiques de ton administration) pour avoir au moins un accord verbal. La plupart des interlocuteurs que tu auras pourront toujours très bien comprendre que telle ou telle circonstance te pousse à demander tes onze jours à tel moment plutôt que quand c'était initialement prévu. C'est la vie (et c'est le cas de le dire, pour une fois !) Amicalement Aluminium (d) 20 février 2009 à 16:11 (CET)
Encore une fois, si tu as la bonne fortune d’être enseignant chercheur, tu te les fous... sur l’oreille. rv1729 20 février 2009 à 20:22 (CET)

Venezuela[modifier | modifier le code]

Bonjour à tous! J'ai une question à propos du référendum du Venezuela,est ce que le sondage portait sur la possibilité pour le Président de se représenter autant de fois qu'il le souhaite ou de se présenter à vie? J'ai entendu les deux versions dans les médias. Merci et à bientôt. --Constance-wiki (d) 18 février 2009 à 15:40 (CET)

Il s’agit bien de la possibilité de se présenter à autant de mandats qu’il le souhaite.
Le fait que ça soit possible en France fait que nos braves journalistes doivent être gênés aux entournures pour présenter ça comme un acte clairement anti-démocratique, d’où quelques approximations bien excusables.
rv1729 18 février 2009 à 15:52 (CET)
(conflit D.) D'après la page d'accueil de wp dans Actualités et événements il est écrit les Vénézueliens approuvent à 54 % la suppression de la limite de deux mandats des élus, dont celle du président, donc vous pouvez faire toutes les variations sur ce thème où tout réside dans la subtilité de la question posée et pour le reste, justement c'est l'interprétation des médias selon leur sensibilité politique.--Doalex (d) 18 février 2009 à 16:03 (CET)
Salut Rv : ce n'est plus possible en France... depuis 6 mois. C'est, en effet, une des conséquences de la réforme constitutionnelle de Juillet dernier qui a introduit la limitation à deux mandats. Sarkozy n'a donc plus qu'un mandat supplémentaire devant lui. A moins, bien sûr, qu'il n'adopte la tactique de Chavez : il y a un air de famille entre les deux, par delà les oppositions idéologiques apparentes... gede (dg) 18 février 2009 à 16:39 (CET)
Si j'en crois Wikipédia (cf. le lien ci-dessus) : Le président de la République ne peut dorénavant exercer plus de deux mandats consécutifs c'est moi qui souligne. En passant (d) 18 février 2009 à 16:45 (CET)
Sarkozy, après avoir accompli son deuxième mandat, peut revenir en 2022... gede (dg) 18 février 2009 à 16:50 (CET)

D'accord, merci à vous. Les journalistes ont dont bien vite oublié qu'il y a 6 mois en France nous risquions la dictature! A bientôt!--Constance-wiki (d) 18 février 2009 à 16:49 (CET)

Ah bon, ça n'a pas déjà commencé la dictature? (Je sais, je vais avoir des problèmes, put@i#, de gros gros problèmes...) Cobra Bubbles Dire et médire 18 février 2009 à 17:41 (CET)
Si, si, en 1958, avec un intermède trop bref quand la gauche est au pouvoir, les autres n'étant par principe que des fachos ( [8] ). Des facho sournois, en plus, car qui doute que Sarkozy a mis cette limitation du nombre de ses mandats rien que pour avoir l'occasion de la faire sauter demain ? gem (d) 18 février 2009 à 18:28 (CET)
Tu dis n’importe quoi, il est bien évident que nous vivons dans une démocratie parfaite. Les gens qui font courir le bruit qu’1% de la population a connu la garde à vue en 2008 sont de dangereux irresponsables qui doivent être châtiésont heureusement été châtiés promptement, gloire au lider maximo minimo. rv1729 18 février 2009 à 18:59 (CET)
Excusez la correction tardive des propos mal formulés de mon fatigué camarade, honorable superviseur qui voyez ces lignes, il va de soi qu'il n'a jamais pensé que notre glorieux régime aurait pu ne pas avoir déjà traité cette affaire. Il n'a évidemment pas non plus voulu inclure, dans les dangereux irresponsables auxquels il fait allusion, Mme la Ministre dont la publication de son chiffre de garde à vue ([9]) manifeste la subtile double-pensée dans un souci fort différent de ces ennemis du peuple, qui au demeurant confonde nombre de garde à vue et nombre de gardés à vue Clin d'œil gem (d) 19 février 2009 à 12:02 (CET)

UN CRI[modifier | modifier le code]

BONJOUR JE SOUHAITE ENVOYE UN SON DE MON ORDI A UN TELEPHON PORTABLE SITUE LOIN PUIS JE LE FAIRE ET COMMENT LE FAIRE MERCI DE VOTRE REPONSE

Aïe ! Stop ! Le son est trop fort ! Diminuez le volume : sur internet écrire en lettres capitales équivaut à crier ! Et patientez pour la réponse (il faut que la bonne personne décroche). --Égoïté (d) 18 février 2009 à 22:19 (CET)
Bonsoir, un son étant une vibration mécanique, votre téléphone doit être à portée de haut-parleur. ;) . Si vous décidez de transcrire ce son en un signal électronique ( pour simplifier disons un fichier au format .mp3 ), vous n'avez plus que l'embarras du choix : liaison filaire ( câble USB ), sans-fil ( WiFi, Bluetooth, Infrarouge ) ou envoyer par pièce jointe dans un message ou le laisser à disposition sur un serveur dans lequel le téléphone se servira. Même si cela n'est pas demandé, je vous signale dans mon "élan" je viens de passer quelques jours éreintants mentalement à lire les absurdités sur la future loi internet et cie que vous ne pouvez faire cela que si vous en avez le droit. ViZiT (d) 19 février 2009 à 04:16 (CET)
C’est à peu près le cas de toutes les actions, on ne « peut les faire » que si on en a le droit. Mort de rire rv1729 19 février 2009 à 08:14 (CET)

kéry james et la sexualité[modifier | modifier le code]

Bonjour, j'aimerais savoir pourquoi ce chanteur ne parle jamais de sexualité? Proxim

Peut être simplement parce qu'il n'a pas besoin d'en parler pour que les gens s'intéressent à ce qu'il fait? --Constance-wiki (d) 18 février 2009 à 22:52 (CET)
Par puritanisme religieux ? gede (dg) 19 février 2009 à 02:14 (CET)

Coefficients de portance[modifier | modifier le code]

Bonjour à tous,
Je voudrais savoir s'il existe un endroit où il existe des exemples de coefficients de portance connus, par exemple celui du Concorde, d'un A380, d'un triplan, de l'Eole, etc...
Ce serait pour les comparer avec celui d'un modèle d'avion que j'ai créé.
Merci d'avance, Kiljaeden (d) 18 février 2009 à 22:34 (CET)

Avez-vous lu le Portail:Aéronautique, avec, par exemple Voilure (aéronautique), mais il y a tellement d'articles relatifs au sujet, sans compter tous les liens externes et sans oublier cette page Discussion Projet:Aéronautique.--Doalex (d) 19 février 2009 à 16:12 (CET) Et ça aussi Coefficient de portance.
Merci de ces pages, mais je n'y trouve aucun coefficients de portance précis pour un avion précis. Seulement des ordres de grandeurs. Ou alors ai-je mal vu ? Merci d'avance, Kiljaeden (d) 20 février 2009 à 10:04 (CET)
On trouve souvent le couple portance/trainée mais en fait cela serait plus portance/trainé/incidence et encore mieux portance/trainée/voilure/courbure. Bref si on a un tableau comparatif alors c'est dans un cas très précis comme portance maximum sinon c'est au moins une courbe... Cela doit se retrouver pour tous les fluides et donc pour certains bateaux aussi comme les hydrofoils. Le Schimili le schimili .melusin (d) 20 février 2009 à 23:17 (CET)

L'effet papillon[modifier | modifier le code]

La délicieuse chanson L'éphémère, d'Alexandre Désilets, traite de ce sujet. Il serait bien de l'ajouter à votre liste. Merci!

Mais c'est nous qui vous remercions de faire cet ajout vous-même, Wikipédia étant une encyclopédie collaborative dans laquelle vous pouvez apporter vos améliorations ! ViZiT (d) 19 février 2009 à 04:19 (CET)
D'après l'historique, l'article a été créé quand même en août 2004 ! --Serged/ 19 février 2009 à 08:46 (CET)

le cheque en blanc[modifier | modifier le code]

bonjour, soyez gentil de m'éclairer sur la nature juridique du cheque en blanc en droit bancaire. la jurisprudence y afférente est appréciée. merci de votre charmante collaboration.

Devant la loi, le chèque en blanc (sens courant = sans indication de la somme ) n'existe pas
(Loi nº 2005-516 du 20 mai 2005 art. 16 IV Journal Officiel du 21 mai 2005 en vigueur le 31 décembre 2005)
Le chèque contient :
1. La dénomination de chèque, insérée dans le texte même du titre et exprimée dans la langue employée pour la rédaction de ce titre ;
2. Le mandat pur et simple de payer une somme déterminée ;
3. Le nom de celui qui doit payer, nommé le tiré ;
4. L'indication du lieu où le paiement doit s'effectuer ;
5. L'indication de la date et du lieu où le chèque est créé ;
6. La signature de celui qui émet le chèque, nommé le tireur.
Si par chèque en blanc vous entendez "sans mention du bénéficiaire", alors le chéque est réputé au porteur. Fouiller un peu dans le site de Légifrance peut élargir votre horizon. Bref vous etes responsable sauf si vous prouvez un vol, escroquerie, extorsion... ViZiT (d) 19 février 2009 à 05:52 (CET)

jetons de présence[modifier | modifier le code]

Bonjour, Quelqu'un pourrait-il m'indiquer si les sommes perçues par un administrateur d'une SEM au titre de jetons de présence sont soumises à l'impôt et donc doivent être déclarées. Par avance je vous en remercie

La réponse est : oui. Les jetons ordinaires sont des revenus mobiliers, à déclarer comme tels. A ce qui me me semble. J'ajouterais : et encore heureux. --gede (dg) 19 février 2009 à 09:59 (CET)
Et j'ajouterais : comment peut-on en avoir douter ? gem (d) 19 février 2009 à 11:22 (CET)

anabolisme ou assimilation[modifier | modifier le code]

Bonjour. Qui peut m'aider à faire la différence entre " anabolisme" et" assimiltion" en ce qui concerne l'ensemble des réactions biochimiques qui s'accomplissent dans l'organisme à partir des molécules des aliments ?

