Walibi Belgium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Walibi Wavre)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Walibi.
Walibi Belgium
WalibiBelgium logo2011.png
Ancien nom
  • Walibi (1975-1981)
  • Walibi Wavre (1982-2000)
  • Six Flags Belgium (2001-2004)
Ouverture 26 juillet 1975
Superficie 62 ha
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Province Brabant wallon
Commune Wavre
Propriétaire CDA Parks
Type de parc Parc d'attractions
Site Web www.walibi.be
Coordonnées
géographiques
50° 41′ 55″ N 4° 35′ 26″ E / 50.698611111111, 4.590555555555650° 41′ 55″ Nord 4° 35′ 26″ Est / 50.698611111111, 4.5905555555556
  Géolocalisation sur la carte : Belgique
Belgium location map.svg
Walibi Belgium

Walibi Belgium (nom original Walibi) est un parc d'attractions conçu par l'homme d'affaires belge Eddy Meeùs et qui a été inauguré le 26 juillet 1975. Il est localisé en Belgique sur des terrains situés dans les communes de Limal et Bierges. Sa mascotte est un kangourou de couleur orange dénommé également Walibi.

À l'origine du Groupe Walibi, le parc et ses installations (dont le complexe aquatique Aqualibi inauguré en 1987) ont été l'objet à plusieurs reprises d'acquisitions par des groupes étrangers entre 1997 et 2006. Le parc a été ainsi la propriété du groupe américain Premier Parks (devenu par la suite Six Flags Inc.) de 1997 à 2004, société qui le rebaptise Six Flags Belgium en 2001 en y ajoutant une quinzaine d'attractions et de nouveaux personnages. Par la suite de difficultés financières du groupe aux États-Unis, le parc sera cédé en 2004 à une société de capital Palamon Capital Partners qui décide de le renommer Walibi Belgium en 2005. L'année suivante, le parc est de nouveau vendu cette fois-ci au groupe français Compagnie des Alpes via sa filiale Grévin & Cie (devenue CDA Parks).

Considéré comme faisant partie aujourd'hui du patrimoine belge, Walibi Belgium a été pendant de nombreuses années une tribune de la bande dessinée belge, notamment via un contrat avec les Éditions du Lombard qui, en accord avec Hergé, fixa la présence des personnages des Aventures de Tintin dans le parc dès 1975, ce qui contribua à sa renommée jusqu'au milieu des années 1990. De 2005 à 2010, les personnages de bande dessinée étaient de nouveau à l'honneur avec l'arrivée de Boule et Bill et Bob et Bobette, sans oublier Lucky Luke qui y a fait son entrée en 1998.

Walibi Belgium est un parc saisonnier dont la période d'ouverture s'étale en général de début avril à la fin du mois d'octobre. Divisé en plusieurs zones thématiques, il cible principalement les familles et propose au public une quarantaine d'attractions en tout genre ainsi que différents spectacles qui changent selon les saisons.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine du projet[1][modifier | modifier le code]

En 1970, de retour du Zaïre où il a fait fortune dans les plantations de quinquina, le belge Eddy Meeùs, un homme d'affaires originaire d'Anvers cherche à se lancer dans une nouvelle activité pour y investir son argent. Après plusieurs placements boursiers infructueux, il pense à racheter une entreprise et se tourne donc vers les banques qui lui assurent que "l'avenir est dans les loisirs". En 1971, il choisit de se lancer dans un projet de parc safari avec d'autres investisseurs mais se retire après des négociations sans résultats.

C'est par pur hasard qu'il trouve l'idée d'un nouveau projet. Il lit un prospectus commercial ventant le téléski nautique, un ski nautique où le bateau est remplacé par un câble et une machinerie de tractage, une invention d'un allemand : Bruno Rixen. Il rencontre l'ingénieur à Munich et signe avec lui un accord de vente exclusive pour le Benelux, ainsi qu'une option pour le monde entier.

Eddy Meeùs se met alors à chercher des opportunités commerciales pour vendre le produit, et se rend compte qu'il a besoin d'un endroit pour réaliser des démonstrations. À la recherche d'un plan d'eau, il apprend que la Compagnie Immobilière de Belgique vend un étang à Limal, dans le Brabant wallon. Il achète 7 hectares de terrain dont un étang de 3 hectares et fonde en juillet 1972 la société Les Grands étangs de Limal dans laquelle il injecte 5 millions de BEF (environ 124 000 euros).

Après plusieurs démarches administratives, les terrains passent de zone agricole à zone de loisir et il obtient les permis de bâtir lui permettant d'apporter les transformations nécessaires au plan d'eau pour y accueillir le téléski nautique. Ces différents travaux, ainsi que l'achat de terrains supplémentaires pour créer un parking et un accès à la voirie font finalement monter l'investissement à 50 millions de BEF (environ 1,2 million d'euros). Eddy Meeùs réfléchit alors à un projet plus important : des vestiaires pour les futurs skieurs, un restaurant et une plaine de jeux pour occuper les enfants… Son intention ne sera pas que de vendre le produit, mais aussi de l'exploiter pour le public. Parmi les premières idées : la création d'un hall de sport, avec une patinoire, des terrains de tennis et même une piscine, mais Eddy Meeùs n'a pas assez d'argent pour les financer entièrement.

C'est finalement une nouvelle fois grâce au hasard qu'une nouvelle étape importante se met en place. Meeùs rencontre un constructeur de manèges forains désireux de se reconvertir et qui lui propose son aide. L'idée d'un parc d'attractions est lancée mais l'investissement basique pour équiper le parc, soit 40 millions de BEF (environ 1 million d'euros) est trop important pour ses finances. Le fabricant propose alors un paiement échelonné sur 5 ans, une offre que Meeùs accepte, avant de changer d'avis et d'exiger la moitié pour obtenir la livraison des manèges. Dans l'impossibilité de faire marche arrière, le marché est finalement tenu et la livraison prévue début 1975. Meeùs rencontre dans la même période d'autres forains qui lui proposent de louer leurs attractions pour la saison, avec une option d'achat.

Avec tous ses frais, il doit alors se tourner vers les banques et emprunter, mais celles-ci sont méfiantes et n'accordent pas beaucoup de crédit à son projet. La grande crise de 1974 due au premier choc pétrolier fait que le gouvernement de l'époque, pour lutter contre l'inflation, décide d'interdire aux banques d'accorder des crédits jusqu'à nouvel l'ordre. La situation finit par se débloquer en janvier 1975, quand deux banques lui accordent deux prêts pour 45 millions de BEF (environ 1.1 million d'euros), non sans avoir dû hypothéquer les terrains et plusieurs de ses biens privés.

Il faut noter qu'en parallèle, Meeùs s'est lancé dans un autre projet de téléski nautique, à Bernissart, proche de la frontière française. Inauguré le 1er juin 1974, ce petit parc de loisir comprend un restaurant, un petit train et plusieurs manèges pour enfants achetés à la foire de Hambourg. Cette expérience lui permis d'acquérir quelques ficelles du métier et d'anticiper certains problèmes qui allaient se poser dans son second projet.

Walibi : les premières années (1975-1977)[1][modifier | modifier le code]

Pour Eddy Meeùs, Les Grands étangs de Limal n'est pas un nom convenable pour un parc d'attractions. Il propose alors à sa famille un jeu et organise un brainstorming avec à la clé une prime pour celui qui trouverait un nom original et attrayant. Malgré les nombreuses propositions, aucune ne lui convient, et près de deux mois avant l'inauguration du parc, ce dernier n'est toujours pas baptisé. Il pense alors à construire un nom à partir de Wavre, la commune la plus proche et la plus connue des environs. Mais il trouve indélicat de parler d'un "Parc de Wavre" étant donné que ce dernier se trouve réellement sur la commune de Limal. Vu qu'une partie du parking se trouve également sur Bierges, il a l'idée de créer un nom au départ des premières syllabes des trois communes : Limal, Bierges et Wavre. Après plusieurs tests de combinaison, il s'arrête sur Walibi, proposition qui est acceptée très rapidement par ses collaborateurs et sa famille. Son fils Thierry Meeùs lui dit alors que cela le fait penser à un petit marsupial australien, le wallaby, un cousin du kangourou… Le nom du parc et son emblème étaient désormais définitifs.

Eddy Meeùs s'entoure d'une équipe qui fera longue date dans l'histoire du parc. Il y a tout d'abord le fils d'un ami, Dominique Fallon, futur créatif et responsable des campagnes de communication. Et il y a aussi sa famille qui se joint rapidement à ses affaires, en commençant par sa fille Anne en 1974 suivi de ses fils Yves en 1977 et Thierry en 1983. Walibi est donc dès sa conception une entreprise familiale.

Logo original de Walibi (1975) dessiné par Guy Dessicy.

Walibi ouvre ses portes au public le 26 juillet 1975 et près de 1 000 personnes se présentent ce jour-là. Le parc est traversé par une longue allée large d'1 mètre 50 dans laquelle on trouve un parcours de montagnes russes Le Grand 8, des auto-tamponneuses, des poneys, des canots ainsi que 5 attractions foraines louées à la fête foraine de Wavre, dont Himalaya, un manège de type Music Express et Matterhorn. Quant au Téléski nautique, il est installé au bord d'une plage de sable fin. Afin de rendre le parc plus présentable, Eddy Meeùs doit investir dans des tulipes en plastique pour donner un peu de verdure au terrain qui se compose principalement de sable de remblai.

Meeùs réalise avec un forain une autre attraction : Le Temple du Soleil, un dark ride dans lequel les visiteurs découvrent différentes scènes avec les personnages et animaux de l'album du même nom des aventures de Tintin, le tout en accord avec Hergé. L'attraction est ouverte quelques jours plus tard, le 25 août. Cette collaboration est le début d'une longue série de projets d'attractions et animations grâce à un contrat signé avec les Éditions du Lombard. D'ailleurs, Meeùs avait imaginé dans un premier temps un parc plus important sur le thème des aventures de Tintin, un projet qu'il avait dû abandonner vu l'important investissement nécessaire.

Walibi lance en Belgique et en Europe le concept du ticket unique à la journée donnant libre accès à toutes les attractions. À cette époque, certains parcs comme Disneyland en Californie fonctionnaient avec un système de carnets de tickets à utiliser selon le type d'attractions. La première saison se clôture sur un premier chiffre: 47 000 visiteurs, ce qui permit de couvrir les frais de publicité, mais pas ceux du personnel[1].

À ses débuts, la plupart des activités du parc (le parking, les restaurants, les attractions) sont gérées par des indépendants, et la majorité des attractions sont démontées l'hiver pour revenir le printemps suivant, ou être remplacées par de nouvelles, souvent plus grandes. Cette organisation fait qu'Eddy Meeùs ne peut vraiment construire un parc définitif comme il l'entend, mais au fil des années, il reprend peu à peu la gestion des manèges et du reste du parc, ce qui le mène à construire de plus en plus des attractions et bâtiments fixes. Plus étonnant encore: Claude François a donné un concert pour l’inauguration de la deuxième saison du parc d’attractions de Walibi, c’était le samedi 15 mai 1976. Malgré une fréquentation en hausse en 1976 (250 000 visiteurs) puis en 1977 (420 000 visiteurs), Eddy Meeùs est empêtré dans les soucis financiers, notamment avec l'inflation galopante de l'époque mais aussi du fait que même avec un chiffre d'affaires en hausse, le parc ne fait quasiment aucun bénéfice.

