Walh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Walh (au pluriel Walha) de *walhos[1] ou *walχaz[2] (en proto-germanique) est un nom germanique désignant une personne parlant une langue celtique et par extension une langue latine ou romane.

Considéré à tort comme signifiant étranger, il a une portée linguistique et non ethnique ou géographique comme l'a démontré John Ronald Reuel Tolkien dans son article L'Anglais et le Gallois :

« De toute évidence, le mot walh, wealh, que les Anglais ont apporté avec eux, était une appellation germanique courante pour désigner l'individu de parler celte, comme nous devrions l'appeler. Mais dans toutes les langues germaniques attestées où il apparaît, il s'appliquait également à ceux qui parlaient latin. Comme on le suppose habituellement, cela peut tenir au fait que le latin a fini par occuper la plupart des zones de parler celte connues des peuples germaniques. Mais, selon moi, c'est aussi en partie un jugement linguistique qui reflète cette ressemblance même entre le latin et le gallo-brittonique que j'ai déjà mentionnée. Personne n'aurait eu l'idée d'appeler un Goth un walh, fût-il établi de longue date en Italie ou en Gaule. Bien que le mot « étranger » soit souvent donné comme traduction première de wealh dans les dictionnaires d'anglo-saxon, celui-ci est trompeur : ce mot ne s'appliquait pas aux étrangers de langue germanique, ni à ceux de langues différentes — Lapons, Finlandais, Estoniens, Lithuaniens, Slaves, ni Huns, avec lesquels les peuples de langue germanique étaient entrés en contact dans les premiers temps. Mais emprunté en vieux slave sous la forme vlachǔ, il s'appliquait aux Roumains. Par conséquent, c'était au fond un mot qui avait son importance linguistique et qui, en lui-même, impliquait chez ceux qui l'utilisaient plus de curiosité et de discernement que la simple ineptie du grec barbaros[3]. »

— J. R. R. Tolkien, L'Anglais et le Gallois

Le mot serait un très ancien emprunt lexical venant du nom de tribus celtiques, les Volcae et les Allobroges, avec laquelle les Germains auraient eu des contacts prolongés. Il daterait du IVe siècle av. J.-C. dès lors qu'il met en évidence la première mutation consonantique (h → k) et le changement vocalique dans le proto-germanique (o → a)[4]. Ce terme a donné naissance à de nombreux noms propres, puis géographiques, dans différentes langues.

Descendance linguistique[modifier | modifier le code]

Le terme Walh du Proto-germanique se retrouve dans les langues qui lui ont succédé, et a été adopté dans d'autres langues slaves et romanes principalement et avec des rétrécissements sémantiques progressifs.

Branche nordique[modifier | modifier le code]

La présence de Walh/Walha dans le nordique est attesté dès le proto-norrois sur des pièces de monnaie. Des bractéates de Tjurkö portent l'inscription en vieux Futhark walhakurne qui signifie «couronne romaine», les bracteates sont censés avoir été des copies recto des pièces de monnaie romaines pour ensuite être utilisés en bijoux.

Walh se transforme dans le vieux norrois en Valir ou Vælir pour désigner les Romains et les Celtes et Valland leur pays. On peut aussi parler des formes adjectives : välsk, velsk en norvégien, vælsk en danois.

Branche orientale[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du terme Valaque.

On retrouve le terme dans le gotique[5] mais aussi dans le burgonde et le lombard[6]. Par l'intermédiaire du gotique, Walh fut adopté dans les langues slaves sous la forme Valaque qui fut également utilisé pour désigner divers peuples comme les Aroumains, les Valaques (avec la racine Walh) et encore aujourd'hui les Roumains, voire les Italiens (le polonais Wloch). Par le biais des langues slaves, Walh a aussi été emprunté dans d'autres langues, comme Vlahos en grec, mais aussi Iflak en turc et Walak en arabe (vieillis dans ces deux derniers cas).

Branche occidentale[modifier | modifier le code]

Sous-branche méridionale[modifier | modifier le code]

Haut allemand[modifier | modifier le code]

Le Walh ou Walah du vieux haut allemand (Althochdeutsch) devient Walch en moyen haut allemand et sa forme adjective walesc ou wal(a)hisc devient wälhisch et wel(hi)sch en moyen haut allemand[7]– comme par exemple dans le Roman d'Alexandre de Rodolphe d'Ems[8] – d'où welsch, d'où le substantif die Welschen en allemand moderne pour parler des locuteurs de langue romane.

Un terme géographique est apparu aussi en allemand, Welschland, particulièrement utilisé par les Suisses alémaniques, pour la Romandie. En suisse allemand (Schwytzerdütsch), le Suisse romand est appelé Welsch.

De même en Alsace, les minorités romanes notamment de la Haute-Bruche, d'Orbey ou du haut du val de Villé étaient désignées (et se nommaient elles-mêmes) par le même terme Welsch (Welche) Ce terme s'utilise encore abondamment en français "welche" ou en alsacien "Walsch/Welsch" pour désigner la langue romane de ces populations, ces populations elles-mêmes ou encore, souvent avec une nuance péjorative, pour désigner l'ensemble des francophones extérieurs à la région.

Les germanophones du Haut-Adige en Italie (Tirol du Sud) utilisent Walsche pour parler des Italiens ou des rhéto-romans.

Langues franciques[modifier | modifier le code]
Article connexe : Histoire du terme Wallon.