Voir ici : Assimilation et là : anabolisme... Mitch-mitch (d)

Traduction latine indispensable[modifier | modifier le code]

Bonjour prolixes pythies !

Comment traduire "Va te faire voir chez les grecs" en latin?

Histoire de pouvoir rester classe en insultant mon prochain...

Merci :)

Rata

« Futue matrem tuam » (nique ta mère), « filius lupae » (fils de pute) ça convient ? Sinon, des vraies insultes latines, trouvées dans des tags ou des ouvrages : « in cruce figarus » (va te faire crucifier), « cadaver mortus » (charogne), « Or te aegrotes » (je prie pour que tu crèves), « fellator » (enfoiré, litt. suceur), « Parva mentula » (petite bite), « Sopiones linguis » (tu suces des viers), « pathicus » (enculé), « cinaedus » (pédé), etc. 200.77.157.31 (d) 19 février 2009 à 20:35 (CET)
Une formule qu’on trouvait sur les statues de Priape qui gardaient les jardins :
Pedicabo ego vos et irrumabo.
Pour la traduction, et la suite du texte, voir en:Catullus 16.
rv1729 19 février 2009 à 20:47 (CET)
Merci, merci pour ces fort enrichissantes trouvailles. Ma question portait en fait plus sur la traduction littérale de l'expression "va te faire voir chez les grecs". C'est pour un trait d'humour à mon intime moitié. Ave! Rata
Ouais, on tourne autour du pot et on ne répond pas à la question. Alors je me lance, direct sans dico (ça me fera un semblant d'excuse pour les grosses fautes) : Apud Graecos ut te videant i !
J'abuse, je sais, c'est un défaut qui parfois use. Mais je comprends de votre traduction "Va chez les grecs pour qu'ils te voient"... ce qui correspond à la lettre, mais pas à l'esprit! Allons, je sais qu'il y a ici de grands esprits latinistes qui sauront trouver le chemin entre le Charybde de la facilité et le Scylla de la vulgarité :) Merci encore !
Il faut savoir ce que vous voulez !
Vous demandez explicitement une traduction littérale, puis vous vous plaignez qu’on vous fournisse une traduction « qui correspond à la lettre mais pas à l’esprit »... c’est un brin paradoxal. rv1729 19 février 2009 à 22:37 (CET)
Dans le genre Belle marquise, vos beaux yeux... ou D'amour me font, belle marquise... ? Désolé, j'ai atteint mes limites d'incompétence. Morburre (d) 19 février 2009 à 22:47 (CET)
… mais qui donc… doit aller se faire voir chez les grecs ? — Hautbois [canqueter] 19 février 2009 à 22:53 (CET)
Mille excuses messeigneurs, je ne me plaignais pas! Je ne concevais pas "Aller se faire voir" et "aller se montrer" comme équivalents en sens. Littéralement, "se faire voir" porte une connotation péjorative, et c'était l'objet de ma requête -comment traduire cette ambivalence en latin, sans tomber dans le raccourci que tout le monde aura compris. Je prendrais cependant ce qu'on me donne avec humilité et merci de votre bienveillance!
Si c'est dans le sens "montrer", on peut essayer "Apud Graecos ut videaris i !" Calame (d) 20 février 2009 à 08:59 (CET)
Justement non : littéralement « se faire voir » n’est pas péjoratif. Le sens péjoratif n’est pas le sens littéral, c’est le sens allégorique figuré. L’existence de ce double sens est un idiotisme de la langue vulgaire. Vous ne pouvez traduire cette expression de façon littérale tout en en gardant le sens péjoratif que dans une langue où existe un idiotisme homologue ; c’est peut-être le cas du latin des rues, mais peut-être pas.
Je propose un simple Apud Graecos !...
Elle comprendra. rv1729 20 février 2009 à 10:07 (CET)
Je plussoie mes camarades. Le verbe voir n'est qu'un euphémisme pour un autre verbe plus explicite. Morburre (d) 20 février 2009 à 11:18 (CET)
Merci Hervé pour ton lien : une découverte, et un des meilleurs articles que j'ai lu sur WP !gede (dg) 20 février 2009 à 13:36 (CET)
Elle Comprendra ? Si c'est pour madame, l'expression perd beaucoup de son intérêt, non ? A moins qu'Hèlène soit helléniste, éventuellement. gem (d) 20 février 2009 à 18:23 (CET)

Questions économiques et politiques.[modifier | modifier le code]

Je me pose de nombreuses questions, et je ne sais pas si cette section est faite pour cela, mais bon, qui sait peut-être que des personnes ayant des points de vue intéressants pourront m'éclairer.

  1. Ma première question concerne la Vème telle qu'elle est aujourd'hui, et la démocratie en général. Prenons un cas d'école, la LRU. Certains y voient une privatisation de l'université, d'autres y voient une libéralisation de l'université. Le problème étant le suivant : De plus en plus d'étudiants, manipulés par la masse professorale (oui, oui, je l'ai vu dans ma faculté, donc je ne fais que citer un fait), se mettent à bloquer des universités. Cela ne me gène pas, ce qui me gène, c'est que personnellement j'ai lu la LRU, et je n'y ai vu que des bonnes choses, mais aussi des interrogations, sur la liberté laissée aux présidents d'universités. Mais là, où porte ma question, c'est sur le fondement de la démocratie, où j'ai l'impression, que quand on ne comprend pas quelque chose, on se dit qu'il vaut mieux appliquer le principe de précaution. Mais après tout, comment un gouvernement, tendant vers un régime présidentiel, peut-il prendre de bonnes décisions, sans avoir de boule de cristal ? Ce que je reproche à ce système, c'est en quelques sortes la nihilisation, sur le papier, selon moi, de la pluralité des disciplines qu'il est neccessaire de maitriser. Prenez un agent immobilier, pdg de sa tpe, il doit avoir des connaissances en gestion, en économie, en marketing, etc. Aussi, comment sans ces connaissances, pourrait-il gérer son entreprise ? Là, ce n'est pas grave, mais dans le cas d'un pays, comment des décisions aussi importantes, pouvaient être prises par une minorité sans formation spécifique, à la gestion d'un état, qui est en quelques sortes apprise sur le tas ? Je veux dire, par exemple, dans le cas de la LRU, c'est une commission qui a crée la loi, qui en a été sa source, commission composée de députés, mais parlons en encore des députés, comment peuvent ils avoir un oeil critique d'un point de vue législatif sur une loi ? Je ne sais pas si vous voyez mes questions, mais au delà de la pseudo différence entre les entités legislatives, comment peuvent elles être à même de juger de sujet qu'elles ne peuvent pas critiquer ? Comment voulez vous critiquer les 35 H, sans avoir une formation d'économiste ? Comment critiquer les récentes réformes sans avoir d'oeil lointain, de formation ? Plus précisément, en quoi la démocratie est-elle une bonne chose dans nos sociétés, où l'on ne peut plus maitriser autant de connaissance qu'avant. Aujourd'hui, rares sont les professeurs de mathématiques, aussi professeurs de philosophie, pour une raison simple, ce qui était au départ simple, dans les anciens temps, devient très compliqué. Avez-vous des références d'ouvrages parlant de ces problématiques ?
  • Réponse 1
Regardez, pour commencer, démocratie, Pouvoir (philosophie), théorème d'impossibilité d'Arrow ; éventuellement libéralisme. Pour faire simple, disons que la question est ailleurs : il y a forcément un pouvoir politique, un machin fondamentalement nuisible qui fait chier tout le monde. L'idée démocratique c'est qu'il vaut mieux diluer le plus possible ce pouvoir, et laisser le plus possible des minorités même microscopiques tout bloquer, plutôt que de risquer de voir des minorités même microscopique se faire piétiner. gem (d) 19 février 2009 à 20:29 (CET)
  • Réponse 2
  1. Ma seconde question porte sur Wikipédia d'un point de vue critique. Je suis allé sur l'article Mariage, et j'ai vu quelque chose de choquant, une définition, biaisée, défendue par beaucoup, car étant commune, sous le pretexte du travail inédit. Personnellement, je ne crois pas que parce qu'une énormité est prise par tout le web, et tous les dictionnaires, qui ne prend pas en compte les aspects divers du mariage (religieux, mais aussi rituel dans les anciennes sociétés), ni les aspects contemporains en fonction des langues (je suis persuadé que des dictionnaires scandinaves, n'auront pas la même définition que des dictionnaires français du "mariage"), puisse-t'il être défendu avec tant de rigueur. Le concept du travail inédit, ne doit-il pas plutôt s'appliquer je ne sais pas moi, aux nouvelles théories cosmologiques décriées et donc non publiées par les revues scientifiques ? Quel est votre avis là dessus ? Comment wikipédia doit il être pris ? Comme une base de données à prendre avec des pincettes, puisqu'affichant les mêmes erreurs que tous les autres ?
  • Réponse 1
prendre des pincettes est toujours utile. Et pas seulement avec WP : tous les encyclopédies, tous les ouvrages, ont leurs défauts. Wikipédia se définit par son but (faire une encyclopédie) et surtout son moyen (laisser tout le monde, n'importe qui, écrire ce qu'il veut). Le concept de travail inédit est un des outils qui tente d'éviter de voir wikipedia envahie par des théories fumeuses, non-scientifique, ou non conventionnelles, qui se déverserait naturellement ici puisqu'ailleurs elles se feraient jeter. Si vous avez un problème sur un article particulier, allez-y voir ; Discuter:Mariage par exemple. gem (d) 19 février 2009 à 20:36 (CET)
  • Réponse 2
  1. Ma troisième question concerne l'économie, et le tant décrié partage des richesses. On en parle beaucoup en ce moment, critiquant les actionnaires comme gagnant de l'argent sur le "dos" des salariés. Je ne sais pas si c'est vrai, c'est pas l'objet de ma question, ma question c'est de savoir si des entreprises pratiquent les actions données aux salariés, à grande échelle dans une société contemporaine ? C'est à dire, au lieu de verser un salaire au salarié, à son embauche, on lui donne des actions, et on lui verse des dividendes ? Ou bien existe-t-il des sociétés, dont le bonus de salaire de est indexé sur les dividendes donnés aux actionnaires ? Permettant ainsi, sans remettre en cause le système capitaliste, d'avoir justement ce "partage" équitable des richesses ?
  • Réponse 1
Il y a des sociétés dont le capital est entièrement détenu par leurs salariés, et le concept de société coopérative de production. En pratique ce type de société ne se développent pas, en dépit des avantages apparent, ce qui semble indiquer qu'elles ont des problèmes spécifiques. L'économie est l'art d'utiliser les ressources rares, dont le capital. Le salarié n'en a rien à f... , du capital, bouffer la grenouille ne le dérange pas du tout, et si c'est lui qui pilote il lui faut une discipline et un moral de fer pour quand même en tenir compte. gem (d) 19 février 2009 à 20:46 (CET)
Voir aussi stock option
  • Réponse 2
  1. Ma quatrième question porte sur les 35 heures, où j'ai lu : « Au fond, tout s'est passé comme si les employeurs avaient distribué aux salariés les gains de productivité obtenus sous forme de réduction du temps de travail et d'embauches compensatrices plutôt que sous forme de hausse des salaires individuels. », sachant cela, comment peut-on autant entendre dans les médias, des syndicats se plaindre de l'accentuation de la possibilité pour les employés, d'accéder aux heures supplémentaires ?
  • Réponse 1
Ben, c'est évident: les syndicats n'aime pas les heures sup, ils préfèrent un contrat de travail solide et stable, qui procure un revenu sur et régulier. Dans le budget d'un ménage, les revenus exceptionnels sont chiants : on ne peut pas compter sur eux pour le budget régulier, le jour où ils disparaissent alors qu'on avait pris l'habitude de les toucher c'est la cata. gem (d) 19 février 2009 à 20:54 (CET)
  • Réponse 2