Les grands développements (1978-1985)[1][modifier | modifier le code]

La rivière sauvage (1978).

La quatrième saison de Walibi, en 1978, marque un tournant important dans l'histoire du parc. Durant l'hiver, Meeùs obtient un nouveau prêt de 50 millions de BEF (environ 1,2 million d'euros) auprès de la Société Nationale de Crédit à l'Industrie (SNCI) et décide d'investir dans une importante série de nouvelles attractions. Tout d'abord, le Jumbo Jet, des montagnes russes Jet Star 3 du constructeur allemand Schwarzkopf achetées au forain Kinzler[2], le Sensorama, "Les radeaux", un Tow boat ride (avec des décors représentants l'aventure de Tintin L'Oreille cassée), le Calypso, le Paratroop, le Bidule mais surtout la Rivière sauvage, premier parcours de bûches construit en Belgique. Et comme ces attractions sont fixes, Meeùs peut commencer à aménager le parc et y planter des arbres.

La saison est un succès et le parc accueille près de 700 000 personnes, soit 280 000 de plus qu'en 1977. Quant à la mascotte du kangourou, elle se fait connaître via une importante campagne d'affichage où on la voit dévaler la Rivière Sauvage.

Enterprise (1979)

Durant l'hiver suivant, la SNCI fait de nouveau confiance à Meeùs et lui accorde un prêt supplémentaire de 200 millions de BEF (environ 5 millions d'euros), ce qui lui permet de réaliser une seconde vague d'investissements. En aménagements d'abord, car la grande allée du parc est asphaltée, puis en nouvelles attractions. Sont ainsi inaugurés en 1979 la Grande Roue (de Vekoma Rides), les Poneys mécaniques et deux circuits de voitures électriques (les Tacots et les Mini-Jeeps) toutes 3 construites par la firme allemande Metallbau Emmeln et enfin l'Enterprise, attraction à sensations fortes fournie par Huss Rides.

Tornado (1979)

Mais le plus gros investissement cette année-là fut l'achat à la société hollandaise Vekoma Rides d'un exemplaire de Double Corkscrews, inaugurant ainsi le premier circuit de montagnes russes à posséder une inversion en Europe. Baptisé Tornado, elle propose deux vrilles sur un circuit long de 730 mètres, haut de 23 mètres et dont la vitesse des trains (2 au total, embarquant chacun 24 personnes) atteint jusqu'à 65 km/h[3]. Cette attraction devient vite l'objet de toutes les attentions et attise la curiosité de nombreux visiteurs, certains téléphonant même au parc pour demander si elle n'est pas dangereuse et si elle n'a pas fait de victimes…

Le succès est au rendez-vous, Walibi fait parler de lui en dehors des frontières belges (surtout en France et aux Pays-Bas) et attire près de 900 000 visiteurs, soit 25 % de plus qu'en 1978.

Au cours de l'hiver 1979-1980, Eddy Meeùs décide de se séparer de l'attraction Le Temple du Soleil dont la capacité horaire est inférieure à ce qu'il avait espéré. Alors que son constructeur l'avait certifié à un maximum de 900 personnes par heure, l'attraction ne peut en absorber en réalité qu'environ 200. À la suite du refus du constructeur de réaliser les transformations à ses frais, Walibi avait apporté quelques modifications pour améliorer le débit horaire à 350/400 personnes. Cela est néanmoins insuffisant car la file d'attente reste trop longue et plusieurs problèmes de sécurité apparaissent, condamnant ainsi l'attraction. Mais Meeùs décide de la remplacer par une plus grande et plus moderne, toujours centrée sur les aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne. Il s'agit d'un Water Dark Ride, probablement inspiré des Pirates of the Caribbean des parcs Disney, dans lequel les visiteurs circulent à bord de grandes barques. On peut y découvrir l'histoire du Chevalier de Hadoque et de Rackham le Rouge (dont la voix est interprétée par Bob de Moor) grâce à 85 animatroniques et de nombreux décors inspirés par les albums du Le Secret de La Licorne et Le Trésor de Rackham le Rouge écrit par Hergé entre 1942 et 1943. On peut y voir Tintin, Milou, le Capitaine Haddock, le professeur Tournesol, les Dupond et Dupont, et la scène finale, un combat naval, est impressionnante pour l'époque. La nouveauté, inaugurée par la reine Paola (à l'époque princesse) est un grand succès populaire et avec une capacité horaire à 1000 personnes, l'idée de Meeùs s'est avérée payante[4].

Cette année-là est également inauguré le premier fast food du parc, une décision d'Yves Meeùs, ainsi qu'un spectacle de magie. L'année est également marquée par une grande opération marketing avec la société Côte d'Or spécialisée dans le chocolat. Mis au point par la même agence de communication, il s'agit d'un système d'échange destiné avant tout aux enfants. Au verso de chaque emballage de barres en chocolat figure un dessin représentant l'une des 15 grandes attractions (Tornado, Le Secret de la Licorne, etc.), et chaque série rassemblée donne droit à une entrée gratuite au parc. L'opération est un énorme succès grâce au troc dans les écoles et aux petites annonces dans les journaux, si bien que Côte d'Or doit augmenter sa production. Vu que les entrées gratuites n'étaient pas valable durant le mois d'août, le parc fait face à une importante augmentation de la fréquentation lors des weekends de septembre, et clôture sa saison 1980 avec un nouveau record : plus d'1 million de visiteurs.

En 1981, trois nouvelles attractions sont installées : le Big Yoyo, une paratower de Vekoma Rides, Énergie 2000, un spectacle audiovisuel situé dans un chapiteau circulaire et Laserama, un spectacle lasers et son et lumière construit dans un théâtre moderne aux formes cubiques à côté de la Grande Roue[5].

Sirocco (1982) ici après la transformation de 1999

À la fin de l'année, Meeùs apprend par hasard que le constructeur Schwarzkopf souhaite vendre un exemplaire d'un Shuttle Loop qui avait été fabriqué pour un parc d'attractions japonais qui avait fait faillite entretemps. Il reçoit une offre d'achat à 75 millions de BEF (environ 1.8 million d'euros) de la part d'Anton Schwarzkopf [note 1] qui lui assure que cette attraction lui apportera 300 000 visiteurs de plus sur une saison. Meeùs lui propose alors un marché, il achète l'attraction pour 45 millions et rajoute 30 millions si l'augmentation de la fréquentation est celle que Schwarzkopf lui promet. Le fabricant accepte et, début 1982, le Sirocco accueille ses premiers visiteurs. Première du genre en Europe (il n'existait à cette époque que 7 autres exemplaires dans le monde), ces montagnes russes longues de 220 mètres fonctionnent sur une base assez simple : le train est catapulté à 85 km/h vers un looping vertical avant de se retrouver face à une portion inclinée à 70° et haute de 42 mètres où, une fois avoir perdu sa vitesse, il repart en arrière. Il réalise alors le même parcours pour finalement se retrouver sur une autre portion inclinée de l'autre côté, où il repart en marche avant l'arrivée en gare. Le tout en 35 secondes[6].

La saison se déroule bien et le parc accueille cette année-là 950 000 visiteurs, et vu que l'objectif des 300 000 visiteurs de plus n'est pas atteint, Meeùs gagne son pari avec Schwarzkopf[note 2].

Les saisons 1983 et 1984 marquent une première pause après l'intense développement des 5 années précédentes, mais le parc ne chôme pas car il doit faire face à la concurrence de plus en plus forte des autres parcs belges. Meeùs et son équipe (qui se résume toujours à 4 grands postes : Dominique Fallon au marketing/relations commerciale, Anne Meeùs à l'administration, Yves Meeùs à la technique et Thierry Meeùs aux ventes internes) décident de recentrer les activités du parc autour du public familial, en misant donc moins sur les sensations et plus sur les spectacles. C'est ainsi qu'est construit au centre du parc, en 1984, le village mexicain, avec Panchito, un théâtre d'automates. De plus, des otaries arrivent en remplacement des dauphins (dont le bassin a été construit en 1976). Cette année-là voit également l'arrivée de La Fiesta Tropicana, la Plaine Côte d'or, le Futurama et le Tintin Show, qui remplace le Laserama[4].

C'est en 1985 que Walibi se lance dans un nouveau défi en construisant la première zone à thème de son histoire : Ali Baba et les Milles et une Nuits. Située de l'autre côté du lac (ce qui permet désormais d'en faire le tour complet), elle réunit diverses attractions et activités autour du même thème, avec de véritables palmiers, des décors composés de coupoles, minarets et fontaines. On y trouve un mini labyrinthe, une petite plaine de jeux, un spectacle d'automates, un snack, un fast food et surtout, un nouveau Water Dark Ride Le Palais d'Ali Baba. Dans des embarcations similaires au Secret de la Licorne, les visiteurs découvrent les Milles et une Nuits au travers de différents tableaux où animatroniques et effets spéciaux sont au rendez-vous. Malgré l'engouement du public, cette nouveauté ne se traduit pas par une importante augmentation de la fréquentation, mais donne des idées à Meeùs qui se met à réfléchir à la création de zones thématiques.

Lors de la saison 1986, vu la bonne santé financière de l'entreprise, Walibi inaugure un second parcours de bûches baptisé Rio Salto et transforme le parcours des radeaux en Gondolettas avec de nouvelles embarcations mais toujours la thématique des aventures de Tintin. L'année est bonne et Meeùs se met à réfléchir à de nouveaux projets, avec pour ambition de dépasser les 1.2 million de visiteurs. Il souhaite se repositionner face à la concurrence, alors qu'en France on commençait à parler de l'implantation d'un parc Disney.

Aqualibi et succès populaire (1986-1992)[modifier | modifier le code]

Aqualibi (1987)

Au courant de l'année 1986, Eddy Meeús estime que Walibi peut désormais réaliser des plans d'investissements à long terme et se met donc à la recherche de nouvelles activités. C'est Dominique Fallon qui lui propose l'idée de construire un parc aquatique couvert, à l'image de celui situé à Duinrell aux Pays-Bas. Après une étude de marché et diverses visites dans des lieux similaires en Europe (entre autres différents Center Parcs, l'Alpamare de Pfäffikon et l'Océade de Strasbourg), le projet prend forme et est baptisé Aqualibi, un jeu de mot entre "Aqua" (« eau » en latin) et "Walibi"[1].

Construit à l'entrée du parc, Aqualibi est conçu en prenant le meilleur de ce qui a été visité chez la concurrence : une grande piscine à vagues, une piscine à courant d'eau et jets de relaxation, une piscine extérieure, des toboggans (dont le Colorado, deux toboggans à bouées inspiré par celui d'Alpamare), un jacuzzi, des murs chauffants, des bancs solaires ou encore une pataugeoire. Les activités sont installées sous un toit transparent de forme conique et sont entourées d'une thématique tropicale. Plusieurs éléments de décoration de l'aventure de Tintin Le Sceptre d'Ottokar sont utilisés pour l'entrée et la file d'attente. Les travaux prennent du retard avec l'hiver rigoureux et Aqualibi est finalement inauguré le 6 juillet 1987, en pleine saison estivale[1].

Outre son statut de première en Belgique, l'originalité d'Aqualibi vient également du fait qu'il est considéré comme une attraction du parc, chaque visiteur ayant droit de s'y amuser durant 1h15 pendant la journée. C'est en fin de saison qu'il devient un parc aquatique permanent, c'est-à-dire ouvert toute l'année et en soirée, ce qui modifie profondément les habitudes de l'équipe de direction qui n'avait travaillé qu'au rythme des saisons jusqu'alors[1].

