Who's That Girl (bande originale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Who's That Girl.

Who's That Girl

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Who's That Girl sur la pochette de l'album

Bande originale par Madonna
Film Who's That Girl
Sortie 21 juillet 1987
Enregistré 1987
Durée 39:36
Genre Pop rock, dance pop
Producteur Madonna, Stephen Bray, Patrick Leonard, Jay King, Denzil Foster, Thomas McElroy, David Agent, Stock, Aitken, Waterman, Green Gartside, David Gamson, John "Tokes" Potoker, Hubert Eaves III
Label Sire Records, Warner Bros.

Albums par Madonna

Singles

  1. Who's That Girl
    Sortie : 30 juin 1987
  2. Causing a Commotion
    Sortie : 25 août 1987
  3. The Look of Love
    Sortie : 25 novembre 1987

Who's That Girl est une bande originale de l'artiste Madonna issue du film éponyme. Elle sort le 21 juillet 1987 sous le label Sire Records. La bande originale contient quatre chansons de Madonna ainsi que d'autres pistes de Scritti Politti, Duncan Faure, Club Nouveau, Coati Mundi et Michael Davidson. Elle est créditée comme un album de Madonna car elle interprète le plus de chansons. Après le succès du film Recherche Susan désespérément sorti en 1985, Madonna veut jouer dans une autre comédie intitulée cette fois-ci Slammer. Elle incarne Nikki Finn, une femme accusée d'homicide. Cependant, avec l'échec commercial et critique de Shanghai Surprise en 1986, les dirigeants de Warner Bros. sont d'abord réticent à l'idée que Madonna tourne dans un autre film mais change d'avis après que celle-ci les a convaincu de lui laisser le feu vert et aussi parce que ceux-ci voulaient tirer profit de la réussite de Madonna dans une autre bande originale.

Madonna commence à travailler sur sa prochaine bande originale en décembre 1986 et contacte Patrick Leonard et Stephen Bray, les deux producteurs de son dernier album, True Blue. Elle leur demande une chanson au tempo rapide et une autre plus lente. Leonard compose la musique de la première chanson tandis que Madonna apporte la mélodie et les paroles. La chanteuse la nomme alors Who's That Girl et change ensuite le nom du film car elle pense que ce titre sonne beaucoup mieux que Slammer. Ensemble, Madonna et Leonard produisent la ballade The Look of Love. Deux autres chansons seront ensuite composées par Bray. La première, Causing a Commotion, est une piste de genre dance, la seconde, Can't Stop, s'inspire de la Motown des années 1960 et du groupe Martha and the Vandellas.

Lors de sa sortie, Who's That Girl reçoit beaucoup de critiques négatives. Certaines la considèrent comme une œuvre banale et inachevée, même si les chansons Who's That Girl et The Look of Love sont bien vues. La bande originale connaît un succès commercial, elle atteint le top 10 aux États-Unis, en Autriche, au Canada, en France, en Italie, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et en Suède tout en se plaçant en tête des ventes allemandes et européennes. Actuellement, elle s'est déjà vendue à plus de six millions d'exemplaires.

Trois chansons de Madonna sortent en single. Who's That Girl devient son sixième numéro un aux États-Unis et devient la première artiste à avoir cumulé six numéros un dans les années 1980 ainsi que la première artiste féminine à avoir autant de numéros un en solo. Causing a Commotion est le second single et atteint la seconde place du Billboard Hot 100. The Look of Love sort uniquement en Europe et atteint le top 10 au Royaume-Uni. Une autre chanson, Turn It Up sort comme single promotionnel aux États-Unis et atteint la quinzième dans le classement dance. Avec Who's That Girl, Madonna embarque dans sa première tournée mondiale : Who's That Girl World Tour.

Genèse[modifier | modifier le code]

Le film Recherche Susan désespérément, dans lequel joue Madonna, connaît un immense succès en 1985 et elle prend plus d'intérêt à jouer dans des films[a 1]. Pour son projet suivant, elle choisit une autre comédie, initialement intitulée Slammer, mais change le nom en Who's That Girl[a 2]. Madonna interprète le personnage Nikki Finn, une jeune femme accusée de meurtre qui insiste pour prouver son innocence. Une fois sortie de prison, elle veut laver son nom. Avec Loudon Trott (interprété par l'acteur Griffin Dunne), elle s'embarque dans un périple pour retrouver le véritable assassin dont elle dévoilera l'identité en interrompant un mariage[a 1]. Tout en parlant du personnage de Nikki, Madonna déclare :

« J'ai beaucoup de choses en commun avec Nikki. Elle est courageuse, douce, drôle et mal jugée. Mais elle réussit à laver son nom à la fin et c'est toujours bien de le faire. C'est ce que je fais en permanence avec le public. J'aime son côté à la fois doux et dur. La ténacité est seulement un masque pour cacher la vulnérabilité qu'elle ressent à l'intérieur[a 1]. »

Cependant, à cause de la mauvaise publicité autour de Madonna et de son mari Sean Penn ainsi que l'échec commercial du film Shanghai Surprise, elle doit se battre pour convaincre Warner Bros. de lui laisser le feu vert pour réaliser son projet[a 2]. Elle veut aussi que ce soit son ami James Foley qui réalise le film, car elle pense qu'il est un « génie ». Foley a déjà réalisé les clips de Live to Tell, Papa Don't Preach et True Blue[a 2]. Warner Bros. recherchent une autre façon pour que Madonna ait du succès avec d'autres bandes originales et estiment que seul son nom pourrait garantir aux succès du film et de la bande originale. Ils pensent qu'ils n'ont pas le choix et donne donc le feu vert au projet[a 3]. Le tournage début en octobre 1986 à New York mais ce n'est qu'en janvier qu'elle commence à travailler sur la bande originale[a 4].

