Who's Who in France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Who’s Who.

Le Who’s Who in France est plus connu en France sous le nom de Who’s Who. Publié pour la première fois par Jacques Lafitte en 1953, c’est un dictionnaire biographique qui liste les personnes qui comptent en France, en affirmant se fonder sur quatre critères : « la notoriété, l’honorabilité, le mérite et le talent [qui] contribuent à l’activité et au rayonnement de la France ». Il est actuellement présidé par Antoine Hébrard.

Pas toujours bien comprise des Français, l’expression who’s who in France correspond en anglais parlé à who is who in France, c’est-à-dire « qui est qui en France » ; en 1950 le franglais n’avait pas encore été fustigé par Étiemble. La société Laffite Hébrard SAS est seule propriétaire des marques « Who’s Who »[1], « Who’s Who in France »[2] et « Qui est qui »[3] pour la France[4]. Pour le reste du monde il en va différemment. L’éditeur américain Marquis Who’s Who (en) par exemple édite en anglais de nombreux ouvrages ayant des titres tels que Who’s Who in America...

Pour trouver des coordonnées fiables, retracer le parcours professionnel d’une personnalité, recruter un collaborateur de haut niveau, vérifier une date, associer un visage à un nom, connaître les centres d’intérêt et l’environnement familial d’un interlocuteur, … le Who’s Who, avec plus de 10 000 entreprises ou organismes cités et 17 000 biographies modifiées chaque année, a longtemps été pour des milliers de professionnels une source d’information unique au quotidien. Il est désormais très fortement concurrencé par les moteurs de recherche accessibles sur la Toile et par l'existence de Wikipédia[5].

Modalités de sélection[modifier | modifier le code]

La rédaction du Who’s Who assure établir chaque année une liste de personnalités représentatives de l’actualité politique, économique, scientifique, culturelle ou sportive. Selon elle, ces personnalités font l’objet d'un examen par un comité de sélection qui juge de l’intérêt des candidatures et de la pérennité des carrières. Le candidat reçoit alors un « dossier biographique » à compléter. La majorité acceptent mais certains refusent d’y figurer comme Maurice Lévy[6], Arielle Dombasle[7] , Carla Bruni[8], Stéphane Zagdanski[9] ou Marc-Édouard Nabe[réf. nécessaire]. Chaque année, toujours selon la rédaction du Who’s Who, environ 1 000 personnes entrent et 1 000 sortent de ce livre rouge.

La rédaction du Who’s Who assure qu’on ne paie pas pour entrer dans le Who’s Who. Elle insiste sur cette gratuité de l’insertion, qui assurerait, à l’en croire, la qualité et l’objectivité de la sélection.

Fausses biographies[modifier | modifier le code]

Afin de repérer toute utilisation non autorisée de cette base de données, le Who’s Who comporte de fausses biographies. Selon Étienne Prévost, le Directeur du Who’s Who « Il y a en effet des biographies pièges de personnes qui n’existent nulle part, dans aucun annuaire, club ou répertoire, qui nous permettent de repérer des utilisations préjudiciables de notre base ». Un concurrent a ainsi été confondu et condamné par la justice selon Étienne Prévost[10].

Version Internet[modifier | modifier le code]

Toutes les biographies du Who’s Who sont aussi accessibles sur Internet depuis 2004 sous forme d'abonnement ou d'achat à l'unité.

Aujourd’hui, avec 170 000 visiteurs uniques chaque mois (selon le Who’s Who), le site www.whoswho.fr serait, à en croire ses responsables, un outil de travail privilégié au service des professionnels. Il réaliserait 20 % du chiffre d'affaires de l’entreprise.

L’envoi en ligne d’une notice biographique est facturée 6 euros.

Les notices en ligne des personnes décédées sont accessibles gratuitement[11],[12].

Chronique[modifier | modifier le code]

En 1941, Jacques Lafitte (1903-1974) fonde les Éditions Jacques Lafitte[13].

En 1946, Jacques Lafitte peut éditer le mensuel L’Officiel de la philatélie qu’il revend en 1954 au Monde des philatélistes[14].

En 1953 sort pour la première fois et à titre d’essai le Who’s Who in France qui se limite à Paris[15].

À partir de 1974, Marie-Thérèse Lafitte poursuit l’œuvre de son mari décédé[16].

En 1984 l’entreprise est rachetée par Antoine Hébrard[17].