Radja River (1988)

Durant l'année, Walibi se lance dans son prochain projet d'attraction et en confie la direction à Yves Meeùs. Il est décidé de concevoir un circuit de bouées, une attraction impressionnante et à forte capacité. Elle est baptisée Radja River, est intégrée à la zone Ali Baba et inaugurée en 1988.

Construite sur une superficie de 2.5 hectares, la Radja River s'impose vite comme l'une des attractions de ce type la plus importante en Europe. Son parcours de 600 mètres de long présente une dénivellation de 3,57 mètres que 13 embarcations (de 1,5 tonne chacune pour 12 places) parcourent à la vitesse de 1,5 mètre à 6 mètres par seconde (équivalent de 5 km/h à 20 km/h) grâce à un débit de près de 30 000 m³ d'eau (soit 9 m³ à la seconde). Conçue par l'entreprise suisse Intamin AG, le canal (qui est large de 5 à 12,5 mètres et profond de 80 cm) est entouré par de nombreux rochers où divers effets aquatiques et cascades (avec des débits allant jusqu'à 800 m³ d'eau) viennent surprendre les visiteurs[7].

Avec la combinaison de la Radja River et de l'Aqualibi, le succès populaire est au rendez-vous, et le 10 août 1988, le parc accueille son douze millionième visiteur[1].

Rapido et Tinka (1990)

Entre 1989 et 1991, le développement du parc est mis de côté car, après l'introduction du Groupe Walibi à la Bourse de Bruxelles le 24 juin 1988, Eddy Meeùs et son équipe se concentrent sur une série d'acquisitions en France (Avenir-Land et Big Bang Schtroumpf devenus plus tard Walibi Rhône-Alpes et Walibi Schtroumpf) et en Belgique (Mini-Europe et plus tard Bellewaerde Park)[1]. Néanmoins, le parc accueille en 1989 un Cinéma 3D en remplacement du Tintin Show dans la zone Futura et près de 220 millions de BEF (environ 5.5 millions d'euros) sont injectés en 1990 dans Aqualibi avec la construction d'une aile supplémentaire comprenant une piscine chauffante (la Laguna Verde), un toboggan (le Tinka) et le Rapido, une rivière sauvage de 130 mètres de long[8]. L'année 1991 est exceptionnelle pour le parc qui enregistre une augmentation du nombre de visiteurs de 15 % avant le début de la saison estivale. Une grande opération marketing avec la chaîne de supermarchés GB est organisée, et tout comme l'opération Côte d'Or en 1980, elle rapporte un succès plus important que prévu. Alors qu'à l'origine, la société GB a acheté 350 000 entrées dans le but de les donner gratuitement à ses clients qui collectionnaient des points en fonction de leurs achats, elle doit finalement en recommander 200 000 de plus car elle a mal calculé l'impact de la promotion sur le public. Un problème important se pose alors pour le parc qui doit faire face à un assaut de visiteurs dans les derniers jours du mois d'août et durant les weekends de septembre. Un jour, l'afflux est tel qu'il faut même fermer les grilles d'entrée car le seuil maximum de capacité (fixé en ce temps là à 20 000 visiteurs) était atteint. Bien que se félicitant de la réussite de cette promotion, Eddy Meeùs estimera par la suite que l'image de Walibi a pris un mauvais coup dans l'esprit de beaucoup de Belges : le parc était maintenant associé à des files d'attente interminables, des problèmes de foule et de manque de personnel[1]. Durant l'hiver, le Jumbo Jet est démonté pour être vendu à un forain français.

En 1992, près de 350 millions de BEF (environ 8,5 millions d'euros) sont investit dans 3 nouveautés et la transformation de la zone située au fond du parc. Près de 40 millions de BEF (environs 1 million d'euros) sont utilisés pour cette dernière qui devient Zone Caraïbes avec l'assèchement d'une partie du lac pour la construction du Grand Amphithéâtre, une salle de spectacle de 1200 places équipée d'une piscine et qui se destine à accueillir un spectacle d'otaries. On installe également le Bounty, un Looping Starship du constructeur suisse Intamin AG, une attraction achetée au parc français Zygofolis en faillite (elle a été ouverte en 1987 sous le nom Bateau Ivre[9]). L'extension de la zone s'accompagne également d'un restaurant et d'une boutique[10].

Colorado (1992)

Troisième nouveauté, le Colorado représente à lui seul un investissement de 250 millions de BEF (environ 6 millions d'euros), soit le plus important de l'histoire du parc jusqu'alors. Ce train de la mine de Vekoma Rides qui a nécessité 3 ans de réflexion, est construit sur une superficie d'un hectare dans un décor inspiré des montagnes rocheuses du Grand Canyon, avec des cascades, des passages dans des grottes et divers éléments rappelant l'Ouest américain[11]. Installé au sein de la zone Pancho Villa, ses 3 trains permettent d'emmener près de 1000 personnes à l'heure sur un circuit de 785 mètres où la vitesse de pointe atteint les 50 km/h pour une hauteur maximale de 14 mètres. La décoration ambiante est agrémentée d'une plateforme construite au-dessus de la gare permettant aux visiteurs de contempler l'attraction[12].

À la fin de la saison, le Groupe Walibi décide de freiner une nouvelle fois ses investissements sur le parc, car d'autres exploitations ont été acquises (Walibi Aquitaine, Océade, Babyland-Amiland et Flevohof) et la marge bénéficiaire du groupe en a souffert[13].

Renommée et premiers doutes (1993-1997)[modifier | modifier le code]

Alors que la saison 1993 démarre bien (mi-juillet, le parc a enregistré plus d'entrées que l'année précédente)[14], les mauvaises conditions météorologiques durant la période estivale affectent finalement la fréquentation qui s'élève à 1 250 000 visiteurs (pour Walibi et Aqualibi)[15],[16]. Comme annoncé l'année précédente, il y a peu d'investissements si ce n'est la construction d'une passerelle permettant aux visiteurs de joindre le parc depuis la gare de Bierges sans devoir traverser la route nationale 238 qui les sépare, pour un coût de 15 millions de BEF (environ 370 000 euros). La SNCB et la ville de Wavre se joignent au projet et apportent plusieurs aménagements à la gare afin d'améliorer la sécurité des visiteurs venant en train et qui sont estimés à près de 140 000 pour cette année-là[17],[18].

En 1994, le parc souffre encore du fait que la famille Meeùs se concentre toujours sur les dernières acquisitions (notamment d'importants travaux à Walibi Flevo). On assiste donc simplement à quelques petits changements, avec par exemple la disparition de l'automate Orgue Magique dans la zone Ali Baba, remplacé par un nouveau spectacle de magie. Le début de saison est encourageant car, en juillet, le parc accueille près de 25 % de visiteurs de plus par rapport à 1993[19] mais la fréquentation redevient stable après le mois d'août.

Flash Back (1995)

En 1995, le parc célèbre ses 20 ans et renoue avec les gros investissements en injectant 200 millions de BEF (environ 4.9 millions d'euros) dans 3 nouveautés[20],[21]. La principale est le Flash Back, un nouveau parcours de bûches construit par l'entreprise allemande Mack Rides, et qui remplace le Rio Grande (ex Rivière sauvage) mis à la retraite après 16 ans d'activité. L'attraction, qui a coûté à elle seule 140 millions de BEF (environ 3.4 millions d'euros), est thématisée avec l'aide d'une société belge, Original Factory, qui lui donne une fonction : c'est une usine à rajeunir. Outre sa modernité et sa taille plus importante que le Rio Grande, le Flash Back a également l'originalité de proposer une chute en marche arrière, le tout grâce à des plateformes rotatives[22].

Ensuite, le parc construit tout autour des étangs sur une distance d'1.5 km le Walibi Express, un petit train qui marque deux arrêts : la zone Syldavie et la zone Caraïbe, juste en face du Grand Amphithéâtre. La première gare est construite en partie sur le restaurant "Terrasse 1900" et sur le ponton de départ du téléski nautique qui est fermé et démantelé entièrement, tournant ainsi une nouvelle page dans l'histoire de Walibi[23].

Enfin, Walibi propose dans le Grand Amphithéâtre un nouveau spectacle Peter Pan Walibishow, une version raccourcie à 30 minutes de la création "Peter Pan" (mis en scène par Patrick de Longée et Rinus Vanelslander) qui a été à l'affiche au même endroit durant tout le mois de décembre 1994 et qui a accueilli environs 20 000 spectateurs. Inspiré par le célèbre conte de James M. Barrie, le spectacle se compose de chansons, jeux de comédiens et de divers effets spéciaux le tout dans le décor exotique où trône un galion pirate. Remis en scène spécialement pour le parc par Bruno Bulté, près de 500 représentations sont prévues[24],[25].

Fin juin, le parc devient l'hôte d'un jeu télévisé de la RTBF présenté par Jacques Careuil et Sam Touzani et sur le thème des aventures de Tintin : L'Énigme du Cristal. Le plateau est installé sous un chapiteau blanc ouvert sur le terrain où se trouvait le Jumbo Jet quelques années auparavant. Le succès populaire est au rendez-vous et, durant l'été, Walibi accueille son 20 millionième visiteur[26]. En fin de saison, une autre page se tourne : Le Secret de la Licorne est fermé car l'attraction est désormais jugée trop vieillotte par la direction[27],[note 3]. À la fin de la saison, le bilan est positif et le groupe revient dans le vert après deux années de pertes[28]. Durant le mois de décembre, le parc accueille une nouvelle fois un spectacle sur le thème de Pinocchio également mis en scène par Bruno Bulté[29], mais contrairement à Peter Pan l'année précédente, il ne sera pas présenté devant les visiteurs du parc.

En effet, pour la saison 1996, Walibi investit 30 millions de BEF (environ 740 000 euros) dans la création d'un nouveau spectacle dans le Grand Amphithéâtre : Agent 008 : Tropical Mission. Mélange de cascades et effets pyrotechniques, il est qualifié de première européenne[30]. Le spectacle Panchito quant à lui disparaît pour être remplacé par une exposition ludo-éducative Looping K'nex en partenariat avec la fabricant de jeux de construction K'nex. Après avoir suivi une présentation interactive sur les bases de la physique, les enfants sont invités à mettre en pratique la théorie via des constructions en K'Nex inspirées des montagnes russes du parc[31].

La météo défavorable affecte la fréquentation du parc qui doit même fermer ses portes au public le jeudi 29 août, en pleine saison estivale. Malgré une ouverture prolongée lors des weekends de septembre et octobre, la météo et le marasme économique ambiant font chuter les recettes de 15 %. Le doute commence à s'installer dans l'esprit d'Eddy Meeùs qui cherche d'ailleurs à vendre certains parcs du Groupe Walibi, mais refuse une offre de Premier Parks Inc. qui lui propose d'en acheter l'ensemble[1]. Il décide en octobre 1996 de ne plus assurer la gestion journalière donnant les rennes à son fils Thierry Meeùs [32],[33].

En 1997, le parc tente de renouveler le « contrat Tintin » avec Moulinsart SA[34] mais c'est un échec, et l'ensemble des références aux aventures de Tintin ont désormais totalement disparu des allées et des attractions.

