Watanabe Shōtei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Signature et sceau de Watanabe Shōtei figurant une grue devant le Mont Fuji

Watanabe Shōtei, également transcrit Watanabe Seitei (1851 - 1918) était un peintre nihonga et l'un des premiers artistes japonais à se rendre en Europe, visitant l'Exposition Universelle de Paris (1878) et y recevant une distinction. Shōtei a mêlé le réalisme occidental aux couleurs et nuances délicates de l'école Maruyama-Shijō, introduisant une nouvelle approche dans le kachō-ga (images d'oiseaux et de fleurs).

Vie et œuvre[modifier | modifier le code]

Shōtei, dont le nom à la naissance était Yoshikawa Yoshimata, a été adopté par la famille de son ami le lettré Watanabe Koshi. Ses premières études ont été réalisées à l'âge de seize ans sous la direction de Kikuchi Yōsai (1788–1878) ; il a passé ensuite une brève période dans l'atelier du peintre Shibata Zeshin (1807–1891)[1].

En 1878 il voyagea aux États-Unis et en Europe, demeurant à Paris pour trois ans, devenant ainsi le premier artiste nihonga à vivre en Europe dans le but d'étudier la peinture occidentale[2].

Les voyages à l'étranger étaient extrêmement difficiles pour les artistes japonais au début de l'ère Meiji (1868-1912), et on ignore comment Shōtei y est parvenu. Quelques années auparavant, en 1875, il avait produit des motifs pour une société d'exportation, qui lui a sans doute fourni les contacts nécessaires. Son œuvre a bénéficié d'une grand popularité en Occident, et un grand nombre de ses estampes sont conservées dans des collections américaines ou européennes[3],[4].

Eté. Glycine en en fleur et poisson, Musée national de Cracovie.

À son retour d'Europe, Shōtei a créé des motifs pour des céramiques et des objets cloisonnés, travaillant avec l'artiste Namikawa Sosuke (1847–1910), ce qui lui valut une réputation internationale. Il a maintenu un niveau important de production de peintures et d'illustrations, parmi lesquelles trois albums: Shōtei kacho gafu (« Album d'images d'oiseaux et de fleurs de Shōtei »), 1890–91 ; Kacho gafu (« Album d'oiseaux et de fleurs »), 1903 ; et une dernière série intitulée également Shōtei kacho gafu en 1916.

Shōtei a également édité et contribué à la revue d'art Bijutsu Sekai (Le Monde de l'art), dont le premier numéro a été publié par Wada Tokutaro en 1890 et imprimé par Yoshida Ichimatsu avec des gravures réalisées par Goto Tokujiro. Outre Watanabe Shōtei et Yoshitoshi Kyosai, une dizaine d'artistes y avaient contribué[5].

Durant sa vie, il a reçu de nombreuses distinctions au Japon et dans des expositions internationales. Il est devenu une source d'inspiration pour la génération suivante d'artistes Nihon-ga, notamment Mizuno Toshikata (1866–1908) et Kiyokata Kaburagi (1878–1973).

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Conant, Ellen P.; Steven D. Owyoung and J. Thomas Rimer. (1995). Nihonga: Transcending the Past: Japanese-Style Painting, 1868-1968. St. Louis, Missouri: Saint Louis Art Museum.
  • Merritt, Helen and Nanako Yamada. (1995). Guide to Modern Japanese Woodblock Prints, 1900-1975. Honolulu: University of Hawaii Press. 10-(ISBN 082481732X)/13-(ISBN 9780824817329); 10-(ISBN 0824812867)/13-(ISBN 9780824812867); OCLC 247995392