En 1994 René Bargeton publie un Dictionnaire biographique des préfets en indiquant que le Who’s Who [in France] est l’une des sources auxquelles il a eu recours[18].

Au tournant du millénaire, Béatrice et Michel Wattel se virent confier le soin d’élaborer un ouvrage rétrospectif regroupant les personnalités décédées de la deuxième moitié du vingtième siècle. La seconde édition (2005, imprimée en 2004) est couramment citée sous le titre de Qui était qui, XXe siècle.

Les photographies des intéressés apparaissent tardivement dans l’édition sur papier (après 50 ans d’existence environ) et sous forme de simple photographie d’identité en noir et blanc avec la 36e édition pour 2005 éditée en 2004.

En 2011, Charles de Saint Sauveur a fait état dans Le Parisien d’un différend entre le Who’s Who in France et Arielle Dombasle relatif à l’année de naissance de l’actrice [19].

En avril 2013, Stéphanie Le Bars a indiqué dans Le Monde que le Who’s Who in France attribuait à tort[20] à Gilles Bernheim (grand rabbin de France) le titre d’« agrégé de philosophie »[21] [22].

Quelques éditions[modifier | modifier le code]

Éditions du « Qui était qui »[modifier | modifier le code]

  • Béatrice et Michel Wattel (en collaboration avec l’équipe rédactionnelle du Who’s Who in France), Who’s Who in France : XXe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le XXe siècle, 1re édition, 2001, Levallois-Perret, éd. Jacques Lafitte, 2040 p., 31 cm (ISBN 2-85784-039-X)
  • Béatrice et Michel Wattel (en collaboration avec l'équipe rédactionnelle du Who’s Who in France), Qui était qui, XXe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le XXe siècle, 2e édition 2005, Levallois-Perret éditions Jacques Lafitte, imprimé en 2004, 1980 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-044-6). « NOTE DE L’ÉDITEUR [...] 8 000 biographies constituent cette 2e édition du WHO’S WHO des Disparus du XXe siècle, plus simplement appelé QUI ÉTAIT QUI. [...] 1 700 nouvelles biographies se sont ajoutées aux 6 000 de notre première édition, parue à l’occasion du 3e millénaire, et épuisée à ce jour. [...] Antoine Hébrard », page 5.

Quelques éditions du « Who’s is Who in France »[modifier | modifier le code]

  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France, dans les territoires d’Outre-Mer ou à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 31e édition pour 2000 éditée en 1999, 1975 p., 31 cm (ISBN 2-85784-037-3).


  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France, dans les territoires d’Outre-Mer ou à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 35e édition 2003-2004 éditée en 2004, édition des 50 ans, 2171 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-042-X).
  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France, dans les territoires d’Outre-Mer ou à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 36e édition 2004-2005 éditée en 2004, 2291 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-043-8). La 36e édition est la première à comporter des photographies d’identité.


