Wesley Newcomb Hohfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wesley Newcomb Hohfeld (né en 1879 - mort en 1918) était un juriste américain du début du XXe siècle. Il appartient à la tradition de jurisprudence analytique, qui revendique l'héritage de Bentham, et surtout de John Austin (le juriste, et non pas le philosophe du même nom). Il a marqué le droit et la philosophie américaine, par son article de 1917, qui propose un système de concepts pour analyser la notion, trop générale, de droits.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'article de 1913[modifier | modifier le code]

Postérité philosophique Hohfeld a été une source importante pour l'analyse des questions de droits, aussi bien les droits juridiques que les droits moraux. Grâce à ses relations fondamentales, on peut préciser les droits que l'on revendique, ou que l'on récuse, dans tel cas particulier. À titre d'exemple, le livre de Jean-Yves Goffi Le philosophe et ses animaux, part de la typologie de Hohfeld pour s'interroger sur les types de droits que l'on est prêt à reconnaître aux différents animaux. De façon étrange, le travail de Hohfeld n'a jamais percé en France : seul ce livre sur les droits des animaux, et celui de Patrick Bailhache, Essai de logique déontique (Vrin), mentionnent W. N. Hohfeld. Il n'en va pas de même dans les pays de tradition analytique, où les concepts de Hohfeld constituent une base de discussion pour les questions de droits. On signalera la tentative de récupération des concepts de Hohfeld par les logiques déontiques, surtout dans les travaux d'Anderson puis de Stig Kanger, et à leur suite, des logiciens américains et surtout scandinaves.

Liens externes[modifier | modifier le code]