Vottem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vottem
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Liège
Commune Herstal
Code postal 4041
Zone téléphonique 04
Démographie
Gentilé Vottemois, Vottemoise
Géographie
Coordonnées 50° 40′ N 5° 35′ E / 50.67, 5.58350° 40′ Nord 5° 35′ Est / 50.67, 5.583  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Liège

Voir sur la carte administrative de Province de Liège
City locator 14.svg
Vottem

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Vottem

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Vottem

Vottem (en wallon Votem) est une section de la ville belge de Herstal, située en Région wallonne dans la province de Liège.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Une partie de la commune avait déjà fusionné avec celle de Liège en 1975.

  • Lieux et lieux-dits : Bacnure, Bernalmont, Bouxhtay, Brouck, Chapeauville, Cheval Blanc, Croix Jouette, Gaillard-Cheval, Hareng, Jolivet, Paire, Richelle, Rida, Xhace

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de Vottem date de 1186, dans un document de l'Abbaye du Val-Saint-Lambert.

Au XIIIe siècle, le chapitre Saint-Lambert possède la collation[1] de l'église Saint-Etienne. C'est à la même époque qu'un certain Gérard Pétillon venu de Lexhy vient se fixer à Vottem. Son fils, Guillaume est chanoine au chapitre Saint-Martin et propriétaire du domaine du Bouxthay. Ses filles légueront finalement leurs revenus à l'évêché de Liège[2].

En 1255, Lors de la sentence de Vottem, le bourgmestre de Liège Henri de Dinant est banni.

Vottem dépend donc du chapitre de la Cathédrale Saint-Lambert ce qui lui donne une certain importance politique. En 1307, la paix de Seraing ou de Vottem est signée et met fin aux troubles qui ont éclatés dès 1303. En 1312, ce sont des hommes de Vottem qui bloquent le parti des "grands" et les pousse, avec l'aide des houilleurs, à s'enfermer dans l'église Saint-Martin où ils périront lors de l'incendie provoqué par leurs assiégeants. Cet épisode est connu dans l'histoire liégeoise comme celui de la Måle Saint-Martin[3]. En 1331, un plaid général est convoqué à Vottem pour juger Pierre Andricas qui avait fomenté un complot visant à assassiner les membres du chapitre et rétablir la puissance des métiers liégeois. Il parvient à s'évader et les troubles continuent jusqu'au 10 juillet 1331 où la Paix de Vottem[4] (connue également comme la Réformation d'Adolphe ou Loi de murmure[5]) y met un terme, pour un temps.

Le village fut détruit en 1484 lors de la lutte entre Jean de Hornes et Guillaume de La Marck.

À partir du XIXe siècle à côté des exploitations minières, on exploite le phosphate. Le développement du travail du fer-blanc et, plus tard, de l'armement sur le territoire de Herstal déborde également sur la commune. Pendant ce temps les épouses et les filles livrent aux marchés de Liège le fruit de leurs cueillette, spécialement des fraises. On les appelait les cotîresses[6].

Liste des Bourgmestres de Vottem depuis 1795[7][modifier | modifier le code]

  • Olivier Florkin (1795-1800)
  • Adam Joseph Degard (1800)
  • Léonard Croisier (1800 - 1808)
  • Guillaume Clermont (1809 - 1831)
  • Gilles Joseph Collinet (1832 - 1836)
  • Jean-Louis Darimont (1836 - 1842)
  • Dieudonné Granjean (1842 - 1844)
  • Lambert Closset (1845 - 1846)
  • Jean-Joseph Piette (1847 - 1848)
  • Guillaume Clermont (1848 - 1849)
  • Jacques Malpas (1849 - 1857)
  • Henri Wathar (1857 - 1860)
  • Jean-Louis Depireux (1860 - 1867)
  • Jean-Louis Depireux (homonymie) (1867 - 1870)
  • Jean-Jacques Malpas (1870 - 1872)
  • Joseph Charlier (1872 - 1874)
  • Jacques Hendricé, Echevin ff. de Bourgmestre (1874 - 1875)
  • Libert Donnay (1875 - 1879)
  • Jacques Hendricé (1879 - 1895)
  • Arthur Malpas (1886 - 1903)
  • Gilles Gérard Echevin ff. de Bourgmestre et nommé en 1919(1904 - 1919) POB
  • Florent Boclinville (1919 - 1931)
  • Louis Pirghaye (1931 - 1964)
  • Félicien Leclercq (1964)
  • François Noppens (1965 - 1976).

Actuellement six "vottemois" siègent au Conseil Communal de Herstal.

  • Stéphane Ochendzan PS - Echevin
  • Christian Laverdeur PS - Président du CPAS
  • Philippe Bohet EPH - Conseiller
  • Jennifer Maus[2] MR - Chef de groupe
  • Eric Jadot Ecolo - Chef de groupe
  • Rachel Licata PS - Conseillère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sur le sens du mot collation : I. COLLATION n. f. XIIIe siècle. Emprunté du bas latin collatio, « action de conférer (une dignité, un honneur) », et aussi « comparaison de textes ». 1. DROIT CANON. Droit de conférer un bénéfice ecclésiastique. La collation des cures d'un diocèse appartenait de plein droit à l'évêque. Ex. : La présentation de cette cure appartenait à l'abbé de Cluny, et sa collation à l'évêque du lieu. Définition donnée par le Dictionnaire de l'Académie Française en ligne [1]
  2. Herstal. Un patrimoine pour une nouvelle commune, Herstal, 1980, p. 63-64
  3. J. Stiennon, Histoire de Liège, Toulouse, Privat, 1991 (ISBN 2-7089-4724-9), p. 56
  4. Hersta. op. cit., p. 66
  5. J. Stienon, op. cit., p. 80
  6. Herstal, op. cit., p. 69-70.
  7. Le temps où Vottem riait, Ans, 1987, p. 126.