Enregistrement[modifier | modifier le code]

« Il y avait déjà quelques idées très précises qui me trottaient dans la tête, une musique indépendante qui soutient et renforce ce qui se passe sur l'écran et le seul moyen de la rendre réelle était de l'écrire moi-même... Les chansons ne parlent pas nécessairement de Nikki et ne sont pas écrites dans le but qu'une personne comme elle les interprète, mais cette musique expriment à la fois ce que le film et les personnages font. »

Interview de Madonna sur la musique du film[a 5].

Madonna a quelques idées spécifiques pour la musique du film ; elle contacte Patrick Leonard et Stephen Bray, qui l'ont aidé à produire son troisième album, True Blue en 1986[a 5]. Madonna leur explique qu'elle a besoin d'une chanson entraînante et d'une autre plus lente. Leonard compose la chanson entraînante[a 5] puis Madonna se rend au studio et il lui remet une cassette pour enregistrer le refrain qu'il vient juste de terminer. Madonna se rend dans la salle d'enregistrement et vient compléter la mélodie et les paroles de la chanson tandis que Leonard travaille sur les autres parties[a 5]. Après cela, la chanteuse décide de nommer la chanson Who's That Girl et change le nom du film car elle pense que ce titre est mieux que Slammer. Dans le livre The Billboard Book of Number 1 Hits écrit par Fred Bronson, Leonard explique que la chanson a été enregistrée en une journée et Madonna n'a chanté qu'une seule fois. Leonard et Bray ajoutent plus tard les percussions et guitares[a 5].

La chanson lente est produite le jour suivant, Madonna écrit les paroles et Leonard compose la mélodie[a 5]. Intitulée The Look of Love, la chanson contient les paroles « No where to run, no place to hide. From the look of love, from the eyes of pride[a 6] ». Après The Look of Love, Madonna produit deux autres chansons avec Bray. La première se nomme Causing a Commotion et s'inspire du caractère violent de Penn[a 7]. Dans un article de Rolling Stone daté du 10 septembre 1987, Madonna s'exprime sur l'impact de Penn dans sa vie et sur la chanson : « Je n'aime pas la violence. Je n'ai jamais toléré frapper quiconque, et je pense que la violence ne doit survenir à aucun moment. Mais d'un autre côté, je peux comprendre la colère de Penn et croyez-moi, j'ai voulu le frapper plusieurs fois. Je ne l'ai jamais fait vous savez, parce que je sais que cela ne ferait qu'empirer les choses. [...] Je pense avoir « causé un désordre » pour me distraire. J'ai écrit cette chanson et dégagé ma frustration contre ça[b 1] ». La deuxième chanson est Can't Stop, une piste inspirée de la Motown et du groupe Martha and the Vandellas[a 8]. L'album est aussi composé de chansons interprétées par certains artistes de Warner Bros. comme Club Nouveau, Scritti Politti et Michael Davidson. Étant inconnus aux États-Unis, ces artistes ont besoin d'un support pour lancer leurs chansons et collaborent avec Madonna car ils pensent que c'est la meilleure chose à faire pour Warner[a 9]. Deux pistes de Duncan Faure et Coati Mundi sont incluses dans l'album à la demande de Madonna, car ce sont ses amis[a 5].

Composition[modifier | modifier le code]

Avec le fait que trois des chansons de Madonna soient dans les premières pistes de l'album ainsi que sa photo sur la couverture, Who's That Girl devient un album de Madonna par défaut[a 1]. La chanson Who's That Girl est composée dans le style typique de Madonna — mêlant la boîte à rythmes, une ligne de synthétiseurs basses et un arrangement de cordes[a 9]. Les trois parties de la chanson, à savoir le pont, où Madonna chante « what can help me now[Notes 1] », le refrain et le couplet sont intimement liés. Le refrain a un effet hypnotique[a 9]. La chanson résume l'intérêt de Madonna pour la culture hispanique, intérêt qui s'affirme après la sortie de La Isla Bonita, en ajoutant des phrases en espagnol dans le refrain et sur les trompettes du second couplet, et aussi par l'ajout d'un break instrumental au milieu[a 9]. Elle utilise aussi l'effet sonore apporté par la combinaison de voix multiples, qui est précédemment utilisé par les Beach Boys dans leurs singles God Only Knows et I Get Around ainsi que R.E.M. dans Fall On Me et Near Wild Heaven[a 9]. Who's That Girl emploie cet effet dans le dernier refrain où trois des quatre hooks vocaux différents sont entrelacés[a 9].

La seconde piste, Causing a Commotion, est dansante, et a un groove entraînant[a 8]. L'arrangement musical comporte un certain nombre de hooks s'interpolant les uns avec les autres. Elle commence par le refrain, où Madonna chante la ligne « I've got the moves baby, You've got the motions, If we got together we be causing a commotion ». Les couplets sont accompagnés de quatre notes descendantes et place des accords de staccato[a 8]. Les paroles font référence à Into the Groove, le single de Madonna sorti en 1985 et sont séparées en trois parties pour l'harmonie vocale. Selon la publication de Musicnotes.com par Walt Disney Music Company, la chanson est située dans une signature rythmique commune de 4/4 avec un tempo de 192 pulsations par minute. Elle est composée dans la tonalité de Si bémol majeur et la gamme vocale de Madonna se range entre les notes Do3 et Si5. La chanson possède une séquence basique Sibémol, Fam7, Sibémol, Fa9 et Sibémol6 comme progression d'accords[1].

