Vsevolod IV de Kiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vsevolod le Rouge
Titre
Prince de Kiev
12061207
Prédécesseur Rurik II
Successeur Rurik II
12101214
Prédécesseur Rurik II
Successeur Ingwar Ier
Biographie
Dynastie Riourikides
Nom de naissance Vsevolod Sviatoslavitch[1]
Date de naissance ?
Date de décès 1214
Lieu de décès Tchernigov (Rus' de Kiev)
Père Sviatoslav III
Mère Marie de Polotsk
Conjoint Marie de Pologne
Enfant(s) Michel le saint (11851246)
André (?-1263)
Agathe (?-1238)
Vera
Religion Christianisme orthodoxe

Vsevolod Sviatoslavitch (en russe : Вcеволод Святославич et en ukrainien : Все́волод Святосла́вич), dit Vsevolod IV de Kiev, mais plus connu sous le nom de Vsevolod le Rouge (en russe : Вcеволод Чермный et en ukrainien : Все́волод Че́рмний), est un prince du Rus' de Kiev de la dynastie des Riourikides[2] (né à une date inconnue et mort en 1214[3] à Tchernigov), qui régna de 1206 à 1207, puis de 1210 à 1214. Il est souvent considéré comme un simple usurpateur.

Fils de Sviatoslav III de Kiev et de Marie de Polotsk, il est également prince de Tchernigov entre 1204 et 1206/08, et prince de Belgorod en 1205.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts contre les Polovtses[modifier | modifier le code]

Le 14 novembre 1179, Sviatoslav Vsevolodovitch présente la fille du duc Casimir II de Pologne à son fils Vsevolod pour l'épouser[4] (appelée Anastasia après son mariage selon le Lyubetskiy sinodik, son nom de naissance étant Marie). Le domaine patrimonial de Vsevolod au début de son règne s'étend tout d'abord dans les terres du nord-ouest des terre des Viatitches[4].

Lorsque le Khan des Polovtses Konchak commence à piller les terres de Pereïaslavl jusqu'à Dimitrov en février 1184, Vsevolod et ses frères furent envoyés par leur père pour assister le prince Igor Sviatoslavitch de Novgorod-Seversk dans leur résistance, avec comme objectif de poursuivre les Polovtses (ou Coumans). Igor Sviatoslavitch poursuivit les pillards, et les rattrapa à la rivière Khiriya (un affluent de la rivière Vorskla), avant de ramener avec lui de nombreux captifs. Les pillages par les bandes ennemies continuent pourtant aux alentours de la Ros et sur les terres de Tchernigov après 1187[4].

En 1192, Il est une nouvelle fois envoyé par son père avec ses frères (Vladimir et Mstislav) pour marcher contre les Polovtses. Cette nouvelle campagne, menée à nouveau par Igor Sviatoslavitch, fut dans le but de piller leurs camps de base. Les Olegovitch s'aventurèrent profondément dans la steppe, au-delà de Koursk et de l'Oskol. Mais les princes ne prévirent pas que les nomades s'étaient rassemblés en grand nombre pour les attendre. Igor Sviatoslavitch, voyant qu'ils étaient en infériorité numérique importante, décida alors de se replier discrètement sous couvert de l'obscurité[4].

Après la mort de son père[modifier | modifier le code]

La mort de son père, Sviatoslav III, lors de la dernière semaine de juillet 1194, bouleverse l'ordre de succession des Olegovitch[4]. Son seul oncle, Iaroslav, devient le nouveau chef de la dynastie, Vsevolod devenant par la suite indésirable à ses yeux[4].

À l'automne 1196, son oncle Iaroslav ordonne à Vsevolod et à son frère, Mstislav, de le suivre lors de sa campagne contre Vsevolod III le Grand Nid de Vladimir et le prince David Rostislavitch de Smolensk, qui pillaient les domaines des Olegovitch[4].

En 1201, le frère de Vsevolod, Oleg, jure fidélité au grand prince Rurik II de Kiev qui avait demandé aux Olegovitch de l'aider dans sa campagne contre le prince Roman le Grand d'Halych. Ils perdirent le combat contre ce dernier qui anticipa leur attaque et entra dans Kiev, forçant Rurik II et ses alliés à capituler[4].

Le 2 janvier 1203, Rurik II et les princes Olegovitch parviennent à reprendre Kiev, qui subit la vengeance de Rurik (selon les chroniques, les répercussions sur les kiéviens furent bien plus terribles que les attaques précédentes sur la ville). Rurik II n'avait pourtant pas l'intention d'occuper la ville, mais ne pouvait pas laisser Kiev sans un prince, de peur du retour de Roman le Grand. Ce fut donc Vsevolod qui occupa provisoirement la ville, jusqu'à ce que Rurik parvienne à régler son différend avec son cousin Roman. Quelques mois plus tard, Vsevolod et les Olegovitch coupent leurs liens avec Rurik II à cause d'un différent[4], ce dernier finissant battu et tonsuré par Roman le Grand en 1204.

