Wedgwood (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wedgwood.

Wedgwood, de son nom complet Josiah Wedgwood and Sons, est une manufacture britannique de poteries, de porcelaine et de faïence britannique fondée en mai 1759, au tout début de la Révolution industrielle britannique, par Josiah Wedgwood (1730 – 1795) et son fils Thomas Wedgwood.

Plat bleu avec décor blanc inspiré de l'antiquité typique de Wedgwood
Vase Portland, vers 1790
Kutani Crane par Wedgwood
Théière XIXe siècle

Historique[modifier | modifier le code]

Josiah Wedgwood s'établit dans les propriétés d'Ivy et de Bell House, et s'associa dès 1754 à Thomas Whieldon, qui a également joué un rôle prépondérant dans l'histoire de la céramique anglaise, dans sa fabrique de Little Fenton, très prospère entre 1740 et 1780, avec Aaron Wood, qui lui fournissait des moules. Le vernis vert, inventé par Josiah Wedgwood vers 1754, permit à la manufacture de Little Fenton de simuler des fruits et des végétaux.

En 1759, il ouvre à Burslem, sa ville natale du Staffordshire, sa propre manufacture, qui reçoit en 1765 la première commande de la famille royale. En 1769, Wegdwood fonde aux environs de Stoke-on-Trent, avec le marchand et homme de lettres Thomas Bentley, la grande usine Etruria, donnant à la fabrication industrielle un développement et une qualité jusque-là inconnus. Les ateliers de l'Etruria forment tout un village et continuent la fabrication régulière de la faïence fine pour les services de table.

Caractères stylistiques[modifier | modifier le code]

Toute la production du groupe est placée sous l'influence du goût antique, du fameux style classique « néo-grec ». La faïence fine de couleur crème ou bleue, connue sous le nom de « céramique de la Reine » (nom donné au service exécuté par Wedgwood en 1762 pour la Reine Charlotte) pouvait recevoir un décor peint aussi bien qu'imprimé, avec les formes grêles et sèches propres à l'art décoratif anglais de la seconde partie du XVIIIe siècle[1].

Le modeleur James Tassi et le sculpteur John Flaxman fournissaient les modèles Wedgwood et eux et son associé, Bentley, reprirent les procédés des vieux artisans du Staffordshire : fabrication des grès rouges sans vernis et poteries imitant les métaux précieux ou les pierres dures.

Sur le « basalte », grès noir très dur, Wedgwood appliqua un décor peint à l'encaustique grâce auquel il parvint à contrefaire la céramique antique. Le « jaspe » qui apparaît vers 1775 est une pâte très dure, blanche et fine, presque translucide, dont l'aspect se rapproche de celui de la porcelaine. Le jaspe peut être coloré dans la masse ou, suivant le procédé plus économique introduit à partir de 1777, teinté en surface seulement.

L'entreprise fut très imitée dans le Staffordshire, où tous les potiers à sa suite adoptèrent le style classique, même dans le reste de l'Angleterre, en particulier dans la région de Leeds. Elle fut rachetée en 1987, plus de deux siècles plus tard, par Waterford Crystal, devenant Waterford Wedgwood, un groupe de luxe basé en Irlande. Le terme Wedgwood est devenu un terme générique pour désigner les produits de la société.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Wedgwood : de la poterie à l'industrie des arts de la table, par Laurence Machet

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.britishshop.fr/glossaire.html