The Look of Love démarre par des synthétiseurs et un playback, suivis par des sons de percussions et d'une note dans un registre aigu, contrastant avec celui des synthétiseurs[a 8]. La chanson continue de cette façon jusqu'au dernier couplet, où une guitare acoustique vient soutenir la chanteuse[a 8]. Deux voix sont audibles dans les paroles « No where to run, no place to hide[Notes 2] ». Selon l'auteur Rikky Rooksby, dans The Complete Guide to the Music of Madonna, la chanteuse modifie sa voix pour faire passer davantage de sentiments dans « From the look of love[Notes 3] ». Elle prononce le mot « look » en dessous de la tonalité de Ré mineur. Le mot est alors chanté dans un registre aigu de l'échelle musicale et donne ainsi une impression de suspension comme le timbre de l'accord en neuvième mineur qui dissocie l'harmonie entre les autres notes[a 8]. La chanson se situe dans une signature rythmique commune 4/4 avec un tempo modéré de 80 pulsations par minute. Elle est composée dans une tonalité de Ré mineur, la gamme vocale de Madonna enjambant les notes Sol5 et Sibémol3. The Look of Love a une séquence basique de Sol, Rém, Fam et Si comme progression d'accords[2].

L'instrumentation principale de Can't Stop se compose d'un clavier imitant le son d'une batterie et d'une clarinette. Les paroles se réfèrent au fait qu'une fille veut sortir avec un homme et qu'elle arrivera à ses fins[a 8]. Rooksby remarque que le break fait répéter le refrain avec des synthétiseurs en plus. Il trouve que Can't Stop, une chanson de 4:45 minutes, est un bon exemple de la séparation de la musique dance de Madonna (d'où la durée de la chanson) et la chanson pop classique, dont la durée varie de deux à quatre minutes[a 1]. Dans son livre Madonna: An Intimate Biography, J. Randy Taraborrelli décrit la chanson de Duncan Faure 24 Hours comme un morceau lent qui ne parvient pas à augmenter l'impulsion[a 3]. Joe Brown du journal The Washington Post considère Turn it Up comme une chanson lente avec des synthétiseurs en fond sonore, qui devient de plus en plus rapide, tandis que Davidson chante comme les Beastie Boys[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques de la presse[modifier | modifier le code]

Notation des critiques

Compilation des critiques
Périodique Note
Allmusic 2/5 stars[4]
Blender 1/5 stars[5]
Robert Christgau (C–)[6]
Entertainment Weekly (D)[7]
New York Moyenne[b 2]
The New York Times Positive[8]
Rolling Stone 2/5 stars[9]

La bande originale n'est pas très bien reçu par la critique, certains disent que Who's That Girl est le clou de l'album[4],[5],[7]. Jim Farber d'Entertainment Weekly donne une critique négative alors que Noah Robischon du même magazine est d'avis qu'avec la chanson et le film, Madonna délivre « une synergie au-delà des limites[10] ». Bill Lamb d'About.com dit que les chansons ne sont pas des exemples du meilleur de Madonna en musique[11]. Taraborrelli commente : « La bande originale rappelle la popularité de Madonna et le fait qu'elle soit l'une des plus importantes chanteuses des années 1980, parce que ses chansons sont les seules à prendre de l'importance, même s'il ne s'agit pas du meilleur. Pourtant, The Look of Love est une ballade exotique[a 3] ». Mary Cross, auteur de la biographie Madonna: A Biography dit que « la bande originale n'est pas très complète à cause du film[a 10] ». Allen Metz et Carol Benson, auteurs du livre The Madonna Companion: Two Decades of Commentary, disent que « Who's That Girl a fait ce qu'il fallait faire : mettre de l'argent dans les poches de Warner mais rien dans le catalogue de Madonna[a 11] ». Tony Power de Blender éreinte l'album et le considère comme « une bande originale fade et indécise à l'image d'une comédie à but commercial[5] ». Stephen Thomas Erlewine note dans sa critique pour Allmusic que « dans le sens strict du terme, ce n'est pas un album de Madonna — mais une bande originale ». Il ajoute qu'elle caractérise « sans intérêt la dance pop de plusieurs artistes[4] ». David Denby du magazine New York fait remarquer qu'il « n'y a absolument rien de mauvais dans cette bande originale. Elle a juste le malheur d'être associée à un mauvais film, ce qui fait que l'album ne vous satisfait pas ». Il ajoute que The Look of Love est le joyau de l'album[b 2]. Don Shewey de Rolling Stone commente : « Il s'agit essentiellement d'un album de Madonna, la bande originale ne peut pas se vanter d'avoir une chanson mémorable, il s'agit plutôt de la présence d'artistes sans succès de Warner comme la chanson El Coco Loco de Coati Mundi et 24 Hours de Duncan Faure. Pour la plupart des acheteurs, cet album est le nouvel album de Madonna[9] ».

Robert Christgau donne la not C- à l'album et dit : « Vous vous attendez à plus de tours rusés de la part de Scritti Politti et Coati Mundi, mais ils sont extérieurs, et ces étrangers ne mesurent pas l'importance de la bande originale. À propos de son film, l'artiste féminine la plus connue de la décennie peut mieux faire qu'un travail bâclé. L'améliorer serait peut-être pire[6] ». Ed Blank du magazine Pittsburgh Press commente : « On dirait que le seul but de créer une bande originale était de la montrer dans le film[b 3] ». Jay Boyar d'Orlando Sentinel loue les chansons de la bande originale et dit : « Madonna apporte un chagrin chaleureux dans The Look of Love et un sentiment d'écrasement dans Causing a Commotion. Le film n'a pas rencontré beaucoup de succès, heureusement que Madonna sait chanter[12] ». Gyan Singh de The Miami Herald dit que la « seule consolation du film est la bande originale, les chansons — particulièrement celles de Madonna — sont bonnes[13] ». Don McLeese de Chicago Sun-Times critique l'album en même temps que Who's That Girl Tour et annonce que « les chansons de la bande originale ont un bon son[14] ». Larry Geller du magazine The Advocate donne une critique positive et trouve que « Who's That Girl est l'album de l'été[15] ». Stephen Holden de The New York Times donne également une critique positive et pense que « la bande originale est remplie de pop engagée. Un des plus gros singles de l'année, la chanson bilingue de Madonna possède le rebond d'un acrobate qui fait des sauts périlleux sur un trampoline. The Look of Love est une ballade qui rappelle Live to Tell, et 24 Hours, interprétée par Duncan Faure, mélange le style musical des Beatles avec les synthétiseurs des années 1980[8] ». Daniel Brogan de Chicago Tribune dit que « depuis que la bande originale n'est pas considérée comme un album de Madonna, il n'est étonnant qu'elle semble incomplète[16] ».

