Walter Davis (basket-ball)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Davis et Walter Davis.
Walter Davis Portail du basket-ball
Fiche d’identité
Nom complet Walter Paul Davis
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 9 septembre 1954 (59 ans)
Pineville
Taille 1,98 m (6 6)
Situation en club
Poste Arrière / Ailier
Carrière universitaire ou amateur
1973-1977 Tar Heels de la Caroline du Nord
Draft NBA
Année 1977
Position 5e
Franchise Suns de Phoenix
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1977-1978
1978-1979
1979-1980
1980-1981
1981-1982
1982-1983
1983-1984
1984-1985
1985-1986
1986-1987
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1990-1991
1991-1992
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Suns de Phoenix
Nuggets de Denver
Nuggets de Denver
Nuggets de Denver
Trail Blazers de Portland
Nuggets de Denver
24,2
23,6
21,5
18,0
14,4
19,0
20,0
15,0
21,8
23,6
17,9
15,6
17,5
18,7
6,1
9,9
Sélection en équipe nationale **
1976 Drapeau : États-Unis États-Unis

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Walter Paul Davis (né le 9 septembre 1954 à Pineville, Caroline du Nord) est un ancien joueur professionnel américain de basket-ball. Arrière-ailier d'1,98m, Davis passa 15 années en National Basketball Association, la plupart aux Suns de Phoenix. À sa sortie de l'Université de Caroline du Nord, il fut sélectionné dans l'équipe américaine, dirigé par l'entraîneur de UNC Dean Smith qui remporta la médaille d'or aux Jeux olympiques d'été de 1976.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les Suns sélectionnèrent Davis avec le cinquième rang de la draft NBA 1977. Il eut un impact immédiat, jouant 81 matches et inscrivant 24,2 points par match pour sa première saison. Il remporta le trophée de NBA Rookie of the Year en 1978 et fut intégré dans la All-NBA Second Team. Au terme de ses dix premières saisons, Davis avait réalisé des moyennes de 20 points par match à six reprises, et participa à six NBA All-Star Game.

Durant sa carrière, Davis réalisa des moyennes de 18,9 points, 3,8 passes décisives et 3,0 rebonds par match. Davis était surnommé « The Greyhound » pour son style rapide et son physique solide. Le commentateur des Suns Al McCoy inventa divers surnoms pour lui, dont « Sweet D », « The Candyman », et « The Man with the Velvet Touch. » Davis est le meilleur marqueur de l'histoire des Suns avec 15 666 points et est considéré comme le meilleur shooteur de l'histoire de la franchise.

La fin de carrière de Davis fut gâchée par des problèmes de blessures récurrentes au dos et par un scandale de drogue. En 1987, il fut appelé à témoigner sur l'usage illégal de drogue par d'autres joueurs des Suns en échange d'une immunité (il est entré deux fois en cure de désintoxication pour addiction à la Cocaïne). Son déclin correspondit au déclin des Suns et, à l'expiration de son contrat en 1988, l'équipe ne lui proposa pas d'autre contrat. Âgé de 33 ans, il signa un contrat de deux ans avec les Nuggets de Denver, il remporte avec eux l'Open McDonald's en 1989 et est élu MVP du tournoi. Il arrêta de jouer avec Denver à l'issue de ces deux années de contrat et fut inclus dans un transfert avec trois équipes début 1991 qui l'envoya aux Trail Blazers de Portland pour une moitié de saison. À l'été 1991, il retourna à Denver pour y conclure sa carrière.

Davis fut plus tard commentateur pour les Nuggets et fut recruteur pour les Wizards de Washington. Au fil du temps, Davis et les Suns renouèrent leur relation. En 1994, son numéro 6 fut retiré par les Suns et en 2004, il fut intronisé dans l'équipe « Ring of Honor[1]».

Il est l'un des joueurs qui a inspiré Michael Jordan, son neveu Hubert Davis joua aussi à l'Université de Caroline du Nord et en NBA.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ring of Honor », sur nba.com

Liens externes[modifier | modifier le code]