Wigglesworthia glossinidia brevipalpis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Wigglesworthia glossinidia brevipalpis est un endosymbiote bactérien de la mouche tsétsé. Il est admis qu'une bactérie Wigglesworthia ancestrale est été une bactérie non symbiotique gram négatif similaire aux Enterobacteriaceae actuels tel que Escherichia coli. La bactérie porte le nom de l'entomologiste britannique Sir Vincent Brian Wigglesworth. La bactérie est transmise verticalement à l'embryon. Suite à l'endosymbiose, le génome bactérien s'est considérablement réduit constitue avec le génome de la bactérie Buchnera aphidicola un des génomes les plus petit caractérisés. Wigglesworthia produit pour son hôte des vitamines essentiels qui permettent à la mouche tsétsé de se reproduire. Par conséquent, Wigglesworthia peut être une cible pour le contrôle de la maladie du sommeil puisque la mouche tsétsé est le vecteur du parasite Trypanosoma brucei responsable de la maladie.

Wigglesworthia glossinidia a été décrit en 1995 par Serap Aksoy[1] et son génome a été séquencé en 2002[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Serap Aksoy, « Wigglesworthia gen. nov. and Wigglesworthia glossinidia sp. nov. taxa consisting of the mycetocyte-associated, primary endosymbionts of tsetse flies », Int J Syst Bacteriol., vol. 45, no 4,‎ octobre 1995, p. 848-51 (lire en ligne)
  2. (en) Leyla Akman, Atsushi Yamashita, Hidemi Watanabe, Kenshiro Oshima, Tadayoshi Shiba, Masahira Hattori, & Serap Aksoy, « Genome sequence of the endocellular obligate symbiont of tsetse flies, Wigglesworthia glossinidia », Nature genetics, vol. 32,‎ novembre 2002, p. 402-7 (ISSN 1061-4036, DOI 10.1038/ng986, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]