Ward Kimball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kimball.

Ward Kimball

Nom de naissance Ward Walrath Kimball
Naissance
Minneapolis, Minnesota
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 88 ans)
Arcadia, Californie
Profession dessinateur, animateur

Ward Walrath Kimball est un dessinateur et animateur américain, né le à Minneapolis (Minnesota) et mort le à Arcadia (Californie). Il était membre de l'équipe des Nine Old Men des studios Disney et aussi un important imagineer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon Neil Sinyard, ce serait après avoir vu le court métrage L'Arche de Noé en 1933 que Ward Kimball quitte son emploi et demande à sa mère de lui payer un vol pour la Californie afin de se présenter à l'entrée du studio Disney avec un portfolio pour demander à y travailler[1]. Ward Kimball est embauché par Disney en 1934[2].

Brillant illustrateur, il préfère travailler sur les personnages comiques plutôt que sur les personnages humains plus compliqués. Parmi ses contributions, on peut citer :

L'animation était pour lui d'une certaine facilité et il cherchait en permanence à faire les choses différemment, étant par nature beaucoup plus « farfelu » que ses collègues animateurs. Ces traits de caractères ont fait dire à Walt Disney de lui qu'il était « un génie »[4].

En tant qu'assistant d'Hamilton Luske, Ward Kimball est reconnu comme le premier animateur de Disney à avoir utilisé les « lignes de vitesse » lors de l'animation du personnage de Max Hare dans Le Lièvre et la Tortue[5].

À partir du milieu des années 1950, il devient réalisateur et responsable

Un de ses passe-temps est la musique (comme le montre la série de courts métrages Une aventure en musique) et à partir des années 1950, il fonde un groupe de jazz Dixieland avec quelques collègues, le Firehouse Five Plus Two, dans lequel il joue du trombone. Ce groupe réalise au moins 13 disques, des tournées dans les clubs, les campus et les festivals de jazz des années 1950 à 1970. Kimball déclara que Walt Disney ne se préoccupait pas d'une éventuelle « double vie » tant qu'elle n'interférait pas sur son travail d'animation.

Un autre de ses passe-temps est le chemin de fer comme son ami et employeur Walt Disney[2]. Il collectionne les souvenirs des anciens trains et se passionne pour le modélisme ferroviaire. Il acheta en 1938 et rénova une locomotive et plus tard un wagon de passager. Il créa dans son jardin un chemin de fer : le Grizzly Flats Railroad. Ce train inspira Walt pour le Carolwood Pacific Railroad, en partie construit par Ward, puis le Disneyland Railroad (supervisé par Ward) du parc Disneyland. La station de train de Frontierland à Disneyland est directement inspirée de celle du Grizzly Flats Railroad.

Kimball continue à travailler pour Disney jusqu'au début des années 1970, principalement pour des émissions de télévision, mais aussi sur les films Mary Poppins (1964), L'Honorable Griffin (1967), L'Apprentie sorcière (1971) et La Cane aux œufs d'or (1971). Son dernier travail pour Disney est d'avoir dirigé et produit The Mouse Factory.

Après cette date il travailla pour lui-même mais revint parfois chez Disney pour des événements de communications ou par exemple l'attraction World of Motion d'EPCOT.

Ward Kimball meurt à Los Angeles en 2002, à l'âge de 88 ans, des suites d'une pneumonie.

En 2005, une locomotive construite en 1902, rachetée en 1999 au parc de loisirs Cedar Point et rénovée par la Walt Disney Company, a été ajoutée au Disneyland Railroad sous le no 5 et baptisée Ward Kimball.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Animateur[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • Il apparaît sous la forme d'une caricature dans le court métrage d'animation Les Années 90 en 1941.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Neil Sinyard, The Best of Disney, p. 14.
  2. a, b, c et d (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 311
  3. (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 204.
  4. (en) Bernice Selden, The story of Walt Disney, maker of magical worlds, New York, N.Y, Dell Pub,‎ 1989 (ISBN 0440402409)
  5. (en) Russell Merritt et J. B. Kaufman, Walt Disney's Silly symphonies : a companion to the Classic cartoon series, Gemona (Udine), Italy, La cineteca del Friuli,‎ 2006 [détail des éditions] (ISBN 8886155271), p. 152
  6. Regroupées sur le DVD Walt's Tomorrowland (2004) de la 3e vague américaine des Walt Disney Treasures.
  7. (en) It's Tough to Be a Bird sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]