PS : Ce n'est pas un espace de débat, je vous prierai donc de me dire votre réponse, mais rentrer en polémique avec un autre contributeur avec qui vous ne seriez pas d'accord. Je ne veux pas une discussion, je veux des réponses, même divergentes.

Merci à tous pour vos futures réponses, --Avadabiswap (d) 19 février 2009 à 19:01 (CET)

Bonjour,
vos questions ne sont pas encyclopédiques, vous n’êtes pas au bon endroit. Essayez WP:LB.
logo Pour la raison décrite ci-après, une des Pythies a estimé que cette question ne peut pas conduire à une réponse pertinente, et que son maintien sur la page ne présente pas un intérêt collectif. Pour la bonne tenue des lieux, si la question n'évolue pas, l'ensemble sera effacé d'ici 24 h.

19 février 2009 à 19:57 (CET)

Reponse 3, 3bis, 3ter, 3q etc... Vous ne posez pas une ou des questions vous vous écrivez a vous même. Vous ne définissez ni la ou les questions ni le ou les problèmes et vous donnez vous même des exemples assez anecdotiques. Toutefois la différence entre le revenu moyen et le revenu médian montre que la loi et l'environnement sont en faveur des riches oui ou non? Le patron ne travaille pas beaucoup plus que le salarie si on prend le temps de travail mais il gagne beaucoup plus? Oui ou non? Ce sont les salaries qui payent une grosse partie des faillites ... et même les problèmes bancaires. Dites non pour voir!!! Essayer la loi suivante je travaille 2 fois plus je gagne 2 fois plus. Essayez de prendre le temps de travail comme un investissement. Soit un coiffeur investissement 60KE 2 salaries 12KE x2 par an. Au bout de 3 ans les salaries ont plus investi que le patron! Savez vous pourquoi? etes vous d'accord? Le capitaliste tout en étant mieux défini que le libéralisme est tout de même mal défini. Si vous voulez qu'une loi soit vraie elle doit être applicable partout c'est loin d'être le cas en économie. Pourquoi différencier arbitrairement une société publique d'une société privée? En pur capitalisme ne devrait on pas favoriser la sécurité sociale tant du point de vue capital que du point de vue économique? Les élevés manipules par les professeurs, est ce votre cas? Le médecin est ce un libéral? oui mais avec une rente et une clientèle captive, c'est un "quasi" fonctionnaire. Quasi parce que c'est un jeu d'écriture! Je ne peux pas répondre a vos questions, juste vous soumettre des idées de réflexion! .melusin (d) 19 février 2009 à 21:18 (CET) A effacer .melusin (d) 19 février 2009 à 21:21 (CET)
Tu fais des drôles de calculs, Melusin. Tes coiffeurs salariés n'ont pas mis 12 k€/an dans la boite, c'est au contraire ce qu'ils ont touché. Personne ne considère le travail comme un investissement, et pour une bonne raison : il est détruit au moment même où il est fait. Si tu tiens vraiment à le définir comme un capital et à considérer les salariés comme des capitalistes comme les autres (?), tient au moins compte de l'amortissement immédiat et à 100% de ce "capital" : le travail est une machine à usage unique ; ce qui explique que les salariés se fassent payer immédiatement leur "capital" ! A chaque instant, la valeur en capital du travail des salariés est toujours nulle, et c'est toujours vrai au bout de 3 ans.
Je ne parle pas du reste parce qu'ici c'est pas un forum, mais je n'en pense pas moins
gem (d) 20 février 2009 à 12:55 (CET)
Le coiffeur est une drôle de profession Gem: le patron est souvent un coiffeur sans plus ni moins de compétence éventuellement un peu plus d'expérience mais ce n'est pas toujours le cas. Donc en gros l'apport du patron est l'investissement argent et/ou le risque. Son travail est le même que pourrait faire un autre coiffeur. Il s'en distingue que par la partie comptable mais c'est peu de chose. On compte dans les sociétés en ratio salaire sur CA. Ce ratio tourne dans l'industrie autour 10. 7 a 11 plus pour certaines sociétés de service. En clair chez le coiffeur dont le ratio est sans doute plus bas l'investissement ou le risque patron est payé très cher. Autrement dit ici les salaries ne se font pas payer le capital au mieux une demi part d'où le calcul. C'est en fait encore moins. Faut il détailler? Le travail peut être vu comme est une "forme" d'investissement c'est facilement argumentable chez certaines professions comme coiffeur, traducteur, ou l'élève! etc. J'ai effacé la suite c'est suffisant pour faire réfléchir. Quant à la notion d'investissement... Bien à vous .melusin (d) 20 février 2009 à 22:48 (CET)
Crystal Clear app clean.png Il semble que l'on a fait le tour de la question. Ajouter d'autres commentaires serait probablement superflu et alourdirait inutilement la page.

Pitié, l’Oracle c’est pas ça. rv1729

maladie de la peau[modifier | modifier le code]

bonsoir,j'ai une question et je voudrais tellement trouver une réponse pour m'aider :

comment appel-t-on les espèces d'infections sous les angles et qui rendent la peau toute dure et jaune ??? et est-ce que c'est contagieux ??

Voulez vous plutôt parler d'ongles? Dans ce cas il pourrait s'agir du paronychium, qui borde l'ongle et qui n'est que de la peau dure, de la corne presque donc à priori pas contagieuse ni dangereuse... Dans le doute :
logo de caducée L'oracle ne donne pas d'avis médical : seul un professionnel (médecin, pharmacien, etc.) est habilité à le faire.
Voir aussi ici pour une liste plus complète des pathologies de l'ongle. Mitch-mitch (d) 19 février 2009 à 23:01 (CET)

Dieu existe-t-il ?[modifier | modifier le code]

S'il n'existait pas, comment l'ordre et l'intelligence auraient-ils pu naître du chaos originel ?

Cette question a été posée trop de fois, l'Oracle a fini par se lasser. Les réponses se trouvent dans les archives. Pour savoir comment faire une recherche sur Wikipédia, vous pouvez consulter la page d'aide appropriée.