La saison est théâtre d'un incident rare qui fera beaucoup parler de lui. Le mercredi 27 août, à la suite d'une avarie technique, le train du Sirocco n'est pas propulsé assez rapidement et reste coincé au sommet de son looping vertical. Après une première tentative d'évacuation par les pompiers, les 26 passagers seront finalement redescendus avec le train à l'aide d'une grue et 9 personnes seront transportées à l'hôpital pour des maux de tête et baisse de tension. Les conclusions de l'enquête dévoileront qu'une pièce de sécurité du système de lancement a cassé. Événement mécanique normal selon les experts, cette casse aurait du ralentir le train suffisamment pour qu'il ne puisse pas franchir l'inversion. Mais le rapport officiel indiquera que la vitesse réduite et l'inertie ont conduit le train à une situation de parfait équilibre, une situation qualifiée de hasard par ces mêmes experts[35]. L'attraction est remise en route un mois après et ne fait pas fuir le public venu en masse profiter de cette célébrité retrouvée[36].

Le bilan de la saison 1997 est meilleur qu'en 1996, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux investissements[37] mais cette année est surtout synonyme d'un grand changement pour Eddy Meeùs et pour l'évolution de Walibi. En 1997, le parc accueille 1 000 000 visiteurs[38].

Vente au groupe Premier Parks (1998-2000)[modifier | modifier le code]

Fin de l'année 1997, Eddy Meeùs revient sur sa décision et négocie la vente d'une grande partie du Groupe Walibi avec la société américaine Premier Parks Inc., un opérateur de parcs d'attractions aux États-Unis[39]. L'acquisition du Groupe et donc de Walibi est annoncé officiellement en décembre et est clôturée début 1998 peu après l'introduction de Premier Parks à la New York Stock Exchange.

Dalton Terror (1998)

On assiste cette année-là au dernier plan d'investissement de l'équipe d'Eddy Meeùs : 200 millions de BEF (environ 4.9 millions d'euros) pour la transformation complète de la zone Pancho Villa qui devient Lucky Luke City, un nouvel espace dédié à l'univers de Lucky Luke, le personnage de bande dessinée créé par Morris. Les bâtiments existants parmi lesquels l'ancien spectacle des otaries et Looping K'nex (ex Panchito) sont rasés pour laisser place à un nouveau village de 15 000 m2 représentant en détail plusieurs éléments clés de la série Lucky Luke. Morris et ses collaborateurs participent d'ailleurs activement à la création de ce projet dans lequel on retrouve un saloon (un nouveau fast food baptisé Dalton Burger), le bureau du Shérif, la prison ou encore la banque qui constituent la file d'attente d'une nouvelle attraction[40],[41].

C'est une Free Fall Tower du constructeur suisse Intamin AG qui a coûté à elle seule 125 millions de BEF (environ 3 millions d'euros) : la Dalton Terror. D'une hauteur de 77 mètres, elle est le jour de son inauguration la première de son genre en Belgique et la plus haute du monde[42].

Afin de l'insérer dans la thématique de la Lucky Luke City, le Colorado est rebaptisé Calamity Mine, en référence à Calamity Jane, un personnage que René Goscinny (le scénariste de la série entre 1957 et 1971) a introduit dans les histoires de Lucky Luke en 1958, ce dernier s'étant inspiré de la "vraie" Martha Jane Canary. Les Poneys sont aussi remis à neuf, le thème de Tintin en Amérique disparaissant au profit du fidèle compagnon de Lucky Luke : le cheval Jolly Jumper.

Vampire (1999)

En 1999, le parc inaugure 3 nouveautés pour un investissement total de 400 millions de BEF (environ 9.9 millions d'euros) dont 250 millions de BEF (environ 6.2 millions d'euros)[43] pour le Vampire, un Suspended Looping Coaster du fabricant hollandais Vekoma Rides. Premières montagnes russes de ce type en Belgique[44], elle est construite dans une nouvelle zone proche de l'entrée. Son parcours de 689 mètres de long est composé de 5 inversions pour un lift hill haut de 35 mètres. Les passagers ont les pieds dans le vide et subissent des accélérations de 4G pour une vitesse maximale de 80 km/h[45]. Pour les familles, un manège avec des gondoles en forme de drakkars, Dragon Boat, et un parcours de montagnes russes La Coccinelle (un modèle Tivoli), tous deux du constructeur allemand Zierer, sont construits dans la zone Caraïbes.

D'importants travaux d'insonorisation ont lieu sur le Sirocco qui est rebaptisé Turbine et dont le circuit est désormais quasi entièrement couvert y compris le looping vertical. Dans un style vieille usine ressemblant au Flash Back, ce changement majeur permet au parc de diminuer les nuisances sonores de l'attraction de 60 à 50 dB. En outre, la direction annonce l'achat de 4 hectares de terrain situés en bordure du parc (le Moulin de Limal) pour des futures extensions, mais sans projet spécifique à ce moment-là[44].

L'année est exceptionnelle et le parc enregistre une augmentation d'un peu plus de 30 % de visiteurs pour clôturer à 1 350 000 entrées[46].

Les Barriques folles (2000)

Lors de l'hiver 1999-2000, le parc prépare son 25e anniversaire et poursuit ses investissements en injectant 300 millions de BEF (environs 7.4 millions d'euros) dans une toute nouvelle zone d'entrée (qui est élargie avec de nouvelles caisses, deux boutiques et un nouveau centre d'informations) et dans plusieurs attractions[47]. Le Big Yoyo est détruit pour être remplacé par Les barriques folles, un manège de type Breakdance du constructeur allemand Huss Rides. Le fast food de la zone Futura, le Jumbo Burger, est également détruit pour être remplacé par une nouvelle zone enfants composée de 5 attractions, dont 3 nouvelles commandées auprès du fabricant italien SBF Visa: Tree House, une mini tour en forme d'arbre de 7,70 mètres de haut, Abeilles Volantes, une version réduite des chaises volantes et Mini-Police, un manège de type tasses où 6 voitures tournent autour d'un policier[48].
La même année, le manège d'avions, Baby Kangourou est remplacé par un nouveau manège construit par Marcel Lutz et nommé Petits Avions.

En milieu de saison, un quotidien belge annonce l'intention des propriétaires américains d'abandonner la marque Walibi au profit d'une appellation Six Flags. Il faut savoir que le groupe avait racheté les droits d'exploitation des personnages de la Warner Bros. aux États-Unis et en Europe et avait par ailleurs déjà transformé Walibi Flevo en Six Flags Holland en début d'année. En outre, ils travaillaient activement à l'amélioration de Warner Bros. Movie World Germany et au projet de Warner Bros. Park Madrid. La direction du parc, par la voix de son directeur du marketing Dominique Fallon, indique alors à la presse qu'il est prématuré de parler du départ du kangourou[49].

En fin de saison, le parc organise, pour la première fois, une saison Halloween[50]. Pendant quelques semaines, les allées sont transformées avec des ballots de paille, des tonnes de citrouilles et une multitude de décors. De nombreuses animations et spectacles sont présentés et une maison hantée est conçue dans un ancien restaurant Les Pagodes. L'opération est un succès et le parc enregistre un record de fréquentation pour la saison : 40 000 visiteurs en 2 jours[51].

En décembre, les rumeurs enflent et beaucoup d'indices portent à croire que le parc sera transformé et rebaptisé la saison suivante. Durant l'hiver 2000-2001, il devient un immense chantier.

Six Flags Belgium (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Logo de Six Flags Belgium

Le 12 janvier 2001, la direction de Six Flags Inc. annonce officiellement à la presse la transformation du parc pour la nouvelle saison ainsi que son nouveau nom : Six Flags Belgium. Propriétaire des droits de la Warner Bros., Six Flags décide d'y introduire certains des personnages des licences Looney Tunes (parmi lesquels Bugs Bunny qui en devient le symbole principal, Daffy Duck, Titi et Grosminet) et Batman.

La transformation de Walibi est radicale et l'investissement conséquent : près de 1,2 milliard de BEF (environs 30 millions d'euros)[52]. Outre de nombreux travaux structurels (parking rénové, élargissement des allées principales, réhabilitations diverses, nouveaux espaces verts), plusieurs bâtiments et attractions sont détruits et une quinzaine de nouveautés font leur apparition. De nouvelles zones thématiques sont créées et la plupart des attractions existantes sont rebaptisées, à grand renfort de décors et accessoires. Les travaux sont tellement importants que le parc n'ouvre que le 28 avril 2001, après les vacances de Pâques[53].

Dans la première partie du parc, plusieurs éléments sont entièrement rasés : le restaurant Les Pagodes, la salle du spectacle des perroquets Funny Parrots et trois attractions (le Carrousel 1925, les auto-tamponneuses Autoscooters et le Top Gun). Le Cinéma 3D est mis à la retraite et remplacé par un spectacle dédié aux Looney Tunes : Bugs Bunny and Friend's Show.

Loup Garou (2001)

C'est dans cette zone que l'on trouve l'un des plus gros investissements de la transformation, un circuit de montagnes russes en bois (de conception Vekoma Rides) baptisé Loup Garou et construit sur une superficie d'1,5 hectare, en partie sur le lac situé entre Les vieux tacots et le Vampire. Premières montagnes russes de ce type en Belgique, le circuit fait 1 028 mètres de long et son sommet culmine à 32 mètres pour une vitesse maximale de 80 km/h. Il a fallu près de 1 500 m³ de bois, 1 040 pieux en béton et 15 000 boulons pour le construire[54]. Un manège familial, le French Cancan, de type chaises volantes du constructeur Zierer, vient compléter la zone qui représente désormais la France. La Grande roue perd les couleurs de Walibi (jaune et orange) pour se doter d'une nouvelle livrée et de nouvelles nacelles.

Au centre du parc, d'autres installations disparaissent comme la plaine de jeux de l'ancienne zone Futura qui est remplacée par de nouvelles auto-tamponneuses (du constructeur Reverchon), La Via Roma, dans un thème italien. Les références au kangourou Walibi disparaissent de Walibiland (qui est rebaptisé Tchou Tchou). Enfin, une nouvelle attraction de type Top Spin de Huss Rides, le Screamer, est ajoutée dans l'entrée de la Lucky Luke City.

Cobra (2001) ici avec les nouvelles couleurs depuis 2008

La zone Ali Baba est quasi entièrement détruite (y compris la scène du spectacle de magie) pour laisser place à des montagnes russes, également de Vekoma Rides et de type Boomerang : Cobra. Son train unique est tracté en marche arrière sur une hauteur de 35 mètres avant d'être libéré sur le circuit composé de trois inversions, pour finalement être rétracté dans l'autre sens et effectuer le même parcours en marche arrière. Un manège familial, Tapis Volant (de même type), est construit sur l'une des terrasses du fast food Khalif Burger situé tout à côté.

D'importants travaux sont également entrepris sur l'espace pique-nique situé entre la Radja River et la Turbine. Cette extension se compose d'une Mad House Vekoma Rides Le Palais du Génie sur le thème des 1001 nuits mais également d'une grande zone enfants sur l'univers des Looney Tunes : Bugs Bunny Land. Y sont notamment construites une plaine de jeux Looney Tunes Tree House, des fontaines et sept attractions fournies pour la plupart par le constructeur italien Zamperla : Le petit train de Charlie le Coq, Avion-école Marvin le Martien, Elmer autour du monde, Transports Taz & Co, Le sous-marin fou de Daffy, La Mine d'Or de Yosemite Sam et Les acrobaties de Grosminet.

