Wargames (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeux de guerre et Wargame.

Wargames

Titre québécois Jeux de guerre
Titre original WarGames
Réalisation John Badham
Scénario Lawrence Lasker
Walter F. Parkes
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1983
Durée 114 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Wargames[note 1] (WarGames en VO), ou Jeux de guerre au Québec, est un film de science-fiction américain sur la guerre froide, écrit par Lawrence Lasker et Walter F. Parkes et réalisé par John Badham. Sorti en 1983, il a pour acteurs vedettes Matthew Broderick, Dabney Coleman, John Wood et Ally Sheedy.

Le film suit David Lightman (Matthew Broderick), un jeune pirate informatique qui accède involontairement à WOPR, un supercalculateur militaire des forces armées américaines, programmé pour prédire les résultats possibles d'une guerre nucléaire. Lightman obtient de WOPR de lancer une simulation de guerre nucléaire, croyant initialement qu'il ne s'agit que d'un jeu informatique. La simulation cause une panique au niveau national et est près de déclencher la Troisième Guerre mondiale.

Le film a été un succès au box-office ; pour un coût de production 12 millions de dollars, il rapporta une recette brute de 79 567 667 dollars au bout de cinq mois d'exploitation aux États-Unis et au Canada. Le film a été nominé pour trois Oscars.

Une suite, WarGames: The Dead Code (en) a été sortie directement en DVD le 29 Juillet 2008.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Entrée nord du centre de contrôle du NORAD à Cheyenne Mountain, une des images emblématiques de cette installation, qui apparait dans le film.
Un supercalculateur Cray-2 (vue de dessus).

En pleine guerre froide, David Lightman, un jeune pirate informatique accède à distance sans le savoir à un système informatique appartenant au réseau de défense militaire américain : le NORAD.

Lipman entre en communication avec le supercalculateur qui gère le système de défense, appelé WOPR (« War Operation Plan Response »)[note 2], qui est programmé pour prédire les résultats possibles d'une guerre nucléaire. Croyant jouer à un jeu video, il fait lancer par WOPR une simulation de guerre nucléaire et manque de déclencher une guerre thermonucléaire globale contre le bloc de l'Est, faisant passer le niveau de sécurité américain à DEFCON 1, le prélude à la Troisième Guerre mondiale

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Pre-production[modifier | modifier le code]

Pour le personnage du professeur Stephen Falken, les scénaristes se sont inspirés du professeur de Cambridge Stephen Hawking. John Lennon fut initialement envisagé pour interpréter ce rôle.

Le matériel informatique utilisé par Lipman dans sa chambre est réel, et correspond à celui utilisé à cette période : le micro-ordinateur IMSAI 8080 de la société Fischer-Freitas, un double lecteur de disque souple FDC2-2 et un moniteur vidéo Zenith Data Systems de 12 pouces. Le modem est un coupleur acoustique.

Le personnage principal aurait été inspiré par l'histoire du hacker Kevin Mitnick[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Martin Brest fut le premier réalisateur du film, mais il dut être remplacé par John Badham, à la suite d'une dispute avec les producteurs sur le plateau de tournage. Certaines de ses scènes figurent toutefois dans le film.

L'équipe de production du film ne fut pas autorisée à pénétrer dans le vrai centre de commandement de Cheyenne Mountain et il fallut donc faire preuve d'imagination. Dans le commentaire audio sur le DVD, le réalisateur John Badham remarque que le vrai centre n'est pas aussi élaboré que dans le film.

Post-production[modifier | modifier le code]

Pour rendre la voix de Joshua aussi synthétique que possible, James Ackerman lut ses dialogues en tenant le script à l'envers. (v.f. Micheline Bona)

Suite[modifier | modifier le code]

Une suite du film, WarGames: The Dead Code (en) (ou WarGames 2), est sorti directement en DVD le 29 Juillet 2008[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Centre d'opérations tactique du NORAD en 2009.

Autres films sur le même thème[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Orthographié War Games par certaines encyclopédies, par ex. le Dictionnaire des films Larousse.
  2. PROG dans la version française, pour « Plan de Riposte Opérationnel de Guerre ».
Références
  1. (en)Biographie de Kevin Mitnick sur le site www.rotten.com.
  2. Fiche de WarGames: The Dead Code sur le site sur IMDB, www.imdb.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]