Pour rechercher un mot clé particulier, vous pouvez utiliser le moteur de recherche ci-dessous :

Mais dans votre question, vous faites des hypothèses non vérifiées:
-Sur quoi vous fondez-vous pour croire qu'il y avait un chaos originel?
-Qu'est ce qui vous fait croire qu'il y a maintenant de l'ordre?
-Qu'est ce qui vous fait croire qu'il y a actuellement de l'intelligence? Dhatier jasons-z-en 20 février 2009 à 15:19 (CET)
Un architecte, un politicien, un chirurgien et un philosophe discutent pour savoir quel est, de leurs métiers, celui qui est le plus ancien :
- "Créer Eve en retirant une côte à Adam, n'est-ce pas un acte chirurgical ?" dit le chirurgien.
- "Oui, mais avant, il avait fallu établir le monde, la voûte céleste ; c'est donc mon métier qui l'emporte." déclare l'architecte.
- "Foutaises ! Il avait fallu, auparavant, faire jaillir une pensée du chaos." dit le philosophe.
- "Ah oui ?" ricane le politicien, "Et selon vous, qui avait créé le chaos, hein ?"
Amicalement Aluminium (d) 20 février 2009 à 15:50 (CET)
ça fait toujours rire ...
Dieu existe, il habite 1 boulevard de Courcelles à Paris dans le 8ème, et il est audioprothésiste. Source : www.pagesjaunes.fr Félix Potuit (d) 20 février 2009 à 15:57 (CET)
Mort de rire ça mérite d'être placé ici Wikipédia:Oracle/Anthologie.--Doalex (d) 20 février 2009 à 16:31 (CET)
Remarque, un audioprothésiste, c'est au poil pour mettre fin au chaos du bruit et le rendre intelligible.
auto-organisation pour commencer, Arguments sur l'existence de Dieu évidemment (notez qu'il en manque une : la preuve que Dieu existe, c'est la quantité de possédés par Dieu et ses délégataires ; à moins qu'il s'agisse de démons quelconques, allez savoir... En tout cas c'est une preuve solide, la preuve c'est qu'elle marche pour prouver l'existence du père Noël et de l'État). Après vous avez hasard, Dieu, athéisme, etc.
Et n'oubliez pas de définir "Dieu" (et les autre : ("ordre", "intelligence", etc. ). Il n'y pas d'accord sur le concept et son contenu, et de votre choix dépend la réponse, voire la possibilité de réponse.
gem (d) 20 février 2009 à 16:32 (CET)
Je ne me lasse pas d'être surpris de voir que les gens qui posent ce type que question sont toujours ceux qui sont totalement dénués de la moindre culture scientifique. Comment peut-on penser détenir une quelconque vérité quand on ne sait même pas ce qu'est l'entropie ou la sélection naturelle? Arnaudus (d) 20 février 2009 à 19:30 (CET) Encore un qui n'a pas compris les précieuses ridicules! Je suis taquin. Le taquin est mon Dieu! .melusin (d) 20 février 2009 à 22:55 (CET)
Vous dites des bêtises, M. Arnaudus... le questionneur (moi) pose une question, il ne prétend donc pas détenir la vérité. Et il connait l'entropie et la théorie de l'évolution, qui ont le mérite d'expliquer bien des choses, mais pas tout. Par contre, je remercie Gem pour sa réponse intéressante.
Fichtre mais c'est une bonne question quand même! selon le deuxième principe de la thermodynamique toute transformation génère de l'entropie. Donc si à l'origine S=0 (dans le néant le plus total), lorsque l'esprit de Dieu est apparu (puisque selon la Genèse c'est lui qui a précédé tout le reste), l'entropie du monde est devenue strictement positive. Or S est un indicateur du désordre. Et si l'on en croit certains faits historiques, l'apparition de Dieu serait bel et bien à l'origine de quelques troubles de l'ordre, bref c'est le début du bordel. Tout est lié et logiquement Dieu existe. Mitch-mitch (d) 20 février 2009 à 21:11 (CET)
Dieu existe dans la tête de certains mais c'est à peu près tout ce qu'on peut dire de constructif! .melusin (d) 20 février 2009 à 22:55 (CET)
Á tout jamais : Dieu est ce qu'on croit (je vais me faire un modèle...); exemple et liens. Croyez-moi ! --Égoïté (d) 21 février 2009 à 00:08 (CET)
Bon, on va la faire courte :
« Dieu, c'est-à-dire une substance constituée par une infinité d'attributs dont chacun exprime une essence éternelle et infinie, existe nécessairement.
Démonstration : Si vous niez Dieu, concevez, s'il est possible, que Dieu n'existe pas. Son essence n'envelopperait donc pas l'existence (par l'Axiome 7). Mais cela est absurde (par la Propos. 7). Donc Dieu existe nécessairement. C. Q. F. D. » (L'éthique'', proposition 11)
Satisfait ? gede (dg) 21 février 2009 à 01:00 (CET)
De la même façon, on peut démontrer que parmi les attributs divins figurent un iPhone et une page sur Facebook. Démonstration laissée au lecteur. rv1729 21 février 2009 à 06:37 (CET)
Non pas des attributs, mais des modes (d'être). Démonstration laissée à qui de droit.

Bonsoir. Chose : tout ce qui existe. Dieu est une chose. Que peut-on faire avec une chose? envisager la chose le plus directement possible . Peut-on le faire sans distance? Chose est un mot. Il semblerait qu'il y a toujours une distance entre la chose et le mot. On ne ferait qu'approcher la chose. Je peux développer et m'étendre : le fait même de considérer, d'approcher une chose,la chose,crée une distance.La voir,la toucher, la manger , c'est une opération, une approche, une distance. La décrire, la dire, pareil. être la chose,être une chose,être, même chose.213.169.166.31 (d) 22 février 2009 à 01:55 (CET)

Le reste est simple : être, vivre, chose,sont des choses,la chose.La chose est une chose, la chose est la chose : répétition, distance. Je suis , je suis une chose, idem. La chose la plus directement envisageable, serait soi-même. Il faut vivre, être, directement, sans distance. Reconnaissons qu'il y a toujours la distance, le fait d'envisager de vivre sans distance,directement.Je me permets de développer : je vis. Ma vie, dans le temps ,dans le monde.Je n'hésite que le moins possible : je vis dans les choses,je vis est une chose, la chose, deux choses, "je" et "vis".ilconvient de rester le plus direct possible , au plus simple. On trouve des dérivés au mot " chose", les mots qui s'appliquent le plus directement possible à toute chose : objet,élément. item, entité, substance. Ces mots ont la particularité d' être l'instrumentation permettant l'approche la plus directe de "la chose" envisagée.Je considère que la première des choses est la définition des termes. Ce serait l'approche la plus simple et la plus directe de toute chose,permettant toutes les autres opérations de manière abordable...par tous ou le plus grand nombre, j'espère, dans l'esprit de neutralité qui serait un des traits majeurs de wikipédia, par exemple et si j'ai bien compris. Bien à vous.Francis MARTIN (d) 22 février 2009 à 02:32 (CET)

Pour le dire simplement, la définition des termes serait l'approche de ces termes,ces mots, ces choses.La première étape vers la chose. La façon d'envisager, d'approcher une chose. Définition des mots, des termes approchant des choses ( la chose, le mot "chose",le mot chose). la définition d'un mot est l'ensemble constitué par un ou plusieurs mots approchant un mot. Permettant l'approche et toute opération se rapportant à la chose et au mot approchant la chose. On voit la suite d'éléments qui se produit.Mathématique(science),science(savoir),physique(nature,matière),chimie(matière organisée,séquençage),biologie(matière vivante),psychologie(comportement,opération),art(science). La boucle est bouclée. Bien à vous. --Francis MARTIN (d) 22 février 2009 à 03:04 (CET)

Illustration : être, néant, origine : le néant est une chose, l'origine est une chose. le néant, le rien, le vide est une chose, c'est à dire une distanciation par rapport à la chose, une création. le rien est une chose, un élément etc.,une distanciation,une répétition,une approche qui éloigne.le rien est une chose, rien est chose.Répétition,dédoublement,suite mathématique,zéro un etc...langage binaire, informatique ou disons zéro, zéro zéro, zéro un, un. Suite. Bien à vous.--Francis MARTIN (d) 22 février 2009 à 04:26 (CET)

@Francis un peu d'ordre dans les paragraphes permet une lecture plus aisée. --Kkbs (d) 22 février 2009 à 06:17 (CET)

Merci. Kkbs, je suis désolé, j'ai supprimé accidentellement votre signature et ne parviens pas à la faire réapparaitre. Francis MARTIN (d) 22 février 2009 à 09:58 (CET) Rétabli. --Égoïté (d) 22 février 2009 à 10:07 (CET)

Pour répondre plus directement a la 2nde partie de la question l'auto organisation peut être un propriété ou une caractéristique du système (univers/tout) comme l'existence peut être une caractéristique aussi voir une caractéristique évolutive... sans que la notion de dieu à définir n'entre en ligne de compte... Quant au chaos originel... c'était peut être pas aussi chaotique . Quant à l'intelligence c'est peut être qu'une propriété de la matière ou d'un de ces arrangements/états... De plus l'idée de Dieu existe dans la tête de certains ce qui ne signifie pas que Dieu existe . Dans tout cela on a omis le notion de définition .melusin (d) 22 février 2009 à 12:02 (CET) Quelques notions ont été abordées par gem qui eut pu être Dieu si ses notions d'économie n'eussent été moins bridées

Merci, Egoïté, pour ton message. --Francis MARTIN (d) 22 février 2009 à 16:37 (CET)

question peinture[modifier | modifier le code]

bonjour, 60 autoportraits,287 gravures,400 toiles,400 dessins, qui suis-je?

Nuvola apps filetypes.svg Désolé, l'Oracle ne divulgue pas les réponses des concours. Bonne chance dans votre recherche.
Google est ton ami (8 secondes), le bouton rechercher de Wikipédia aussi (12 secondes). Indice : le monsieur est sur Wikipédia, mais le nombre d'autoportraits est contestable. Bonne recherche; --Seymour (d) 20 février 2009 à 16:59 (CET)

Demande d'information concernant l'interface administrateur

C'est déjà complètement crétin : les 60 autoportraits sont forcément déjà dans les catégories suivantes, toiles, dessins, gravures. Et quand on fait une toile (enfin, l'artiste en question, au moins), on fait au minimum plusieurs dessins. Pareil quand on fait une gravure. Donc le Monsieur n'a pas fait autant de dessins que de toiles, il en a fait beaucoup plus. Même s'il en a beaucoup jeté (et même si ça embête les gens, qu'il ait pu jeter ses dessins. Les gens ont des mentalités de fouilleurs de poubelles, des fois).

