Whist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Whist à la couleur
Bertall : Un whist
[1] — Ma petite Marie, la baronne tousse, le curé dort, le docteur bâille, le général va commencer à raconter ses campagnes, vite un whist.
[2] — Monsieur le curé, voulez-vous être le quatrième ? — Chère enfant, seulement si je suis nécessaire. Je prendrai cela en esprit de pénitence.
[3] — Chère madame, soyez donc assez aimable pour faire la quatrième au whist de ces messieurs. — Ma toute belle, je n'y tiens en aucune façon, mais je ne voudrais pas faire manquer la partie.
[4] — Mon bon docteur, il y a déjà trois personnes atteintes de la maladie du whist, je vous ai réservé cette place de quatrième ; on réclame vos soins. — Je veux vous prouver tout mon dévouement, chère mademoiselle, j'essayerai cette cure.
[1] — Général, une place de quatrième effrayerait-elle votre courage ? — Je n'ai, mademoiselle, qu'une crainte au monde, celle de ne pas vous plaire.
[2] — Enchanté, chère baronne, d'être votre partenaire. — Et n'oubliez pas, général, d'enchaîner comme jadis la victoire à nos drapeaux.
[3] On dirait que le docteur a quelques atouts.
[4] Avec un partenaire qui a quelques cartes, on peut espérer le salut !
[5] Passe difficile pour le général.
ENGAGEMENT DE L'ACTION.
LE DOCTEUR. — Mesdames et messieurs, souvenons-nous que whist veut dire silence.
LA BARONNE. — Vite, nous ne sommes pas ici pour nous amuser.
LE CURÉ. — Un peu de modération, ici j'ai charge d'âmes.
LE GÉNÉRAL. — À vous de donner, Curé. « Cedant arma togae ».[1]
[1] Avec une figure comme cela, autant dire votre jeu.
[2] — Et la treizième qui est un sept, un joli petit shlem !
[3] — Comment ! général, je vous fais une invite à cœur, et vous donnez du pique !
[4] — Mon cher général, vous baissez ; car nous avons été battus, et par qui ? par le docteur, qui n'a jamais su jouer, et le curé, qui est une mazette !

Le whist est un jeu de cartes à levées, sans contrat, d'origine anglaise. Le whist originel a connu son heure de gloire au XVIIIe siècle et XIXe siècle. De nombreuses variantes sont apparues dès la fin du XVIIIe siècle qui consistaient à introduire dans les règles un système de contrat à enchères pour qu'un – voire deux en association – joueur s'engage à gagner un coup en ayant la possibilité – ou non selon la variante – de choisir la couleur d'atout. Ces variantes modifiant souvent de manière importante le jeu du whist, ont porté des noms différents comme le Boston ou le Maryland. Le Boston a pour sa part connu ses propres variantes. De toutes ces variantes souvent compliquées, le bridge a tiré l'essentiel pour établir un système d'enchères simple tout en revenant au plus près du whist originel.

Une variante du Boston, appelée whist à la couleur, reste très populaire en Belgique.

Règles du jeu[modifier | modifier le code]

Le whist original se joue à quatre joueurs, en deux équipes croisées de deux joueurs, avec un jeu de 52 cartes, dont l'ordre décroissant dans chaque couleur est : as, roi, dame, valet, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2.

Le whist étant d'origine anglaise, la distribution des cartes et le jeu de la carte se font dans le sens horaire – ceci est contraire à la tradition française.

Le donneur distribue 13 cartes à chacun, une par une, retournant la dernière, qui lui appartient. La couleur de cette carte retournée est celle de l'atout pour ce coup. Pour la première levée du coup, le premier à jouer est le joueur placé à gauche du donneur, et pour les levées suivantes, c'est celui qui a fait la dernière levée.

Le jeu de la carte est simple, consistant à fournir obligatoirement de la couleur demandée, et dans le cas où un joueur n'en a pas en main, il peut jouer la carte qu'il veut sans être obligé de couper. On n'est jamais obligé de monter en jouant une carte plus forte en quelque couleur que ce soit, y compris en atout.

Celui des quatre joueurs qui a joué le plus fort atout ou, à défaut d'atout, celui qui a joué la plus forte carte de la couleur demandée, fait la levée. Les levées sont conservées pliées devant un seul des deux joueurs de chaque équipe. Les plis ainsi constitués sont placés les uns sur les autres à demi croisés, afin que chacun puisse aisément les compter.

Décompte des points[modifier | modifier le code]

Les levées[modifier | modifier le code]

Chaque levée au-dessus de la sixième compte pour 1 point. Sur un coup, une équipe doit donc faire au moins sept levées pour comptabiliser des points. Le maximum de points de levées qui peut être fait sur un coup est égal à 7, lorsqu'une équipe parvient à faire les treize levées, ce qui s'appelle faire le chelem – francisation du mot anglais slam.

