W. S. Graham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

W.S. Graham, de son nom complet William Sydney Graham (19 novembre 1918–9 janvier 1986), est un poète écossais dont l'œuvre, souvent méconnue de son vivant, suscite ces dernières années un regain d'intérêt, en partie grâce au soutien de Harold Pinter[1] et grâce à diverses publications posthumes, dont les New Collected Poems (Œuvres complètes, éditeur Matthew Francis, London: Faber and Faber, 2004)[2], The Night Fisherman: Selected Letters of W. S. Graham (édité par Michael and Margaret Snow, Manchester: Carcanet, 1999) et deux ouvrages critiques[3]. En témoigne également une parution en français d’une sélection de poèmes retraçant la carrière du poète  : Les Dialogues obscurs, poèmes choisis[4]. Proche de T.S. Eliot, de Dylan Thomas, d'Edwin Morgan, de Peter Lanyon et de nombreux autres artistes et poètes, W.S. Graham consacrera sa vie à l'écriture.
.

Carrière[modifier | modifier le code]

W.S. Graham est né à Greenock, en Écosse. Apprenti technicien à l’âge de quatorze ans, il obtient en 1938 une bourse pour étudier la littérature à Newbattle Abbey, un centre de formation près d’Édimbourg, où il rencontre Nessie Dunsmuir (Agnes Kilpatrick Dunsmuir, 1909-1999[5], qu’il épousera en 1954). C'est à cette époque qu'il décide de devenir poète à plein temps et il s’installe dès 1942 en Cornouailles, où il fréquentera de nombreux peintres de la St. Ives School. Son premier recueil Cage without Grievance (Cage sans grief) est publié par Parton Press la même année. Il est remarqué dès 1949 par T.S. Eliot, alors éditeur chez Faber and Faber, maison qui publiera l’ensemble de son œuvre à partir de son troisième recueil, The White Threshold (Le Seuil blanc, 1949). Suivront The Nightfishing (La Pêche de nuit, 1955), Malcolm Mooney’s Land (La Terre de Malcolm Mooney, 1970) et Implements in Their Places (Ustensiles à leur place, 1977). En 1970, une sélection de ses poèmes paraît aux côtés de ceux de David Gascoyne et de Kathleen Raine dans le 17e volume de la série des Penguin modern poets. En 1979, Graham enregistre plusieurs poèmes pour la BBC, le British Council, pour Claddagh Records et la Bibliothèque du Congrès [6]. W.S. Graham meurt en Cornouailles le 9 janvier 1986.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cage without Grievance, Glasgow : Parton Press, 1942
  • The Seven Journeys, Glasgow : William MacLellan, 1944
  • 2ND Poems, London : Nicholson and Watson, 1945
  • The White Threshold, London : Faber and Faber, 1949
  • The Nightfishing, London : Faber and Faber, 1955
  • Malcolm Mooney’s Land, London : Faber and Faber, 1970
  • Penguin modern poets 17, David Gascoyne, W. S. Graham, Kathleen Raine, Harmondsworth : Penguin Books, 1970
  • Implements in their Places, London : Faber and Faber, 1977
  • Collected Poems, 1942-1977, London : Faber and Faber, 1979
  • Uncollected Poems, Warwick : Greville Press, 1990
  • Aimed at Nobody: Poems from Notebooks, ed. Margaret Blackwood and Robin Skelton, London, Faber and Faber, 1993
  • Selected Poems, London : Faber and Faber, 1996
  • W.S. Graham Selected by Nessie Dunsmuir, Warwick : Greville Press, 1998
  • The Night Fisherman: Selected Letters of W. S. Graham, ed. by Michael and Margaret Snow, Manchester: Carcanet, 1999
  • New Collected Poems, ed. Matthew Francis, London: Faber and Faber, 2004

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Les Dialogues obscurs, poèmes choisis (traduit par Anne-Sylvie Homassel et Blandine Longre, introduction de Michael Snow, postface de Paul Stubbs) Black Herald Press, 2013[7].
  • Trois poèmes (traduits par Robert Davreu, Robin Holmes et Ludo Vlasa), dans la revue Po&sie n° 98, Spécial poésie anglaise, 2002.
  • Deux poèmes (traduits par Bernard Brugière), dans Anthologie bilingue de la poésie anglaise, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2005[8].
  • Trois poèmes (traduits par Anne-Sylvie Homassel et Blandine Longre) dans les numéros 2 et 3 de la revue de littérature bilingue The Black Herald, 2012.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.haroldpinter.org/poetry/poetry_graham.shtml
  2. http://jacketmagazine.com/26/rile-grah.html
  3. W S Graham: speaking towards you, sous la direction de Ralph Pite et Hester Jones, Liverpool University Press et Where the People are, Language and community in the poetry of W.S. Graham, de Matthew Francis, Cambridge: Salt Publishing, 2004
  4. Les Dialogues obscurs, poèmes choisis (The Dark Dialogues, Selected poems), traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel et Blandine Longre, introduction de Michael Snow, postface de Paul Stubbs, Black Herald Press, 2013
  5. http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/nessie-dunsmuir-1103126.html, 29 June 1999, par Margaret Snow dans The Independent
  6. On trouvera de nombreux poèmes lus par le poète, enregistrés dans les archives sonores de l'Université de Warwick http://www2.warwick.ac.uk/fac/arts/english/writingprog/archive/writers/wsgraham/231079
  7. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43663675f/PUBLIC
  8. http://www.la-pleiade.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-de-la-Pleiade/Anthologie-bilingue-de-la-poesie-anglaise

Liens externes[modifier | modifier le code]