Morburre (d) 20 février 2009 à 18:51 (CET)

J’ai spontanément pensé à R*** (je suis déjà entré au Louvre pour aller voir ses toiles, et seulement ses toiles), et j’ai vérifié dans l’article, mais diantre ! par quelle recherche Google tomber sur lui ? rv1729 20 février 2009 à 20:16 (CET)
oui Oui OK pou R***. Moi j'ai entré d'abord "60 autoportraits" ce qui m'a bien mis sur la voir, une confirmation sur l'article wiki et hop... Mitch-mitch (d) 20 février 2009 à 21:22 (CET)
Google : "287 gravures", 3 eme résultat. Wikipédia : "autoportrait gravure", 3 eme résultat. --Seymour (d) 20 février 2009 à 21:44 (CET)
J'y vois pas très clair! .melusin (d) 20 février 2009 à 23:21 (CET)

d'abord il en à fait "64 " le rembrandt ,t'es mal rencardé

Louis XVI[modifier | modifier le code]

Bonsoir! Je fais une petite recherche sur les maîtresses des rois de France et je ne trouve pas de maîtresse(s) pour Louis XVI, est-ce car il n'en avait pas? Merci et à bientôt.--Constance-wiki (d) 20 février 2009 à 22:04 (CET)

A ma connaissance, aucune maîtresse, ni même sans doute pendant longtemps de relations sexuelles avec sa femme : il a fallu 7 ans, et une intervention du frère de cette dernière, pour que Marie Antoinette tombe enceinte pour la première fois. Il existe même une vaste "littérature" historique (tendance gala) pour savoir si il était impuissant, ou simplement s'il ne savait comment faire, ou s'il avait un problème physiologique, etc. Ce qui est certain : pas de maîtresse, pas d'enfant avant 7 ans de mariage. gede (dg) 20 février 2009 à 22:21 (CET)
Allons, pas de mystère : Louis XVI avait un phimosis.
Il a mis des années avant de se résoudre à se faire opérer — à l’époque, anesthésie et asepsie n’étaient hélas pas les mamelles de la médecine : on conçoit ses hésitations. Le cœur du petit marmiton mort au temple a naguère eu droit à sa petite expertise ADN : Louis XVI serait bien son père biologique. rv1729 20 février 2009 à 23:19 (CET)
Si « maitresse » = amour non sexuel, il adorait la serrurerie Clin d'œil --Égoïté (d) 21 février 2009 à 00:18 (CET)
Passion qui a donné naissance à nombre d'images et de comparaisons, et toutes fort cruelles (phimosis ou pas)...gede (dg) 21 février 2009 à 00:52 (CET)

Saint Gérard[modifier | modifier le code]

Bonjour aux sages ! La saint Gérard est fixée depuis longtemps à la date du 3 octobre. Mais dans mes souvenirs, mes parents souhaitaient ma fête le 23 février. Quelqu'un pourrait-il me dire quand a été faite cette modification de date, et par qui ? Merci d'avance.

D'après Liste des saints catholiques, les fêtes des saints ont été modifiées à l'occasion du Concile Vatican 2 (1963-1965). Effectivement, je me souviens du changement (j'étais gamin). La Saint Serge (moi) n'avait pas changé, par contre celle de mon père (Jules) avait changé. Par contre l'année exacte où ça a été appliquée... --Serged/ 21 février 2009 à 11:30 (CET)

Boutons dans les cokpits d'avions[modifier | modifier le code]

bonjour! voila c'est quelque chose qui me turlupine depuis pas mal de temps: souvent dans les films on voit les pilotes d'avion ou de machines volantes, ou de pods, etc. pousser plusieurs boutons (genre switch micro sur une guitare électrique) alignés cote à cote. et ils les poussent tous sans exception, invariablement. la question que je me pose : si de toute façon à l'arrivée ils sont tous allumés, pourquoi ne pas faire un seul bouton qui les allumes tous? merci de vos réponses que j'attends avec impatience! bon week-end. Reokal (d) 21 février 2009 à 11:25 (CET)

Poste de pilotage de l'Airbus A319
réponse 1 : au cinéma ça fait mieux (plus pro et plus fun) d'avoir plusieurs boutons à enclencher l'un après l'autre, voir tous d'un coup d'un geste de la main dans les moment d'angoisse important (juste avant le crash on mets les manettes à fond avant de sauver tout le monde) plutôt qu'un seul gros bouton poussoir rouge (réservé à la bombe atomique).
réponse 2 : il y a peut être un cas (qu'on a pas vu dans le film) où il ne faut pas enclencher tous ces boutons d'où la nécessité de séparer les commandes).
la bonne réponse est surement en lisant les deux précédentes en ordre inverse (2 puis 1) : si on a deux ou trois d'atterrissages, il peut être logique d'avoir deux ou trois commandes pour pouvoir les commander séparément, au cas où, même si on va les enclencher en même temps la plupart du temps. Par ailleurs, grouper des événements divers même si on va les enclencher en même temps n'est peut être pas possible techniquement. Aujourd'hui la technologie s'accentuant, notamment pour les avions de ligne, une commande peut commander plusieurs événements, et si le besoin est, ces événements peuvent éventuellement être commandé séparément par d'autre combinaisons, ce genre de switch ayant aujourd'hui quasiment disparu des tableaux de pilotage actuel. Mais pour un film ça améliore le suspense ou l'action cette accumulation de switch. --Olivemrs (d) 21 février 2009 à 13:37 (CET)

Je pense aussi qu'il faut envisager le fait qu'un bouton qui commande 10 fonctions, lorsqu'il tombe en panne, les 10 fonctions sont en pannes. Ce qui n'est pas vraiment souhaitable. Je crois (pas spécifiquement dans le domaine de l'aviation) qu'il existe aussi un bouton général de commande sur certains tableaux couplé avec des boutons indépendants. Pour faire simple, on active tout et on débranche quelques uns, ce qui permet de gagner un peu de temps. Cas d'une machine longue qui met plusieurs éléments en marche et ou l'on peut faire varier certains paramètres de chaque élément.--Kkbs (d) 22 février 2009 à 06:07 (CET)

Date / peinture[modifier | modifier le code]

Bonjour, je voudrais savoir quand est ce que Marc Chagall a peint Les Mariés de la Tour Eiffel... merci de votre aide... =)

1939. La réponse est en un clic sur google. gede (dg) 21 février 2009 à 14:33 (CET)
Mais le lien est rouge, c’est dommage Sourire. rv1729 21 février 2009 à 16:29 (CET)
Mais Marc Chagall est bleu comme une orange. Morburre (d) 21 février 2009 à 16:46 (CET)

MDEA[modifier | modifier le code]

Bonjour J'ai effectué une recherche sur wikipedia à propos de la MDEA (un produit que j'ai utilisé en stage pour mon bts chimiste) car il me fallai en savoir un maximum sur cette amine. Je suis donc tombé sur un dérivé d'amphétamine et ça ma parru surpris car ca ne correspondait pas avec les quelques caractéristiques que j'ai pu observé. J'ai donc cherché sur le net et en fait il y a une 2e molécule appelée MDEA : le N-méthyldiéthanolamine. Par contre a part sa formule semi-devellopée ([10]) et des propriétés basiques je ne connai pas grand chose sur cette molécule. J'ai donc deux questions :

  • pouvez-vous m'en dire plus à ce propos?
  • allez-vous créer un article à ce sujet (ou modifier le premier)?

Merci beaucoup du temps que vous allez (j'espère) me consacrer.

C'est Wikipédia qui espère que vous allez lui consacrer du temps. Dès que vous aurez trouvé les connaissances suffisantes, vous pourrez modifier et compléter les articles existants (et nous vous y encourageons fortement), ainsi que créer de nouveaux articles. Dhatier jasons-z-en 21 février 2009 à 18:22 (CET)

Alphabétisation au XIXe siècle en France[modifier | modifier le code]

Mon cher Oracle!

Une cousine vraiment très curieuse m'a posé une colle: quel était le taux d'alphabétisation, et son évolution, au cours du XIXe siècle en France? J'ai cherché sur Wikipédia et un peu sur Google mais sans succès. Saurais tu me donner un lien qui puisse la satisfaire?

(On a pas idée d'avoir des cousines pareilles! :-p)

Merci d'avance! .: Guil :. causer 21 février 2009 à 17:53 (CET)

Le XIXe siècle est celui où le taux d'éducation du peuple français (et européen en général, et nord-américain) a littéralement explosé. En 1800, la très grande majorité des adultes étaient analphabètes; en 1899, plus de 80% savaient lire et écrire, et avaient reçu une éducation de niveau primaire. Ce site vous donne des graphiques valables pour une petite région, mais qui reflètent bien l'évolution globale du pays. Dhatier jasons-z-en 21 février 2009 à 18:31 (CET)
Juste pour vous un graphique, qui résume tout. Sinon, il y a bien sûr le classique de François Furet et Jacques Ozouf, Lire et écrire de Calvin à Jules Ferry (1977). --gede (dg) 21 février 2009 à 22:14 (CET)

Illettrés france.png

Après on pourrait faire la différence entre ceux qui savent lire et écrire et ceux qui savent écrire sans fautes d'orthographe à chaque mot ou presque... :-) ! Mais là ça serait faire une distinction entre le lettrisme et l'érudition...--Deva (d)
Il peut être utile de rappeler certaines notions telles qu'elles sont comprises aujourd'hui... Ainsi, je suis « alphabétisée » (j'ai appris à lire et écrire), je suis même (selon Deva) « érudite » mais j'ai du mal à déchiffrer Clin d'œil correctement un contrat d'assurance : je fais donc partie des millions de gens qui sont considérés comme analphabètes. --Égoïté (d) 22 février 2009 à 09:16 (CET)
Non mais ça c'est normal Égoïté, en fait les contrats d'assurance sont rédigés dans une langue extraterrestre, qui ressemble en tout point à la nôtre, mais que personne ne peut réelement comprendre, pas même les vendeurs d'assurance. XD ! --Deva (d)

quelles sont les premiers critères d'une bonne entreprise?[modifier | modifier le code]

Être courtoise dans ses échanges ; compétente et bien informée dans son domaine d’activité. rv1729 21 février 2009 à 20:05 (CET)

Servir le maximum de pognon à ses actionnaires en méprisant au maximum ses salariés ? Félix Potuit (d) 22 février 2009 à 20:53 (CET)

Question avec article pour Anglais Wikipédia[modifier | modifier le code]

Bonjour! First off, my apologies for not doing this in the correct language. Ich sprechen (nicht sehr gut) Deutsch, también Español e Italiano, but unfortunately my French is limited to reading comprehension. I thought I'd give it a try anyway. We have an article over on the English project, Emancipating Something New. The creator claims this is a French film from the belle 1930s, and that it was referenced by Martine Aubry in a recent speech. We are trying to salvage it but we cannot find any sources for it in English, and we don't know the full title in French. I was wondering if anyone here knows about the film, maybe it already has an article here? Any help would be very appreciated. I will be monitoring this page for responses. Merci beaucoup! (page personnelle) FreeRangeFrog (d) 21 février 2009 à 22:18 (CET)

It looks like a hoax to me. I've never heard of it, and cannot find any mention of any sort on Google either. And if it does exist, it is certainly not notable. --gede (dg) 21 février 2009 à 22:57 (CET)
Thank you gede, I guess it goes then. FreeRangeFrog (d) 23 février 2009 à 22:08 (CET)

Question avionnesque[modifier | modifier le code]

Bonsoir cher Oracle,

une question me turlupine depuis quelques temps, donc je te la soumet, en espérant que tu me donnes une réponse acceptable (enfin, que j'accepterai, quoi).

