Waldheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Waldheim (homonymie).
Waldheim
Waldheim
Image illustrative de l'article Waldheim
Blason de Waldheim
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau du Land de Saxe Saxe
District
(Regierungsbezirk)
district de Chemnitz
Arrondissement
(Landkreis)
Arrondissement de Saxe centrale
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Steffen Blech
Code postal 04736
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
14 5 33 570
Indicatif téléphonique 034327
Immatriculation FG
Démographie
Population 8 606 hab. (31 décembre 2008)
Densité 361 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 04′ 00″ N 13° 01′ 00″ E / 51.066667, 13.016667 ()51° 04′ 00″ Nord 13° 01′ 00″ Est / 51.066667, 13.016667 ()  
Altitude 266 m
Superficie 2 381 ha = 23,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Waldheim

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Waldheim
Liens
Site web www.stadt-waldheim.de/

Waldheim est une ville de Saxe (Allemagne), située dans l'arrondissement de Saxe centrale, dans le district de Chemnitz. Sa population était de 8 606 habitants au 31 décembre 2008. Elle est arrosée par la Zschopau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Waldheim a été mentionnée dans les documents écrits pour la première fois en 1198 et son château fort en 1271. Elle reçoit les privilèges de ville en 1286. Waldheim passe à la Réforme protestante en 1537.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la prison a reçu des déportées politiques «Nacht und Nebel» de Belgique et du Nord-Pas-de-Calais après leur condamnation[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

  • Église luthérienne Saint-Nicolas, 1842
  • Mairie (Rathaus) avec une tour et une grande salle, 1902 (Jugendstil)
  • Place du marché avec la colonne postale du XVIIIe siècle

Personnalités[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Reynaud , Fondation pour la mémoire de la déportation. Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution, 1940-1945, Volume 1 pages 116-122- 226