  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 40e édition pour 2009 éditée en 2008, 2409 p. (ISBN 978-2-85784-049-7) [23]
  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 41e édition pour 2010 éditée en 2009, 2415 p. (ISBN 978-2-85784-050-3) [24]
  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 42e édition pour 2011 éditée en 2010, 2270 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-051-0) [25]
  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 43e édition pour 2012 éditée en 2011, 2307 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-052-7) [26],[27].
  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 44e édition pour 2013 éditée en 2012, 2371 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-053-4) [28],[29]
  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 45e édition pour 2014 éditée en 2013, édition des 60 ans, 2419 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-055-8)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marque déposée sous les numéros 1272077 et 3015506 à l’INPI
  2. Marque déposée sous le no 99781874 à l’INPI
  3. Marque déposée sous le no 1466534 à l'INPI
  4. Who's Who in France, avertissement, p. 2
  5. Maud Descamps, « Who’s who VS Wikipedia » sur europe1.fr, 21 octobre 2010
  6. FAQ du Who’s Who
  7. Charles de Saint Sauveur, « Le Who’s Who, de A à Z », page 34 in Le Parisien (support papier) n° 20871 du vendredi 21 octobre 2011 : « Coquetterie. Certains restent à la porte... à cause de leur âge. Comme Arielle Dombasle, visiblement en désaccord avec le nombre d’années que veut lui attribuer la rédaction. » Cet article du Parisien a été repris partiellement en ligne dans http://legrandmorning.rtl2.fr/2011/10/le-whos-who-de-a-%C3%A0-z.html où l’on retrouve bien l’information relative à Arielle Dombasle : « Certains restent à la porte à cause de leur âge, comme Arielle Dombasle, visiblement en désaccord avec le nombre d'années que veut lui attribuer la rédaction. » ; site consulté le 23 octobre 2011.
  8. http://www.leparisien.fr/actualite-people-medias/bernard-thibault-au-who-s-who-mais-pas-carla-bruni-20-10-2009-681403.php « Bernard Thibault au «Who's Who», mais pas Carla Bruni », 20 octobre 2009. Site du quetidien le Parisien consulté le 25 avril 2013.
  9. Lequel a publié sa lettre de refus datée du 22 février 2002 dans son essai Les Joies de mon corps
  10. Article de l’internaute sur le Who’s Who
  11. http://www.whoswho.fr/decede/ Consulté le 25 avril 2013.
  12. http://www.whoswho.fr/decede/biographie-rene-etiemble_3521 : notice de René Étiemble (décédé en 2002). Consulté librement le 20 avril 2013.
  13. Page 1119 in notice « LAFITTE, Jacques, Jules Raoul » (publicitaire, éditeur, 1903-1974), pages 1119-1120 in Béatrice et Michel Wattel (en collaboration avec l'équipe rédactionnelle du Who’s Who in France), Qui était qui, XXe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le XXe siècle, 2e édition 2005, Levallois-Perret éditions Jacques Lafitte, imprimé en 2004, 1980 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-044-6).
  14. Page 1120 in notice « LAFITTE, Jacques, Jules Raoul » (publicitaire, éditeur, 1903-1974), pages 1119-1120 in Béatrice et Michel Wattel (en collaboration avec l'équipe rédactionnelle du Who’s Who in France), Qui était qui, XXe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le XXe siècle, 2e édition 2005, Levallois-Perret éditions Jacques Lafitte, imprimé en 2004, 1980 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-044-6).
  15. Page 1120 in notice « LAFITTE, Jacques, Jules Raoul » (publicitaire, éditeur, 1903-1974), pages 1119-1120 in Béatrice et Michel Wattel (en collaboration avec l'équipe rédactionnelle du Who’s Who in France), Qui était qui, XXe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le XXe siècle, 2e édition 2005, Levallois-Perret éditions Jacques Lafitte, imprimé en 2004, 1980 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-044-6).
  16. http://www.whoswho.fr/page/historique_historique . Consulté le 20 avril 2013.
  17. http://www.whoswho.fr/page/historique_historique . Consulté le 20 avril 2013.
  18. René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets (septembre 1870-mai 1982), Paris, Archives nationales, 1994, 555 pages, 26 cm, ISBN 2-86000-232-4, page 14.
  19. Charles de Saint Sauveur, « Le Who’s Who, de A à Z », page 34 in Le Parisien (support papier) n° 20871 du vendredi 21 octobre 2011 : « Coquetterie. Certains restent à la porte... à cause de leur âge. Comme Arielle Dombasle, visiblement en désaccord avec le nombre d’années que veut lui attribuer la rédaction. » Cet article du Parisien a été repris partiellement en ligne dans http://legrandmorning.rtl2.fr/2011/10/le-whos-who-de-a-%C3%A0-z.html où l’on retrouve bien l’information relative à Arielle Dombasle : « Certains restent à la porte à cause de leur âge, comme Arielle Dombasle, visiblement en désaccord avec le nombre d'années que veut lui attribuer la rédaction. » ; site consulté le 23 octobre 2011.
