Wikipédia:Journées contributives/Mile End

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Journée contributive du Mile End vise à enrichir les articles de Wikipédia et initier les participants à l'édition de Wikipédia.
Un nouveau contributeur utilisateur:Youvesse, membre du conseil de Mémoire du Mile End et journaliste pour Radio-Canada, donne une interview à 2 étudiants de l'UQAM.
Utilisateur:Simon Villeneuve aide une nouvelle contributrice.

La journée contributive du Mile End est pour le Projet:Québec, le Projet:Quartier Mile End et l'association Mémoire du Mile End l'occasion de convier les participants à contribuer sur les différents articles du quartier Mile End. Elle vise à enrichir le partage des connaissances au sujet de l'histoire du quartier.

Les contributeurs et contributrices intéressé-es peuvent ajouter leur nom, et ceux qui sont trop loin du Mile End peuvent participer via le canal IRC #wikimedia-ca (webchat).

La journée contributive du Mile End s'inscrit dans le Mois national de la contribution organisé par Wikimédia Canada.


Date et lieu[modifier | modifier le code]

Date 
Samedi, 6 avril 2013
Horaire (sur place) 
10h pour les organisateurs ; 13h - 16h30 pour le grand public.
Lieu 
En personne : Bibliothèque du Mile End
                      5434 avenue du Parc, Montréal
                45° 31′ 18″ N 73° 36′ 06″ O / 45.521797, -73.601583
Téléprésence IRC : #wikimedia-ca (webchat)

Inscription[modifier | modifier le code]

Inscription obligatoire pour la participation sur place (wikipédiens néophytes seulement).

Pour les participants en IRC, merci d'indiquer l'article sur lequel vous travaillez en inscrivant votre nom à côté du titre de l'article choisi dans la liste, cela vous évitera des conflits d'édition.

Si vous pouvez, il est recommandé de créer votre compte Wikipédia AVANT la journée contributive du 6 avril. Sinon, nous le créerons avec vous à 13h avant le début des activités.

Déroulement de la journée (sur place)[modifier | modifier le code]

Pour éviter les conflits d'édition, chacun-e choisira un article parmi la liste proposée (possible d'ajouter des articles à la liste).

10h : session de formation pour le CA de Mémoire du Mile End

13h : accueil du public, création des comptes, choix des articles

13h30 : mot d’accueil (Seeris et Maxime Beaulieu, directeur de la bibliothèque) et formation des nouveaux contributeurs (Simon Villeneuve) = 45 min

16h15 : rétroaction par Benoît Rochon, période de question et commentaires

16h30 : fin

Wikipédiens intéressées[modifier | modifier le code]

Articles suggérés[modifier | modifier le code]

Des membres de Mémoire du Mile End consultent la documentation
Mot d'introduction de Maxime Beaulieu, directeur de la bibliothèque du Mile End
Un wikipédien aide les nouveaux contributeurs
Des contributeurs au travail
Un wikipédien aide les nouveaux contributeurs
Benoît Rochon commente les résultats de la journée
La salle écoute la présentation de Simon Villeneuve
Un membre de Mémoire du Mile End fait le bilan de la journée

Articles à développer/créer[modifier | modifier le code]

Rues et Parcs
Bâtiments, commerces, entreprises


Personnalités
Divers (histoire et vie culturelle)




Retour sur l'activité[modifier | modifier le code]

L'activité qui a regroupé 18 participants a été un beau succès. Il s'agissait du premier partenariat officiel entre Wikipédia et une bibliothèque au Canada, et du premier partenariat officiel avec un GLAM au Canada.

  • 10 nouveaux comptes d'utilisateurs ont été créés pour l'occasion
  • 14 nouveaux articles ont vu le jour (ce qui a pratiquement doublé le nombre d'articles existants sur le Mile End !)
  • 2 articles existants ont été édités
  • et 3 brouillons ont pris forme en tant que sous-page d'utilisateur
  • (quid de la participation via IRC ?)