Dans le fond du parc, Six Flags installe deux manèges de la société américaine Chance Morgan : la Salsa y Fiesta, un manège de tasses, et l'Octopus, un Wipeout. Quant au Grand Amphithéâtre, il accueille désormais Batman Thrill Spectacular, un spectacle de cascades sur le thème de Batman.

Une grande campagne publicitaire est mise en place pour faire connaître le nouveau nom du parc et l'arrivée des nouveaux personnages. Celle-ci est qualifiée de "rouleau compresseur" et de "rupture abrupte avec le passé" par le vice-président marketing du groupe de l'époque car Six Flags souhaite imposer sa marque en Europe et démontrer ses normes de qualité en termes d'accueil et d'attractions. Le groupe souhaite également doter le parc d'une image plus familiale, et moins ciblée adolescents. L'arrivée des Looney Tunes vise à élargir la cible des clients aux familles avec petits enfants. Si l'essentiel du budget marketing est alloué à la télévision (différents spots ayant pour objectif de faire connaître le changement de nom, la marque, puis les nouvelles attractions), le groupe investit également dans des spots radio, des annonces dans la presse, une campagne d'affichage et des actions de marketing direct dans les écoles et les entreprises. Afin de fidéliser la future clientèle, Six Flags met également en place l'Euro Season Pass, un abonnement annuel donnant accès à tous les parcs du groupe toute l'année, pour à peine quelques euros de plus que le billet d'entrée classique[55].

Six Flags est tourné vers l'avenir et montre ses ambitions en demandant une dérogation au plan de secteur communal pour pouvoir installer de nouvelles attractions sur cinq hectares de terrains achetés aux facultés universitaires Saint-Louis, une demande qui sera acceptée par le conseil communal en mars[56]. En fin de saison et vu le succès de l'année précédente, le parc remet en place une saison Halloween (Halloween Horror Fest) avec une nouveauté de taille : l'ancienne attraction Le Secret de la Licorne est transformée en maison hantée ! L'ancien canal est utilisé comme walkthrough et plusieurs animatroniques sont récupérés pour créer des personnages monstrueux.

Le 24 novembre 2001, une page se tourne définitivement dans l'histoire du parc avec l'annonce du décès d'Eddy Meeùs, à la suite d'une longue maladie[57]. Six Flags lui rendra hommage début 2003 avec l'installation d'une plaque commémorative dans la zone d'entrée.

En 2002, il n'y a pas d'investissement majeur à Six Flags Belgium si ce n'est la création d'un nouveau spectacle au sein du Grand Amphithéâtre en remplacement de Batman Stunt Spectacular : l'Atlantis Mystery Show. Trois attractions sont mises à la retraite durant la saison : Le Palais Ali Baba, qui est transformé en walkthrough pour la saison Halloween, le Tornado et le Bounty, qui sera définitivement démonté en 2006.

Logo de Challenge of Tutankhamon (2003)

Pour la saison 2003, Six Flags Belgium relance ses investissements et inaugure une nouvelle attraction, Challenge of Tutankhamon, un parcours scénique interactif conçu par la société américaine Sally Corporation. À l'origine prévue en 2002, l'attraction est construite dans l'enceinte du bâtiment qui avait abrité Le Secret de la Licorne et a coûté six millions d'euros[58].

Les visiteurs prennent place par six dans des véhicules autoguidés qui sont munis de pistolets lasers et d'écrans de contrôle. Ils sont censés retrouver un archéologue, le Docteur Xavier Gaudet, qui est entré dans le tombeau de Toutânkhamon en vue de retrouver son trésor pour le mettre à l'abri des voleurs au musée du Caire. Mais au début de l'aventure, ils sont prévenus de l'existence d'une malédiction par un second personnage (Nazeer) qui leur indique que l'ankhinator (le nom donné au pistolet laser) sera leur seule protection contre "la malédiction du pharaon". En fait, s'ils touchent des cibles colorées, ils gagnent des points. Les visiteurs découvrent rapidement un nouveau personnage, la divinité Seth chargée de protéger le tombeau des profanateurs. Il déclare la malédiction de Toutânkhamon et les emporte dans un dédale de couloirs où ils vont devoir se battre, tour à tour, contre un chacal à 3 têtes, des serpents, un scorpion géant, des scarabées, des momies…

Challenge of Tutankhamon (2003)

Sur le parcours d'une superficie de 1 597 m2, près de 130 cibles interactives sont installées, dont la plupart sur 54 animatroniques dont certains réagissent en fonction du nombre de fois où ils ont été touchés. L'attraction possède en outre différents effets sonores, lumineux et pyrotechniques, mais se démarque aussi par un scénario qui propose trois fins alternatives[59].

L'originalité vient en effet à la fin du circuit. Après avoir combattu les "guerriers de Seth" dans la dernière scène, le score de chaque véhicule est calculé automatiquement, et en fonction d'un barème de points, les visiteurs sont soit dirigés vers une nouvelle salle (une dernière épreuve contre Seth) soit vers la sortie où on leur indique qu'ils ont été vaincus par la malédiction. Pour ceux qui réussissent à battre Seth, une seconde salle leur est ouverte : la salle du trésor où ils reçoivent les félicitations d'un égyptologue. Pour les autres, un autre couloir les dirige tout droit vers la même destinée que les premiers perdants.

Le parc inaugure en milieu de saison une autre attraction construite par la société américaine Funtime, payante celle-ci, le Sky Diver, une espèce de balancier composé de deux structures en acier hautes de 45 mètres. Le parc devait également ouvrir une attraction familiale, des canots à moteurs électriques, mais cette dernière ne verra jamais le jour. Quant au spectacle Atlantis Mystery Show, il est prolongé pour une année supplémentaire. Enfin, il est décidé de fermer le Tornado pour toute l'année[note 4]. Le parc fait toujours l'objet de vives critiques des riverains par rapport aux nuisances sonores, notamment celles liées aux nouvelles attractions, et le parc consent à investir plus de 500 000 euros dans divers travaux comme la construction d'un mur antibruit le long du Bugs Bunny Land et le remplissage avec du sable des supports du Cobra et de la Turbine[60].

À la fin de la saison Halloween, la direction annonce que l'année a été excellente en termes de fréquentation et que le parc a connu l'un des ses meilleurs étés depuis son ouverture, sans toutefois donner de chiffres[61]. En décembre, le parc invite la presse à découvrir le retour du personnage Walibi à l'Aqualibi où d'anciens décors du Walibiland ont été installés. L'ancienne statue qui se trouvait à l'entrée du parc est alors présentée dans l'accueil.

La saison 2004 est assez calme et la seule nouveauté de l'année Grand Prix Go Karting, un circuit de karts électriques sponsorisé par Bridgestone, est en réalité une attraction payante[62]. La piste de 150 mètres de long est installée dans le fond du parc, à côté de Challenge of Tutankhamon. La direction mise plutôt sur les événements spéciaux et organise tour à tour le Rollercoaster Month, l'Exotic Summer Festival et les Graffiti Days avant la période d'Halloween[63]. Pendant l'année, le parc accueille son 30 millionième visiteur[64].

Acquisition par Palamon Capital Partners et retour de Walibi (2004-2005)[modifier | modifier le code]

Empreint à de grosses difficultés financières liées à la baisse d'activité de ses parcs en Amérique du Nord, Six Flags décide de procéder à la vente de sa division européenne, y compris Six Flags Belgium. C'est un fonds d'investissement privé, Palamon Capital Partners, qui se porte acquéreur du groupe en mars 2004 pour un montant de 200 millions de USD et qui prend donc en charge la gestion et le développement du parc. Palamon renomme le groupe en Star Parks et se lance à la recherche d'un nouveau nom pour Six Flags Belgium qui doit abandonner la marque Six Flags ainsi que les différentes licences Warner[65],[66].

Le nouveau logo à l'entrée du parc (2005)

Après une étude de marché, il apparaît que le nom et la marque Walibi ont, aux yeux des belges, une grande importance et une certaine valeur sentimentale[67]. Star Parks fait alors le pari de revenir aux sources pour célébrer le 30e anniversaire du parc. Fin 2004, elle convie la presse au Centre belge de la bande dessinée à Bruxelles et annonce le retour du kangourou, sous le nom Walibi Belgium. Symboliquement, Bugs Bunny fait ses adieux et donne les clés du parc à Walibi. Dans l'enthousiasme de ce come-back, Dominique Fallon en profitera même pour indiquer aux journalistes qu'Eddy Meeùs avait considéré que le changement du nom en Six Flags avait été une grosse erreur de gestion de la part des américains[68].

Selon le scénario établi par l'équipe créative du parc, Walibi était parti faire le tour du monde. Il est revenu accompagné de nouveaux amis qu'il a rencontré au détour de ses aventures : Walibelle (sa copine), Oscar le Chat (venu d'Europe), Rocky le Castor (venu d'Amérique), Wok le Dragon (venu d'Asie), Doudou le Pingouin (venu de l'Arctique), Mama Lily l'Hippopotame et Splash l'Éléphant (venus d'Afrique) et d'autres personnages qui seront désormais dans les allées du parc.

Star Parks annonce également le retour de la thématique de la bande dessinée et renoue donc avec les vieux projets d'Eddy Meeús qui avaient disparus avec la vente du parc et l'arrêt du "contrat Tintin". Des accords sont signés avec des éditeurs pour introduire deux séries célèbres en Belgique : Boule et Bill (de Jean Roba) et Bob et Bobette (de Willy Vandersteen). En parallèle, elle rafraichit et remet en avant les personnages de Lucky Luke (de Morris) dans la Lucky Luke City[68].

Bob l'Eponge Cinéma 4D (2005)

Star Parks investit près de 3.5 millions d'euros dans les transformations nécessaires et dans une nouvelle attraction. Une grande partie du travail est réalisée dans l'ancien Bugs Bunny Land où une grande partie de la thématique est modifiée. La zone est appelée Walibi Folies et les attractions sont désormais à l'effigie des nouveaux amis de Walibi. L'attraction Vieux Tacots reçoit de nouveaux décors et devient Boule et Bill Autostop. Quant à la zone italienne, elle accueille les personnages de Bob et Bobette, avec la Via Roma qui devient Tuf Tuf Club, en référence à un album de la série.

La nouvelle attraction représente un investissement total de 1,25 million d'euros [69]. Elle est installée dans le bâtiment qui abritait le Cinéma 3D et le Théâtre de Bugs Bunny. Cinéma 4D SpongeBob est un cinéma 4D de 160 places conçu par SimEx-Iwerks et qui diffuse le film SpongeBob Square Pants 4-D Ride sur le thème de Bob l'éponge, une licence de Nickelodeon. Une boutique sur le thème du dessin animé est construite à la sortie.

L'inauguration du "nouveau Walibi" a lieu le 26 mars 2005 en présence notamment de Thierry Meeùs et de Jean Roba. Le retour du kangourou est un succès populaire, et le parc enregistre une augmentation de 10 % de sa fréquentation durant l'été (comparativement à 2004)[70]. En septembre, la direction annonce la vente et le départ du Tornado qui était fermé depuis deux ans. Le parcours de montagnes russes fait parler de lui une dernière fois en étant transformé en Tornalloween lors de la saison Halloween, un "parcours hanté" peuplé de personnages mystérieux.

