Vomécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vomécourt-sur-Madon.
Vomécourt
Rue d'Épinal
Rue d'Épinal
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Rambervillers
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Rambervillers
Maire
Mandat
Bertrand Choley
2014-2020
Code postal 88700
Code commune 88521
Démographie
Gentilé Vomécourtois(es)
Population
municipale
265 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 33″ N 6° 36′ 50″ E / 48.3091666667, 6.6138888888948° 18′ 33″ Nord 6° 36′ 50″ Est / 48.3091666667, 6.61388888889  
Altitude 317 m (min. : 286 m) (max. : 334 m)
Superficie 7,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vomécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vomécourt

Vomécourt est une commune française située dans le département des Vosges et en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Vomécourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 4 km au sud de Rambervillers en direction de Padoux et d'Épinal. Il est traversé par deux cours d'eau : le Padozel, affluent rive gauche de la Mortagne, et le modeste ruisseau de Padaine, lui-même affluent rive gauche du Padozel. Le relief est peu marqué, l'altitude reste voisine de 310 m.

Le centre est bâti sur le schéma type du village-rue lorrain : les habitations (essentiellement des fermes traditionnelles typiques de la plaine des Vosges) sont réparties de part et d'autre de la voie reliant Rambervillers à Épinal, formant ainsi l'axe principal du village. Ces habitations sont souvent mitoyennes.

Cette voie de circulation historique est l'actuelle route départementale 46. D'autres villages (Padoux, Sercœur) sont traversés par cette RD46 et un projet de déviation est en cours de réalisation sous la maîtrise d'ouvrage du Conseil Général des Vosges : Vomécourt fait partie des villages qui bénéficieront de cette déviation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village s'est édifié à proximité d'une voie romaine qui passait au lieu-dit Haut du Zrail.

Un site gallo-romain (situé au lieu-dit Xartel) a été découvert en 1978.

En 1003, dans un diplôme du roi Henri II du Saint-Empire, le village portait le nom de Valmaricurt (le domaine - cortem - de Walma - nom d'homme germanique).

Au XIIe siècle, ou peut-être au XIIIe siècle, l'Ordre du Temple y installa une maison, tout comme à Destord, Hardancourt, Moyemont, Ortoncourt et Hadigny-les-Verrières.

Relevant du chapitre impérial des abbesses de Remiremont, le village fut intégré progressivement au duché de Lorraine...

En octobre-novembre 1635, le village eut à subir les exactions des Suédois (alliés des Français contre le duc de Lorraine et l'empereur du Saint Empire) lors de la guerre de 30 ans (1618-48).

En 1944, le village fut libéré le 27 septembre par le bataillon Spark (partie du 157e régiment d'infanterie U.S.).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, bordée par la route départementale.

La remarquable église Saint-Èvre, partiellement restaurée par la commune dans les années 2000, abrite du mobilier inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques (pour une armoire eucharistique depuis 1959 et le tabernacle du maître-autel depuis 1928).

Le portail occidental de l'église Saint-Èvre

Archives Départementales des Vosges : Registre Paroissial Mariages de 1628-1685 Page 7/8 " Memoire que la grosse cloche de Vomécourt a été faite en l'an 1263,et par accident, ayant été fendue l'an 1676,on l'a fait refondre en la même année,par Mre Jean TOUVENEL, Maistre Fondeur de LA MOTTE, et elle a été bénie par Mr Dieudonné PREVOST, curé au dit lieu, et a eu pour parrain,le Sieur Dominique Pescheur, Maire de Saintes Marie aux Mines, son beau-frère, et pour marraine, honnêste fille Jeanne Prevost de Rambervillers, soeur au dit Sieur Curé"

Vomécourt possédait, devant l'entrée principale de son église, côté sud, un chêne remarquable âgé de plus de trois cents ans. Il a été abattu le 17 février 2007 sur décision de la municipalité pour des raisons de sécurité. Une maladie (champignon) affaiblissait l'arbre par l'intérieur : la résistance mécanique de l'arbre diminuait et celui-ci risquait de tomber en cas de fort coup de vent.

À l'occasion du bicentenaire de la Révolution Française en 1989, et alors que le chêne tricentenaire implanté au sud de l'église était déjà malade, la commune a planté un jeune chêne du côté nord, appelé à remplacer son vétéran.

Cependant, le vieux chêne a trouvé une nouvelle vie grâce à l'inspiration du sculpteur Dominique Renaud. Posée sur la souche résiduelle, la sculpture monumentale associe une feuille de chêne, des épis de blé et le V initial de Vomécourt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie actuelle
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Bertrand Choley   Exploitant agricole
1977 2008 Pierre Vincent UMP Exploitant agricole retraité
Les données manquantes sont à compléter.
L'ancienne mairie

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 265 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
312 298 312 348 407 392 395 377 357
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
346 359 339 307 298 264 273 268 277
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
274 227 241 220 222 223 228 228 249
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
215 234 258 289 266 259 265 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le célèbre docteur Lahalle[3] y naquit en 1776 (il mourut en 1843). Il a eu le privilège de pouvoir travailler au côté du professeur Bichat.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]