Webster Tarpley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Webster G. Tarpley

Webster Griffin Tarpley est un journaliste américain. Il s'est spécialisé dans l'étude des false flag operations, c'est-à-dire des opérations commandos ou terroristes utilisant de fausses revendications pour provoquer un engrenage conflictuel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tarpley est né à Pittsfield, Massachusetts, en 1946. Il obtient un Bachelor of Arts avec la mention summa cum laude en anglais et italien de l'Université de Princeton en 1966, où il devient membre de la fraternité Phi Beta Kappa. Il obtient une bourse Fulbrigh et se rend à l'Université de Turin[1]. Tarpley obtient aussi un Master of Arts en humanités du Skidmore College[2] et un doctorat de la Catholic University of America en histoire.

Il a commencé sa carrière de journaliste d'investigation en menant une enquête sur l'assassinat d'Aldo Moro à la demande d'un membre du gouvernement italien.

Longtemps membre éminent du mouvement Larouche de Lyndon LaRouche (représenté en France par le parti Solidarité et progrès), il s'est présenté sans succès aux élections sénatoriales de 1986 sous cette bannière[3] avant de quitter le mouvement dans les années 1990[réf. nécessaire]. Ses liens avec Larouche, aussi bien personnels qu'idéologiques, restent cependant très forts[réf. nécessaire]. L'apologie du New Deal de Roosevelt, du socialisme, de la philosophie de Leibniz et la franche hostilité à la couronne d'Angleterre dans ses ouvrages[réf. nécessaire] en sont des marques significatives.

Sa biographie de George W. H. Bush (en collaboration avec Anton Chaitkin) aurait inspiré plusieurs ouvrages français, qui ne l'ont pas cité, notamment à propos des liens entre la famille Bush et les nazis[réf. nécessaire].

Il anime, depuis le début 2006, sur la radio Republican Broadcasting Network une émission de géopolitique, le World Crisis Show comprenant une chronique de l'actualité internationale et des interviews de personnalités.

Plaidant pour la l'existence d'un complot interne pour les attentats du 11 septembre, parfois considéré, comme un « conspiratologist »[4], il a participé au Reopen 9/11 Tour organisé en Europe par le philanthrope Jimmy Walter et aux symposium d'Alex Jones en Californie sur les attentats du 11 septembre. Il a participé en 2005 à la conférence « anti-impérialiste » Axis for Peace, organisée par le Réseau Voltaire.

Théories[modifier | modifier le code]

Tarpley affirme que l'élection de Barack Obama répondait à une anticipation de la montée d'un mouvement insurrectionnel aux États-Unis. Afin de la tuer dans l'œuf, certains cercles politiques américains auraient mis en scène une pseudo révolution politique intérieure dans laquelle Obama pouvait incarner ces aspirations populaires à plus d'égalité sociale, en façade seulement[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Chi ha ucciso Aldo Moro ? (Qui a tué Aldo Moro ?), 1978
  • George Bush: The Unauthorized Biography, 1991, (ISBN 0943235057)
  • Against Oligarchy (1996)
  • Surviving the Cataclysm: Your Guide through the Worst Financial Crisis in Human History, (1999)
  • La Terreur fabriquée, Made in USA, éditions Demi-Lune, septembre 2006, 544 pages, (ISBN 2952557144) (Traduit de l'américain par Tatiana Pruzan et Benoît Kremer)
  • Obama: The Postmodern Coup avec Bruce Marshall et Jonathan Mowat, Progressive Press, 2008
  • Barack H. Obama: the unauthorized biography, Progressive Press, 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. tarpley.net
  2. (en)http://en.wikipedia.org/wiki/Skidmore_College
  3. (en) Jesus Rangel, « Another Assemblyman Ruled Off Primary Ballot », New York Times, 09/08/1986. Accédé le 18-09-2007.
  4. (en) Jack Z. Bratich, Conspiracy Panics: Political Rationality and Popular Culture, State University of New York Press, 2008, p. 144
  5. Dossiers Secrets d'États, nº 5, janvier 2009, Autopsie d'une possible imposture, p.77