Voilà : pourquoi le prix d'un billet d'avion est-il incroyablement plus cher quand on prend un aller simple que quand on prend un aller-retour ? Au début je me suis dit que c'était pour une question de planning de remplissage des avions, ce genre de choses. Mais j'y trouve deux objections :

  • Pour les trains, on a pas ce genre de différence de tarif, alors que théoriquement le problème de logistique est le même.
  • Avec l'augmentation du transport aérien, j'imagine qu'il y a eu des modélisations de faites sur les flux de voyageurs, donc un avion ne doit pas se retrouver à vide si c'est bien calculé.

Alors, y a-t-il une raison raisonnablement valable pour qu'on soit obligé de payer un prix exorbitant si on ne veut faire qu'un aller ? Pour un Toulouse - Paris, un aller-simple coûte environ 300 €, contre 70 € en moyenne si on prend un retour. Ce qui m'empêche d'envisager, par exemple, de faire un détour par Rennes et de prendre ensuite un train ou un autre avion pour redescendre à Toulouse... --Serein [blabla] 22 février 2009 à 01:02 (CET)

Bonjour, quelques réponses vagues par la.
Je fais remarquer que le train ne subit pas la concurrence féroce en cours dans les airs, le flux des voyageurs n'intervient que pour gonfler les prix dans un sens car il faut bien que ce fichu avion revienne ( je serais curieux de connaitre ce que ça coute de laisser un avion deux jours aux baléares tous frais payés au personnel naviguant en attendant que l'avion se remplisse...). Et comme l'a dit Félix, prends l'aller retour et n'utilise que l'aller. ViZiT (d) 22 février 2009 à 02:44 (CET)
Comme la plupart des compagnies proposent des voyages à plusieurs escales, ce qu'ils veulent c'est que tu fasses ton Toulouse - Paris - Rennes - Toulouse avec la même compagnie. J'imagine que le prix exorbitant de l'aller simple c'est une sorte de pénalité pour utiliser la concurrence.
Par ailleurs, je ne suis pas certain que ça soit si général que ça. Je ne l'ai observé qu'une seule fois, c'était sur un voyage incluant un... Paris Toulouse par Air France. Apparemment, Air France se permet des libertés que d'autres compagnies n'oseraient pas :-) Un conseil; prends le TGV, de ville à ville c'est aussi rapide et c'est beaucoup plus flexible, en particulier pour ce genre de situations. Et puis ça me fait mal de refiler du fric à Air France : typiquement dans cette situation, ils usent jusqu'au bout le monopole qu'ils ont hérité de la situation pré-privatisation. Les entreprises publiques, c'est bien, les entreprises privées, parfois c'est pas si mal que ça, mais les entreprises publiques privatisées, au niveau du respect du client et du respect de la concurrence, on peut difficilement trouver pire (F. Télécom est pas mal non plus dans le genre). Euh... Troll du dimanche matin, chagrin... Arnaudus (d) 22 février 2009 à 10:38 (CET)
Tous les Toulousains rêvent qu'un jour, le TGV desservira vraiment leur ville (pas à la vitesse du Corail en passant par Toulouse, quoi Sourire). Cela dit, la SNCF le fait aussi : avec les cartes Escapades ou les prix "Week-end", il faut un retour identique pour profiter des réduction. HaguardDuNord (d) 22 février 2009 à 10:56 (CET)
(Confit de canard)De toutes façons c'est du vol (on ne rit pas), ce trajet d'ailleurs, le plus pourri en partance de Paris-Austerlitz, n'a, en plus jamais sérieusement fait l'objet d'une étude de création d'une ligne TGV (une vraie pas seulement les voitures) d'où, l'obligation, soit de passer par Bordeaux (même avec changement la durée totale jusqu'à Toulouse est plus courte) ou soit de prendre un train qui part à 1h du matin, (de Toulouse vers Paris). Et j'ai souvent constaté lors de mes déplacements pour aller voir mon fils étudiant à Toulouse que, par exemple lors d'un retour à 14h payé assez cher même avec le prix de l'aller,les voitures étaient vides. Et pour finir c'est vrai que les prix sont chers sur ce trajet car les prix avions le sont aussi, mais à cette différence près: il est pratiquement impossible d'avoir une place en avion (la moitié des passagers sont des personnes qui ne paient pas mais qui occupent, Airbus et cies obligent), donc la SNCF s'en sortira toujours mieux l'avion n'étant pas une concurrence, et les étudiants fauchés et les autres devront continuer à voyager la nuit dans des conditions déplorables. Chronique Paris-Toulouse A/R --Doalex (d) 22 février 2009 à 11:06 (CET)
Je confirme, le TGV Paris-Toulouse n'est pas pour demain Mort de rire mais Doalex, on trouve très facilement des places d'avion enfin ! Et pas beaucoup plus cher que le TGV (si on fait le retour bien sûr...). Exemple perso (j'ai passé l'âge des réductions étudiantes et ne suis pas encore éligible à la carte Vermeil) : 60 € par trajet en TGV-qui-roule-à-la-vitesse-d'un-Corail, 71 € par trajet en avion (il y en a toutes les 1/2 heures), la différence de prix pour un temps de trajet divisé par 4 m'incite encore à prendre l'avion. Ceci dit à part l'aspect monopole, vos réponses sympathiques ne me donnent toujours pas de réponse sensée... ou du moins de réponse qui me ferait arrêter de râler. Les compagnies concurrentes (et low coast) ne font effectivement pas ce distinguo, mais leurs horaires sont quand même assez peu pratiques. Serein [blabla] 22 février 2009 à 11:14 (CET)
Possible que ce soit le cas actuellement, mais je décris uune situation d'il y a 4 ou 5 ans, de plus Toulouse comme tu dois le savoir ce n'est pas que, la place du Capitole et Paris le parvis de l'hôtel de ville, donc si tu rajoutes tous les frais de transports pour accéder aux aéroports on dépasse le budget et pour avoir été très souvent à Rangueil en bus (le métro n'y passait pas encore) le train était plus économique.--Doalex (d) 22 février 2009 à 11:55 (CET)
Peuh ! et ça se plaint ! ce serait quoi si vous deviez faire, par exemple, Toulouse-Grenoble, ou Grenoble-Toulouse ? Morburre (d) 22 février 2009 à 12:23 (CET) Non je ne sais pas, raconte stp . --Doalex (d) 22 février 2009 à 19:58 (CET)

Sans trop avoir réfléchi à la question, il me semble que toutes les entreprises de voyage font face au problème suivant : elles ont des clientèles segmentées. Pour simplifier, on a deux types de clients. D'une part, les hommes d'affaires, qui sont prêts à payer beaucoup. Et, d'autre part, des voyageurs désargentés qui ne voyagent que si le prix est bas. Le problème de la compagnie est qu'elle ne vend qu'un seul produit : une place dans un avion. L'homme d'affaire comme le voyageur désargenté partiront de Toulouse à la même heure, et arriveront à Paris très exactement au même moment. Le but de la compagnie est pourtant de vendre ce même produit à deux prix différents : élevé pour les hommes d'affaire, faible pour les autres, qui sinon ne voyageront pas ou prendront le train. Comment interdire aux hommes d'affaires d'acheter les voyages aux prix des voyageurs désargentés ? Tel est le problème que doit résoudre la compagnie de transport. La solution est relativement simple : 1) différencier les places dans l'avion et faire en sorte que seule la classe "business", où le prix est nettement plus élevé, fournisse des conditions de voyage acceptables du point de vue d'un homme d'affaire. 2) Créer des conditions d'achat d'un billet économique qui soit rédhibitoires du point de vue d'un homme d'affaire : réservation 3 mois à l'avance, impossibilité d'annuler la réservation... ou obligation d'acheter l'aller et le retour, avec réservation fixe, pour chacun. Sur Paris/Toulouse, on a typiquement cela : Air France subit la concurrence de la SNCF sur les voyageurs désargentés. Les hommes d'affaire ne prendront pas le train, dans tous les cas : c'est beaucoup trop long. Pour être compétitive, Air France doit donc vendre des billets aux tarifs de la SNCF (ou légèrement plus élevé) pour les voyageurs désargentés mais, elle n'a aucune raison de diminuer ses marges pour le marché des hommes d'affaires, sur lequel elle est en situation de monopole. D'où, la différence de prix considérable : l'aller seul vaut le prix d'un voyage business, l'A/R celui d'un billet de train. gede (dg) 22 février 2009 à 16:23 (CET)

