Vsevolod Ivanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ivanov.
Vsevolod V. Ivanov sur un timbre soviétique de 1965

Vsevolod Viatcheslavovitch Ivanov (en russe : Все́волод Вячесла́вович Ива́нов ; né à Lebiajie, aujourd'hui Akkou, dans l'oblys de Pavlodar au Kazakhstan, le 24 février 1895[1], mort le 15 août 1963 à Moscou) était un écrivain soviétique, connu pour ses contes d'aventures situés dans la partie asiatique de la Russie pendant la guerre civile. Il fut l'un des principaux auteurs soviétiques des années 1920.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père enseignant, fils naturel d'un gouverneur général du Turkestan, et d'une mère d'ascendance mi-polonaise et mi-mongole[2], Ivanov ne termine pas ses études : il s'engage comme marin, travaille dans un cirque, puis dans une imprimerie. Sa première nouvelle, publiée en 1915, attirera l'attention de Maxime Gorki, qui le conseillera tout au long de sa carrière. Il habite successivement en Sibérie occidentale, à Omsk, Kourgan, Novonikolaïevsk.

Il s'engage dans l'Armée rouge pendant la guerre civile et combat en Sibérie. Cette expérience lui inspirera les nouvelles Partisans (1921) et Train blindé (1922), dans lesquelles il évoque des images impressionnantes du combat des partisans sibériens. Il s'installe en 1921 à Petrograd, où il devient membre du groupe d'écrivains prolétariens Kosmist.

En 1922, il rejoint le groupe littéraire des Frères de Saint-Sérapion ; il s'installe à Moscou en 1924.

Pendant la guerre, il est évacué à Tachkent, puis se retrouve correspondant de guerre du journal Izvestia.

Il est le père du linguiste et indo-européaniste russe Viatcheslav Vsevolodovitch Ivanov. Il a aussi adopté le fils illégitime d'Isaac Babel, Emmanuil, lors de son mariage avec Tamara Kachirina, une ancienne maîtresse de Babel. Rebaptisé Mikhaïl Ivanov, celui-ci deviendra plus tard un artiste reconnu.

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Les premiers romans d'Ivanov, Vents colorés (Цветные ветра, 1922) et Sables d'azur (Голубые пески, 1923) situés dans la partie asiatique de la Russie, ont été à l'origine d'un genre nouveau (prose dite « eurasienne ») dans la littérature soviétique. Sa nouvelle L'Enfant (Дитё) fut saluée par le critique Edmund Wilson comme l'une des plus belles de toutes les nouvelles soviétiques.

Par la suite, Ivanov fut pris sous le feu des critiques bolcheviks qui lui reprochaient le pessimisme de ses œuvres, ainsi que de ne pas désigner clairement qui, des Rouges ou des Blancs, en étaient les héros.

En 1927, Ivanov réécrit sa nouvelle Train blindé 14-69 sous forme d'une pièce (Бронепоезд 14-69), en soulignant cette fois le rôle des Bolcheviks dans la guerre civile[3]. Parmi ses dernières œuvres figurent les Aventures d'un fakir (Похождения факира, 1935), La prise de Berlin (При взятии Берлина, 1945), Nous irons en Inde (Мы идём в Индию, 1957), Histoire de mes livres (История моих книг, 1958).

Il a aussi écrit des contes fantastiques et des adaptations d'anciens mythes bibliques et grecs, comme Sisyphe, fils d'Éole (Сизиф, сын Эола).

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

  • Le train blindé 1469, Gallimard, 1927
  • Rencontres avec Gorki, Éd. Paul Dupont, 1947
  • Quand j'étais fakir (Nouvelles traduites du russe), NRF coll. Littératures soviétiques, 1970
  • Le Retour de Bouddha, L'Âge d'Homme, 1990 (ISBN 978-2825120323)
  • Les merveilleuses aventures du tailleur Fokine, Éditions des Syrtes, 2004 (ISBN 978-2845450974)
  • Le Livre noir, participation avec 39 autres écrivains à ce recueil de textes et de témoignages réunis par Ilya Ehrenbourg et Vassili Grossman
  • Gaz moutarde. Roman d'aventures (1929), en collaboration avec Victor Chklovski, trad. du russe par Marion Thévenot, Paris, Le Temps des Cerises, 2013 (ISBN 978-2841099832)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Soit le 12 février dans l'ancien calendrier. Toutefois, selon Ettore Lo Gatto (Histoire de la Littérature russe, 1965), Ivanov ne connaissait pas de façon certaine la date de sa naissance.
  2. Marc Slonime, Histoire de la littérature russe soviétique, L'Âge d'Homme, 1985
  3. Cette œuvre fut également adaptée à l'écran sous forme d'un film de propagande de Yakov Protazanov en 1931.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ivanov, Vsevolod, Fertility and Other Stories (European Classics), Evanston, IL, Northwestern University Press, 1998. Format de poche (ISBN 0-8101-1547-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources écrites[modifier | modifier le code]

  • Article de l'encyclopédie en ligne Krugosvet
  • Article sur Ivanov dans la revue « Clarté » dirigée par Henri Barbusse - N° 56 du 1er avril 1924 (rubrique « La vie intellectuelle en Russie », article signé par Victor Serge)