Simon Villeneuve avait suggéré l'option de la sous-page d'utilisateur pour ne pas que les articles encyclopédiques se transforment en "bac à sable", les brouillons n'étant publiés qu'après avoir reçu le feu vert d'un wikipédien. Les contributeurs les plus avancés travaillaient à leur rythme, tandis que les nouveaux suivaient pas à pas les conseils de Simon. Une fiche sur la "syntaxe wiki" comprenant aussi l'adresse de la page de la journée avait été distribuée à tous.

Le moment de l'arrivée des participants était important car il fallait créer leurs comptes d'utilisateur de manière rapide pour ne pas provoquer un "embouteillage" à l'entrée et pour ne pas empiéter sur le temps de la formation qui venait après. Les droits de création de compte avaient été demandés pour la journée au nom de Benoit Rochon et Seeris. Simon Villeneuve disposait déjà du statut.

Les wikipédiens présents ont accompagné les nouveaux contributeurs sur les questions de plate-forme, tandis que les membres de Mémoire du Mile End les conseillaient sur le contenu et apportaient leurs connaissances historiques.

Le public affichait une belle mixité : autant des sympathisants de la "culture libre" que des passionnés de l'histoire locale, autant de femmes que d'hommes, autant des jeunes que des moins jeunes. Des contacts fructueux ont été noués, tant pour Mémoire du Mile End (qui a rencontré un résident du quartier d'Outremont, intéressé à développer les liens avec la Société d'histoire d'Outremont) que pour les wikipédiens (une responsable de services des bibliothèques de la Ville de Montréal s'est dite intéressée à reproduire l'expérience dans d'autres bibliothèques de la Ville). Un membre d'Open Street Map était également de la partie.

Réflexion faite, l'activité aurait pu avoir lieu sur deux jours : un premier jour (ou une après-midi) à l'interne avec les membres de Mémoire du Mile End, et toute une journée avec les contributeurs extérieurs. La documentation rassemblée pour l'occasion aurait ainsi pu être davantage exploitée.

Un grand merci à la bibliothèque du Mile End et Maxime Beaulieu (directeur) pour avoir accueilli cette activité, à Benoit Rochon pour l'organisation du Mois de la contribution, à Simon Villeneuve pour la formation donnée aux nouveaux contributeurs, à Red Castle pour les conseils d'appoints aux contributeurs, et à tous les membres de l'association Mémoire du Mile End ! --Seeris (d) 10 avril 2013 à 16:42 (CEST)

Articles créés le 6 avril[modifier | modifier le code]

Articles édités le 6 avril[modifier | modifier le code]

Brouillons créés le 6 avril[modifier | modifier le code]

Ressources[modifier | modifier le code]

Ressources en ligne[modifier | modifier le code]

Cliquer pour agrandir
  • John Lovell, Lovell’s Historic Report of Census of Montreal, taken in January 1891, John Lovell & Son, 1891 (L’ouvrage est surtout important en raison de l’article anonyme d’une demi-page sur l’histoire du Mile End, p. 141. Son contenu a servi de base à presque tous les récits et articles sur l’histoire du quartier qui ont été publiés au cours des années subséquentes. On peut retrouver une version numérisée du livre à l’adresse suivante: http://archive.org/stream/lovellshistoricr00love#page/140/mode/2up/search/mile+end

Ressources bibliographiques sur place[modifier | modifier le code]

Pour la section 'Un quartier d'artistes' :

Monographies historiques sur le Plateau Mont-Royal (Merci à Yves Desjardins pour les résumés !) :