Hum oui, ça paraît plausible comme explication. Surtout qu'il n'y a pas véritablement de "classes" différentes sur une ligne navette comme le Paris-Toulouse. --Serein [blabla] 22 février 2009 à 17:35 (CET)
Je viens de vérifier, en regardant les horaires et tarifs (avec un départ sur Paris pour aller à Toulouse). Cela supporte très fortement mon hypothèse. A partir de mercredi, le voyageur a le choix entre : 1) un aller direct à 340 euros ou un aller avec escale (durée du voyage 4 h) à 140 euros 2) un aller retour (direct) à 330 euros. Autrement dit, l'A/R coûte moins cher que le simple aller... Sauf que ce n'est qu'une apparence. Si on achète l'A/R, il n'y a que trois horaires qui sont proposés au départ de Paris et aucun vol qui n'arrive avant 15 heures, soit trop tard pour un rendez-vous professionnel. Au contraire, pour 10 euros de plus, mais pas de retour, on peut sélectionner son vol entre des 10aines d'horaires possibles (un départ toutes les demi-heures). On peut même partir de Roissy (correspondance des longs courriers), ce qui était impossible avec l'A/R. Et bien sûr on peut partir le matin. La logique de segmentation est évidente : un homme d'affaire qui a un rendez-vous professionnel mercredi avant 16 heures à Toulouse est obligé de prendre l'aller seul. Ou alors, il doit aller à l'hôtel et partir la veille, soit une journée de perdu et des frais aussi élevés (300 euros semble un budget raisonnable pour une nuitée plus un repas). Air France contraint ainsi les hommes d'affaire à prendre des vols à 340 euros, tout en vendant aux autres des voyages au prix du train.
Et si on avait un doute sur la rationalité à l'œuvre, la possibilité du voyage aller à 140 euros avec escale le lève. Ce n'est pas une offre aberrante liée à des réservations plus nombreuses en raison des vacances, et qui aurait rendu les vols directs inaccessibles : la grille tarifaire est la même au moins jusqu'en avril prochain. Air France offre très volontairement deux tarifs, dont un au prix deux fois plus bas et qui doit pourtant lui coûter plus cher, puisqu'il passe par Lyon et implique deux décollage. Mais, ce vol avec escale dure 4 heures, il est donc sans pertinence pour un homme d'affaire. Mais 4 heures, c'est encore une à deux heures de moins que le train, pour pas beaucoup plus cher... gede (dg) 22 février 2009 à 20:03 (CET)
On est si bien chez soi... pourquoi aller se faire suer dans les gares ou les aéroports ? Félix Potuit (d) 22 février 2009 à 20:50 (CET)
C'est bien vrai, on peut rester tranquillou à mater les prix et les horaires des trains et des avions.--Doalex (d) 22 février 2009 à 21:02 (CET)

Il y a une réponse bien plus rationnelle que ces considérations ...

Tout d'abord il y a bien des habitude commerciales radicalement différente entre l'avion et le train. On prend l'avion traditionnellement pour voyager et les billets sont vendu dans ce sens : le clients cherche un aller et retour (rien ne sert d'avoir le meilleur prix pour un aller aux baléares si on doit débourser un max pour rentrer) et les compagnie se concurrence sur ce tarif (même les low-cost affiche des tarifs aller simple juste pour afficher le prix le plus bas possible mais il dépend toujours d'un achat aller-retour). L'habitude en ce qui concerne le train est la vente d'un billet calculé sur le kilométrage parcouru, les offres aller-retour sont des pratiques assez récentes. Si le client de la compagnie aérienne veut un billet particulier (l'aller simple), celle-ci, qui tire ses tarifs sur l'aller retour, facturera la spécificité plus cher.

Il y a derrière ces habitudes tarifaires des fonctionnements et des coûts qui font que le train et l'avion n'ont rien à voir. Sauf à de rare exception, l'avion fait systématiquement un aller-retour. Le coût d'immobilisation d'un avion sur un aéroport «tiers» est exorbitant, le fait que la compagnie devra loger son personnel n'est rien : il y a un coût pour le stationnement facturé par l'aéroport (un avion ça ne se gare pas comme ça) et surtout l'immobilisation de l'avion qui fait qu'il ne sera pas utilisé pour faire d'autre vols (et le rentabiliser). Les compagnies aériennes ont des bases : des aéroports avec lesquels elles ont des accords pour stationner leurs appareils, les entretenir etc. Les avions font des aller-retour à partir de ces bases et stationnent le moins longtemps sur un autre aéroport. Si c'était surtout le cas des long-courriers cela est d'autant plus vrai aujourd'hui pour les courts et moyen-courriers. Le coût pour la compagnie aérienne est toujours un coût aller-retour pour une destination, rarement un coût global. Pour le train c'est l'inverse. Un train s'exploite sur une ligne avec des arrêts successifs et il y a effectivement moins de concurrence (du moins pas avec un autre train). Le coût est global : infrastructure, équipement (trains) et personnels à rentabiliser pour des usages multiples (les voyageurs ne parcourt pas tous l'intégralité de la ligne). Si l'habitude pour l'avionneur est de vendre des tarifs aller-retour pour rentrer dans ses coût, pour la compagnie ferroviaire il s'agit surtout de vendre des parcourt plus long : sauf en suisse, la traditionnelle tarification au kilomètre (qui disparait de plus en plus sauf pour le ter) prévoit un prix/kilomètre plus faible plus on parcourt de kilomètres. C'est encore vérifiable de nos jours : pour un parcourt en ter deux billets, de A à B puis deux B à C, sont plus cher qu'un seul billet de A à C sur le même parcourt. L'émergence de réseaux aérien à l'image de celui d'air france est relativement récent et reste concurrencés ligne par ligne ; l'alignement des pratiques tarifaires du train sur celle de l'avion (pour le TGV par ex) ne risque pas de bouleverser la donne. CQFD --Olivemrs (d) 23 février 2009 à 12:41 (CET)

La seule réponse rationnelle, c'est le manque de concurrence supplémentaire, tous les pays avancés (et même avec une infrastructure rail/lignes aériennes) possèdent un réseau de lignes de transport routier de voyageurs entre les grandes villes et c'est là que les personnes peu fortunées devraient avoir une alternative. Personne ne se pose la question ? --Doalex (d) 23 février 2009 à 13:45 (CET)
«c'est là que les personnes peu fortunées devraient avoir une alternative», j'avoue ne pas vraiment comprendre l'idée. Est-ce qu'il y a une solution qu'on a oubliée de développer ou ne reste-t-il à ceux qui ne peuvent se payer l'avion ou le train que la voiture ? --Olivemrs (d) 23 février 2009 à 15:18 (CET)
L'évidence porte sur les lignes de cars, d'autocars, de bus (appelez ça comme vous voulez), les grandes et moyennes villes en Espagne par exemple possèdent toutes une gare routière pour les transpors nationaux et internationaux, en France on n'a jamais cherché à développer ce moyen, en prenant par exemple (voir tout en haut) le trajet Grenoble-Toulouse, c'est bien ce mode de transport en commun qui permettrait de pallier toutes les difficultés rencontrées dès que l'on veut voyager en France sur des axes transversaux, et pour Toulouse quand vous savez qu'un car Eurolines y passe pour un trajet Paris-Barcelone ou Madrid mais que vous n'avez pas le droit d'obtenir un billet Paris-Toulouse, je reste songeur.En tout cas, loin de moi l'idée de faire allusion au véhicule individuel.--Doalex (d) 23 février 2009 à 16:02 (CET)
Quelques faits, défiant toute rationalité économique fondée sur les coûts de production. Les départs sont le dimanche 1 mars (ou n'importe quel dimanche de Mars).
1- Le vol direct Paris/Toulouse, avec départ à 9h50, coûte 337 euros. Celui avec escale (à Lyon) coûte 129 euros.
2- Le vol direct Paris/Lyon coûte 284 euros. Le vol Paris/Lyon avec escale... à Toulouse coûte 124 euros.
3- Le vol en escale à Toulouse sur le Paris/Lyon est très exactement le même que le Paris/Toulouse direct avec départ à 9h50. Il coûte pourtant deux fois moins cher. Et, en plus, une fois arrivé à Toulouse, on peut même aller à Lyon. gede (dg) 23 février 2009 à 16:41 (CET)
Rien ne nous empêche de prendre un billet pour Lyon et descendre à Toulouse, on risque juste de retrouver ses bagages à Lyon ...
Du même ordre mais dans le train. Il y a une ligne directe Vintimille-Cuneo (Coni) exploité par la trenitalia (la compagnie ferroviaire italienne) qui emprunte un portion de ligne française dans la haute Vallée de la Roya (une partie en fait de la ligne Nice Cuneo). Les tarifications (kilométrique sur ces lignes régionales) n'étant pas les même en France et Italie, c'est moins chers, au départ de Vintimille, de rejoindre le premier bled après la portion française que de s'arrêter en France : visiblement un accord permet d'appliquer le tarif italien pour rejoindre deux gares italiennes (le tarif est plus avantageux) par contre en cas d'arrêt en France le prix comprend un point frontière donc un calcul différent (avec une portion en France), mais dans ce cas là c'est facile de descendre à n'importe quel arrêt en gare ... --Olivemrs (d) 23 février 2009 à 19:20 (CET)
Une des plus belles lignes de train que je connaisse. Mais tu n'as pas répondu à mon objection, car cela en était une. Air France ne fixe pas ses prix selon des considérations microéconomique (j'avais d'ailleurs commencé à répondre à la question comme cela : en faisant de la micro des coûts fixes et rendements croissants). Car 1) elle fait payer deux fois moins cher le même vol, pour autant qu'on le prenne avec escale, qui lui coûte pourtant plus cher. Il est même possible de la battre à ce jeu, comme je l'ai indiqué au dessus (et pour autant que l'on ait qu'un bagabe à main) 2) elle ne vend pas ses A/R au prix des A (ce qui s'expliquerait par des coûts fixes élevés, et rendrait le cout marginal du retour presque nul) mais moins cher, parfois beaucoup moins cher (exemple : 50 % sur Paris Toulouse, 70 % sur Paris Berlin). Bref, elle fait comme si rentrer à la maison avec un avion vide lui coûte beaucoup plus cher qu'avec un avion plein, qui consomme davantage, pose plus de problème logistique, etc. Il n'y a aucune rationalité microéconomique à cela. Seulement des rationalité de gestion : segmentation de clientèle, prise de clientèle sur la concurrence (qui a un effet d'autant plus puissant, du reste, en effet qu'on a affaire à un business à coûts fixes élevés). La ligne franco-italienne pose de toute autre problème, de coordination nationale. gede (dg) 23 février 2009 à 19:33 (CET)
Ben j'avoue ne pas comprendre mais surtout j'ai trouvé pour ce dimanche 1er mars un aller-retour la journée à 147,23 € (taxes comprise) sur airfrance (par sa vente en ligne) Paris Toulouse direct. L'aller simple est à 345,81 €, le même jour. Souvent les prix aller simple sont fixe (c'est toujours 345€ quelque soit le jour) tandis que les prix aller-retour sont variable (les prix proposé varie suivant l'heure et le jour). Dans ton exemple au final il vaut mieux prendre un aller retour ! Je n'ai aucune proposition avec escale mais si je prends deux vols sur la même commande j'arrive à faire Paris-Toulouse-Lyon pour 128,17 €. Seule raison possible : le système de réservation qui calcule bizarrement les prix. Un seul vol aller simple est facturé au prix fort ; dès qu'on rentre dans une logique d'aller retour il y a des prix variables. Intervient un bug du système, si on veux faire une plus d'un vols on rentre à nouveaux dans la logique des prix variable : en fait le prix du billet aller Paris-Toulouse est le même (76€ le dimanche) dans les cas aller-retour ou deux vols successif. Avec son réseaux, airfrance en essayant d'appliquer une logique globale (je sais statistiquement mes coût, je rentabilise globalement) a surement réussi à buguer son propre calcul de prix, c'est la seul raison que je vois. Une chose est sûre elle n'aime pas vendre d'unique aller-simple ! --Olivemrs (d) 23 février 2009 à 20:42 (CET)
La prochaine fois que je dois prendre l'avion, je viendrai d'abord sur l'Oracle vous demander des conseils ! Là j'ai trouvé un A/R sur un WE pour 140 € à peu près... je suis plutôt contente. Clin d'œil --Serein [blabla] 25 février 2009 à 00:27 (CET)
oui mais l'avion c'est mal : ça tue les ours blancs et gène les Blagnacais Mort de rire HaguardDuNord (d) 25 février 2009 à 00:52 (CET)

