Wifirst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wifirst

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Wifirst

Création 24 avril 2002
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Drapeau de France 26, rue de Berri
75008 Paris (France)
Activité Opérateur de télécommunications
Produits Déploiement et gestion de réseaux Internet, Offres Internet et VoIP, Applications communautaires
Filiales Wifirst Résidences, Wifirst Santé, Wifirst Campings, Wifirst Hôtels, Wifirst Défense
Site web www.wifirst.fr

Wifirst est une entreprise fournisseur d'accès à Internet déclarée auprès de l'ARCEP, filiale du groupe Bolloré. Elle est classée second opérateur Wi-Fi en France quant au nombre de minutes de connexion derrière Orange, mais devant SFR et Bouygues Telecom[1]. Wifirst est un opérateur spécialisé sur le marché des résidences étudiantes, et intervient également sur les secteurs suivants : résidences de tourisme, campings, centres hospitaliers, hôtellerie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée en 2002 par Marc Taieb, Sylvain Géron et Aurélien Géron sous le nom de Wifix, la société est l'un des premiers opérateurs français[réf. nécessaire] à se lancer dans le Wi-Fi. En 2003, avec le rachat à 70 % par Firstream, spécialiste européen du paiement électronique, Wifix devient Wifirst et s'appuie sur le réseau de distribution de l'Office universitaire de presse (OFUP), propriété de Firstream, pour distribuer ses services en France, en se concentrant sur l'accès WiFi dans les résidences étudiantes. Firstream revendra ensuite ses parts à Chopin développement international (CDI), holding de la famille Chopin. Puis, en 2008, CDI vend ses parts.

L'occupation du créneau des résidences universitaires est justifiée par leur rentabilité plus grande que des zones de couverture plus restreintes, l'extension de couverture représentant un coût faible comparé aux bénéfices d'un plus grand nombre de connexions. Aurélien Géron, directeur technique de Wifirst, déclare ainsi en 2004, « ces hot spots universitaires sont dix fois plus rentables que les cafés Wi-Fi que nous avions lancé au début [...], là où vous avez deux à trois personnes connectées dans un café, vous en avez une trentaine en résidence universitaire. De plus, il ne s'agit pas de clients nomades, donc il est possible de les fidéliser avec des abonnements. [...] au final, un hot spot de large envergure en résidence universitaire est rentabilisé en un an et demi »[2].

En 2006, Wifirst annonce avoir passé le cap des 10 000 chambres étudiantes couvertes[3]. Cette même année, dans le cadre d'une augmentation de capital, Bolloré Investissement acquiert 45 % de l'entreprise pour 4 millions d'euros, afin de renforcer sa stratégie de développement autour du Wimax[4]. Le capital restant est détenu par Marc Taieb, Aurélien Géron et Chopin Développement International, qui ont participé à la fondation de la société[5]. Wifirst cesse de passer par l'OFUP et devient l'interlocuteur direct des étudiants. L'entreprise s'associe à l'opération ministérielle « Internet déclaré d'intérêt tout public »[6] et est le premier à proposer à ses clients le PC a un Euro par jour en mettant en relation IBM, une banque et les étudiants[réf. nécessaire]. Wifirst affirme avoir renoncé à sa commission pour diminuer le prix de l'offre[réf. nécessaire].

Wifirst est depuis 2004 membre consultatif de l'association Wireless Link[7], fondée en 2003 par SFR, Orange et Bouygues Telecom.

Le cap des 100 000 logements couverts est atteint en 2010, celui des 150 000 en 2012, 240 000 en 2013 et 300 000 en 2014[3][8].

Offres[modifier | modifier le code]

Fin 2004, Wifirst modifie son offre commerciale et baisse son abonnement de 49 € à 19,99 €[9]. Wifirst affirme avoir abandonné une stratégie lucrative pour une stratégie à rentabilité plus difficile. Cela aurait eu pour conséquence que des sites sont devenus financièrement incertains pour Wifirst et seul un développement du nombre de clients sur les sites peut permettre de maintenir une rentabilité (les couts sont alors à peu près fixes alors que les revenus peuvent augmenter). Selon Marc Taieb, son directeur général, Wifirst doit sa survie aux étudiants[6].

En 2009, Wifirst modifie son offre principale en supprimant la limite de 8 Go de données échangées par mois pour proposer un abonnement Internet illimité[10]. En 2012, Wifirst commercialise dans la plupart de ses résidences un abonnement à 19,99€ par mois sans engagement : Internet illimité +appels illimités vers les fixes en France par Voip.

Services[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, Wifirst propose un aspect communautaire à ses utilisateurs via son portail. Ceux-ci disposent d'un webmail, d'un espace de partage public de photos, de forums généralistes intra-résidences et inter-résidences, une aide en ligne, et d'une messagerie instantanée simplifiée. Certaines de ces fonctionnalités sont étendues par WiLink, un logiciel client multiplateforme qui permet le chat, le partage de fichiers, et l'envoi de photos vers son album en ligne[11]. Depuis mars 2011, le logiciel wiLink devient aussi le softphone officiel de Wifirst : les clients qui bénéficient d'une offre de téléphonie peuvent utiliser wiLink pour émettre et recevoir des appels[12]. Par ailleurs, les utilisateurs ont désormais accès à l'annuaire de leur résidence : y sont recensés tous les membres Wifirst de la résidence (le but de Wifirst étant de faciliter le lien social et les rencontres entre résidents). Par ailleurs, l'opérateur Wifirst donne gratuitement un petit casque-micro dans un sachet plastique avec une mode d'emploi aux nouveaux arrivants de certains campus où il est intégré (notamment, dans les AFPA).

Données techniques[modifier | modifier le code]

Pour développer leurs plateformes les développeurs ont choisi Ruby on Rails. Wifirst a développé ses applications en partie de façon coopérative. La plateforme qui gère les Hotspots de Wifirst est disponible en open source[13].

L'application de partage de fichiers Wilink est un logiciel libre sous licence publique générale GNU, basée sur le framework Qt[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agnès Severin, L'inlassable champion du Net, sur le site de Challenges
  2. Christophe Guillemin, Les hot spots Wi-Fi passent à la taille XXL, ZDNet, 30 juillet 2004.
  3. a et b Historique de Wifirst, sur le site de l'entreprise.
  4. La grande braderie des FAI est à nouveau ouverte, L'Expansion.fr, 21 septembre 2006.
  5. Jamal Henni, [Après le WiMax, Bolloré se lance dans le Wi-Fi Après le WiMax, Bolloré se lance dans le Wi-Fi], Les Échos, 21 septembre 2006.
  6. a et b Olivier Coredo, Wifirst, vivants grâce aux étudiants (interview de Marc Taieb), Reseaux-telecoms.net, 21 novembre 2005
  7. Liste des membres de Wireless Link, sur le site de l'association.
  8. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/0203513226916-l-operateur-wifirst-va-equiper-200-hotels-accor-en-wifi-672888.php
  9. Explication sur le prix
  10. Wifirst, nouvelle offre
  11. Wilink, le lien entre voisin sur le blog de Wifirst
  12. [1]
  13. (en) Opensource Projects - Bolloré Telecom
  14. WiLink

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]