Werner Bergengruen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Werner Bergengruen

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait au fusain (Emil Stumpp, 1929)

Activités Journaliste, romancier
Naissance 16 septembre 1892
Riga (Drapeau de la Russie Impériale Empire russe)
Décès 4 septembre 1964
Baden-Baden Allemagne de l'Ouest Allemagne de l’Ouest
Langue d'écriture allemand
Genres roman
Distinctions Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne
Schiller-Gedächtnispreis

Œuvres principales

Der Großtyrann und das Gericht (1935)
Der ewige Kaiser (1937)
Am Himmel wie auf Erden (1940)

Werner Bergenguen sur un timbre allemand.

Werner Bergengruen, né le 16 septembre 1892 à Riga en Livonie et mort le 4 septembre 1964 à Baden-Baden, est un journaliste et romancier germano-balte. Politiquement conservateur, il n'avait aucune estime pour les politiciens nazis et finit par être censuré par le régime. Après 1945, il se rapprocha du catholicisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir grandi à Lübeck et suivi ses études au lycée Katharineum, il commence à étudier la théologie à Marbourg en 1911.

Il participa à la Première Guerre mondiale comme lieutenant. En 1919, il s'engagea après la guerre dans la Baltische Landeswehr (Défense des pays baltes) pour lutter contre les communistes et les bolcheviks.

Le 4 octobre 1919, il épousa Charlotte Hensel (1896-1990), une descendante de la compositrice Fanny Mendelssohn et de Felix Mendelssohn, et la fille du mathématicien Kurt Hensel. De ce mariage il y a eu quatre enfants, Olaf, Luise, Maria et Alexandre.

Werner Bergengruen a commencé à écrire des romans et des nouvelles en 1922 dans des journaux tels que Ost-Informationen puis dans le Frankfurter Zeitung. Il décida de devenir écrivain à plein temps en 1927 bien que ses œuvres antérieures fussent d'une nature contemplative, religieuse ou posant des questions métaphysiques ; avec l'arrivée des nazis au pouvoir, il fut amené à écrire des œuvres plus politiques. Son roman le plus réussi, Der Großtyrann und das Gericht , publié en 1935, se situe à l'époque de la Renaissance : elle raconte l'histoire d'un tyran impitoyable jouant avec les faiblesses de ses subalternes. Ce roman a souvent été vu comme une allégorie de la situation politique de l’Allemagne d'alors.

En 1936 Bergengruen rejoint l'Église catholique qui répond mieux à ses positions chrétienne et humaniste que conservateur et nationaliste. La même année, il s'installe à Munich.

En 1937, il a été expulsé du "Reichsschrifttumskammer" étant considéré inapte à contribuer à la culture allemande. Bien que Bergengruen était politiquement conservateur convaincu, son catholicisme, ainsi que le fait que sa femme était juive, ont contribué à son rejet par le régime nazi.

En 1942, après la destruction de sa maison par des bombardements, il s'installa en Autriche à Achenkirch. Après la Seconde Guerre mondiale, il vécut en Suisse, puis à Rome et revint en 1958 en Allemagne pour les derniers temps de sa vie à Baden-Baden où il mourut.

Il rencontra le succès littéraire après la dernière guerre. Il est considéré comme un écrivain de l'émigration intérieure (« Innere Emigration ») contre le régime nazi. C'est la pensée humaniste et chrétienne qui traverse son œuvre.

En 1958, il est fait docteur honoris causa de l'Université Louis-et-Maximilien de Munich. La même année il est fait grand-croix de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne. Il reçoit également la décoration militaire prussienne Pour le Mérite.

