Vue (Loire-Atlantique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vue (homonymie).
Vue
Mairie
Mairie
Blason de Vue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Le Pellerin
Intercommunalité Communauté de communes Cœur Pays de Retz
Maire
Mandat
Christophe Bocquet
2014-2020
Code postal 44640
Code commune 44220
Démographie
Gentilé Veuzéens
Population
municipale
1 437 hab. (2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 58″ N 1° 52′ 47″ O / 47.1994444444, -1.8797222222247° 11′ 58″ Nord 1° 52′ 47″ Ouest / 47.1994444444, -1.87972222222  
Altitude Min. 0 m – Max. 60 m
Superficie 19,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vue

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vue
Liens
Site web http://www.mairie-vue.fr/

Vue est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Ses habitants s'appellent les Veuzéens (on les appelait autrefois les Viduens, du nom gaulois de la ville : Vidua).

Vue comptait 1 437 habitants au recensement de 2011 (995 habitants en 1999).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Vue dans le département de la Loire-Atlantique

Vue est située dans le pays de Retz. La commune est située un peu au sud de l'estuaire de la Loire, à environ 20 km à l'ouest de Nantes et 16 km au sud-est de Paimbœuf.

Selon le classement établi par l'Insee en 2018, Vue est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont toutes situées en Loire-Atlantique : Frossay, Le Pellerin, Rouans, Chéméré et Arthon-en-Retz.

Accès et transport[modifier | modifier le code]

La commune est traversée dans le sens est-ouest par la route départementale 723 entre Rouans et Frossay. La ligne de bus 1 (Nantes-Paimbœuf-Saint-Brévin) du réseau Lila (réseau du conseil général de la Loire-Atlantique) passe à Vue.

Topographie et relief[modifier | modifier le code]

Sa superficie est de 1 951 hectares. L’altitude maximum est de 60 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune compte 450 hectares de marais. Canaux et étiers jalonnent la commune. La rivière le Tenu passant par Vue rejoint le canal de la Martinière par les marais.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat de la Loire-Atlantique, est de type tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[1]. Les hivers sont doux (min -5 °C / max 10 °C) et pluvieux et les étés relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C). Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[2] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Vue viendrait d’une forme gauloise vidua, de signification inconnue. Vue porta le nom d’Île-Tortue pendant la Révolution[3].

Le nom de la commune a été traduit Gwagenez en breton. Ce nom est sans valeur historique car le breton n'y a pas été parlé, et l'on y a toujours parlé le gallo, puis le français.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

On retrouve des traces de la présence de l’Homme à Vue, avec notamment la découverte de haches, grattoirs, et flèches datant du Néolithique. La commune abrite aussi le menhir des Génonvilles.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Pendant l’époque gallo-romaine, les Gaulois s’installèrent dans la commune et entourèrent le bourg de fortifications, le « Murus gallicus »[4]. Celui-ci subsista jusqu’au XVIe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Au Moyen Âge, Le domaine seigneurial de la Blanchardais, devint important englobant notamment le bourg de Vue. Les moines philibertins, venus de Noirmoutier, établissent un lieu de culte dédié à sainte Anne sur le territoire de Vue. Au XIe siècle, après le passage des Normands, l'ancienne église Saint-Philbert de Vue est reconstruite, sur le terrain d'un ancien cimetière mérovingien.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution, le 23 février 1793, la Convention décide la levée en masse de trois cent mille hommes. Vue, comme beaucoup d’autres paroisses de la région ne se soumettent pas au recrutement. Les paysans se rendirent à la Blanchardais pour mettre à leur tête Charles François Danguy, seigneur de Vue. L’église sera incendiée en 1793.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Depuis plus de 50 ans, le jour de l'Ascension, une kermesse a lieu avec un défilé de chars construits bénévolement par les habitants de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vue appartient à l'arrondissement de Nantes et au canton du Pellerin.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de la commune de Vue est composé de 15 membres.

