Whuffie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le whuffie est la monnaie éphémère, basée sur la réputation, utilisée dans le roman de science-fiction de Cory Doctorow, Dans la dèche au royaume enchanté. Ce livre d'histoire du futur dépeint une économie post-rareté : tous les biens de première nécessité (et la plupart des articles de luxe) sont gratuits et à disposition. Le niveau de whuffie actuel d'une personne est visible instantanément par tout un chacun, tout le monde étant équipé d'un implant cérébral offrant une interface avec le Net.

Explication[modifier | modifier le code]

Dans l'univers de ce livre, les incitations économiques classiques ont disparu. Le whuffie a remplacé la monnaie, et incite les individus à réaliser des actions utiles et créatrices. Le whuffie d'une personne est une mesure générale de sa réputation globale, et on perd ou on gagne du whuffie au fil de ses actions favorables ou défavorables. La question est : qui détermine quelles actions sont favorables ou défavorables ? Dans Dans la dèche, c'est l'opinion publique. Bousculer quelqu'un de façon impolie sur le trottoir vous fera perdre des points auprès de lui (et peut-être même auprès des passants qui vous ont vu), tandis que composer une symphonie acclamée vous rapportera du whuffie de la part de tous ceux à qui elle a plu.

Le score de whuffie brut est perçu de la même façon par toutes les personnes qui le visualisent, mais le score pondéré est subjectif. Ce méta-whuffie prend en compte le whuffie droitier (le montant accordé par les gens que vous appréciez) et le whuffie gaucher (accordé par ceux que vous n'appréciez pas). Il existe également un whuffie de pitié, accordé à ceux à qui la chance ne sourit pas.

Dans Dans la dèche, certains jugements basés sur le whuffie sont automatiques, et ne requièrent aucune pensée consciente ; la technologie permettant les dépôts cérébraux est utilisée pour sous-peser et trouver des éléments intéressants. Les dépôts cérébraux permettant aux machines de devenir conscientes, celles-ci peuvent réfléchir à la place des individus, et leur permettre ainsi d'accéder automatiquement à la connaissance[1].

Le livre offre peu de détails sur la façon dont ce système fonctionnait réellement ; la plupart des explications offertes sont très générales, comme celle-ci : "Le whuffie reprenait l'objectif de départ de la monnaie : dans les temps anciens, si vous étiez pauvre mais respecté, vous ne pouviez pas mourir de faim ; au contraire, si vous étiez riche et détesté, aucune somme ne pouvait vous offrir paix et sécurité. En mesurant l'élément que la monnaie représentait en réalité – votre capital personnel auprès de vos amis et voisins –, vous pouviez jauger plus précisément votre succès."

Une personne dont le score est de zéro est tout aussi capable d'accorder ou de retirer du whuffie que quelqu'un dont le score serait d'un million. La personne dont le score est d'un million serait invitée à beaucoup plus de fêtes et de spectacles et autres événements exclusifs réservés à l'élite, tandis que la première serait regardée de travers dans le bus, et ne serait probablement pas admise dans les restaurants et autres boîtes de nuit dignes de ce nom. Mais leurs deux opinions sur une tierce personne compteraient pour le même montant de whuffie brut.

Certaines personnes ont perçu des failles dans la conception du whuffie selon Doctorow. Par exemple, elle pourrait en venir à favoriser le langage populaire par rapport au discours public, et elle pourrait fréquemment se montrer vide de sens : si une personne a un niveau de whuffie élevé, est-ce pour ses talents de guitariste ou de garagiste ?

Un défenseur du whuffie pourrait répondre au premier argument en soutenant que la situation décrite existe déjà dans le système basé sur la monnaie, et que le concept de whuffie pondéré permet de prendre de meilleures décisions au cas par cas, ce qui le rend plus souple que d'évaluer quelqu'un sur la base de son compte en banque. Une réponse possible au second argument est que les informations autres que le score lui-même seraient vraisemblablement fournies par la méthode utilisée pour accorder et retirer du whuffie – comme par exemple, comment une personne a obtenu chacun des points qui constituent son score.

Notons que Doctorow n'est pas le premier à poser un tel système. Howard L. Myers a décrit un système similaire, basé sur l'admiration, dans la nouvelle "All Around the Universe", écrite entre 1967 et 1971.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Doctorow a indiqué que "whuffie" est un mot de son invention, qu'il utilisait au lycée, et non pas la vocalisation d'une abréviation (à la façon de "téfécé" – TFC, pour Toulouse Football Club), ou de l'expression Wi-Fi, comme on l'imagine souvent[2].

Whuffie et Web 2.0[modifier | modifier le code]

Le whuffie est également repris par Doctorow dans Eastern Standard Tribe, mais apparemment dans le sens plus général de se bâtir une réputation. Tara Hunt est l'auteure du livre The Whuffie factor (en 2009), qui met en évidence l'importance du whuffie, référant dans ce cas au capital de sympathie nécessaire à la réussite dans l'univers du web 2.0.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • kudos
  • karma
  • Pagerank
  • Tara Hunt, auteure du livre "The Whuffie Factor", traduit en français et publié aux Editions Diateino sous le titre L'effet Whuffie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Koman, Cory Doctorow, « Cory Doctorow's Bitchun' World: P2P Gone Wild », O'Reilly Network,‎ 2003-02-27 (consulté le 2006-09-23)
  2. Cory Doctorow, « Down and Out in the Magic Kingdom Frequently Asked Questions, Part 1 »,‎ 2003-01-14 (consulté le 2006-09-23)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • 'The Bitchun Society', une économie expérimentale sur Internet basée sur le système de whuffie décrit dans le livre.