Wah-Wah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wah-Wah

Chanson par George Harrison
extrait de l'album All Things Must Pass
Sortie Drapeau : États-Unis 27 novembre 1970
Drapeau : Royaume-Uni 30 novembre 1970
Enregistré Fin mai/début juin 1970
aux studios EMI (Londres)
Durée 5:39
Genre Pop rock
Auteur-compositeur George Harrison
Producteur George Harrison, Phil Spector
Label Apple

Pistes de All Things Must Pass

Wah-Wah est une chanson écrite par George Harrison, parue le 30 novembre 1970 sur son triple album, All Things Must Pass. Dans cette chanson, Harrison met en lumière les tensions avec les Beatles apparus pendant le projet Get Back, en particulier entre lui et Paul McCartney.

En 2002, lors du concert-hommage à George Harrison (donné un an après sa mort) par un grand nombre de ses amis musiciens, Eric Clapton et Billy Preston en feront une reprise.

Genèse de la chanson[modifier | modifier le code]

Janvier 1969, les Beatles sont réunis au studio de cinéma de Twickenham sur l'initiative de Paul McCartney. Ce dernier, devenu le motivateur du groupe, convainc ses trois autres confrères de jouer Live, c'est-à-dire sans retouche studio. Le tout, filmé par Michael Lindsay-Hogg.

Cependant, le groupe a beaucoup de mal à se mettre d'accord sur les tenants et les aboutissants du projet : une émission télévisée ? Un film documentaire? Ou des répétitions pour un concert ? Et si concert il doit y avoir, où se tiendra-t-il ? De plus, les tensions apparues durant les sessions de l'album blanc refont surface et empirent. Si John Lennon achève de se désintéresser du groupe pour Yoko Ono et ses projets solo, c'est le dirigisme de Paul qui finit par exaspérer George Harrison; qui accepte de moins en moins le fait d’être relégué au second plan par le duo Lennon/McCartney. De plus, Harrison apporte dans ses cartons For You Blue, All Things Must Pass, Hear Me Lord et Let It Down. Des 4, seule For You Blue semble être appréciée par Lennon et McCartney.

Malgré le fait d’être sous-estimé, c'est l'accident du 10 janvier qui finit par l'excéder. Ce jour-là McCartney fait une remarque à Harrison concernant sa façon de jouer. Celui-ci répond : « Je jouerai ce que tu veux. Et si tu ne veux pas que je joue, je ne jouerai pas du tout ! Tout ce qui te fera plaisir, je le ferai »[1]. Sur-ce, Harrison prend sa guitare et quitte les studios. Arrivé chez lui, il posera sur papier ses ressentiments concernant l'atmosphère délétère de Twickenham [2].

Enregistrement[modifier | modifier le code]


Personnel[modifier | modifier le code]

Équipe technique[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mark Herstgaard, Abbey Road : l'Art des Beatles, Stock,‎ 1995, 498 p. (ISBN 2-234-04480-4)