1.M. Christophe Bocquet 2.Mme Annie Chauvet 3.M. Patrick Lehours 4.Mme Odile Normand 5.M. Benjamin Leray 6.Mme Nadège Hallier 7.M. Laurent Grollier 8.Mme Ginette Werler 9.M. Franck Paris 10.Mme Sabrina Cledes 11.M. Christian Rochery 12.Mme Johanna Bertin 13.M. Franck Sulpice 14.Mme Nadia Thomas 15.M. Stéphane Goossens

Maires successifs[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1820 1843 Victor Aubinais    
1848 1852 Louis Ripoche    
1852 1870 François Victor Désiré Aubinais    
    Lucien Bertrand Geslin    
    Charles Gautier de Charnacé    
2001 2014 Robert Hus[Note 1] Divers droite  
2014 en cours Christophe Bocquet Sans étiquette ingénieur informatique
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique est essentiellement axée sur l'artisanat et l'agriculture. L'activité agricole est principalement composée de pâturages, cultures maraîchères et vignes avec notamment le muscadet « Gros-Plant du Pays nantais ».

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 437 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 432 713 1 075 1 184 1 235 1 255 1 258 1 326 1 380
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 412 1 416 1 306 1 212 1 266 1 256 1 281 1 327 1 238
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 204 1 141 1 123 976 971 895 833 792 791
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
796 772 743 784 887 996 1 262 1 277 1 416
2011 - - - - - - - -
1 437 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[7], pour le recensement 2004 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Vue en 2009 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,1 
3,1 
75 à 89 ans
4,7 
9,1 
60 à 74 ans
10,3 
19,2 
45 à 59 ans
17,5 
27,4 
30 à 44 ans
27,4 
15,9 
15 à 29 ans
15,5 
25,3 
0 à 14 ans
24,5 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une salle municipale. Des sentiers pédestres sont accessibles sur la commune. La communauté de communes assure la collecte sélective des déchets ménagers.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vue est rattachée à l'Académie de Nantes. La commune possède deux écoles (à la fois maternelle et primaire) :

  • École publique du Tenu
  • École privée Sainte-Anne

Santé[modifier | modifier le code]

Depuis mai 2010, l'ouverture d'une maison médicale a permis à la commune d'avoir sur son territoire un médecin, un chirurgien dentiste, un kinésithérapeute ainsi qu'une permanence de soins infirmiers (cf Le point de Vue, journal communal)

Sports[modifier | modifier le code]

  • Football avec l'Entente sportive des Marais

Cultes[modifier | modifier le code]

Vue, rattachée au diocèse de Nantes, fait partie de la paroisse catholique Sainte Anne Françoise en Retz qui comporte d'autres communautés : Arthon-en-Retz, Chéméré, Port-Saint-Père, Rouans, Saint-Hilaire-de-Chaléons, Saint-Mars-de-Coutais et Sainte-Pazanne.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Léglise paroissiale Sainte-Anne possède un calice en argent doré du XVIIe siècle, orné d'un C couronné, qui proviendrait de l'abbaye de Buzay[10]
  • La Statue Sainte Anne avec son pèlerinage qui a lieu le 26 juillet
  • Le château du Pas
  • Le château de La Blanchardais et son colombier qui possède 2 600 boulins et donc pouvant recevoir 5 200 pigeons.
  • Dans les rues du Vieux Bourg sur le bord du Tenu, le site de l'ancien cimetière mérovingien. Quelques ruines de l'ancienne église paroissiale Saint-Philbert incendiée en 1793 y subsistent.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier, d'azur à trois coquilles d'or ; au second, de sable à l'enclume mouvant du flanc senestre et issant de la pointe, de laquelle tombent des billons, accompagnée d'un marteau d'orfèvre posé en bande, le tout d'or ; au chef de gueules bastillé d'argent de quatre pièces, maçonné de sable.
Commentaires :' Lenclume mouvant du flanc senestre et issant de la pointe, de laquelle tombent des billons, accompagnée d'un marteau d'orfèvre posé en bande rappelle que Vue fut une ville gallo-romaine fortifiée où l'on battit monnaie. Les trois coquilles évoquent le pèlerinage à Sainte-Anne-de-Vue chaque 26 juillet. Les couleurs or et sable du second parti sont celles du blasonnement du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance de Vue au pays de Retz. Blason conçu par Bertrand Geslin en 1880.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jules-Albert de Dion, pionnier de l'industrie automobile. Ancien propriétaire de la Blanchardais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. climat de la Loire-Atlantique
  2. nantes.fr Climat
  3. Notice communale sur cassini.ehess.fr. Consulté le 19 août 2009
  4. Collectif 1968, p. 384
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. « Vue 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  8. « Résultats du recensement de la population - Vue - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  9. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  10. Base Palissy

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Bulletin analytique d'histoire romaine, Volumes 4-5, Association pour l'étude de la civilisation romaine,‎ 1968

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]