Le terme francique Walha ("étranger", "Gallo-romain"), et sa forme adjective walhisk, est utilisé durant les IIIe ‑ Ve siècles pour qualifier les populations gallo-romaines; d'ailleurs les termes français Gaule/gaulois sont en fait le résultat de l'interférence du francique Walh- ( > *gwalh/gwahl) avec le latin Gallus, ce qui explique que les termes latins Gallia/gallus n'aient pas évolué vers *Gallie/Gaille/Jaille/gal/jal/gau/jau. Avec le temps le sens du terme Walha se restreint de plus en plus : après avoir été utilisé par les Francs pour qualifier les populations de la Gaule romane, il a ensuite désigné les populations non-franques de la Neustrie et de l'Austrasie[9]. À ce moment, le latin médiéval emprunte ce terme francique et le transforme en Wallō (Wallon-)[10], formes adjectives walonicus ou gualonicus[11], et un dérivé géographique tardif Wallonia. Tout en ayant sa portée sémantique diminuée, le mot francique devient Waal en bas-francique et puis Waals en néerlandais, et du bas-francique passe de nouveau dans le roman avec quelques autres variantes romanes[12] (walois et walesc; parallèlement le terme thiotisc-/deutisk[13] donna la forme thiois). La forme wallon, et son dérivé géographique Wallonie, continua à exister mais son sens s'est fortement réduit[14], notamment depuis la création de la Belgique en 1830.

Sous-branche anglo-frisonne[modifier | modifier le code]

Langues anglaises[modifier | modifier le code]

Le sens du terme Walh dans la langue anglaise que l'on retrouve dans les mots Wealh ou Walas et l'adjectif Wielisc en vieil anglais fut très vite restreint aux locuteurs de langue brittonique et latine de la Grande-Bretagne, puis uniquement pour les Britons au fur et à mesure de la disparition du latin dans l'île :

Son association spéciale par les Anglais avec les Britons étaient un produit de leur invasion de la Bretagne insulaire. Il contenait le jugement linguistique, mais il ne faisait pas la différence entre les locuteurs du latin et ceux du brittonique. Mais avec le déclin du parler latin sur l'île, et la concentration des intérêts anglais en Bretagne insulaire, walh et ses dérivés devinrent synonymes de Brett et brittisc, jusqu'à les remplacer[15].

Le sens se restreint encore davantage dès le moyen anglais (Walsch(men)) et dans l'anglais moderne (Welsh) aux habitants du Pays de Galles dont le nom en anglais vient de la même racine : Wales.

Langue écossaise[modifier | modifier le code]

Dans le scots, le mot Welsche ou Welche[16] vient du moyen anglais et est utilisé pour parler des Gallois, car le rétrécissement du champ sémantique s'est déjà opéré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wahrig Deutsches Wörterbuch, Mosaik Verlag
  2. T.F. Hoad, English Etymology, OUP 1993
  3. John Ronald Reuel Tolkien (trad. Christine Laferrière), « L'Anglais et le Gallois », dans Christian Bourgois, Les Monstres et les critiques et autres essais,‎ 2006 (ISBN 2267018209), p. 227.
  4. (en) Oskar Bandle, The Nordic Languages: An International Handbook of the History of the North Germanic Languages, Volume 1, Éd. Walter De Gruyter, 2002, (ISBN 9783110148763), pp. 578-579
  5. (de) Gerhard Köbler, Gotisches Wörterbuch, 1989 [lire en ligne]
  6. Albert Henry, Histoire des mots Wallons et Wallonie, Institut Jules Destrée, Coll. «Notre histoire», Mont-sur-Marchienne, 1990, 3e éd. (1re éd. 1965), p.86
  7. Das Herkunftswörterbuch, Duden Band 7, Dudenverlag.
  8. verset 15786 : «von welsch in tiutsch berihtet» Rodolphe d'Ems, roman d'Alexandre, [lire en ligne]
  9. «La France proprement dite, c'est-à-dire l'ancienne Neustrie, située entre la Loire, la Meuse, l'Escaut et la frontière bretonne, était habitée par un peuple mixte auquel les Allemands refusaient le nom de Francs, lui attribuant le nom de Wallons ou de Welskes (Velches)» César Cantu, Histoire universelle, tome 9, p167, Institut de France, Paris, 1846.
  10. The Indo-Europeans, Calvert Watkins
  11. Albert Henry, ibid., p.18
  12. Citons walois et walesc. Albert Henry, ibid., p.22
  13. in lingua thiodisca, voir Serments de Strasbourg
  14. Albert Henry, ibid., p.57
  15. (en) «Its special association by the English with the Britons was a product of their invasion of Britain. It contained a linguistic judgement, but it did not discriminate between the speakers of Latin and the speakers of British. But with the perishing of the spoken Latin of the island, and the concentration of English interests in Britain, walh and its derivatives became synonymous with Brett and brittisc, and in the event replaced them.» J.R.R Tolkien, English and Welsch.
  16. Welsche dans le Dictionnaire de la langue écossaise.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Ronald Reuel Tolkien (trad. Christine Laferrière), « L'Anglais et le Gallois », dans Christian Bourgois, Les Monstres et les critiques et autres essais,‎ 2006, 295 p. (ISBN 2267018209, lire en ligne).
  • (en) Margaret Lindsay Faull, « The semantic development of old English walh », dans Leeds Studies in English, xviii,‎ 1975, p. 20–44.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]