Un nouveau propriétaire : la Compagnie des Alpes (2006-2010)[modifier | modifier le code]

En mai 2006, Walibi Belgium tombe dans le giron de la Compagnie des Alpes, société française cotée en Bourse dont la filiale Grévin & Cie (rebaptisée CDA Parks peu de temps après) est en pleine expansion sur le marché des parcs d'attractions et de loisirs en Europe[71]. Le parc conserve son nom, les personnages créés par Star Parks ainsi que l'utilisation des licences de bande dessinée.

Avant cette annonce, en janvier, la décision est prise de détruire le Tornado car l'acquéreur pressenti, une entreprise chilienne, finit par se désister[72]. L'attraction est rasée en quelques jours, et la direction annonce rapidement l'arrivée d'une nouveauté sur le terrain ainsi dégagé[73]. Le contrat d'un montant de 4 millions d'euros a en fait été signé en novembre 2005 par Bill Muirhead, à l'époque administrateur délégué du Groupe Star Parks[74].

Vertigo (2006)

Présenté comme étant une attraction familiale et un prototype unique au monde, elle est conçue par une entreprise autrichienne spécialisée dans la construction de téléphériques et de télésièges de montagne, Doppelmayr, qui est nouvelle dans le milieu des parcs d'attractions. Star Parks annonce officiellement l'arrivée de ce Mountain Glider (c'est le nom technique du modèle) début février, et le décrit comme étant un mélange entre des montagnes russes et un téléphérique. Le circuit, composé d'un câble sur lequel circulent des véhicules suspendus, serpente dans la zone centrale du parc et culmine à 55 mètres d'altitude. Baptisée Vertigo, l'attraction doit être inaugurée en début de saison et fait l'objet d'une importante campagne publicitaire. Le chantier prend un peu de retard et Vertigo est finalement annoncé au 15 juillet 2006[75]. Finalement, par la suite de complications lors du chantier, le parc annonce par communiqué de presse le report de l'ouverture à la saison 2007.

En 2006 toujours, un investissement de 2 millions d'euros est consenti pour la rénovation et l'amélioration des points de restauration. Le parc signe des accords avec plusieurs partenaires dont la plupart sponsorisent des points de vente, tout en permettant l'élargissement de l'offre produit. Ainsi par exemple, le restaurant Belle Époque est transformé en restaurant italien, le Fabio's, et un stand de plats asiatiques (Take-a-Work) est installé dans la zone Lucky Luke City. On voit également l'arrivée d'un nouveau spectacle Mais où est Splash? sur la scène du Théâtre de Walibi ainsi que la fermeture du Sky Diver, situé sur le passage du Vertigo.

En novembre, le Vertigo reçoit les premières autorisations de la TÜV (un organisme allemand spécialisé dans le contrôle des normes de sécurité) et effectue quelques tests avec des passagers. Néanmoins, la direction du parc n'est pas contente car le cahier des charges de Doppelmayr en ce qui concerne la performance de l'attraction n'est pas respecté, elle n'atteint pas un débit horaire de 800 personnes par heure. Elle reporte sa décision d'ouvrir au mois de janvier 2007 et brandit la menace de démonter le parcours de montagnes russes en cas d'échec. Durant l'hiver, CDA Parks annonce un investissement de 8 millions d'euros sur deux ans pour la réhabilitation et l'amélioration de la capacité des attractions existantes, une volonté de la Compagnie des Alpes soucieuse entre autres de diminuer le temps d'attente moyen de 15 à 40 %[76].

Vertigo (2006)

En mars 2007, le parc annonce que le Vertigo ne sera pas en fonction en début de saison, et indique le report de l'ouverture à une date indéterminée[77]. Finalement, l'attraction accueille les visiteurs à partir de la mi-juin, mais uniquement quelques heures par jour et de façon intermittente, car Doppelmayr continue à travailler sur le débit horaire. L'inauguration officielle est, quant à elle, reportée à l'année suivante[78].

Le 8 mai 2008, la presse et un invité spécial, Jean-Claude Van Damme, sont conviés à l'inauguration officielle. Doppelmayr semble avoir réussi à fixer le débit horaire du Vertigo à 800 personnes par heure, grâce notamment à une modification de la vitesse de l'ascenseur vertical qui transporte les nacelles au sommet en quelques secondes[79]. Mais quelques jours après, le Vertigo est fermé car une usure anormale a été détectée sur une partie de l'attraction lors d'un contrôle de routine. Le parc arrête par l'occasion la campagne de publicité lancée 15 jours avant et, peu de temps après, annonce que l'attraction restera inaccessible tout l'été [80].

Finalement, à la fin de la saison, la direction décide de démonter le Vertigo en accord avec Doppelmayr, mettant ainsi fin à près de 3 années d'inconnue. Elle estime à environs 250 000 le nombre de visiteurs qui ont pu profiter de l'attraction.

Pour du reste, sur les 8 millions annoncés pour les réhabilitations des attractions par CDA Parks, le travail s'est principalement concentré durant les inter-saisons 2007 et 2008 sur la Dalton Terror, entièrement repeinte, la Radja River, la Calamity Mine ou encore le Grand Carrousel.

Durant l'hiver 2008-2009, l'attraction Mini Jeeps disparaît au profit d'une promenade thématique sur le thème de Bob & Bobette, tout comme le Grand Prix Go Karting. Pour la saison 2009, le parc n'a prévu aucune nouveauté et poursuit les réhabilitations d'attractions (avec Cobra et la Radja River). La Compagnie des Alpes se concentre plutôt sur l'image de Walibi et lance une grande campagne publicitaire dénommée "The Big 7". Elle met en vedette 7 attractions parmi les plus importantes du parc : Vampire - Loup Garou - Radja River - Flash Back - Dalton Terror - Calamity Mine et Challenge of Tutankhamon. Outre la diffusion de 7 clips en télévision et sur Internet, plusieurs événements spéciaux sont organisés (la "Journée des roux" en honneur de la Calamity Mine par exemple) et des points photos interactifs sont installées dans le parc[81]. La direction prend également la décision de fermer la Turbine [82] sans toutefois condamner définitivement l'attraction.

En 2010, le parc célèbre son 35e anniversaire et concentre toujours sa campagne de communication autour des "Big 7". Le plan de réhabilitation suit son cours et, durant l'hiver, plusieurs attractions sont rafraîchies (Vampire, Cinéma 4D SpongeBob, Flash Back, Radja River) tandis que d'autres gros travaux sont entrepris dans certains points de restauration. Depuis 2008-2009, c'est ainsi 7 millions d'euros qui ont été investis, totalisant finalement à 15 millions d'euros le plan global décidé en 2006 par la Compagnie des Alpes[83]. L'amphithéâtre est de nouveau mis à contribution pour accueillir un spectacle Fun Explosia et il est décidé de fermer définitivement l'Inferno (anciennement appelé Enterprise) qui était en fonction dans le parc depuis 1979[84].

L'événement de l'année est la fermeture de l'Aqualibi pour une refonte totale des installations et une réouverture programmée en 2011. Le projet comprend, entre autres, la construction de nouvelles piscines, d'une zone de jeux pour les enfants, de nouveaux toboggans et d'installations plus confortables (vestiaires, espace restaurant), le tout accompagné d'un plan d'économie d'énergie[85]. En fin de saison, la Compagnie des Alpes débute un plan de communication s’intitulant « 2011 va être l'année de tous les changements à Walibi ! », mais ne révèle rien des actions qui seront prises à Walibi Belgium[86]. Le 14 novembre, le parc est quasi totalement inondé à la suite de la crue de la Dyle après les pluies importantes des jours précédents. Malgré des images impressionnantes, l'annonce est rapidement faite à la presse que les dégâts sont limités[87].

Walibi, une nouvelle marque de divertissement (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

Le 20 janvier 2011, la Compagnie des Alpes lève le voile sur la nouvelle image de marque de Walibi lors d'une conférence de presse organisée à Bruxelles. Elle annonce son ambition d'en faire une marque de divertissement globale avec pour objectif de la développer en dehors du domaine des parcs de loisirs, et notamment via les supports de la bande dessinée, de la chanson et du dessin animé. Pendant 3 ans, une équipe d'experts pilotée par le groupe s'est penchée sur la création d'un nouvel univers contemporain et de nouveaux personnages avec pour fil conducteur le thème de la musique. Avec comme cible marketing les enfants âgés de 8 à 12 ans (décrits par le terme anglophone de tweens), le kangourou change radicalement de style et s'entoure de nouveaux comparses (Squad, Fibi, Haaz, Zenko, Loco et Motiv) qui viennent remplacer les précédents. Les licences de Boule et Bill, Bob et Bobette et Bob l'éponge sont par la même occasion abandonnées afin de laisser place à la nouvelle thématique. Seule la licence de Lucky Luke est conservée[88].

Walibi Belgium fait donc une nouvelle fois l'objet d'une mise à jour thématique en profondeur (la troisième en l'espace de 10 ans) et arbore les nouvelles couleurs ainsi que le nouveau logo de la marque. Une dizaine d'attractions (principalement dans la zone pour enfants Walibi Folies), plusieurs boutiques et restaurants sont rebaptisés et re-thématisés autour des nouveaux personnages et de l'univers musical. La principale nouveauté est présentée au cinéma 4D (désormais appelé WAB Cinema 4D) où un nouveau court métrage Rokken'Roll - produit en interne et mettant en scène les aventures de Walibi - vient remplacer Bob l'éponge. Un nouveau spectacle, The Music Battle Show, est également lancé à l'amphithéâtre (désormais appelé Fabulous Arena) avec pour thème principal une battle musicale entre deux groupes : celui de Walibi (les W.A.B.) et celui de Squad (The SkunX).

Peu avant l'ouverture, l'Aqualibi rouvre ses portes au public le 30 mars après près de 500 jours de travaux et un investissement total de 11 millions d'euro. Un accès direct au parc permet toujours aux visiteurs de s'y rendre pendant la journée à un tarif préférentiel. La saison démarre le 9 avril et le parc profite des excellentes conditions climatiques pour signer un record historique de fréquentation lors des vacances de Pâques[89] suivi ensuite par une excellente saison estivale[90].

Lors de la saison 2012, Walibi Belgium poursuit l'intégration du nouvel univers musical de la marque en rénovant l'attraction Walibi Express, rebaptisée MusicXpress. Les deux trains sont transformés pour l'un aux couleurs des W.A.B. et pour l'autre aux couleurs de The SkunX, tout comme les deux gares. Des personnages embarquent avec les passagers et des animations sont proposées tout au long du parcours. En parallèle, le parc investit dans les nouvelles technologies et lance durant l'été Walibi Connect, un système permettant aux utilisateurs de Facebook de se connecter à des bornes interactives au moyen d'un bracelet RFID pour s'identifier dans le parc et partager l'information avec leurs contacts[91].

L'année 2013 est sous le signe de la nouveauté, Turbine est réhabilitée, nouvelle décoration et nouveau train ; Psyké Underground est ouvert le 13 juillet 2013. Fin de l'année, Aqualibi est fermé ou plutôt bloqué par les travailleurs de Walibi Belgium. En effet, la direction du parc a licencié sept personnes sans raisons exacte. Après, un compromis trouvé entre syndicats et direction du parc, Aqualibi rouvre ses portes le 30 décembre.

