Waïfre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Waïfre[1] ou Waïfer ou Gaïfier, mort le 2 juin 768, est le fils de Hunald d'Aquitaine à qui il succède comme duc d'Aquitaine quand ce dernier se retire au monastère de l'île de Ré en 745.

Présentation[modifier | modifier le code]

En 749, Waïfre voulant acquérir son autonomie dans son duché, accueille favorablement Griffon[2] qui vient se réfugier chez lui après s'être révolté contre son demi-frère Pépin le Bref. Ensemble, ils vont lutter contre le roi des Francs qui envahit l'Aquitaine en 760 afin de faire respecter les droits du clergé à Waïfre.

Après s'être soumis une première fois, le duc d'Aquitaine se révolte de nouveau en 761, puis chaque année jusqu'en 768, provoquant à chaque fois une réaction punitive du roi Pépin le Bref. Au printemps 768, Pépin s'empare de Bordeaux et réussit à capturer à Saintes la mère, la sœur de Waïfre et ses nièces[3]. Le 2 juin 768, Waïfre est finalement tué par un des siens, Waratton, sur ordre de Pépin[4]. Son père le duc Hunald qui vivait retiré au monastère de l'Île de Ré, rompit la clôture pour tenter de reprendre son duché sans succès, mais il fut livré à Charlemagne par son neveu Loup II de Gascogne (fils d'Hatton) chez qui il s'était réfugié[5],[6].

Selon une charte de Charles le Chauve datée du 30 juin 845, il aurait épousé Adèle de Gascogne, fille de son neveu Loup de Gascogne[7], il a eu deux fils :

  1. Hunald II qui ne lui succéda que pendant une année.
  2. Loup

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie de Waïfre sur le site Medieval Lands
  2. Jean Baptiste Alexandre Theodore Teule, Les Œuvres d'Eginhard, 1843, p. 56
  3. Adémar de Chabannes, Chroniques, Livre I, traduction par Yves Chauvin et Georges Pon, Brépols, 2003, ISBN 2-503-51119-8
  4. Michel Rouche, L'Aquitaine: des Wisigoths aux Arabes, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, Éditions Touzot, 1979, p. 126
  5. Généalogie d'Hunoald sur le site Medieval Lands
  6. Vie de Charlemagne par Eginhard
  7. La généalogie de Loup de Gascogne sur le site Medieval Lands