  • Germain, Annick, Damaris Rose et Myriam Richard. 2012. « Les banlieues de l'immigration ou quand les immigrants refont les banlieues. » In Histoire de Montréal et de sa région. Tome II, De 1930 à nos jours, sous la dir. de Dany Fougères, 1107-1142, 1489-1495 (endnotes). Québec, QC: Presses de l'Université Laval.
  • Robert Lussier, Le Plateau Mont-Royal au 19e siècle, Comité Logement Saint-Louis, 1984, 23 p. (Synthèse de sources secondaires provenant surtout de la 1ère moitié du 20e siècle. L’auteur met l’accent sur les questions sociales : logement, pauvreté. Peu de choses sur le Mile End, essentiellement reprises de l’article publié dans le guide Lovell sur le recensement de 1891. La bibliographie mentionne quelques titres qu’il vaudrait sans doute la peine de retracer. Ils sont mentionnés ailleurs dans ce texte.)
  • Michelle Benoît et Roger Gratton, Les villages du «Plateau», Collection Pignon sur rue, ville de Montréal, 1987, 40 p. (Sans doute la meilleure synthèse publiée sur l’histoire du Plateau Mont-Royal, mais ayant passé le quart de siècle, elle commence à dater. C’est l’histoire architecturale qui domine, car les auteurs se sont largement inspirés du macro-inventaire montréalais effectué par la défunte Communauté Urbaine de Montréal au tournant des années 80. Le fascicule fait partie d’une série de 13 portraits des quartiers montréalais qui ont été réunis dans un seul volume par Guérin éditeur en 1991. Il serait sans doute utile d’emprunter ce volume pour la bibliothèque vivante.)
  • Chris Schoofs, History of the Mile End district of Montreal, Société Mile End de l’histoire et de la culture, 1995, 29 p.
  • F. Robert Hémond, c.s.v. Père François-Thérèse LaHaye Clerc de Saint-Viateur, 1816-1861, Les Clercs de Saint-Viateur, 1993, 41 p. (Biographie du fondateur de la paroisse Saint-Enfant Jésus. Contient une des rares photos existante de l’église originale.)

Ouvrages historiques généraux sur Montréal contenant des références au Mile End:

  • Robert Rumily, Histoire de Montréal, Fides, 1972, tomes 3 et 4 (Les allusions au Mile End y sont dispersées, mais on y retrouve plusieurs notes sur le rôle de Mgr Bourget dans la création de la paroisse, ou encore sur la famille Beaubien. La synthèse, même si elle relève d’une conception de l’histoire d’un autre temps, n’a pas encore été égalée par son ampleur, sauf, peut-être, par celle toute récente de l’INRS mais qui relève d’un tout autre genre tant du côté du contenu que de la méthodologie…)
  • Paul-André Linteau, Histoire de Montréal depuis la Confédération, Boréal, 1992, 613 p. (Sûrement LE classique contemporain sur l’histoire de la ville. Plusieurs passages, mais courts, sur Saint-Louis du Mile End.)
  • Dany Fougères (dir.), Histoire de Montréal et de sa région, tome 1 «Des origines à 1930» et tome 2 «De 1930 à nos jours», INRS et PUL, 2012, 1596 p. (Ouvrage collectif d’envergure qui vient d’être publié, il contient deux chapitres d’intérêt sur le Mile End : celui de Dany Fougères, «Organisation et peuplement de l’île à l’extérieur de Montréal, 1840-1890» sur la gouvernance municipale de la paroisse de Montréal (le secteur à l’extérieur de la ville du 19e siècle),et celui d’Annick Germain, Damaris Rose et Myriam Richard, «Les banlieues de l’immigration ou quand les immigrants refont les banlieues», qui analyse le quartier sous l’angle de l’interaction ‘’immigration/gentrification’’.)
  • Jean-Claude Marsan, Montréal en évolution, Fides 1974, 423 p. (Maintenant un classique, il mériterait une réédition, car introuvable en librairie. La «bible» de tout le mouvement de revalorisation des quartiers centraux.)
  • Pierre Anctil, Saint-Laurent, la «Main» de Montréal, Septentrion, 2002, 109 p. (Ouvrage de synthèse accompagnant une exposition tenue au musée de la Pointe-à-Calière, il contient une importante iconographie et beaucoup de passages sur le Mile End, «quartier de destination» des immigrants.)
  • Antonio de Thomasis, The Montreal of my childhood, Tundra Books, 1994, 40 p. (Même si le territoire du livre n’est pas le Mile End –il s’agit plutôt de la «Petite Italie» au nord-est—je n’ai pu résister à l’inclure. Les magnifiques peintures évoquent un quartier et un mode de vie disparus (circa 1940-50) sûrement identique à ce que vivaient les enfants du Mile End à la même époque.)
  • Edward Hillel, The Main Portrait of a Neighbourhood, Key Porter Books, 1987, 184 p. (Album photographique de grande qualité, il constitue un portrait des communautés ethniques du quartier juste avant la gentrification. Les chapitres sur les habitants de l’édifice Peck alors qu’il abritait encore des manufactures de vêtements et sur le marchand de chapeaux de la rue Saint-Viateur sont de véritables pièces d’anthologies.)
  • Jean-Claude Robert, Atlas Historique de Montréal, Art Global, 1994, 167 p.. (Il porte plus sur la ville et sur l’île que sur les villages, mais très utile pour «visualiser» le développement urbain à travers le temps.)