Lors de la saison 2014, la licence Lucky Luke est arrêtée, toute décoration en rapport avec le personnage de bande dessinée doit disparaître. Lors de L'intersaison, le parc fait quelques dépenses dans un nouveau thème pour Buzzsaw ou encore des changements de pièces pour Loup Garou

Attractions[modifier | modifier le code]

Attractions actuelles[modifier | modifier le code]

Ci-dessous sont listées par catégorie les attractions actuellement présentes dans le parc (en date de la saison 2014) :

Montagnes russes[modifier | modifier le code]

Nom de l'attraction Type / Modèle Constructeur Année Statut Commentaire
Calamity Mine Train de la mine / 785 m Vekoma Rides 1992 En fonctionnement Anciennement Colorado jusqu'en 1997
Cobra Montagnes russes navette / Boomerang Vekoma Rides 2001 En fonctionnement
Coccinelle Junior / Tivoli Small Zierer 1999 En fonctionnement
Loup Garou Montagnes russes en bois Vekoma Rides 2001 En fonctionnement
Psyké Underground Montagnes russes navette / Shuttle Loop Anton Schwarzkopf 1982 En fonctionnement Anciennement Sirocco jusqu'en 1998 et Turbine jusqu'en 2008. Fermé de 2009 à 2012.
Vampire Montagnes russes inversées / SLC 689 Vekoma Rides 1999 En fonctionnement

Attractions à sensations fortes[modifier | modifier le code]

Nom de l'attraction Type / Modèle Constructeur Année Commentaire
Buzzsaw Top Spin Huss Rides 2001 Anciennement The Screamer jusqu'en 2007
Spinning Vibe Breakdance Huss Rides 2000 Anciennement Barriques folles jusqu'en 2000 et Cilindri Rotanti jusqu'en 2012
Dalton Terror Tour de chute libre Intamin AG 1998
Wave Swinger Wave Swinger Zierer 2001 Anciennement French Cancan jusqu’en 2012
Octopus Wipeout Chance Morgan 2001
Salsa y Fiesta Dancing Cups SBF Visa 2001

Attractions aquatiques[modifier | modifier le code]

Nom de l'attraction Type / Modèle Constructeur Année Commentaire
Flash Back Bûches Mack Rides 1995
Gold River Adventure Tow boat ride Intamin AG 1978 Anciennement Les Radeaux jusqu'en 1985 et Gondolettas jusqu'en 2000
Radja River Bouées Intamin AG 1988

Attractions familiales[modifier | modifier le code]

Nom de l'attraction Type / Modèle Constructeur Année Commentaire
Melody Road VeteranCars Metallbau Emmeln 1979 Anciennement Vieux tacots (1979-1997), Old Timers (1998-2004), Boule et Bill Autostop (2005-2010) et Autostop (2011-2012)
Challenge of Tutankhamon Dark Ride interactif Sally Corporation 2003 Situé dans l'ancien bâtiment du Secret de la Licorne
Rokken Roll (WAB Cinema 4D) Cinéma 4D SimEx-Iwerks 2005 Anciennement Cinéma 4D SpongeBob (2005 à 2010). Auparavant le Cinéma 3D (1989-2000)
Dragon Boats Dragon Boat Zierer 1999
Grand Carrousel (Le) Carrousel Euro Sujets 1990 Anciennement Galopant jusqu'en 2000
Grande Roue (La) Grande roue Vekoma Rides 1979 Nacelles et couleurs modifiés en 2001
MusicXpress Train Severn Lamb UK 1995 Anciennement Walibi Express (1995-2000 et 2005-2011) et Six Flags Express (2001-2004)
Palais du Génie (Le) Mad House Vekoma Rides 2001
Tapis volant (Le) Tapis volant SBF Visa 2001
Tuf Tuf Club Autos tamponneuses Reverchon International Design 2001 Anciennement La Via Roma jusqu'en 2006. Utilisé durant les périodes halloween 2011, 2012, 2013 comme maison hantée "Insomnia".
Walibi's Secret Maison 3D Fluo Walibi Belgium 2014 Nouvelle version de la 'Fun House' derrière la Dalton Terror.

Attractions pour enfants[modifier | modifier le code]

Nom de l'attraction Type / Modèle Constructeur Année Commentaire
Bling Bling Madness Pump Cars Zamperla 2001 Anciennement Rocky's Mine de 2005 à 2010 et La mine d'or de Yosemite Sam jusqu'en 2004
Fibi's Bubble Swirl Samba Balloon Zamperla 2001 Anciennement Walibi Autour du Monde de 2005 à 2010 et Elmer autour du monde jusqu'en 2004
GO Kart Karting Karting pour enfants 2010 Anciennement Grand Prix Go Karting jusqu'en 2008
Guitar Riff Mini Tower SBF Visa 2000 Anciennement Albero Magico de 2001 à 2012 et Tree House jusqu'en 2000
Haaz' Garage Convoy Zamperla 2001 Anciennement Koa Transport de 2005 à 2010 et Transports Taz & Co jusqu'en 2004
Little Swing Swing Ride SBF Visa 2000 Anciennement Giostra di Miele de 2001 à 2012 et Abeilles Volantes jusqu'en 2000
Poneys Pony trekking Metallbau Emmeln 1979 Anciennement Jolly-Jumper Ranch de 1998 à 2006 et Pampa Poneys jusqu'en 1997
SkunX Airlines Petits Avions Marcel Lutz 2000 Anciennement Piccolo Pilota de 2001 à 2012 et Petits Avions jusqu'en 2000
SkunX Tour Petit Train Metallbau Emmeln 1990 Anciennement Tchou Tchou de 2001 à 2012, Walibiland jusqu'en 2000 et Kangourouland jusqu'en 1994
Squad Taxi Crazy Tour SBF Visa 2000 Anciennement La Polizia de 2001 à 2012 et Mini Police jusqu'en 2000
Squad's Stunt Flight Barnstormer Zamperla 2001 Anciennement Wok on Air de 2005 à 2010 et Les acrobaties de Grosminet jusqu'en 2004
WAB Mini Tour Rio Grande Train Zamperla 2001 Anciennement Mama Lily's Train de 2005 à 2010 et Le petit train de Charlie le Coq jusqu'en 2004
WAB Tree House Plaine de jeux 2001 Anciennement Cabanes de Boris de 2005 à 2010 et Looney Tunes Tree House jusqu'en 2004
Walibi's Fun Recorder Mini Jet Zamperla 2001 Anciennement Oscar Mini-Jets de 2005 à 2010 et Avion-école Marvin le Martien jusqu'en 2004
Zenko's Graffiti Shuttle Crazy Bus Zamperla 2001 Anciennement Le sous-marin de Nena de 2005 à 2010 et Le sous-marin fou de Daffy jusqu'en 2004

Attractions disparues[modifier | modifier le code]

Ce récapitulatif des attractions disparues est non-exhaustif, car la plupart des attractions foraines et temporaires des premières années d'exploitation du parc sont difficiles à lister.

