Werner Hofmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hofmann.
Werner Hofmann

Werner Hofmann, né le et mort le à Vienne[1], est un historien de l'art autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut un des derniers représentants de l'École de Vienne d’histoire de l’art avec Aloïs Riegl, Max Dvorak, Julius von Schlosser et Ernst Gombrich. Il a dirigé le Musée du XXe siècle à Vienne (de 1962 à 1969) puis la Kunsthalle de Hambourg (de 1969 à 1990), dont il fut directeur honoraire. C'est dans cet établissement qu'il organisa un cycle célèbre de neuf expositions sur l'art autour de 1800.

Son intérêt pour l'art classique et romantique ne l’empêcha pas de porter un grand intérêt à l'art moderne (Alexandra Exter, Malewicz) ou l’art contemporain (Beys, Alfred Hrdlicka, Baselitz).

Il fut élu membre de l'Académie des arts de Berlin en 1970[1].

Au niveau théorique, il a eu une grande influence sur l'histoire de l'art de la seconde moitié du XXe siècle par l'initiation du concept de "polyfocalité".

En 1991, Werner Hofmann a reçu à Vienne le prix « Sigmund Freud für wissenschaftlichen Prosa » et en 2008 le prestigieux Aby Warburg Preis.

Principales publications traduites en français[modifier | modifier le code]

  • La Caricature de Vinci à Picasso, 1956 (trad. 1958)
  • L'Œuvre graphique de Georges Braque, 1961
  • Une époque de rupture (1750-1830), Gallimard, 1995
  • Caspar David Friedrich, Hazan 2000
  • Daumier et l'Allemagne, Maison des sciences de l'homme, 2005
  • Degas, Hazan, 2007
  • Ruptures et dialogues, Maison des sciences de l'homme, 2008
  • L’Art fantastique, Imprimerie nationale, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]