couleur de l'iode ?[modifier | modifier le code]

L'iode est un corps simple qui prend une couleur quand on le chauffe. Quelle couleur ? Merci au "chimiste de service" qui voudra bien apporter sa réponse.

Pas chimiste... mais je lis dans Iode : « L'iode est aux conditions normales de température et de pression un solide violet-noir brillant composé de molécules homonucléaires I2. Il se sublime rapidement en un gaz violet très irritant, le diiode I2. » --Égoïté (d) 22 février 2009 à 09:23 (CET)
Le nom vient du grec 'iodés' qui signifie 'violet'. Dhatier jasons-z-en 22 février 2009 à 13:09 (CET)

écrivains américains du XIXème siècle homonymes ?[modifier | modifier le code]

Connaissez-vous deux écrivains américains du XIXème qui porteraient le même patronyme et dont certains écrits feraient référence à l'eau (je pense notamment à Herman Melville et à son fameux "Moby Dick", mais pas d'homonyme à l'horizon...) Merci à celui ou à celle dont la culture serait plus étendue que la mienne sur le sujet et qui accepterait d'appporter une réponse.

Déjà répondu : Wikipédia:Oracle/semaine 7 2009#ecivains_americains_19_siecle. --Serged/ 22 février 2009 à 09:45 (CET)

le collant du Fantôme...[modifier | modifier le code]

Le collant du Fantôme, personnage de bande dessinée américaine de Lee Falk était rouge (ou violet). Pourquoi : telle est la question ? Y a-t-il une raison précise à ce fait ?

Déjà répondu...Wikipédia:Oracle/semaine 7 2009#le_fantome. --Serged/ 22 février 2009 à 09:43 (CET)

Séparation de Goscinny et Dargaud ?[modifier | modifier le code]

Avant sa mort, en 1977, René Goscinny, créateur avec Uderzo du personnage et des avantures d'Obélix, se serait séparé de son éditeur Dargaud. Quelqu'un peut-il me dire précisément en quelle année ?

L'article René Goscinny dit que Goscinny a été rédacteur en chef de Pilote (acheté par Dargaud en 1960) de 1963 à 1974.. Donc... --Serged/ 22 février 2009 à 09:49 (CET)
Cependant, les aventures d'Astérix ont été publiées chez Dargaud jusqu'à la mort de Goscinny, les éditions Albert-René n'étant créé qu'en 1979. HaguardDuNord (d) 22 février 2009 à 10:47 (CET)

sculpture inconnue?[modifier | modifier le code]

Bonjour!

Je cherche le nom d'une sculpture très connue... et, il faut bien le dire, magnifique. Elle représente une jeune femme, et tout le doigté du sculpteur réside dans le drapé qui recouvre entièrement son visage(,) (m)algré(s) l'étoffe, ses traits faciaux se devinent, (s)e qui, dans une matière aussi dure, semble impossible. Cette sculpture appara(î)t notamment dans une scène du film(e) "(o)rgueil et préjugé()", si ~(s)a peut vous être d'une aide quelconque...

Merci beaucoup Ô racle

lolina

La sculpture de Mona Lisa .melusin (d) 22 février 2009 à 12:15 (CET) s'cusez m'on inpairtinance oaurtograsfic et en plus je plaisante... voir aussi Orgueil et préjugés
La Pudeur, d'Antonio Corradini ? [11] Ou autre, du même, spécialiste des visages voilés ? Morburre (d) 22 février 2009 à 12:18 (CET)
Donna velata (la fede) d'Antonio Corradini
La vestale voilée d'Albert-Ernest Carrier-Belleuse ? — Hautbois [canqueter] 22 février 2009 à 12:25 (CET)
Non, si c'est bien la statue qui est dans Orgueil et préjugés, ça n'est aucune de ces deux là. Je viens de re-regarder les bonus du DVD, apparemment la statue est conservée dans le château de Chatsworth House, dans le Derbyshire. Enfin, ils ne disent pas que la statue est là, mais ils disent qu'en tournant le film ils sont "tombés sur la galerie de scultpures", donc j'en déduis que la statue était là. Enfin, en tous cas ça donne l'occasion de regarder à nouveau ce film magnifique Sourire. --Serein [blabla] 22 février 2009 à 12:49 (CET)
Ah, je n'ai pas trouvé la réponse mais j'ai trouvé une copie d'écran qui la représente (de profil malheureusement) : [12]. --Serein [blabla] 22 février 2009 à 12:54 (CET)
Et la réponse est... Vestale voilée de Raffaelle Monti (lien rouge en français, s'il y a des volontaires). gede (dg) 22 février 2009 à 16:39 (CET)
C'est beau la recherche collective... (versement de larme d'émotion) Clin d'œil --Serein [blabla] 22 février 2009 à 17:33 (CET)

réécritures Odyssée[modifier | modifier le code]

Bonjour, dans une émission littéraire diffusée sur une chaîne de télévision, le commentateur a évoqué rapidement l'Odyssée et notamment "ses nombreuses réécritures". Seulement je ne vois pas quelles sont ces réécritures! Merci de m'aider!

On peut commencer par celles-là et il doit en manquer plein, et après on peut aussi voir que chaque traducteur y apporte sa touche qui va en faire une version unique Mitch-mitch (d) 22 février 2009 à 16:14 (CET)

mandat[modifier | modifier le code]

Bonjours, j'ai une question à propos du courtages en marchandises. La questions est quand onfait affaire avec un client nous devons signer un mandat devant notaire ou comptable ou alors existe t'il des mandats deja pret à signer comme dans l'immobilier? Merci de me renseigner

Complementaire santé[modifier | modifier le code]

Bonjour cher Oracle,Pourriez-vous m'indiquer une Complémentaire Santé qui prenne en charge immédiatement et qui propose un forfait journalier de 12 Mois en C.H.S.pour la durée du contrat ? Remerciements. L-M Dimanche 22 Février 20h30

Téléphone Wikipédia n'est ni un annuaire, ni un site de renseignements téléphoniques, mais une encyclopédie. C'est avec plaisir que nous tenterons de vous aider, mais nous n'avons aucun lien privilégié avec les vedettes, stars ou people ni avec les entreprises, syndicats, associations, et autres organismes.

Renseignez-vous plutôt auprès de votre employeur ou de votre syndicat, vous n'êtes surement pas le seul à chercher ce genre de service. Bonne continuation Mitch-mitch (d)

Le jour des libraires[modifier | modifier le code]

Salut. Quelqu'un saurait-il me dire quel est le jour traditionnel de sortie des livres en France. Il me semble qu'il y a un équivalent au mercredi pour le cinéma, mais je fréquente trop peu les librairies Sourire. Merci. HaguardDuNord (d) 22 février 2009 à 23:39 (CET)

Première liaison ferroviaire en Espagne ?[modifier | modifier le code]

Salut ô Oracle,

Sais-tu quand la première liaison ferroviaire en Espagne a débuté ? J’entends par-là un service régulier, commercial. Merci de m’éclairer. - CheepnisAroma | 22 février 2009 à 23:51 (CET)

Voir l'introduction de l'article: Histoire des chemins de fer espagnols. Dhatier jasons-z-en 23 février 2009 à 01:27 (CET)

23 février[modifier | modifier le code]

Bonjour à tous Le 23 février était autrefois consacré à la saint Gérard. Savez-vous quand cette fête a été reportée au 4 octobre, par qui, et pourquoi ? Merci d'avance. Gérard

Question déja abordée et sur cette page en plus : Par ici! Mitch-mitch (d) 23 février 2009 à 08:45 (CET)
Le 23 février devrait être consacré à la démocratie (le peu qu'il en reste) européenne car en 1981 le fascisme a failli réapparaître en Espagne sous les traits des militaires en manque de franquisme.--Doalex (d) 23 février 2009 à 11:07 (CET)