Succès commercial[modifier | modifier le code]

Quelque temps après sa sortie, Who's That Girl entre dans le Billboard 200 à la 46e place le 5 août 1987. La même semaine, la chanson Who's That Girl est en tête du Billboard Hot 100[17],[18]. Dans la semaine du 12 septembre, l'album arrive septième[19]. Il reste vingt-huit semaines dans le classement[19] et est certifié disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA) pour la vente d'un million d'exemplaires aux États-Unis[20]. Who's That Girl s'est vendu à 1,5 million d'exemplaires dans le pays[a 12]. Au Canada, l'album commence à la 85e place du classement RPM le 1er août 1987[21]. Après sept semaines, elle atteint la quatrième position[22]. L'album reste dans le classement pendant trente semaines et arrive 37e du classement des 100 albums de l'année 1987[23],[24].

Au Royaume-Uni, l'album débute à la quatrième place du UK Albums Chart le 1er août 1987, ce qui en fait la meilleure entrée de la semaine[25]. Elle perd une position la semaine suivante et la conserve trois semaines de suite[26]. Who's That Girl reste présent vingt-cinq semaines dans le classement et est certifié disque de platine par la British Phonographic Industry (BPI) pour la vente de 300 000 exemplaires et s'est vendu à 320 000 exemplaires dans le pays[27],[28]. L'album a moins de succès en Australie où il atteint la 24e place et est certifié disque d'or par l'Australian Recording Industry Association (ARIA) pour la vente de 35 000 exemplaires[a 13]. Elle entre à la douzième position en Nouvelle-Zélande le 6 septembre 1987[29]. Deux semaines plus tard, il est sixième[30]. En Autriche, Who's That Girl entre à la septième place le 15 août 1987[31] et atteint la cinquième position[32]. En Allemagne, l'album entre en tête du classement et garde ce rang pendant trois semaines. Cela lui vaut la certification disque d'or par l'International Federation of the Phonographic Industry (IFPI)[33],[34]. L'album atteint la première place du classement européen[b 4]. Il atteint le top 10 en Espagne[a 14], France[35], Italie[36], Japon[37], Norvège[38], Suède[39] et Suisse[40]. L'album se vend à plus de six millions d'exemplaires dans le monde[a 12].

Singles[modifier | modifier le code]

Who's That Girl est le premier single de la bande originale, il sort le 30 juin 1987. Cette chanson pop latino devient le sixième numéro un de la chanteuse aux États-Unis[41]. Madonna est la première artiste à avoir accumulé six numéros un dans les années 80 et la première artiste à avoir autant de succès en solo[18]. La chanson est aussi en tête des classements britannique[42], canadien[43], néerlandais[44], irlandais[45] et belge[46]. Dans le clip, Madonna ne reflète pas Nikki Finn, son personnage[47], elle garde le style vestimentaire hispanique de La Isla Bonita. Cette fois-ci, elle est habillée en garçon manqué, elle porte un large chapeau de style espagnol et un bolero ; elle veut ainsi lancer une mode[a 15]. Toutefois, le clip ne choisit ni de capturer sa vie réelle et ses qualités, ni de promouvoir le film pour lequel il est spécifiquement tourné. Au lieu de cela, il se concentre sur le caractère humoristique du personnage de Madonna dans le film, dépeint dans la première moitié[47]. Au final, le clip ne séduit pas le public qui ne connaît pas encore son travail précédent, ni ceux qui connaissent et apprécient déjà les performances érotiques et comiques de Madonna dans ses clips[47]. Lors des Grammy Awards de 1988, Who's That Girl est nommée dans la catégorie « Meilleure chanson pour un film » et « Meilleure chanson originale » lors des Golden Globes Awards[a 16].

Le second single, Causing a Commotion, sort le 25 août 1987. Les critiques musicaux estiment qu'il n'est pas à la hauteur de Madonna[4], mais connaît un véritable succès et atteint le top 10 en Nouvelle-Zélande[48], Suisse[49] et Royaume-Uni[50]. Aux États-Unis, le single monte rapidement dans le classement, et atteint finalement la seconde position le 24 octobre 1987, la même semaine où Bad de Michael Jackson est première. Il conserve ce rang pendant deux semaines, avant de redescendre[51]. Causing a Commotion est numéro un du Hot Dance Club Play[52]. Le troisième single s'intitule The Look of Love et sort uniquement en Europe. Au Royaume-Uni, The Look of Love sort le 12 décembre 1987 et entre dans le UK Singles Chart à la quinzième position[53]. La semaine suivante, elle atteint la neuvième place du classement, et devient son premier single à ne pas entrer dans le top 5 depuis Lucky Star[54]. La chanson reste présente dans le hit-parade pendant sept semaines[55]. En Allemagne, elle démarre à la 38e position du classement Media Control Charts le 24 janvier 1988 et monte à la 34e la semaine suivante. Elle reste sept semaines dans le classement[56]. En Irlande, le single entre dans le top 10 et se loge au sixième rang[57]. À travers le reste de l'Europe, il est neuvième en Belgique, 23e en France, huitième aux Pays-Bas et vingtième en Suisse[58],[59],[60],[61]. Sur l'Eurochart Hot 100 Singles de Billboard, il arrive dix-septième[b 5]. Turn It Up est un single promotionnel et sort en 1988. Joe Brown de The Washington Post trouve que la chanson est banale et que l'artiste n'est qu'un protégé de Madonna, la chanson connaît néanmoins le succès dans les discothèques et arrive quinzième dans le classement Dance Club[62],[3].

Promotion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Who's That Girl Tour.
Cette poupée barbie est similaire au costume que portait Madonna lors de sa tournée.

Madonna interprète Who's That Girl, Causing a Commotion et The Look of Love en 1987 lors du Who's That Girl Tour. Il s'agit de sa seconde tournée et promeut aussi bien la bande originale que son troisième album, True Blue[a 3]. Madonna embarque dans sa première tournée mondiale à travers l'Asie, l'Europe et l'Amérique du Nord. La tournée est techniquement améliorée par rapport au The Virgin Tour pour rendre le spectacle plus attrayant[a 3]. La chanteuse s'entraine physiquement en faisant de l'aérobic, du jogging et de l'haltérophilie pour réussir à garder la forme avec les chorégraphies[a 17]. Pour les costumes, elle collabore avec la designer Marlene Stewart. Elle veut rendre ses personnages de clips vivants et retravaille les scènes pour True Blue, Open Your Heart, Papa Don't Preach et La Isla Bonita[a 17]. La scène est immense, elle contient quatre écrans géants, des projecteurs et un escalier au centre. Leonard devient le directeur de la tournée et encourage Madonna retravailler ses anciennes chansons et en faire quelque chose de nouveau[63]. Elle nomme la tournée Who's That Girl après avoir vu sa gigantesque image sur un écran durant les répétitions[a 15].

Madonna change sept fois de costumes durant le spectacle, elle exécute des chrorégraphies et des scènes théâtrales et finit par un rappel dans lequel elle chante Who's That Girl et Holiday[a 18]. La tournée aborde des causes sociales comme le sida dans Papa Don't Preach[a 19]. La tournée est bien appréciée par les critiques qui la trouvent extravagante et complimentent Madonna pour ses costumes et son dynamisme[64],[65],[66]. La tournée connaît un vrai succès et réunit 25 millions de dollars de recttes aux États-Unis et la chanteuse s'est produite devant 1,5 million de spectateurs[67]. Selon Pollstar, il s'agit de la deuxième tournée féminine la plus importante de l'année 1987 après Break Every Rule Tour de Tina Turner[a 3],[a 20]. Deux concerts de la tournée sont disponibles sur Ciao, Italia! – Live from Italy[68]. Taraborrelli dit que « beaucoup d'artistes étaient considérées comme des divas à l'époque et le Who's That Girl? marque l'entrée de Madonna dans cette catégorie[a 21] ». La tournée permet de découvrir la « nouvelle Madonna », avec une image plus intelligente d'elle-même qui a donné le terme de « Madonna wannabe[a 22] ». Une statue de la chanteuse, portant un soutien-gorge conique, est érigée dans le village de Pacentro en Italie, d'où elle est originaire[a 23].

Liste des morceaux[modifier | modifier le code]

No Titre Musique Auteur(s) Producteur Durée
1. Who's That Girl Madonna Madonna, Patrick Leonard Madonna, Patrick Leonard 3:58
2. Causing a Commotion Madonna Madonna, Stephen Bray Madonna, Stephen Bray 4:20
3. The Look of Love Madonna Madonna, P. Leonard Madonna, Patrick Leonard 4:03
4. 24 Hours Duncan Faure Mary Kessler, Joey Wilson Stephen Bray 3:38
5. Step by Step Club Nouveau Jay King, Denzil Foster, Thomas McElroy, David Agent Jay King, Denzil Foster, Thomas McElroy, David Agent 4:43
6. Turn It Up Michael Davidson Michael Davidson, Frederic Mercier Stock, Aitken, Waterman 3:56
7. Best Thing Ever Scritti Politti Green Gartside, David Gamson Green Gartside, David Gamson, John "Tokes" Potoker 3:51
8. Can't Stop Madonna Madonna, S. Bray Madonna, Stephen Bray 4:45
9. El Coco Loco (So So Bad) Coati Mundi Coati Mundi Hernandez Hubert Eaves III 6:22

Crédits[modifier | modifier le code]

  • Madonna : paroles, chant, productrice, chœurs
  • Duncan Faure : chant
  • Club Nouveau : chant
  • Michael Davidson : chant
  • Scritti Politti : chant
  • Coati Mundi : chant
  • Patrick Leonard : parolier, producteur
  • Stephen Bray : parolier, producteur
  • Michael Barbiero : production, mixage audio
  • Steve Thompson : production, mixage audio
  • Shep Pettibone : production, mixage audio
  • Junior Vasquez : mixage, montage
  • Donna De Lory : chœurs
  • Niki Haris : chœurs
  • David Agent : producteur, mixage
  • Hubert Eaves II : producteur, guitares
  • Denzil Foster : parolier
  • David Gamson : son
  • Green Gartside : chant, parolier
  • Jay King : guitares
  • Stock Aitken Waterman : paroles, producteur, chœurs
  • Greg Ladanyi : design, pochette de l'album, ingénieur

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classements de l'album[modifier | modifier le code]

Pays Meilleure
position
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1[33]
Drapeau de l'Australie Australie 24[a 13]
Drapeau de l'Autriche Autriche 5[32]
Drapeau du Canada Canada 4[22]
Drapeau de l’Union européenne Europe 1[b 4]
Drapeau de l'Espagne Espagne 4[a 14]
Drapeau de la France France 2[35]
Drapeau de l'Italie Italie 2[36]
Drapeau du Japon Japon 10[37]
Drapeau de la Norvège Norvège 2[38]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 6[30]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 2[69]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 4[25]
Drapeau de la Suède Suède 4[39]
Drapeau de la Suisse Suisse 4[40]
Drapeau des États-Unis États-Unis Billboard 200 7[19]

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Certification
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Disque d'or Or[34]
Drapeau de l'Australie Australie Disque d'or Or[a 13]
Drapeau du Brésil Brésil Disque d'or Or[70]
Drapeau de l'Espagne Espagne Disque de platine Platine[a 14]
Drapeau de la France France Disque de platine 2 × Platine[71]
Drapeau de Hong Kong Hong Kong Disque de platine Platine[72]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Disque d'or Or[a 24]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Disque d'or Or[73]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Disque de platine Platine[27]
Drapeau des États-Unis États-Unis Disque de platine Platine[20]

Successions à la première place[modifier | modifier le code]

Classements des singles[modifier | modifier le code]

Année Singles Meilleure position Certifications
ÉU
,[62]
É.U. Club
,[62]
ALL
,[74]
AUS
,[a 13]
AUT
,[75]
CAN
,[76]
FR[77] ITA
,[36]
RU
,[54]
SUI
,[78]
1986 Who's That Girl 1 44 2 7 4 1 2 1 1 2
Causing a Commotion 2 1 14 7 14 2 4 4 9
The Look of Love 34 23 9 20
Turn It Up 15
"—" Aucune entrée/certification.

Compléments[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce qui signifie « ce qui peut m'aider maintenant » en français.
  2. : ce qui signifie « Nulle part où aller, nulle part où se cacher » en français.
  3. : ce qui signifie « De la vision de l'amour » en français.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Digital Sheet Music - Madonna - Causing a Commotion Musicnotes.com
  2. Digital Sheet Music - Madonna Ciccone - The Look of Love. SheetMusicPlus. Warner Bros. Records.
  3. a et b (en) Joe Brown, « The Miami Movement; Three New Albums With Salsa's Strong Flavors », sur The Washington Post,‎ 2 septembre 1987 (consulté le 14 décembre 2010)
  4. a, b, c et d (en) Stephen Thomas Erlewine, « Who's That Girl [Soundtrack] > Overview », sur Allmusic,‎ 23 juillet 1987 (consulté le 14 décembre 2010)
  5. a, b et c (en) Tony Power, « Madonna: Who's That Girl Review », sur Blender (consulté le 14 décembre 2010)
  6. a et b (en) Robert Christgau, « Consumer Guide: Who's That Girl », sur Site de Robert Christgau (consulté le 15 décembre 2010)
  7. a et b (en) Jim Farber, « The Girl Material », sur Entertainment Weekly,‎ 20 juillet 2001 (consulté le 14 décembre 2010)
  8. a et b (en) Stephen Holden, « Pop and Jazz Guide », sur The New York Times,‎ 21 août 1987 (consulté le 15 décembre 2010)
  9. a et b (en) Don Shewey, « Madonna, the Rolling stone files », sur Rolling Stone,‎ 12 septembre 1987 (consulté le 14 décembre 2010)
  10. (en) Noah Robischon, « Dating Madonna », sur Entertainment Weekly,‎ 27 juillet 2001 (consulté le 16 juillet 2010)
  11. (en) Bill Lamb, « Madonna Discography: Annotated list of Madonna's albums », sur About.com,‎ 1987 (consulté le 16 juillet 2010)
  12. (en) Jay Boyar, « Luckily For Her, Madonna Can Sing », sur Orlando Sentinel,‎ 10 août 1987 (consulté le 15 décembre 2010)
  13. (en) Gyan Singh, « And The Chase's On, Material Girl Madonna Makes A Mess », sur The Miami Herald,‎ 7 août 1987 (consulté le 15 décembre 2010)
  14. (en) Don McLeese, « Who is this girl », sur Chicago Sun-Times,‎ 12 juillet 1987 (consulté le 15 décembre 2010)
  15. (en) Larry Geller, « Madonna film spawns guess what? A soundtrack », sur The Advocate,‎ 7 août 1987 (consulté le 15 décembre 2010)
  16. (en) Daniel Brogan, « 'Causing Commotion' Best, But 'That Girl's' Just Okay », sur Chicago Tribune,‎ 7 août 1987 (consulté le 15 décembre 2010)
  17. (en) « The Billboard 200: Week Ending of August 15, 1987 », sur Billboard (consulté le 16 décembre 2010)
  18. a et b (en) Jan DeKnock, « Madonna Soars to Top of the Charts for the Sixth Time », sur Chicago Tribune,‎ 22 août 1987 (consulté le 16 décembre 2010)
  19. a, b et c (en) « Billboard 200: Week Ending of September 12, 1987 », sur Billboard (consulté le 16 décembre 2010)
  20. a et b (en) « RIAA - Madonna - Who's That Girl (Soundtrack) », sur Recording Industry Association of America (consulté le 16 décembre 2010)
  21. (en) « Top Albums/CDs - Volume 46, No. 17, August 01 1987 », sur RPM (consulté le 16 décembre 2010)
  22. a et b (en) « Top Albums/CDs - Volume 46, No. 23, September 12 1987 », sur RPM (consulté le 16 décembre 2010)
  23. (en) « Top Albums/CDs - Volume 47, No. 20, March 05 1988 », sur RPM (consulté le 16 décembre 2010)
  24. (en) « Top 100 Albums of 87 », sur RPM (consulté le 16 décembre 2010)
  25. a et b (en) « Album Chart For Week Up To 01/08/1987 », sur Official Charts Company (consulté le 17 décembre 2010)
  26. (en) « Album Chart For Week Up To 08/08/1987 », sur Official Charts Company (consulté le 17 décembre 2010)
  27. a, b et c (en) « BPI Certifications Search », sur British Phonographic Industry (consulté le 17 décembre 2010)
  28. (en) Patty Gettleman, « From Projector To Platter, Movie Soundtracks Are Now Pop Music Staples », sur Orlando Sentinel,‎ 14 juillet 1989 (consulté le 17 décembre 2010)
  29. (en) « New Zealand Charts », sur Recording Industry Association of New Zealand (consulté le 17 décembre 2010)
  30. a et b (en) « SOUNDTRACK / MADONNA - WHO'S THAT GIRL (ALBUM) », sur Recording Industry Association of New Zealand (consulté le 17 décembre 2010)
  31. (de) « Austria Top 40 », sur Ö3 Austria Top 40 (consulté le 17 décembre 2010)
  32. a et b (de) « SOUNDTRACK / MADONNA - WHO'S THAT GIRL (ALBUM) », sur Ö3 Austria Top 40 (consulté le 17 décembre 2010)