  20. (en) http://www.haaretz.com/jewish-world/jewish-world-news/france-s-chief-rabbi-resigns-admits-to-deception-local-media-reports-1.514955 (Haaretz, 11 April 2013 at 3:47 PM) : "Although his official biography did not mention him passing the "agregation," the highly selective examination needed to qualify as a professor, Bernheim never disputed the title when it appeared in newspaper articles and publicity for his books.". Consulté le 13 avril 2013.
  21. Stéphanie Le Bars, « Les justifications du grand rabbin Bernheim n’effacent pas les critiques », page 13, colonnes 5-6 in Le Monde (sur papier) daté du jeudi 11 avril 2013 : « [...] Alors que sa notice du » (colonne 5) « Who’s who affirme son état d’agrégé, il a ajouté : « Le fait non pas de proclamer partout, mais de laisser dire qu’on est agrégé, permet de mettre un pansement sur une blessure très forte. » [...] » (colonne 6).
  22. Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 44e édition pour 2013 imprimée en octobre 2012 (voir page 2372), 2371 p., 31 cm, (ISBN 978-2-85784-053-4) ; page 268 : « Bernheim, Gilles, Uriel » : « [...] ETUDES ET DIPLÔMES école Aquiba à Strasbourg, diplôme du Séminaire israélite de France à Paris, université Paris I-Panthéon Sorbonne, agrégation de philosophie. [...] ».
  23. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/10/21/01016-20081021ARTFIG00353-qui-est-dans-le-who-s-who-.php : « Qui est dans le Who's Who 2009 ? », Le Figaro en ligne, 21 octobre 2008 : « Parmi les 1.140 nouveaux noms du dictionnaire biographique, le pilote automobile Sébastien Loeb, le cinéaste Cédric Klapisch, la chanteuse Jeanne Cherhal, l'écrivain Gilles Leroy ou le père Guy Gilbert. [...] ». Site consulté le 28 avril 2013.
  24. http://www.leparisien.fr/actualite-people-medias/bernard-thibault-au-who-s-who-mais-pas-carla-bruni-20-10-2009-681403.php « Bernard Thibault au «Who's Who», mais pas Carla Bruni », 20 octobre 2009. Site du quotidien le Parisien consulté le 25 avril 2013.
  25. http://www.lepoint.fr/societe/les-petits-nouveaux-du-who-s-who-2011-21-10-2010-1252555_23.php : « Les petits nouveaux du Who's Who 2011 », 21 octobre 2010. Site de l’hebdomadaire Le Point. Consulté le 29 avril 2013.
  26. http://www.leprogres.fr/rhone/2011/10/30/quarante-rhonalpins-entrent-dans-l-edition-2012-du-who-s-who-in-france-moqg : «  Who's Who / Un dico très select. Quarante Rhônalpins entrent dans l’édition 2012 du Who’s Who in France », le 30 octobre 2011. Site du journal La Dépêche du Midi. Consulté le 29 avril 2013.
  27. Rédaction La Tribune, « Le «Who's who» 2011 est sorti ! », La Tribune,‎ 22 octobre 2010 (lire en ligne)
  28. http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/marie-christine-morosi/who-s-who-2013-un-cru-tres-politique-24-10-2012-1520635_221.php : Marie-Christine Morosi, « "Who's Who" 2013, un cru très politique », le 24 octobre 2012, site de l’hebdomadaire Le Point. Consulté le 29 avril 2013.
  29. http://www.terrafemina.com/societe/societe/articles/18784-les-femmes-font-une-belle-percee-dans-le-whos-who-2013-.html : Ide Parenty, « Les femmes font une belle percée dans le Who's who 2013 », publié le 24 octobre 2012 : « L'édition 2013 du Who's Who, célèbre dictionnaire des « personnalités agissantes » paraît ce jeudi. Sur les 1000 nouveaux entrants cette année, 22% sont des femmes. Tatiana de Rosnay, Madame Carven ou encore Marion Maréchal-Le Pen font leur entrée. Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiller sont en revanche introuvables. [...] ». Consulté le 29 avril 2013.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Charles de Saint Sauveur, « Le Who’s Who, de A à Z » et « Tony parker y entre », page 34 in Le Parisien (support papier) n° 20871 du vendredi 21 octobre 2011. Ces articles du Parisien ont été repris partiellement en ligne dans http://legrandmorning.rtl2.fr/2011/10/le-whos-who-de-a-%C3%A0-z.html : site consulté le 23 octobre 2011.
  • (en) Barbara E. Kemp et Robert L. Wick, § 70 «  Who’s Who in France. Qui est qui en France: Dictionnaire biographique », pages 32-33 in Robert L. Wick et Terry Ann Mood (éditeurs), ARBA Guide to Biographical Resources 1986-1997, Libraries Unlimited Inc, 1998, 604 pages, ISBN 1-56308-453-8 .
  • Notice « LAFITTE, Jacques, Jules Raoul » (publicitaire, éditeur, 1903-1974), pages 1119-1120 in Béatrice et Michel Wattel (en collaboration avec l'équipe rédactionnelle du Who’s Who in France), Qui était qui, XXe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le XXe siècle, 2e édition 2005, Levallois-Perret éditions Jacques Lafitte, imprimé en 2004, 1980 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-044-6).