Ouvrages historiques d’époque:

  • Anonyme, The North End, Montreal, Chronicle Print, 1913, 60 p. (Livre promotionnel publié peu après l’annexion par Montréal. Sa valeur tient surtout à sa quantité exceptionnelle de photos montrant les rues et édifices, résidentiels comme commerciaux, du Mile End au début du siècle.)

Période juive : Pour une bibliographie détaillée, voir : Janice Rosen, «Ressources documentaires et archivistiques sur les Juifs de Montréal», dans Pierre Anctil et Ira Robinson, dir. Les communautés juives de Montréal. Histoire et enjeux contemporains, Septentrion, 2010 aux pp. 256-271.

  • Pierre Anctil, Le rendez-vous manqué, IQRC, 1988, 366p. (*) (Pas sur le Mile End en tant que tel, quoi que le quartier fut le «ground zero» de la bataille pour les écoles juives qui domina la chronique des années 20 et 30. Mais essentiel pour comprendre le contexte social de la période.)
  • ________, Le Devoir, les Juifs et l’Immigration, de Bourassa à Laurendeau, IQRC, 1988, 172p. (*) (Un complément au livre précédent.)
  • Gerald Tulchinsky, Branching Out: The Transformation of the Canadian Jewish Community, Stoddart, 1998, 470 p. (*) (considéré par plusieurs comme « la» synthèse historique sur la communauté juive canadienne. Le deuxième tome contient plusieurs chapitres sur le Montréal juif des années 1920-1940.)
  • Chantal Ringuet, À la découverte du Montréal Yiddish, Fides, 2011, 300 p.
  • Ignace Olazabal, Khaverim, les Juifs Ashkénazes de Montréal au début du XXe siècle. Entre le Shtelt et l’identité citoyenne, Nota Bene, 2006, 276 p. (*) (Plusieurs chapitres sur le Mile End juif. L’auteur a également écrit quelques articles sur le Mile End ethnique contemporain Par exemple, «Le Mile End comme synthèse d’une montréalité en devenir», dans Les Cahiers du Gres, vol. 6 no2, 2006, p. 7-16. Contacté par écrit, il avait manifesté de l’intérêt pour nos activités.)
  • Reinhold Kramer, Modecai Richler, Leaving St. Urbain, MQUP, 2008, 498 p. (*) (Considérée comme une des meilleures biographies de Richler, le livre contient un portrait du Mile End à l’époque où Richler et sa famille y vivaient. Le biographe tente aussi de faire la part de la fiction et de la réalité dans les livres de Richler consacrés au Mile End.)