  33. a et b (de) « Deutsche Alben - Charts 1987 », sur Media Control Charts (consulté le 17 décembre 2010)
  34. a et b (de) « Gold/Platin–Datenbank [Gold/Platinum Database] », sur International Federation of the Phonographic Industry (consulté le 17 décembre 2010)
  35. a et b « Infodisc: Recherche pour Madonna », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 19 décembre 2010)
  36. a, b et c (it) « Madonna: Discografia Italiana », sur Federazione Industria Musicale Italiana (consulté le 19 décembre 2010)
  37. a et b (ja) « マドンナ », sur Oricon (consulté le 19 décembre 2010)
  38. a et b (en) « SOUNDTRACK / MADONNA - WHO'S THAT GIRL (ALBUM) », sur VG-lista (consulté le 19 décembre 2010)
  39. a et b (en) « SOUNDTRACK / MADONNA - WHO'S THAT GIRL (ALBUM) », sur Sverigetopplistan (consulté le 19 décembre 2010)
  40. a et b (de) « SOUNDTRACK / MADONNA - WHO'S THAT GIRL (ALBUM) », sur Classements musicaux en Suisse (consulté le 19 décembre 2010)
  41. (en) « Billboard - Artist Chart History - Madonna », sur Billboard (consulté le 20 décembre 2010)
  42. (en) « Charts Stats - Madonna - Who's That Girl », sur Official Charts Company (consulté le 20 décembre 2010)
  43. (en) « Top Singles - Volume 46, No. 21, August 29 1987 », sur RPM (consulté le 20 décembre 2010)
  44. (nl) « De Nederlandse Top 40 », sur Dutch Top 40 (consulté le 20 décembre 2010)
  45. (en) « The Irish Charts - All there is to know », sur Irish Recorded Music Association (consulté le 20 décembre 2010)
  46. (nl) « Radio 2 - Top 30 van zaterdag 08 augustus 1987 », sur VRT Top 30 (consulté le 20 décembre 2010)
  47. a, b et c (en) Vincent Canby, « FILM VIEW; In Search of Madonna's Persona », sur The New York Times,‎ 23 août 1987 (consulté le 20 décembre 2010)
  48. (en) « Madonna - Causing a Commotion (song) », sur Recording Industry Association of New Zealand (consulté le 19 juillet 2010)
  49. (de) « Madonna - Causing a Commotion (song) », sur Classements musicaux en Suisse (consulté le 19 juillet 2010)
  50. (en) « Chart Stats - Madonna - Causing a Commotion », sur Official Charts Company (consulté le 19 juillet 2010)
  51. (en) « The Billboard Hot 100: Week Ending October 24, 1987 », sur Billboard (consulté le 19 juillet 2010)
  52. (en) « Billboard Hot Dance Club Songs: Week Ending October 31, 1987 », sur Billboard (consulté le 19 juillet 2010)
  53. (en) « Chart Stats - Week of December 12, 1987 », sur Official Charts Company (consulté le 19 juillet 2010)
  54. a et b (en) « Madonna Singles Discography », sur Official Charts Company (consulté le 19 juillet 2010)
  55. (en) « Chart Stats - Madonna Discography », sur Official Charts Company (consulté le 19 juillet 2010)
  56. (de) « Chartverfolgung > Madonna > The Look of Love », sur Media Control Charts (consulté le 19 juillet 2010)
  57. (en) « The Irish Charts - All there is to know », sur Irish Recorded Music Association (consulté le 19 juillet 2010)
  58. (nl) « Radio 2 - Madonna - The Look of Love - Détails de la chanson », sur VRT Top 30 (consulté le 19 juillet 2010)
  59. « Madonna - The Look of Love (chanson) », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 19 juillet 2010)
  60. (nl) « Madonna - The Look of Love (nummer) », sur Dutch Top 40 (consulté le 19 juillet 2010)
  61. (de) « Madonna - The Look of Love (song) », sur Classements musicaux en Suisse (consulté le 19 juillet 2010)
  62. a, b et c (en) « Who's That Girl > Charts & Awards > Billboard Singles », sur Allmusic (consulté le 20 décembre 2010)
  63. (en) Chris Farley, « Madonna's Moves Are The Stuff Of Shabba-Doo », sur Chicago Tribune,‎ 5 août 1987 (consulté le 21 décembre 2010)
  64. (en) Ann Ayers, « Dressing up a Material Girl », sur USA Today,‎ 3 juillet 1987 (consulté le 21 décembre 2010)
  65. (en) Peter Goddard, « Who's that girl? Madonna-mia! », sur Toronto Star,‎ 3 juillet 1987 (consulté le 21 décembre 2010)
  66. (en) A Scott Zamost et Elizabeth Snead, « New Madonna Tour Sets Racy Tone », sur Chicago Tribune,‎ 2 juillet 1987 (consulté le 21 décembre 2010)
  67. (en) Luis Bassets, « Madonna convocó en París a 130.000 personas, en la culminación de su gira europea », sur El País,‎ 31 août 1987 (consulté le 21 décembre 2010)
  68. (en) « Article: Warner Bros. Records Inc. Commits to Furthering DVD Platform », sur PR Newswire (consulté le 21 décembre 2010)
  69. (nl) « Decenniumlijst Jaren '80 (1-1000) », sur Nederlandse Vereniging van Producenten en Importeurs van beeld- en geluidsdragers (consulté le 21 décembre 2010)
  70. (pt) « Certificados – Madonna CD: Todas as Premiações », sur Associação Brasileira dos Produtores de Discos (consulté le 21 décembre 2010)
  71. « Certifications Albums Double Platine - année 2001 », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 21 décembre 2010)
  72. (en) « Gold Disc Award > Gold Disc Award Criteria », sur International Federation of the Phonographic Industry (consulté le 17 août 2011)
  73. (nl) « NVPI Goud/Platina », sur Nederlandse Vereniging van Producenten en Importeurs (consulté le 21 décembre 2010)
  74. (de) « Discographie de Madonna Singles », sur Media Control Charts (consulté le 5 août 2010)
  75. (de) « Discographie de Madonna Singles », sur Ö3 Austria Top 40 (consulté le 5 août 2010)
  76. (en) « Discographie de Madonna Singles », sur RPM (consulté le 5 août 2010)
  77. « Discographie de Madonna Singles », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 21 décembre 2010)
  78. (de) « Discographie de Madonna Singles », sur Classements musicaux en Suisse (consulté le 5 août 2010)

