Wardite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wardite
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[1]
Wardite, Rapid Creek, Yukon, Canada

Wardite, Rapid Creek, Yukon, Canada
Général
Classe de Strunz 08.DL.10
Formule brute H8Al3NaO14P2
Identification
Masse formulaire[2] 397,937 ± 0,0048 uma
H 2,03 %, Al 20,34 %, Na 5,78 %, O 56,29 %, P 15,57 %,
Couleur incolore, blanc
Classe cristalline et groupe d'espace ditétragonale-trapézoédrique
P 41212
Système cristallin tétragonal
Réseau de Bravais primitif P
Clivage parfait sur {001}
Habitus dipyramidal, pseudo-octaédrique avec les faces {010}, {011}, {012}, {100}, rarement {001}, typiquement striées perpendiculairement à [001]
Échelle de Mohs 5
Trait blanc
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction nω = 1.586–1.594 nε = 1.595–1.604
Biréfringence uniaxial (+); 0.0090-0.0100
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence transparent à opaque
Propriétés chimiques
Densité 2.81-2.87
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La wardite est une espèce minérale du groupe des phosphates et du sous-groupe des phosphates hydratés sans anions étrangers de formule NaAl3(PO4)2(OH)4•2(H2O).

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La wardite a été décrite en 1896 par J.M Davison[3]. Elle fut nommée ainsi en l'honneur de Henry Augustus Ward[4], naturaliste et géologiste américain, collectionneur et vendeur d'objets d'histoire naturelle à Rochester.

Topotype[modifier | modifier le code]

  • Clay Canyon, Fairfield, Monts Oquirrh, Comté de l'Utah, Utah, USA.

Synonymes[modifier | modifier le code]

On peut trouver la wardite sous une autre appellation:

  • La soumansite[5], nom donné au seul échantillon de wardite trouvée par Alfred Lacroix en 1891 dans les mines de Montebras, nommée en référence à la commune de Soumans sur laquelle se trouve le site de Montebras. Cette appellation a été discréditée par la description de la wardite réalisée en 1896[6].

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Critères de détermination[modifier | modifier le code]

La wardite est un minéral de couleur incolore, blanche à bleu-vert, se présentant sous la forme de cristaux bipyramidaux quadratiques, pseudo-octaédriques, pouvant atteindre plusieurs centimètres, dont les faces {010}, {011}, {012}, {100}, et rarement {001} sont striées perpendiculairement à [001]. Elle possède un éclat vitreux, elle est transparent à opaque, et présente un clivage parfait selon {001}. Sa dureté est de 5 et sa densité mesurée de 2.81-2.87.

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • La wardite sert de chef de file à un groupe de minéraux, selon la classification de Strunz, où l'on trouve de façon générale les éléments (AB)5(XO4)3Zq•x(H2O).
Groupe de la Wardite
Minéral Formule Groupe ponctuel Groupe d'espace
Cyrilovite NaFe3(PO4)2(OH)4•2(H2O) 4 2 2 P 412121; P 432121
Millisite (Na,K)CaAl6(PO4)4(OH)9•3(H2O) 4 2 2 P 41212; P 43212
Wardite NaAl3(PO4)2(OH)4•2(H2O) 4 2 2 P 41212

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle: a = 7,0587 Å, c = 19,062 Å, Z = 4, V = 949,77 Å3
  • Groupe d'espace: P 41212
  • Classe de symétrie: 4 2 2; Énantiomorphie tétragonale ou hémiédrie holoaxe
  • Système cristallin: Tétragonal
  • Densité calculée: 2.805 (sensiblement égale à la densité mesurée)

Propriétés chimiques[modifier | modifier le code]

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie
La wardite est un composant des nodules phosphatés de basses températures.
C'est aussi une espèce peu commune des pegmatites zonées complexes.
Minéraux associés
Variscite, millisite, crandallite (Little Green Monster mine, Utah, USA)
ferrisicklerite, mitridatite, whitlockite, montgomeryite, fairfieldite, hydroxyl-herderite, eosphorite, sidérite, roschérite (pegmatites).

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

  • Australie
Low Mill, Milgun Station, Australie-Occidentale[7]
  • Autriche
Laggerhof/Dellach, Carinthie[8]
  • Canada
Big Fish River, Yukon[9]
  • États-Unis
Clay Canyon, Fairfield, Monts Oquirrh, Comté de l'Utah, Utah[10]
Nevel Quarry/Dunton Gem Quarry/Bell Pitt, Comté d'Oxford, Maine[11]
  • France
Mine de Montebras, Soumans, Creuse, Limousin[5],[12],[6]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Davison (1896) American Journal of Science: 152: 154.
  4. http://en.wikipedia.org/wiki/Henry_Augustus_Ward
  5. a et b Lacroix, A. (1910) Minéralogie de la France et des ses colonies, Paris. 5 volumes: vol. 4: 541.
  6. a et b Le Règne Minéral, page 24 (Mai-Juin 2011), Les Éditions du Piat
  7. Nickel, E. H. et al. (2008): The Woodlands variscite-gold occurrence in the north Gascoyne region of Western Australia. Australian Journal of Mineralogy 14, 27-36.
  8. G. Niedermayr, I. Praetzel: Mineralien Kärntens, 1995
  9. Mineral. Rec. 23:4-47
  10. Palache, C., Berman, H., & Frondel, C. (1951), The System of Mineralogy of James Dwight Dana and Edward Salisbury Dana, Yale University 1837-1892, Volume II: 941, 958, 976; UGMS Bull 117 Minerals and Mineral Localities of Utah
  11. King, V. and Foord, E., 1994, Mineralogy of Maine, V. 1; King, V. (ed), 2000, Mineralogy of Maine, V. 2
  12. Palache, C., Berman, H., & Frondel, C. (1951), The System of Mineralogy of James Dwight Dana and Edward Salisbury Dana, Yale University 1837-1892, Volume II: 941.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Davison (1896) American Journal of Science: 152: 154.
  • Larsen, E.S. and Shannon (1930) American Mineralogist: 15: 315.
  • Pough, F. (1937) American Museum, Nov. 1937, no. 932.
  • Larsen (1942) American Mineralogist: 27: 292.
  • Palache, C., Berman, H., & Frondel, C. (1951), The System of Mineralogy of James Dwight Dana and Edward Salisbury Dana, Yale University 1837-1892, Volume II. John Wiley and Sons, Inc., New York, 7th edition, revised and enlarged, 1124 pp.: 940-941.
  • American Mineralogist (1952): 37: 849-852.
  • Lindberg, M.L. (1957) Relationship of the minerals avelinoite, cyrilovite, and wardite. American Mineralogist: 42: 204–213.
  • Fanfani, L., A. Nunzi, and P.F. Zanazzi (1970) The crystal structure of wardite. Mineralogical Magazine: 37: 598-605.
  • Bulletin de la Société française de Minéralogie et de Cristallographie (1981): 104: 683.
  • Anthony, J.W., Bideaux, R.A., Bladh, K.W., and Nichols, M.C. (2000) Handbook of Mineralogy, Volume IV. Arsenates, Phosphates, Vanadates. Mineral Data Publishing, Tucson, AZ, 680pp.: 643.
  • Le Règne Minéral, Mai-Juin 2011, Les Éditions du Piat.