Règne sur Tchernigov et lutte pour la Galicie[modifier | modifier le code]

Aux alentours de l'année 1204, les sources s'accordent à dire que son frère, Oleg (prince de Tchernigov), et son neveu moururent, Vsevolod lui succédant alors sur le trône. Vsevolod récupère alors toutes les terres de son frère défunt (qui lui-même avait récupéré une partie de celles de son autre frère aîné Vladimir), devenant, suite à l'extinction de toutes les branches des Olegovitch (excepté la sienne), l'un des princes riourikides les plus puissants[4].

Le 29 juin 1205, à la mort de Roman le Grand, les Olegovitch marchèrent vers Kiev pour y rencontrer Rurik II, réinstallé sur le trône. Ils firent ensemble un pacte pour attaquer les terres de Roman de Galicie (appartenant désormais aux deux fils de ce dernier, Daniel et Vassilko), sans succès. Rurik II avait payé les Olegovitch pour leur soutien et donné la ville de Belgorod Kievsky à Vsevolod (qui la redonna à son frère Gleb)[4].

Au début de l'été 1206, Vsevolod finit par rassembler tous les Olegovitch pour un snem (une rencontre) à Tchernigov pour organiser une seconde campagne contre l'Halych (Galicie). Vsevolod fut également rejoint par Mstislav Romanovitch de Smolensk, par des troupes polonaises et par celles de Rurik II. Devant cette imposante armée, Daniel de Galicie (fils de Roman le Grand) demanda de l'aide au roi André II de Hongrie avant de s'enfuir vers Vladimir-Volynski. Pendant ce temps, André II traversa les montagnes pour arriver dans la Rus' et envoya des messagers au prince Iaroslav II de Vladimir (fils de Vsevolod le Grand Nid), l'invitant à diriger Halych. En apprenant que les Hongrois étaient prêts à combattre, les Olegovitch n'attaquèrent pas l'Halych. Pendant plusieurs jours, les deux camps restèrent face à face sans bouger, jusqu'à un accord suite auquel André II de Hongrie et les Olegovitch rentrèrent chacun chez eux[4].

Lutte pour Kiev[modifier | modifier le code]

Après l'échec de Galicie, Vsevolod disposait néanmoins d'une importante armée à ses ordres, et voulut alors en profiter pour dérober la ville de Kiev à Rurik II, qu'il détrône en 1206, obligeant ce dernier à se replier vers Ovroutch. Il envoya ensuite ses posadniki (hommes de confiance) pour diriger toutes les villes de la principauté de Kiev.

Vsevolod IV fit alors de concessions généreuses à une partie de la branche des Rostislavitch, princes de Smolensk, pour s'assurer leur soutien. Bien que son frère, Mstislav, était en tête de liste de succession, Vsevolod donne finalement la ville de Pereïaslav à son fils Michel[4]. Mais l'année suivante, Rurik, déterminé à reprendre son dû, rechasse Vsevolod du trône (dont les troupes qui l'avaient aidé à prendre la ville étaient rentrées chez elles), qui retourne à Tchernigov[4]. Il tenta ensuite vainement une contre-attaque avec ses frères, avec quelques pillages aux alentours.

Durant l'été 1207, Vsevolod, aidé de ses frères, des Polovtses, des princes de Tourov et Pinsk, ainsi que du prince Vladimir Igorevitch d'Halych, entreprend de remarcher sur Kiev via Trepol par le sud pour couper Rurik II de ses renforts. En position de faiblesse, Rurik fuit la ville avant que les Olegovitch n'entrent à nouveau dans Kiev. Vsevolod assiège ensuite Belgorod, où Mstislav III Boris s'était barricadé avant de fuir pour Smolensk, avant d'attaquer le neveu de Rurik à Torchesk, Mstislav Mstislavitch, qui lui opposa une vive résistance, avant de devoir capituler pour faire arrêter les atrocités commises par les Polovtses sur ses terres. Devant les victoires de Vsevolod, Rurik ouvre une nouvelle fois les portes de Kiev[4]. S'ensuit une nouvelle guerre civile entre cousins riourikides, cette fois avec son grand-oncle Vsevolod le Grand Nid.

Lorsque Rurik II apprit que Vsevolod le Grand Nid avait dévasté les terres de Vsevolod le Rouge, il retourna à Kiev pour reprendre le trône, où Vsevolod dû à nouveau s'enfuir avec sa femme et ses enfants. Il tenta alors un nouvel assaut sans succès contre la ville en février 1208, avec quelques raids dans les environs de Kiev.

