Wigéric de Bidgau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wigéric[1] (dans des sources diplomatiques souvent appelé Wideric ou Wéderic) mort avant 921/922, comte de Bidgau (pagus Bedensis) et avec des droits comtaux dans la ville de Trèves. Il était aussi avoué de l'abbaye de Saint-Rombaut à Malines, ainsi que sa propre fondation, le monastère de Hastière. À partir de 915/916 il est comte palatin de Lotharingie (voyez Liste des gouvernants de Lotharingie). Il est l'ancêtre de la famille des Wigéricides ou Maison d'Ardenne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après la mort de Louis IV l'Enfant, roi de Germanie, les nobles de Lotharingie, rejettent la suzeraineté de son successeur Conrad Ier pour se rallier à Charles III le simple, roi de Francie occidentale. Le pouvoir militaire semble être entre les mains de Régnier Ier de Hainaut († 915). Après la mort de Régnier, Wigéric, alors nommé comte palatin, assume l'autorité en Lotharingie.

Il épouse Cunégonde (v.893 † ap.923), la fille d'Ermentrude, et petite-fille de Louis II le Bègue, roi des Francs. Leurs enfants connus sont :

Dans beaucoup de généalogies, on retrouve d'autres enfants probables, comme un certain Henri et sa sœur Liutgarde dont on suppose qu'elle avait épousé le comte Adalbert Ier de Metz († 944), puis Eberhard IV comte du Nordgau. En réalité, ils seraient plutôt les enfants d'un Wigéric, fils de Roric, vivant dans le Bidgau mais étant une personne distincte de Wigéric de Bidgau.

Sources diplomatiques[modifier | modifier le code]

  • Première attestion comme comte Widiacus dans une charte datée du 23 janvier 899 du roi Zwentibold de Lotharingie.
  • Le comte Wigericus, avec des droits comtaux dans la ville de Trèves (Trier), dans un diplôme daté du 19 septembre 902 de Louis IV l'Enfant.
  • Identification avec Widricus, comte du Bidgau[3]
  • Diplôme de Charles le Simple (entre 911-915) par laquelle le comte Windricus et son fils Adalbéron, évêque de Metz, reçoivent les fiefs et l'avouerie sur l'abbaye de Saint-Rumolde à Malines et le monastère d'Hastière. Les marquis Robert de France et Régnier Ier de Hainaut donnent leur consentement[4].
  • Première attestation comme comte palatin Widricus: diplôme de Charles le Simple[5]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Van Droogenbroeck, F. J., 'Paltsgraaf Wigerik van Lotharingen, inspiratiebron voor de legendarische graaf Witger in de Vita Gudilae', Eigen Schoon en De Brabander 93 (2010) 113-136.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa généalogie sur le site Medieval Lands
  2. Sa généalogie sur le site Medieval Lands
  3. Trèves, monastère de Saint-Maximin, 1 janvier 909
  4. Miraeus, A., (J. Foppens ed.) Opera Diplomatica et Historica II, 805-806 (Louvain 1723). Wampach, C., Urkunden- und Quellenbuch zur Geschichte der altluxemburgischen Territorien bis zur burgundischen Zeit (Luxembourg 1935) I, 164-166
  5. Herstal, 19 janvier 916
  6. Généalogie de Gottfried sur le site Medieval Lands