Autres ressources à emprunter[modifier | modifier le code]

À la BANQ :

Ouvrages historiques généraux sur Montréal contenant des références au Mile End :

  • Bruno Ramirez, Les Premiers Italiens de Montréal, Boréal Express, 1984, 136 p. (La «Petite Italie» s’est d’abord implantée autour de la gare du Mile End. Travailleurs saisonniers initialement venus sans leurs familles, le C.P. leur réservait les travaux les plus durs.) Grande Bibliothèque - Niveau 3 - Documentaires 971.42800451 R173pr 1984 - Prêté - retour prévu le: 27/03/2013

La période juive 1910-1960 :

  • Shulamis Yelin, Une enfance juive à Montréal, Humanitas, 1998, 174 p. Grande Bibliothèque - Niveau 1 - Documentaires 811.54 Y43Xen 1998 - Disponible
  • Israël Medresh, Le Montréal Juif d’autrefois (traduit du Yiddish par Anctil), Septentrion, 1997, 272 p. Grande Bibliothèque - Niveau 3 - Documentaires 971.428004924 M492mo 1997 - Disponible
  • Gerald Tulchinsky, Taking Root: The Origins of the Canadian Jewish Community, University Press of New England, 1993, 345 p. Grande Bibliothèque - Niveau 3 - Documentaires

971.004924 T917t 1997

À la bibliothèque du Mile End : Monographies historiques sur le Plateau Mont-Royal :

  • Louiselle Courcy-Legros et Jocelyne Verret, Petite histoire du Plateau. Le développement du quartier rattaché à son patrimoine, Montréal, 1979, 44p. (La brochure, écrite par des étudiantes en histoire de l’UQAM, porte surtout sur les édifices du Plateau dans une perspective «patrimoniale». La bibliothèque du Mile End en possède un exemplaire.)

Où les trouver ? :

Monographies historiques sur le Plateau Mont-Royal :

  • Claire Durand, Étude descriptive des caractéristiques du Mile-End, Plan de réaménagement social et urbain, 1967, 60 p. (Typique de l’époque où le quartier, considéré comme l’un des plus défavorisés de Montréal, était un laboratoire pour les travailleurs sociaux. Le YMCA du Parc fut aussi très actif sur ce terrain à la même époque. Janice Zubalik possède sûrement plusieurs références à ces sujet.)
  • Susan D. Bronson, L’héritage religieux du Mile End, Société Historique du Mile End, 2002 (Dépliant qui recense tous les lieux de culte du quartier, leur évolution et leur transformation, y compris les édifices disparus. Produit par le deuxième ancêtre de «Mémoire du Mile End».)
  • Ethnotec, Analyse du macro-inventaire montréalais, no 8 - Ensemble Mile End, Ville de Montréal, 1982. (Le relevé le plus exhaustif jamais accompli du patrimoine bâti du quartier J’ignore si une copie peut-être empruntée quelque part.)

Ouvrages historiques d’époque :

  • C. Bertrand, Histoire de Montréal, Beauchemin, 1942 (Mentionné dans la bibliographie de Robert Lussier. N’ayant pu le consulter, j’ignore dans quelle mesure il contient des informations sur le Mile End.)
  • C. Gray, Montréal qui disparait, Librairie J.A. Pony, 1952 (Même remarque que précédemment.)
  • A. Leblond de Brumath, Histoire populaire de Montréal, depuis son origine à nos jours, Beauchemin, 1926 (Idem)

La période contemporaine (Mile End branché et multiculturel) :

  • Sherry Simon, L’Hybridité culturelle, île de la Tortue, 1999 (Un livre «fondateur» sur les racines du Mile End comme creuset d’une nouvelle identité hybride ou multiple

PDFs consultables lors de la journée[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Séguin, Une simple histoire de Saint-Louis et Mile-End, CLSC Saint-Louis du Parc, 1998, 7 p. (Une synthèse qui tente d’embrasser très large en peu de pages. Aucune source citée. Quelques erreurs factuelles)

Modèles[modifier | modifier le code]

{{formation}}

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :