Walkin'

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Walkin'

Album de Miles Davis
Sortie 1957 (en format 30 cm)
1954 (en format 25 cm sur deux disques distincts)
Enregistré 3 et 29 avril 1954 à Hackensack (New Jersey, États-Unis)
Durée 38:00
Genre Jazz Hard bop et Bebop
Producteur Bob Weinstock
Label Prestige Records
Critique

Albums de Miles Davis

Walkin' est un album jazz hard bop du Miles Davis All Stars paru (sous la forme qui constitue la base de toutes les rééditions jusqu’à nos jours) en 1957[1], sur le label Prestige Records.

Historique[modifier | modifier le code]

Produit par Bob Weinstock pour son label Prestige Records, Walkin' est le fruit de deux sessions d'enregistrement, en format All Stars, tenues au studio de Rudy Van Gelder à Hackensack les 3 et 29 avril 1954, avec une même section rythmique mais des souffleurs invités différents pour chaque séance : David Schildkraut (saxophone alto) lors de la première, et Lucky Thompson (saxophone ténor) et Jay Jay Johnson (trombone) lors de la seconde.

Dave Schildkraut, à la sonorité très parkerienne, est une figure du jazz aujourd'hui un peu oubliée dont le nom n'était pas mentionné avec ceux des autres musiciens sur la couverture originale du disque. Son bref solo sur "Solar" repousse encore les frontières du bebop[2] et est considéré par certains comme la meilleure contribution individuelle de sa carrière[3]. La session du 29 avril constituait un retour sur disque pour Lucky Thompson[3]. Il était prévu à l'origine que le sextet enregistre des morceaux qu'il avait arrangés, mais, dû à un manque de répétitions, le groupe fut contraint d'abandonner le projet alors qu'il était déjà en studio et d'opter pour deux jam sessions ayant produit "Walkin' " et "Blue 'n Boogie[4]". Ces deux titres, avec Solar[5], deviendront des emblèmes du mouvement hard bop[6].

Avant sa parution sur disque de format 30 cm en 1957, l’essentiel de la musique contenue sur Walkin’ était paru en 1954 sur deux disques de format 25 cm : Prestige 182, qui incluait "Walkin'" et "Blue 'n' Boogie" ; et Prestige 185, qui incluait "Solar", "You Don't Know What Love Is" et un quatrième titre enregistré lors de la session du 3 avril, "I’ll Remember April[7]". Ce dernier morceau fait maintenant partie de l'album Blue Haze.

Réception[modifier | modifier le code]

Bien que remarqués par certains connaisseurs, les deux disques de 25 cm sortirent dans une certaine indifférence[8]. L’album définitif de 1957 est toutefois aujourd'hui considéré comme l'un des disques fondateurs du Hard bop[9]. Il a fait l’objet, au fil des ans, de critiques extrêmement élogieuses[10]. Particulièrement digne de mention est l’appréciation de Bob Weinstock, le fondateur et dirigeant de Prestige Records entre 1949 et 1971, qui déclare, dans le documentaire The Miles Davis Story, que Walkin’ est le meilleur disque à être jamais paru sur son label[11].

La musique que renferme Walkin’ peut être vue comme le retour en force de Miles Davis[12], qui, pendant quelque temps, avait presque abandonné la musique à cause de sa dépendance à l'héroïne. Un sevrage drastique, en 1953, lui permit de s'en sortir. À l'époque, l'émergence de deux nouveaux trompettistes aux styles distinctifs, Chet Baker et Clifford Brown, menaçait sérieusement sa réputation[13]. L'album sera enregistré juste après quelques séances, elles aussi d'un style essentiellement hard bop, tenues en mars pour Blue Note et Prestige Records avec Art Blakey, Percy Heath et Horace Silver. Ces séances, les toutes premières de Miles Davis en studio après son sevrage, figurent sur les albums Volume One et Blue Haze.

Musiciens[modifier | modifier le code]

Séance du 3 avril 1954 : Miles Davis All Stars

Séance du 29 avril 1954 : Miles Davis All Star Sextet

  • Miles Davis (Trompette)
  • Lucky Thompson (Saxophone ténor)
  • Jay Jay Johnson (Trombone)
  • Horace Silver (Piano)
  • Percy Heath (Contrebasse)
  • Kenny Clarke (Batterie)

Titres[modifier | modifier le code]

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

Séance du 29 avril 1954

1. Walkin' (Richard Carpenter) 13:24.

2. Blue 'n' Boogie (Dizzy Gillespie, Frank Paparelli) 8:15

Séance du 3 avril 1954

3. Solar (Miles Davis, Chuck Wayne) 4:41

4. You Don't Know What Love Is (Gene de Paul) 4:20

5. Love Me Or Leave Me (Walter Donaldson) 6:54

Walkin'[modifier | modifier le code]

Ce titre est particulièrement long (plus de 13 minutes) avec une ligne mélodique simple et des solos swinguants. Le thème musical d'ouverture est accrocheur ce qui en fait l'un des premiers tubes de Miles Davis.
Des doutes existent quant à l’attribution de "Walkin’" à Richard Carpenter, le gérant de Gene Ammons dans les années 50 et proche de Davis, de Chet Baker et de Dizzy Gillespie[14] ; le titre fut quelquefois attribué à Miles Davis lui-même[15], il dériverait de Weirdo enregistré le 6 avril 1954 sur l'album Miles Davis Volume One chez Blue Note[16], lui-même dérivant de Gravy (1950) de Ammons[17]...
Il fut un indélogeable du répertoire de Miles Davis en concert pendant une douzaine d’années environ. C’est le seul morceau dont on trouve au moins une version sur les disques live officiels suivants qui couvrent la période 1954-1966 : Pacific Jazz Festival (1956), In Person Friday and Saturday Nights at the Blackhawk, Complete (1961), At Carnegie Hall — The Complete Concert (1961), Miles Davis In Europe (1963), "Four" & more (1964), Miles In Tokyo (1964), Miles In Berlin (1964) et The Complete Live at the Plugged Nickel 1965. Le titre est également bien représenté sur les albums live non officiels ou bootlegs, comme Amsterdam Concert (1957), Olympia, 20th March 1960, In Stockholm Complete (1960) et Live In Paris en 1967.

Bill Evans et le clarinettiste Tony Scott arrangent et interprètent le titre en 1956[18].

En 1958 le titre "Sid's Ahead" de Miles Davis paru sur l'album Milestones est une reprise non déguisée de Walkin'[19].

Solar[modifier | modifier le code]

Il existe une controverse quant à la paternité de cette composition, ayant traditionnellement été attribuée à Miles Davis, mais qui pourrait en fait dériver d’une chanson, "Sonny", écrite par le guitariste Chuck Wayne dans les années 40[20].
Le titre, qui constitue un standard du jazz, a fait l’objet d’autres interprétations marquantes, notamment par Chet Baker (In New York), Bill Evans (Sunday at the Village Vanguard) et Brad Mehldau (Art of the Trio, vol. 4: Back at the Vanguard). Le monument funéraire de Miles Davis exhibe, sous la mention "In Memory of Sir Miles Davis 1926-1991", la retranscription d’un extrait de "Solar[21]". Tout comme Ornithology de Parker et Satelite de Coltrane, Solar serait basé sur les mêmes accords que le standard How High the Moon (Morgan Lewis) d'Art Tatum.

Citations[modifier | modifier le code]

« Cet album[22] a entièrement bouleversé ma vie et ma carrière. J'avais pris J.J. Johnson et Lucky Thompson pour cette séance, parce que je cherchais le gros son que tous deux pouvaient me donner. Lucky pour le côté Ben Webster, mais be-bop aussi. J.J. avait aussi ce gros son. Il y avait Percy Heath à la basse, Art[23]à la batterie et Horace au piano. On a travaillé tous les concepts musicaux dans ma chambre et celle d'Horace au Arlington Hotel. Beaucoup de trucs sont sortis du vieux piano d'Horace. À la fin de la séance, nous savions que nous avions fait quelque chose de bien -même Bob Weinstock et Rudy étaient emballés par ce qui en était sorti-, mais l'impact du disque n'a été sensible qu'après sa sortie, un peu plus tard cette même année. Ce disque faisait vraiment mal, avec Horace et son piano funky[24], et Art et ses putains de rythmes. C'était quelque chose. Je voulais ramener la musique vers le feu, vers les improvisations du Be-Bop, ce que Diz et Bird avaient amorcé. Mais je voulais aussi entraîner la musique en avant, vers une manière de blues plus funky, vers quoi Horace nous conduirait. Et avec moi, J.J. et Lucky par dessus le marché, il fallait bien que ça décolle. »

— Miles Davis avec Quincy Troupe, Miles. L'autobiographie, Paris, Presses de la Renaissance, 1989, p. 152.

« Pour ma séance Prestige d'avril[25], Kenny Clarke a remplacé Art Blakey à la batterie parce que je voulais des balais. Quand il s'agissait de jouer doucement des balais, personne ne le faisait mieux que Klook. J'utilisais une sourdine, et je voulais de la douceur derrière moi, mais une douceur swinguante. »

— Miles Davis avec Quincy Troupe, Miles. L'autobiographie, Infolio, 2007, p. 189.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jack Chambers, Milestones. The Music and Times of Miles Davis, New York, Da Capo Press, 1998 (originellement publié en deux volumes par Beech Tree Books, 1983 et 1985), p. 186 (vol. I).
  2. Philippe Carles, Jazz magazine n°570, mai 2006.
  3. a et b Ira Gitler, notes originales du disque.
  4. Ian Carr, Miles Davis: The Definitive Biography, New York, Thunder’s Mouth Press, 2007 (première édition, 1999), p. 78. La remarquable cohésion et l’empathie dont témoignent les musiciens sur les deux titres pourraient s’expliquer par le fait que, quelques jours auparavant, ils s’étaient produits ensemble en concert dans un magasin de disques (John Szwed, So What: The Life of Miles Davis, New York, Simon & Schuster Paperbacks, 2004 (première édition, 2002), p. 113).
  5. Ashley Kahn, Kind of Blue. Le Making Of du Chef d'Œuvre de Miles Davis, éditions Le mot et le Reste, 2009, p.37.
  6. Frédéric Goaty, Jazz magazine n°517, juillet 2001.
  7. Voir les critiques des deux disques par Nat Hentoff dans le magazine Downbeat, parues respectivement les 11 août et 17 novembre 1954 (ces critiques ont été réimprimées dans Frank Alkyer et al. (éds.), The Miles Davis Reader. Interviews and Features from Downbeat Magazine, New York, Hal Leonard Books, 2007, p. 194-195).
  8. Voir ibid., de même que Nat Hentoff, “Miles: A Trumpeter in the Midst of a Big Comeback Makes a Very Frank Appraisal of Today’s Jazz Scene”, Downbeat, 2 novembre 1955 (réimprimé dans Frank Alkyer et al. (éds.), The Miles Davis Reader, p. 34-39, spécialement p. 35).
  9. John Szwed, So What: The Life of Miles Davis, p. 114.
  10. Plusieurs sont citées dans Jack Chambers, Milestones. The Music and Times of Miles Davis, p. 186-188 (vol. I), et dans Richard Cook, It's About That Time. Miles Davis On and Off Record, Londres, Atlantic Books, 2005, p. 38.
  11. Mike Dibb (réal.), The Miles Davis Story, Documentaire TV (USA), 2001.
  12. Son enregistrement précède de peu le grand comeback de Miles Davis au festival de Newport en 1955, et le triomphe sur scène et sur disque de son premier grand quintet avec John Coltrane en 1956.
  13. Noël Balen, Miles Davis l'ange noir, Paris, Editions Mille et une nuits, 2001, p. 46.
  14. Ashley Kahn , op. cit., p.42
  15. Ira Gitler, Notes à l’édition remasterisée de Walkin’ dans la série Rudy Van Gelder Remasters, 2006
  16. Ashley Kahn, op. cit., p.42.
  17. ibid.
  18. Ashley Kahn, op. cit., p.86.
  19. Ashley Kahn, op. cit., p 90.
  20. Steve Voce, "Chuck Wayne Obituary", The Independent (London), 1er août 1997.
  21. John Szwed, op. cit., p. 400.
  22. Miles Davis parle ici uniquement du disque de format 25 cm Prestige 182, qui n’incluait pas d’extraits de la séance du 3 avril.
  23. L'autobiographie de Miles Davis renferme ici et dans la suite du paragraphe une inexactitude, puisque le batteur présent lors des deux séances d'enregistrement de Walkin' était Kenny Clarke, et non pas Art Blakey. L'erreur figure également dans la version originale anglaise du livre.
  24. "Voir la brutalité de ses deux mains sur le solo de Blue'n'Boogie". Franck Bergerot, Miles Davis, Introduction à l'écoute du jazz moderne, Seuil, 1996, p.83.
  25. Miles Davis fait ici exclusivement allusion à la session du 3 avril, où il utilisa de fait une sourdine, contrairement à la séance du 29 avril.