Bibliographie en français[modifier | modifier le code]

  • Werner Bergengruen, Le Grand Tyran, éditions Fayard, Paris, 1942

Bibliographie en allemand[modifier | modifier le code]

  • Das Gesetz des Atum, Roman 1923
  • Rosen am Galgenholz, Erzählungen 1923 (u.a. Die Fahrt des Herrn von Ringen)
  • Schimmelreuter hat mich gossen, Erzählungen
  • Das Brauthemd, Erzählungen 1925
  • Das große Alkahest, Roman 1926 (Neufassung 1938: Der Starost)
  • Das Buch Rodenstein, Novellenzyklus 1927 (erweitert 1951)
  • Das Kaiserreich in Trümmern, historischer Roman 1927
  • Der tolle Mönch, Erzählungen 1930
  • Herzog Karl der Kühne oder Gemüt und Schicksal, historischer Roman 1930 (Neubearb. 1943)
  • Die Woche im Labyrinth, Roman 1930
  • Capri, Gedichte 1930
  • Der goldene Griffel, Roman 1931
  • Zwieselchen, Kinderbuch 1931 ff.
  • Der Wanderbaum, Gedichte 1932
  • Kaschubisches Weihnachtslied, Gedichte
  • Die Feuerprobe, Novelle 1933
  • Die Ostergnade, Erzählung 1933
  • Deutsche Reise. Ein Erinnerungsbuch 1934
  • Die Schnur um den Hals, 1935
  • Der Großtyrann und das Gericht, Renaissance-Roman 1935, Dramatisierung: G. Fleckenstein, 1963
  • Die Rose von Jericho, Gedichte 1936
  • Die drei Falken, Erzählung 1937
  • Der ewige Kaiser, Gedichte 1937
  • Die verborgene Frucht, Gedichte 1938
  • E. T. A. Hoffmann, Biographie 1939
  • Die Leidenschaftlichen, Erzählung 1939
  • Der Tod von Reval, Erzählungen 1939
  • Am Himmel wie auf Erden, historischer Roman 1940
  • Der spanische Rosenstock, Erzählung 1940
  • Das Hornunger Heimweh, Erzählung 1942
  • Schatzgräbergeschichte, 1942
  • Dies irae, Gedichte 1945
  • Zauber- und Segenssprüche, 1946
  • Die Sultansrose, Erzählungen 1946
  • Das Beichtsiegel, Erzählung 1946
  • Jungfräulichkeit, Novelle 1947
  • Pelageja, Roman 1947
  • Sternenstand, Erzählung 1947
  • Die Hände am Mast, Erzählung 1948
  • Römisches Erinnerungsbuch, 1949
  • Das Feuerzeichen, Roman 1949
  • Der Teufel im Winterpalais, Erzählung 1949
  • Das Tempelchen, Erzählung 1950
  • Die heile Welt, Gedichte 1950
  • Die letzte Reise, Erzählung 1950
  • Lombardische Elegie, Lyrik 1952
  • Der letzte Rittmeister, Erzählband 1952
  • Der Pfauenstrauch, Erzählung 1952
  • Nachricht vom Vogel Phönix, Erzählung 1952
  • Die Flamme im Säulenholz, Erzählungen 1952
  • Das Geheimnis verbleibt, Aufzeichnungen und Bekenntnisse 1952
  • Die Sterntaler, Erzählung 1953
  • Die Rittmeisterin, Roman 1954
  • Die Fahrt des Herrn von Ringen, Erzählungen 1955
  • Die Zwillinge aus Frankreich, Erzählungen 1955
  • Mit tausend Ranken, Gedichte 1956
  • Das Netz, Novelle 1956
  • Hubertusnacht, Erzählung 1957
  • Bärengeschichten, Erzählung 1959
  • Zorn, Zeit und Ewigkeit, Erzählungen 1959
  • Der dritte Kranz, Roman 1962
  • Die Schwestern aus dem Mohrenland, Erzählung 1963
  • Räuberwunder, Erzählung 1964
  • Die schönsten Novellen, 1965
  • Dichtergehäuse, Autobiographie 1966
  • Compendium Bergengruenianum, Aufzeichnungen 1940-45, 1992

Liens externes[modifier | modifier le code]