Wiencourt-l'Équipée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wiencourt-l'Équipée
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes du Santerre
Maire
Mandat
Gérard Caron
2014-2020
Code postal 80170
Code commune 80824
Démographie
Population
municipale
257 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 46″ N 2° 36′ 43″ E / 49.8461, 2.611949° 50′ 46″ Nord 2° 36′ 43″ Est / 49.8461, 2.6119  
Altitude Min. 49 m – Max. 95 m
Superficie 5,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wiencourt-l'Équipée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wiencourt-l'Équipée

Wiencourt-l'Équipée est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village rural picard du Santerre, en bordure de la vallée de la Luce, aisément accessible par l'ancienne route nationale 29 (actuelle RD 1029), traversée par la voie ferrée Amiens - Laon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Wiencourt, autrefois Wiencort (1207), Yssencort (1234), Vurancourt (1648), Vuyencourt (1648)[1]. Le lieu était qualifié de cité à partir du XIIIe siècle.

Des vestiges antiques ont été retrouvés dans le territoire communal (Passage de voie romaine près du lieu dit l'Equipée, Enclos antique).

La seigneurie dépendait de l'abbaye de Corbie et était divisée en 2 pairies. Le plus ancien seigneur connu de Wiencourt est Thomas de Wiencourt en 1384, puis on trouve Pierre d'Ault[2] à partir de 1397 auquel succède sa famille jusque Catherine d'Ault qui, veuve de Jean Le Caron puis de Denis Doire, donne en 1632 la seigneurie à son fils François Le Caron. En 1677, c'est Jean Thierry seigneur de Génonville[3] qui en est le seigneur, puis de 1750 à 1756 Jean-Baptiste Thierry, puis Adrien Thierry seigneur de Becquigny et enfin Adrien Dumollin neveu du précédent qui gardera la seigneurie jusqu'à la Révolution. La seconde pairie, détenue par Robert d'Avroult en 1533, fut cédée en 1567 à sa fille Guillemette, épouse de Jean-Valeran d'Anglure[1].
Il y avait 5 fiefs à Wiencourt[1] :

  • le fief la Fontaine, possédé jusqu'en 1677 par l'abbaye de Corbie, qui l'abandonna au profit de Jean Thierry seigneur de Génonville[3] et de Wiencourt dont les descendants l'ont possédé jusqu'à la Révolution ;
  • le fief de Meaucourt, contenant 45 arpents de terres appartenant à l'abbaye de Corbie ;
  • le fief de Course, qui appartint à Jean Lefeuvre à la fin du XVIIe siècle puis à Jean-Baptiste Thierry seigneur de Génonville[3] et de Wiencourt qui l'avait acheté, en 1735, à Claude Boulanger seigneur de Rivery ;
  • le fief de Croy, qui appartenait à N. de Fontaine-Visse ;
  • le fief des Magneaux, qui appartenait à N. Despré à la fin du XVIIe siècle.

Le village fut totalement détruit par les Espagnols en 1636, durant la guerre de Trente Ans.

Durant l'Ancien Régime, Wiencourt faisait partie de la prévôté de Fouilloy, du bailliage et de l'élection d'Amiens et de l'intendance de Picardie.

Le village fut en partie détruit en 1918, à la fin de la Première Guerre mondiale.

L'Équipée

Ce hameau, nommé l'Esquipée en 1567, contenait une seule ferme qui a disparu au cours du XIXe siècle[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jean Dieudonne    
mars 2008[4]   Gérard Caron   Réélu pour le mandat 2014-2020 [5]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 257 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
333 312 346 364 409 410 442 437 438
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
407 420 416 420 421 433 407 432 389
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380 354 339 272 294 276 275 264 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
249 248 234 190 199 205 242 257 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie
  2. ou Pierre d'Aoult
  3. a, b et c Génonville est un marais qui se situe en vallée de l'Avre sur la commune de Moreuil
  4. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 28 avril 2009 (consulté le 24 mai 2009)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :