Werenfried van Straaten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Werenfried van Straaten

Le père Werenfried van Straaten est un religieux prémontré né le 17 janvier 1913 à Mijdrecht aux Pays-Bas et mort le 31 janvier 2003. Il est connu sous le nom de père au lard après avoir fondé l'association catholique Aide à l'Église en détresse en 1947.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Après avoir commencé des études de philologie à l’université d’Utrecht en 1932 dans l’optique de devenir enseignant, il choisit la vocation religieuse en rentrant chez les prémontrés de Tongerlo en Belgique. Malgré une tuberculose qui remit en question sa vocation, il est admis à rester à l’abbaye. Il devient secrétaire du père abbé et responsable de la publication de la revue de la communauté.

« Le père au lard »[modifier | modifier le code]

À Noël 1947, il publie un article sous le titre « Paix sur la terre ? Pas de place à l’auberge » : il fait un appel à la générosité des amis de l’abbaye pour soutenir matériellement les catholiques allemands chassés de République démocratique allemande à la fin de la guerre. La générosité flamande entraîne la création d’une structure pour réunir et distribuer les dons : l’Aide à l’Église en détresse voit le jour. Le premier besoin exprimé par le père Werenfried est du lard : produit que les agriculteurs flamands ont en quantité et qui peut se garder facilement. Il y gagne son surnom.

L’extension de l’œuvre[modifier | modifier le code]

L’Église catholique connait de grandes difficultés en Europe de l’Est : à cause de la pauvreté ambiante et à cause des persécutions que les régimes communistes déploient contre les religions. C’est en 1956, après l’insurrection de Budapest que l’AED s’implante en Hongrie, puis dans les autres pays du rideau de fer. L’œuvre est reconnue par Paul VI en 1964, et le père Wérenfried est nommé modérateur général, fonction qu’il tient jusqu’en 1981.

Sous l’impulsion du père, l’œuvre continue son extension, s’implante en Afrique (1965), en Asie (1969), en Amérique du Sud (1973) et partout où l’Église est en détresse. S’il quitte les fonctions de modérateur de l’œuvre en 1981, il y reste très impliqué. Il meurt en 2003, à l’âge de 90 ans.

Livres publiés[modifier | modifier le code]

  • On m’appelle le Père au lard, éditions AED, 1960, 208p.
  • Où Dieu pleure, 1969, éditions AED, 255p.
  • Un mendiant pour Dieu, notes autobiographiques et méditations pour l’année liturgique, 1992, éditions AED, 90p.

Liens externes[modifier | modifier le code]