Les honneurs[modifier | modifier le code]

Les quatre plus hauts atouts – as, roi, dame, valet – sont appelés les honneurs. Si une équipe, durant un coup, a joué trois quelconques des honneurs, elle gagne 2 points ; elle en gagne 4, si elle a joué les quatre.

Durée du jeu[modifier | modifier le code]

Le whist se joue à la base en une partie liée, nommée robre – francisation du mot anglais « rubber ». Un robre consiste en deux manches de 10 points, gagnées par la même équipe. Si une équipe gagne les deux premières manches, elle gagne le robre, sinon on joue une troisième manche – appelée belle en français – pour départager les deux équipes. Une partie de whist se joue par convention entre les joueurs en un ou plusieurs robres.

Les gains[modifier | modifier le code]

Gains d'une manche[modifier | modifier le code]

Une manche est terminée lorsqu'une équipe a atteint, ou dépassé, 10 points par les levées et les honneurs. Cependant, les points d'honneurs comptent après ceux des levées, de sorte que si les deux équipes atteignent simultanément les 10 points, c'est celle qui a compté les points de levées qui gagne la manche.

Il existe une exception à la priorité des points de levée : lorsqu'une équipe, au début d'un coup, a totalisé exactement 8 points, le joueur de cette équipe qui a en main trois honneurs, en fait valoir immédiatement les 2 points, et l'équipe gagne la manche sans avoir à jouer le coup ; si dans le même cas de figure, un des joueurs de l'équipe n'a que deux honneurs en main, il peut, à son tour de jouer, demander à son partenaire s'il en possède un troisième – cela s'appelle chanter, ou appeler – et si celui-ci lui répond affirmativement, les deux joueurs montrent leurs trois honneurs et marquent ainsi 2 points qui leur donnent le gain de la manche. Si personne n'a voulu chanter, les éventuels honneurs, à la fin du coup, se compteront après les levées.

Une équipe qui gagne une manche alors que l'autre a totalisé au moins 5 points, marque 1 point de manche ; si l'équipe perdante a totalisé de 1 à 4 points, l'équipe gagnante marque 2 points de manches ; si l'équipe perdante n'a compté aucun point, l'équipe gagnante marque 3 points de manche.

Gains du robre, récapitulation des gains, paiements[modifier | modifier le code]

L'équipe qui gagne un robre, marque généralement 2 points de robre – cela dépend des conventions entre joueurs.

À la fin d'un robre, on totalise, pour chaque équipe, les points de manches et ceux du robre, et l'équipe qui a le plus grand total l'emporte sur l'autre, de la différence de points entre les deux équipes.

Lorsque le whist était joué pour de l'argent, les joueurs convenaient, avant d'entamer un robre, de la valeur monétaire à attribuer au point. À la fin d'un robre, chaque joueur de l'équipe gagnante se faisait payer par le joueur placé à sa gauche une somme d'argent égale à la différence de points entre les deux équipes multipliée par la valeur monétaire du point.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans La Comédie de notre temps[2], Bertall a dépeint « une partie de whist, ou la manière de passer agréablement la soirée, sans trop se fâcher ». Ses dialogues rappellent ceux des comédies et proverbes de Musset et ses dessins évoquent avec humour les mœurs de la bourgeoisie des années 1870.
  • Dans la saga maritime de l'auteur britannique C. S. Forester, le héros Horatio Hornblower est un excellent joueur de whist, au point qu'il parvient à en vivre alors qu'il est sans affectation. Il est à noter que ce jeu est sans doute la seule activité susceptible de le passionner suffisamment pour lui faire oublier les tourments intérieurs qui l'occupent ordinairement.
  • Dans Les âmes mortes de Gogol le personnage Tchitchikov dispute plusieurs parties de whist avec les différentes autorités du village.
  • Dans Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, le personnage du comte de Valmont y fait allusion sous le nom de wisk dans la lettre IV : « Heureusement il faut être quatre pour jouer au Wisk ». Il utilise le prétexte du jeu pour rester près de la femme qu'il veut séduire, la Présidente de Tourvel.
  • Le whist était le jeu préféré du philosophe David Hume (lettre d'Adam Smith à William Strahan).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Que les armes le cèdent à la toge ! » Locution latine empruntée à Cicéron, De officiis, I, 22.
  2. Bertall, La Comédie de notre temps : études au crayon et à la plume, Plon, Paris, vol. I, 1874.

Lien externe[modifier | modifier le code]