Walmart Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Walmart.

La Compagnie Walmart du Canada est la division canadienne de la multinationale américaine Walmart. En 2007, elle emploie environ 70 000 travailleurs dans 278 magasins. Son siège social est situé à Mississauga, en Ontario.

Historique[modifier | modifier le code]

Walmart de Chicoutimi, au Québec.

Walmart a ouvert des magasins au Canada en 1994 en rachetant à Woolworth sa division Woolco et 120 à 122 de ses succursales[1],[2]. Toutes les succursales de Woolworth seront achetées par Walmart à l'exception des quelques magasins qui étaient syndiqués[réf. souhaitée]. Avec cette transaction, Walmart acquiert plus de 14 millions de pieds carrés déjà connus des consommateurs canadiens, se positionnant ainsi comme un joueur clé de la distribution au Canada[Note 1],[1].

L'entreprise situe le siège de la division canadienne à Mississauga, en Ontario. Le 8 novembre 2006, les trois premiers Supercenters canadiens ouvrent leurs portes. Trois mois plus tard, on trouve déjà six Walmart Supercenters sur le territoire canadien.

En 2007, l'entreprise possédait 278 magasins, employant 70 000 Canadiens[réf. souhaitée].

En septembre 2008, Walmart Canada affirme employer 77 000 « associés » dans 310 succursales[3].

En 2009, la compagnie affirme employer 82 000 personnes dans plus de 300 succursales, qui offrent chacune près de 80 000 produits[2]. Elle recense 54 succursales au Québec[4].

Antisyndicalisme[modifier | modifier le code]

Les mesures antisyndicales de Walmart ont été la source de plusieurs conflits de travail au Canada.

En Saskatchewan, la firme conteste par voie judiciaire la syndicalisation de trois de ses magasins[5],[6],[7].

Au Québec, trois tentatives de syndicalisation d'employés de Walmart ont été entreprises par les Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC), membre de la Fédération des travailleurs du Québec.

Jonquière[modifier | modifier le code]

Ancien magasin Wal-Mart de Jonquière, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Québec.

Les employés de la succursale de Jonquière, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ont formé le premier magasin Walmart complètement syndiqué en Amérique du Nord en 2004. Négociant une première convention collective avec leur employeur, ce dernier annonce la fermeture du magasin en mai 2005, affirmant que le magasin se trouve dans une situation financière précaire[8].

La Commission des relations du travail, la Cour supérieure du Québec et la Cour d'appel du Québec donnent raison à Walmart dans ce dossier[9]. Portée devant un tribunal d'arbitrage, la décision de licencier les employés du magasin de Jonquière fut jugée illégale le 22 septembre 2009[10]. L'arbitre Jean-Guy Ménard a rendu son jugement en se basant sur l'article 59 du Code du travail québécois ainsi que sur l'absence de preuve de la situation déficitaire du magasin de Jonquière[8],[10]. Le groupe a porté cette décision en appel[8].

Le 27 novembre 2009, la Cour suprême du Canada a rendu un jugement en faveur de Walmart, précisant qu'une compagnie n'a pas l'obligation légale de préciser pourquoi elle ferme une succursale. La décision fut appuyée par 6 juges contre 3[11],[9].

De plus, les tribunaux canadiens ont refusé la permission aux travailleurs d'entreprendre un recours collectif contre leur ancien employeur[9].

Le 2 décembre 2009, les professeurs Michel Coutu et Laurence Léa Fontaine, ainsi que l'avocat Georges Marceau, publient un article critiquant la décision de la Cour suprême dans le journal Le Devoir[12]. Qualifiant l'arrêt de décevant, les auteurs soulignent, entre autres, l'absence étonnante de toute mention de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec dans le jugement[12].

Le 6 octobre 2010, la Cour supérieure du Québec confirme la décision rendue en septembre 2009 par l'arbitre Jean-Guy Ménard et renvoie le dossier devant l'arbitre afin « d'établir un ou des redressements possibles advenant que ces parties ne réussissent pas à en convenir »[13].

En juillet 2011, Walmart Canada a demandé à la Cour supérieure du Québec un appel concernant leur jugement sur la fermeture de leur succurcale.[réf. nécessaire]

Le 27 juin 2014, la Cour suprême du Canada a déterminé que Walmart, en fermant ce magasin, a contrevenu à l'article 59 du Code du travail du Québec stipulant qu'il est interdit pour un employeur de modifier les conditions de travail de ses employés lors d'un processus de syndicalisation. Walmart devra verser une indemnisation à ceux-ci.

Saint-Hyacinthe et Gatineau[modifier | modifier le code]

En janvier 2005, la succursale de Saint-Hyacinthe reçoit son accréditation syndicale. Le 8 avril 2009, à la suite d'un long arbitrage, cette succursale se fait imposer une première convention collective, faisant de cette dernière la seule succursale syndiquée d'Amérique du Nord[14].