Il parvient à reprendre le trone en 1210 et il prive les fils de Rurik II de leurs apanages. L'année suivante, le 10 avril 1211, le fils de Vsevolod le Grand Nid, Iouri II, épouse la fille de Vsevolod le Rouge, Agathe (ils furent mariés à la Cathédrale de la Dormition[4]).

La cathédrale du Saint sauveur de Tchernigov (construite vers 1033), où est enterré Vsevolod le Rouge.

En septembre 1211, Daniel de Galicie attaque les Olegovitch en Halych et capture les villes dirigées par ces derniers. Les boyards galiciens pendirent alors trois parents de Vsevolod (Roman Igorovitch, Sviatoslav Igorovitch, et Rostislav Romanovitch). Certaines sources indiquent même que les femmes et les enfants de Roman et de Sviatoslav furent exécutés avec eux, cela réduisant toujours un peu plus la branche des Olegovitch (augmentant donc les territoires de Vsevolod)[4]. Cette insulte impardonnable envers les Olegovitch entraîna des représailles. Début 1212, Vsevolod IV le Rouge laisse éclater sa rage non pas contre les Galiciens, mais contre les Rostislavitch, qu'il accusa de les avoir laissés faire Daniel de Galicie et donc d'avoir tué des membres de sa famille. En juin, les Rostislavitch entrent en campagne contre Vsevolod pour réclamer leurs terres (soutenus par les troupes de Mstislav Romanovitch de Smolensk et des troupes de Novgorod). Il s'ensuivit de nombreux pillages en descendant du Dniepr et sur la route de Kiev (les habitants fuyant progressivement devant les troupes ennemies)[4].

Vsevolod, battu et poursuivit, quitta Kiev pour la troisième fois et se réfugia dans Tchernigov[4]. À la suite de cette nouvelle guerre civile, il est donc détrôné par Ingwar de Kiev, mais il cède de nouveau le pouvoir à Mstislav III Boris de Kiev.

Il meurt en 1214 et fut enterré dans la Saint sauveur de Tchernigov[4]. Il fut donc l'un des princes Olegovitch (dynastie régnante sur Tchernigov) les plus connus. Durant son règne, ils furent pour la première fois maître des terres allant de la Galicie à Kiev en passant par Pereïaslav et Tchernigov[4]. De nombreuses traces architecturales indirectes témoignent des projets de construction lancés à Tchernigov, comme par exemple l'église de St. Paraskeva Pyatnisa, construite par Vsevolod entre 1211 et 1214.

Famille[modifier | modifier le code]

Union et descendance[modifier | modifier le code]

De son mariage en 1179 avec Marie, renommée Anastasia après son mariage[4] (11641194), une fille de Casimir II le Juste de Pologne et de Hélène de Znojmo[4], il laisse:

Ancêtres[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Sviatoslav II
 
 
 
 
 
 
 
8. Oleg de Novgorod
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Cécilia
 
 
 
 
 
 
 
4. Vsevolod II de Kiev
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9. Théophano Mouzalonissa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Sviatoslav III de Kiev
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Vladimir II Monomaque[5]
 
 
 
 
 
 
 
10. Mstislav Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Gytha de Wessex
 
 
 
 
 
 
 
5. Marie Mstislavna
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Inge Ier de Suède
 
 
 
 
 
 
 
11. Christine Ingesdotter
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Hélène de Suède
 
 
 
 
 
 
 
1. Vsevolod IV de Kiev
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Vseslav de Kiev
 
 
 
 
 
 
 
12. Sviatoslav de Vitebsk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Femme inconnue
 
 
 
 
 
 
 
6. Vassilko de Polotsk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Vladimir II Monomaque[5]
 
 
 
 
 
 
 
13. Sophie Vladimirovna
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Euphimia
 
 
 
 
 
 
 
3. Marie de Polotsk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7. Femme inconnue
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De son nom de baptême Daniel.
  2. (en) Cawley, Charles (14 mars 2009), Russia, Rurikids - Rostislav Mikhailovich died 1263, Foundation for Medieval Genealogy
  3. En août 1212 ou même 1215 selon d'autres sources.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z (en) Martin Dimnik, The Dynasty of Chernigov - 1146-1246, Cambridge University Press,‎ 14 juillet 2003, 2e éd., 476 p. (ISBN 978-0521824422)
  5. a et b Le Grand-prince de Kiev Vladimir II Monomaque est donc à la fois l'arrière arrière-grand-père paternel de Vsevolod IV et son arrière arrière-grand-père maternel.

Articles connexes[modifier | modifier le code]