Nom de l'attraction Catégorie Type / Modèle Constructeur Ouverture Fermeture Commentaire
Autoscooters Familial Autos tamponneuses 1975 2000
Ball Pool Enfants Piscine à boules 1998 2000 Détruite pour laisser place à Cobra
Baby Kangourou Enfants Petits avions 1975 1999 Rénové pour la saison 2000 et renommé Piccolo Pilota
Bidule (Le) 1978
Big Yoyo Familial Paratower Vekoma Rides 1981 1998
Bounty Sensations fortes Looping Starship Intamin AG 1992 2002 Démonté en 2006
Calypso 1978
Carrousel 1887 Familial Carrousel 1989 Remplacé par Le Grand Carrousel
Carrousel 1925 Enfants Carrousel 2000
Carrousel Enfants Enfants Carrousel
Carrousel Sinbad Enfants Carrousel 1985 2000 Détruit pour laisser place à Cobra
Cinéma 3D Familial Cinéma 3D 1989 2000 Remplacé par Cinéma 4D Spongebob
Énergie 2000 Familial 1981
Garden Bob & Bobette Enfants Walkthrough 2007 2010 Construit sur l'ancien circuit des Mini-Jeeps
Grand Prix Go Karting Familial Kartings électriques 2004 2008 Attraction payante - Remplacée par GO Kart Karting
Grand 8 (Le) Montagnes russes Zyklon / Z47 Pinfari 1975 1983 Relocalisé à Walibi Rhône-Alpes (sous le nom Grand Huit)
Himalaya Sensations fortes Music Express 1975
Inferno Sensations fortes Enterprise Huss Rides 1979 2009 Anciennement Enterprise jusqu'en 2000
Jumbo Jet Montagnes russes Jet Star 3 Schwarzkopf 1978 1991 Vendu à un forain français[92].
Jumping Jet Coca-Cola Aquatique Fontaines 2000
Labyrinthe Djinn Enfants Mini labyrinthe 1985 2000 Détruit pour laisser place à Cobra
Laserama Familial Son et lumière 1981
Matterhorn Sensations fortes 1975
Mini Roue Enfants Mini grande roue
Mini-Jeeps Enfants Petites voitures Metallbau Emmeln 1979 2006 Démonté pour laisser place à Garden Bob & Bobette
Orgue Magique Familial Automates 1985 1993 Remplacé par un spectacle de magie en 1994
Palais d'Ali baba Familial Water Dark Ride Space leisure 1985 2002 Utilisé comme Walkthrough Halloween depuis 2002
Panchito Familial Automates 1984 1997 Détruit pour laisser place à la zone Lucky Luke City
Paratroop Sensations fortes Paratrooper Frank Hrubetz & Co 1978 1992
Pédalos Aquatique Pédalos
Piranha Sensations fortes 1997
Plaine de jeux Enfants Plaine de jeux 2000 Détruite pour laisser place à La Via Roma
Radeaux (Les) Familial Tow boat ride Intamin AG 1978 1985 Remplacé par Gondoletta en 1986 (même circuit)
Rio Grande (Le) Aquatique Bûches 1978 1994 Relocalisé à Walibi Aquitaine[93] (sous le nom Drakkar)
Anciennement La Rivière sauvage jusqu'en
Rio Salto (Le) Aquatique Bûches 1986 1990
Sensorama 1978
Secret de la Licorne (Le) Familial Water Dark Ride 1980 1995 Remplacé par Challenge of Tutankhamon
Sky Diver Sensations fortes SkyDiver Funtime 2003 2005 Attraction payante / Démonté en 2006
Télécombat 2000
Téléradar Familial Manège d'avions
Téléski Nautique Aquatique Téléski nautique 1975 1994
Temple du Soleil (Le) Familial Dark Ride 1975 1980
Top Gun Familial 2000
Tornado Montagnes russes Double Corkscrew Vekoma Rides 1979 2002 Détruit en 2006 pour laisser place à Vertigo
Turbo Lift (Le) Sensations fortes Tristar Huss Rides 1978 1984
Vertigo Montagnes russes Mountain Glider Doppelmayr 2007 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le livre Hors des sentiers battus, Eddy Meeùs donne le résumé d'une conversation avec le "fabricant", ce qui nous fait penser qu'il s'agissait d'Anton Schwarzkopf lui-même, et non pas d'un représentant de la société.
  2. Ce manque d'argent a d'ailleurs peut être précipité la faillite de l'entreprise Schwarzkopf l'année suivante en 1983
  3. Cette fermeture est en réalité probablement due à la perte des droits d'utilisation des personnages des aventures de Tintin, car c'est à partir de 1996 que les différents décors ont été retirés dans le parc. Néanmoins, la direction n'en a jamais réellement fait part officiellement à la presse.
  4. Le Tornado était en effet vieillissant. Le débit de l'attraction était minimum car il n'y avait qu'un seul train en fonction, et la qualité du circuit n'était plus suffisante pour satisfaire les visiteurs. Le coût de la maintenance a certainement également joué un rôle dans cette fermeture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Eddy Meeùs, Hors des sentiers battus - Du Kivu à Walibi, Éditions Clepsydre,‎ 2002 ([2-930304-07-3 lire en ligne])
  2. RCDB Jumbo Jet (Walibi Belgium) - Consulté le 13/05/2010
  3. RCDB Tornado (Walibi Belgium) - Consulté le 13/05/2010
  4. a et b Tintinologist.org Tintin in Walibi Theme Park - Consulté le 14/05/2010
  5. Dépliant Walibi 1981 - Consulté le 14/05/2010
  6. RCDB Turbine (Walibi Belgium) - Consulté le 14/05/2010
  7. Centre de presse de Walibi Belgium Communiqué: BIG 7 - Dossier Radja River - Consulté le 05/05/2010
  8. LeSoir.be Le Rapido, nouvelle attraction annoncée en 1990 à Aqualibi par Jean Vandendries - 27/10/1989
  9. Zygofolis - Souvenir d'un parc Descriptif du Bateau Ivre - Consulté le 02/05/2010
  10. LeSoir.be Walibi sort 350 millions de sa poche par Michael Chalkin - 17/07/1992
  11. LeSoir.be Un investissement global de 350 millions de Francs et, surtout… Walibi accueille le Colorado par Jean Vandendries - 05/02/1992
  12. Centre de presse de Walibi Belgium Communiqué: BIG 7 - Dossier Calamity Mine - Consulté le 07/05/2010
  13. LeSoir.be Les nouveaux hôtels font bondir de joie le kangourou par Christian Sonon - 28/10/1993
  14. LeSoir.be État des lieux touristiques du Brabant Wallon à la mi-saison par Christophe Shoune - 02/08/1993
  15. LeSoir.be L'été pourri - 09/09/1993
  16. LeSoir.be L'exercice 1993 ne fût guère brillant pour les parcs d'attractions par Jean Vandendries - 17/12/1993
  17. LeSoir.be Walibi a une nouvelle attraction: une passerelle de 125 mètres de long par Christian Sonon - 06/10/1993
  18. LeSoir.be Le plaisir de Walibi passe par le train par Christian Sonon - 19/05/1994
  19. LeSoir.be Le baromètre en hausse du tourisme d'un jour par Jean Vandendries - 04/08/1994
  20. LeSoir.be Le Groupe Walibi marque une pose dans son expansion par Philippe Régnier - 09/03/1995
  21. Sonuma.be Walibi a 20 ans… par Marie-Pierre Fonsny - 20/06/1995
  22. "original-factory"-rajeunit-walibi_t-19950415-Z09DXV.html LeSoir.be Original Factory rajeunit Walibi par Christian Sonon - 15/04/1995
  23. LeSoir.be Intense activité au parc wavrien à l'aube du vingtième anniversaire par Pierre Philippe - 14/02/1995
  24. LeSoir.be Peter Pan, la cerise sur le gâteau du 20e anniversaire par Christian Sonon - 15/04/1995
  25. LeSoir.be Peter Pan à l'amphithéâtre de Walibi et dans le mille par Pierre Hannaert - 06/12/1994
  26. LeSoir.be Vingt millions de visiteurs à Walibi - 17/08/1995
  27. LeSoir.be Survol de 2003 (série 4) par Pierre Philippe - 04/01/2003
  28. LeSoir.be Walibi a rebondi en 1995 par Martial Tardy - 20/04/1996
  29. "peter-pan"-"pinocchio"-envahit-walibi-petit_t-19951211-Z0AE82.html LeSoir.be Après "Peter Pan", "Pinocchio" envahit Walibi par Christelle Prouvost
  30. LeSoir.be James Bond Bis descend sur Walibi - 25/04/1996
  31. LeSoir.be Le Kangoroo par Renaud Callebaut - 01/06/1996
  32. LeSoir.be Mauvais résultats financiers pour le groupe Walibi par Éric Meuwissen - 29/03/1997
  33. LeSoir.be Nouvelle direction à la tête de Walibi par Éric Meuwissen - 09/11/1996
  34. LeSoir.be Au nom du père, du fils et du kangourou par Éric Meuwissen - 24/04/1997
  35. LeSoir.be Une chance sur un million de s'arrêter là par Isabelle Willot - 29/08/1997
  36. LeSoir.be Le Sirocco s'est remis à gronder par Patrice Leprince - 22/09/1997
  37. LeSoir.be Des résultats bénéficiaires pour 1997 par Éric Meuwissen - 27/09/1997
  38. « Agence de développement et d'urbaniste – Les parcs à thème », sur adu-montbeliard.fr,‎ Février 2001 (consulté le 21 août 2013)
  39. LeSoir.be Walibi passe sous contrôle américain par Éric Meuwissen - 17/12/1997
  40. LeSoir.be Walibi va ériger la tour la plus haute du monde par Éric Meuwissen - 13/12/1997
  41. LeSoir.be Une "Lucky Luke City" à Walibi - 02/04/1998
  42. LeSoir.be Walibi: une tour de 77 mètres pour le n°1 mondial - 21/09/1998
  43. LeSoir.be Les propriétaires américains mettent le paquet Walibi va investir 780 millions en 1999 par Eric Meuwissen - 22/01/1999
  44. a et b LeSoir.be Trois nouvelles attractions, un investissement de 400 millions pour Walibi par Éric Meuwissen - 22/01/1999
  45. Centre de presse de Walibi Belgium Communiqué: BIG 7 - Dossier Vampire - Consulté le 08/05/2010
  46. LeSoir.be Les Rollercoasters Friends à Walibi par Didier Hermans - 18/10/1999
  47. LeSoir.be Les petits, chouchous de Walibi - Quatre nouvelles attractions par Jean Vandendries - 10/04/2000
  48. Le Grenier de ZINELAND Walibi Wavre: récapitulatif de la saison 2000 par Laurent Gilisquet - Novembre 2000
  49. LeSoir.be Le kangourou de Walibi avalé par Bugs Bunny ? par Jean Vandendries - 23/08/2000
  50. LeSoir.be Plus de six tonnes de citrouilles et des dizaines de sorcières dans le parc. Même Walibi n'a pas résisté à Halloween! par Didier Herman - 24-10-2000
  51. LeSoir.be A Wavre, Halloween a envahi la ville et le parc Walibi - 30/10/2000
  52. LeSoir.be Un investissement de 1,2 milliard a transformé le parc en un vaste chantier par Pierre Philippe - 26/02/2001
  53. LeSoir.be Métamorphose du parc d'attractions Ne dites plus Walibi mais Six Flags Belgium! par Éric Meuwissen - 09/04/2001
  54. Centre de presse de Walibi Belgium Communiqué: BIG 7 - Dossier Loup Garou - Consulté le 09/05/2010
  55. LeSoir.be Marketing Six Flags élargit la cible de l'ex-Walibi «Adieu, kangourou!» - 28/04/2001
  56. LeSoir.be Extension de Six Flags par Pierre Philippe - 27/03/2001
  57. LeSoir.be Le Kangourou est orphelin par Jean Vandendries - 26/11/2001
  58. LeSoir.be Avril : première attraction interactive chez Six Flags Belgium par Pierre Philippe- 04/01/2003
  59. Centre de presse de Walibi Belgium Communiqué: BIG 7 - Dossier Challenge of Tutankhamon - Consulté le 17/05/2010
  60. Newsparcs.com Le parc consent à investir 500 000 euros pour diminuer le bruit de certaines attractions… - 10/02/2003
  61. LeSoir.be Six Flags n'avait jamais connu un si bon été par Belga - 04/11/2003
  62. News Parcs Bridgestone et Six Flags Belgium en pole position - 27/05/2004
  63. News Parcs Saison 2004 - Faites le plein d'énergie sans plus tarder! - 17/03/2004
  64. LeSoir.be Trente millions de visiteurs par Pierre Philippe - 03/04/2004
  65. LeSoir.be Le géant américain vend ses parcs européens dont ceux de Wavre et Ypres par Éric Meuwissen - 11/03/2004
  66. LeSoir.be Six Flags Europe est vendu par Belga - 14/04/2004
  67. LeSoir.be Six Flags Belgium a fermé définitivement ses portes - 09/11/2004
  68. a et b LeSoir.be Un nouvel élan pour Walibi par Pierre Philippe - 28/02/2005
  69. LeSoir.be Walibi retrouve ce matin son kangourou par Éric Meuwissen - 26/03/2005
  70. LeSoir.be Le kangourou a bravé les intempéries par Vincent Vanham - 31/08/2005
  71. PR Newswire Compagnie des Alpes finalise l'acquisition de cinq parcs de loisirs du Groupe Star Parks - 30 mai 2006
  72. DH.be Le Tornado va disparaître par Frédéric Seront - 24/01/2006
  73. Lalibre.be Le Tornado s'est fait dévoré par Sophie Devillers - 27/01/2006
  74. LeSoir.be Vertigo portera bien son nom par Pierre Philippe - 29/03/2006
  75. LeSoir.be Vertigo, première mondiale par Vincent Vanham - 30/06/2006
  76. LeSoir.be Le Vertigo de Walibi est en balance par Pierre Philippe - 22/12/2006
  77. LeSoir.be Walibi ouvre samedi… sans le Vertigo - 30/03/2007
  78. LeSoir.be Le Vertigo vous envoie enfin en l'air par Pierre Philippe - 16/06/2007
  79. RTLinfo.be Van Damme à Walibi - 08/05/2008
  80. LeSoir.be Le Vertigo de nouveau à l'arrêt à Walibi par Éric Meuwissen - 20/05/2008
  81. Tour Magazine Big 7: Walibi joue avec vos sentiments - 22 avril 2009
  82. DH.be Le Sirocco, c'est fini! par Frédéric Seront - 05/03/2009
  83. LeSoir.be Un Walibi relooké ouvrira ses portes le 3 avril prochain - 25/03/2010
  84. Centre de presse de Walibi Belgium Communiqué: Ouverture 2010 - 25/03/2010
  85. LeSoir.be Aqualibi se voudra plus vert et convivial par Jean-Philippe De Vogelaere - 17/12/09
  86. Newsparcs.com 2011 va être l’année de tous les changements à Walibi par François Mayné - 18/10/10
  87. RTBF.be Inondation: Walibi n'a pas été épargné par Colette Jaspers - 17/11/10
  88. NewsParcs.com - Walibi, une nouvelle grande marque européenne dedivertissement ! par François Mayné - 21/01/2011
  89. NewsParcs.com - Record historique de fréquentation en 35 ans pourWalibi Belgium par François Mayné - 25/04/11
  90. NewsParcs.com - Fréquentation en hausse cet été à Walibi Belgium par François Mayné - 30/08/11
  91. Walibi.be Walibi Connect
  92. LeSoir.be Survol de 2003 (serie 4): Avril : première attraction interactive chez Six Flags Belgium, à Wavre Chasse aux trésors du pharaon par Philippe Pierre - 4/1/2003
  93. LeSoir.be En Aquitaine, entre le pruneau et le fromage par Eric Meuwissen - 21/11/1996