Une autre accréditation syndicale fut également obtenue par les mécaniciens d'un magasin Walmart à Gatineau, encore une fois au Québec. Suite à l'obtention d'une convention collective en août 2008, l'entreprise a annoncé la fermeture du garage le 16 octobre de la même année[15].

Weburn[modifier | modifier le code]

En avril 2004, des employés d'une succursale de Weburn, en Saskatchewan, déposent une demande d'accréditation syndicale[16]. À la suite de divers recours juridiques, le Conseil des relations de travail de la Saskatchewan rend un jugement en décembre 2008 permettant aux employés de rejoindre les Travailleurs unis du commerce et de l'alimentation (TUAC)[16]. Walmart conteste la décision, affirmant que seulement 29 des 104 employés actuels du magasins étaient présents en 2004 lors du vote d'affiliation[16]. En 2010, les employés procèdent à un vote de désaffiliation[17]. Celui-ci n'est pas dépouillé à la suite de divers recours juridiques[17].

En août 2013, la Cour suprême du Canada refuse d'entendre la cause et le vote est dépouillé[17]. Après avoir constaté un vote de 51 contre 5, la Commission des relations de travail de la Saskatchewan prend acte du résultat et considère que la dernière succursale syndiquée au pays est désaffiliée[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Les 142 magasins de Woolco ont effectué des ventes de 1,5 milliard de dollars canadiens en 1993, ce qui classait la compagnie quatrième au pays
Références
  1. a et b (en) Arthur Markowitz, « Wal-Mart heads north of border; acquiring Woolco Canada another step on path to global retailing », sur http://findarticles.com, Discount Store News,‎ 7 février 1994 (consulté le 5 décembre 2009)
  2. a et b « À propos de Walmart - Profil de la Compagnie », sur http://www.walmart.ca,‎ 2009 (consulté le 5 décembre 2009)
  3. (en) Karin Campbell, « Wal-Mart Canada Corp. - Press release », sur http://www.walmart.ca,‎ 23 septembre 2008 (consulté le 6 décembre 2009)
  4. « Liste des succursales au Québec », sur http://www.walmart.ca, Walmart Canada,‎ 2009 (consulté le 28 novembre 2009)
  5. La Presse canadienne, « Saskatchewan : un syndicat entre chez Wal Mart », sur http://www.lesaffaires.com, Les Affaires,‎ 10 décembre 2008 (consulté le 16 janvier 2010)
  6. Radio-Canada.ca, en collaboration avec La Presse canadienne, « Une convention collective chez Wal-Mart », Société Radio-Canada,‎ 8 avril 2009 (consulté le 16 janvier 2010)
  7. François Desjardins, « Wal-Mart de Saint-Hyacinthe, dernier chapitre », Le Devoir,‎ 2 février 2009 (consulté le 16 janvier 2010)
  8. a, b et c Vincent Brousseau-Pouliot, « Wal-Mart en appellera de sa condamnation », La Presse,‎ 23 septembre 2009 (lire en ligne).
  9. a, b et c Radio-Canada.ca, « Cour suprême - Walmart l'emporte », Société Radio-Canada,‎ 27 novembre 2009 (consulté le 27 novembre 2009)
  10. a et b PC, « Wal-Mart a agi de façon illégale à Jonquière », La Presse canadienne,‎ 22 septembre 2009 (consulté le 23 septembre 2009)
  11. La Presse canadienne, « Wal-Mart avait le droit de fermer sa succursale de Jonquière », sur http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca (consulté le 27 novembre 2009)
  12. a et b Michel Coutu, Laurence Léa Fontaine et Georges Marceau, « Affaire Wal-Mart - La légitimité vacillante de la Cour suprême », Le Devoir,‎ 2 décembre 2009 (consulté le 2 décembre 2009)
  13. François Desjardins, « Relations de travail - Wal-Mart essuie une autre rebuffade en Cour supérieure », Le Devoir,‎ 14 octobre 2010
  14. La Presse canadienne, « Le Walmart de Saint-Hyacinthe a sa convention collective », Le Devoir,‎ 9 avril 2009 (consulté le 16 janvier 2010)
  15. « Wal-Mart ferme son garage », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,‎ 16 octobre 2008 (dernière mise-à-jour 17 octobre 2008) (consulté le 16 janvier 2010)
  16. a, b et c Radio-Canada et La Presse canadienne, « Victoire syndicale à Weyburn », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,‎ 9 décembre 2008
  17. a, b, c et d « Le seul Walmart syndiqué au pays se désaffilie », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,‎ 21 août 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]