Références bibliographiques

  1. a, b, c, d et e Rikky Rooksby 2004, p. 67
  2. a, b et c Andrew Morton 2002, p. 190
  3. a, b, c, d, e et f J. Randy Taraborrelli 2002, p. 125
  4. Andrew Morton 2002, p. 191
  5. a, b, c, d, e, f et g Fred Bronson 2002, p. 780
  6. Mick St. Michael 2004, p. 57
  7. Christopher Feldman 2000, p. 211
  8. a, b, c, d, e, f et g Rikky Rooksby 2004, p. 69
  9. a, b, c, d, e et f Rikky Rooksby 2004, p. 68
  10. Mary Cross 2007, p. 90
  11. Allan Metz et Carol Benson 1999, p. 45
  12. a et b J. Randy Taraborrelli 2002, p. 145
  13. a, b, c et d David Kent, Australian Chart Book 1970–1992,‎ 1993 (ISBN 0-646-11917-6)
  14. a, b et c (es) Fernando Salaverri, Sólo éxitos: año a año, 1959–2002,‎ 2005 (ISBN 8-480-48639-2)
  15. a et b Andrew Morton 2002, p. 199
  16. Allan Metz et Carol Benson 1999, p. 301
  17. a et b Carol Clerk 2002, p. 66
  18. Debbi Voller 1999, p. 29
  19. Georges-Claude Guilbert 2002, p. 78
  20. Mark Bego 2000, p. 190
  21. J. Randy Taraborrelli 2002, p. 127
  22. Mark Bego 2000, p. 210
  23. Andrew Morton 2002, p. 200
  24. (en) Dean Scapolo, The Complete New Zealand Music Charts 1966–2006,‎ 2007 (ISBN 978-1-877443-00-8)

Références issues de publications

  1. (en) Senegal Lawson, « Madonna: She's That Girl », Rolling Stone, vol. 1019, no 32,‎ septembre 1987 (ISSN 0035-791X)
  2. a et b (en) David Denby, « Movies: Southern Comfort », New York, vol. 20, no 33,‎ 24 août 1987 (ISSN 0028-7369)
  3. (en) Ed Blank, « Who's That Girl? Another Madonna Loser », Pittsburgh Press,‎ 6 août 1987
  4. a et b (en) « European Top 100 Albums », Billboard, vol. 99, no 40,‎ 3 octobre 1987 (ISSN 0006-2510)
  5. (en) « Pan European Singles », Billboard, vol. 98, no 5,‎ 5 janvier 1988 (ISSN 0006-2510)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Mark Bego, Madonna: blonde ambition, Cooper Square Press,‎ 2000 (ISBN 0-815-41051-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Fred Bronson, The Billboard Book of Number 1 Hits, Billboard Books,‎ 2003 (ISBN 0-823-07677-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Carol Clerk, Madonnastyle, Omnibus Press,‎ 2002 (ISBN 0-711-98874-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Mary Cross, Madonna: A Biography, Greenwood Publishing Group,‎ 2007 (ISBN 0-313-33811-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Christopher Feldman, Billboard book of number 2 singles, Watson-Guptill,‎ 2000 (ISBN 0-823-07695-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Santiago Fouz-Hernández et Freya Jarman-Ivens, Madonna's Drowned Worlds, Ashgate Publishing, Ltd.,‎ 2004 (ISBN 0-754-63372-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Georges-Claude Guilbert, ‘McRock: Pop as a Commodity’, in Facing The Music: Essays on Pop, Rock and Culture, by Simon Frith, Pantheon Books,‎ 1988 (ISBN 0-394-55849-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Douglas Kellner, Media Culture: Cultural Studies, Identity, and Politics Between the Modern and the Postmodern, Routledge,‎ 1995 (ISBN 0-415-10570-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Allan Metz et Carol Benson, The Madonna Companion: Two Decades of Commentary, Music Sales Group,‎ 1999 (ISBN 0-825-67194-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Mick St. Michael, Madonna 'talking': Madonna in Her Own Words, Omnibus Press,‎ 2004 (ISBN 1-844-49418-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Andrew Morton, Madonna, Macmillan Publishers,‎ 2002 (ISBN 0-312-98310-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Rikky Rooksby, The Complete Guide to the Music of Madonna, Omnibus Press,‎ 2004 (ISBN 0-711-99883-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) J. Randy Taraborrelli, Madonna: An Intimate Biography, Simon and Schuster,‎ 2002 (ISBN 0-743-22880-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Debbie Voller, Madonna: The Style Book, Omnibus Press,‎ 1999 (ISBN 0-711-97511-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Georges-Claude Guilbert, Madonna as postmodern myth, McFarland,‎ 2002 (ISBN 0-7864-1408-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]